Partagez | 
 

 Elgyn Reydark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin Messages : 2
Points : 0
Date d'inscription : 01/03/2017
avatar
Elgyn Reydark
MessageSujet: Elgyn Reydark    Jeu 2 Mar - 0:13







× Elgyn Reydark ×


× Physique


Le premier détail frappant qui retient l'attention de n'importe quel interlocuteur d'Elgyn, c'est son bandeau tombant, dissimulant son œil gauche. En réalité, il sert à couvrir une longue et fine cicatrice qui part d'un peu plus haut que son sourcil jusqu'à quelques centimètres en-dessous de sa paupière. Agréable souvenir de sa jeunesse qu'il ne montre pas à n'importe qui.... Son oeil droit, souvent aux aguets, est d'une couleur hazel, profonde et affichant souvent une expression qu'il est difficile de cerner.
L'autre détail majoritairement frappant se trouve dans ses cheveux, d'un gris pâle soigné, mais souvent coiffé d'une manière aléatoire. Beaucoup de personnes vieillissent ainsi Elgyn, le trouvant bien entretenu pour un quadragénaire. Remarque auquel le jeune homme répond souvent par un coup de poings.

Après pour le reste, Elgyn s'habille de manière générale en noir, avec des habits près du corps, laissant le soin aux autres de deviner sa musculature imposante sous ces bouts de tissu. De même que le bas de son visage, souvent dissimulé. A nouveau, seules quelques rares et sélectionnées personnes ont pu voir son visage en entier (et oui, l'est pudique le bonhomme !). Autrement physiquement, il a une taille moyenne pour un homme et n'est pas de nature très extravagante dans ses goûts vestimentaires.



× Mental


Un regard froid et analytique qui vous sonde de bas en haut. Une voix monotone, parfois dédaigneuse qui ne vous met pas forcément à l'aise.... Elgyn n'a rien du personnage sympathique avec qui on a envie de passer des heurs à discuter. Au premier abord, il apparait hautain et glacial. Mais essayez de percer la glace, et peut-être y apercevrez-vous davantage de glace... ou un magma de passion et de haine. Car oui, Elgyn est quelqu'un de loyal, de dévoué et qui attache beaucoup d'importances aux valeurs transmises, comme la famille et l'honneur. Il a toutefois son propre code et est fidèle plus à lui - même et ses envies qu'aux valeurs morales de la société. Ce n'est pas pour autant qu'il méprise les autres ou ne veut pas nouer de liens avec les personnes l'entourant. Son statut de "criminel" l'empêche quelque peu d'avoir des relations amicales avec tout individu, mais dans le fond Elgyn est assez social. Il s'intéresse à beaucoup de choses et aime apprendre des autres. Le seul défaut qui l'empêche de se lier avec le premier venu est son introversion et son côté analytique trop poussé. Faites un mouvement, et Elgyn l'interprétera de différentes manières, sauf de celle qui stipule que vous leviez juste la main pour vous gratter le nez. Ce côté "observateur" ne plaît pas à la plupart mais Elgyn ne peut se contrôler.
De toute manière, il n'en ferait pas l'effort, les amis l'intéressent peu.

Effectivement, les seules personnes pour qui il ferait éventuellement un effort de gentillesse et de sociabilité sont ceux et celles qui l'intéressent d'un point de vue charnel. Elgyn ne se refuse pas grand-chose depuis le décès de Noamie mais ne rappelle jamais ses conquêtes, ce qui témoigne bien de son problème d'attachement émotionnel. Mais parce que tout n'est pas figé dans la pierre, le coeur de l'homme peut bien changer.... Il suffit de trouver la bonne personne, du moins, paraît-il...



× Histoire



Un soir de printemps, il y a longtemps

*Ploc, ploc, ploc*

Le bruit continu, et hypnotisant, de l'eau coulant de la gouttière de sa maison le tenait éveillé. Il était allongé dans son lit, sur le dos, et observait un plafond qu'il ne pouvait qu'imaginer dans la nuit noire. Le silence régnait en maître dans la maison, uniquement perturbé par le son enivrant de la pluie qui s'abattait sur les tuiles...

"L'académie magique..."

Ces mots sortirent de sa bouche comme un soupir, un souhait inexprimé qu'il n'osait évoquer tout haut qu'à cette heure tardive. C'était le nom qui aviat occupé toutes ses pensées depuis voilà deux semaines. Depuis que sa mère lui avait avoué y travailler, en aidant des jeunes "surhommes" à camoufler leur capacité. Il avait 6 ans, et ne comprenait pas vraiment le sens du mot "surhomme". Mais ça avait l'air chouette. Le garçon avait demandé à sa mère quand est-ce qu'il pourrait y aller, mais cette dernière lui avait seulement souri tristement avant de lui ordonner de se mettre à table.

Qu'était-ce que cette académie ? Pourquoi maman ne lui avait-elle pas répondu ? Papa y travaillait-il aussi ? Etait-ce pour ça qu'il était absent toute la semaine et ne rentrer que quelques heures le week-end ? Etait-il un homme important dans cette académie ? Et maman, y était-elle en tant que maîtresse ?

Soupirant réellement cette fois, le petit homme aux cheveux d'argent se recroquevilla sur le flanc et commençait à gentiment fermer ses yeux, se laissant naviguer dans son imaginaire afin de peut-être y trouver un sommeil qui ne serait pas de refus... et qui peut-être lui apporterait réponse à ses questions.

Un jour d'été, deux ans plus tard


L'ombre d'une silhouette plutôt frêle s'aventurait contre les murs du cimetière de Nariyu. Cette dernière ne s'arrêtait non pas pour déposer des fleurs ou visiter une tombe. Non, elle coursait un félin qui ne semblait que trop peu décidé à s'arrêter dans sa course effrénée.

"Dahlia, reviens ici nom de nom !"

L'enfant aux cheveux d'argent lui courait après, accompagné de trois camarades tout aussi jeunes que lui qui semblaient également déterminés à attraper le chat en fuite. Après avoir réussi à mettre dans un coin la bête et la suprendre, le jeune garçon parvint à l'attraper. Il ne calcula toutefois pas qu'un chat, ça savait se défendre... et en trois coups de griffe le garçon fut forcé de lâcher sa prise, permettant à la chatte tricolore de s'enfuir, pour de bon cette fois. Cette réaction provoqua l'hilarité d'un camarade, et les pleurs d'une autre.

"Ne t'en fais pas, Nadia, on l'attrapera bientôt !"

"Ouais.... à ce rythme là, elle aura le temps de se faire bouffer, hein Elgyn !"

Et les cris redoublèrent au grand daim du dénommé Elgyn, qui posa sa main contre l'épaule de la petite fille triste.

"Elle reviendra d'elle-même. Ne t'en fais pas."

Cette phrase eut l'effet escompté et les larmes cessèrent de couler un instant. Elgyn eut même droit à un sourire, ce qui le fit rougir et l'obligea à détourner la tête.

"Bon, euhm, je vais devoir y aller. A plus !"

Sans davantage de détails, l'enfant s'en alla, laissant ses amis seuls entre eux. Il se savait un peu en retard avant de poursuivre le chat, il lui était indéniable que désormais, il était VACHEMENT en retard. Dans tous les cas il ne tarda pas à regagner sa maison. Une simple bâtisse, sur pied, mais qui était son foyer. Il savait son père absent, mais quand il ouvrit la porte coulissante, il eut droit au sourire et à l'accolade de sa grande-soeur, Myriana. Cela lui fit chaud au coeur. Jusqu'à ce qu'il reçut une baffe de Myriana, qui lui demandait quelle fille il avait bien pu agresser pour se retrouver avec de pareilles griffures.

L'enfant expliqua innocemment sa mésaventure avec "Dahlia", le chat de leur voisine. Sa soeur sourit tendrement et l'embrassa sur la joue.

"Maman prépare le dîner. Je ne pourrai pas me joindre à vous. Tu seras certainement couché quand je reviendrai. Bisou, otôto."

Et elle s'en alla par la même porte qu'il avait utilisée. Elgyn l'observa, pensif. Sa soeur s'adonnait souvent à des activités nocturnes dont personne ne parlait. Et bien que petit, il savait que quelque chose tramait. Mais on ne lui parlait jamais des affaires de "grands", donc forcément, il restait dans le flou le plus total. Il en allait de même quant à l'activité professionnelle de papa. Mais la voix de sa mère l'invitant à se rendre à table eût tantôt fait de balayer ses doutes et pensées et l'amena à se lécher les papilles devant les plats mijotés de sa chère maman.

Un hiver rigoureux, un an après


Un regard austère le jugeait de toute sa force alors qu'accroupi, il attendait le verdict. Elgyn avait désormais neuf ans, et son père étudiait assidument son bulletin de notes. Rapidement, le garçon remarqua un sourire se former sur le visage de son paternel, et intérieurement, il jubilait, mais n'en démontra rien.

Se levant, son père quitta la pièce sans piper mot. Quoi de plus normal, son rictus avait assez parlé de lui-même. Dan Reydark n'était pas le genre d'homme à exprimer sa fierté ou ses émotions à travers de paroles, et ce, toute la famille s'y était habituée. Aussi, pour Elgyn, le sourire que lui avait adressé son père, équivalait à toutes les félicitations du monde. C'était tout ce dont il avait besoin. Sa mère lui avait déjà témoigné sa fierté et son amour par l'organisation d'un repas de famille bien festif, pour ses résultats scolaires annuels plus que brillants. Son père venait de compléter son bonheur par ce sourire. Et... Myriana... était introuvable. Ni dans sa chambre, ni entourée de ses copains habituels. Sa mère affirmait qu'elle était occupée avec son école, dont elle ne prononçait jamais le nom et qui ne semblait pas exister dans la ville. Elgyn avait déjà remarqué l'espèce de tabou qui entourait les activités de sa soeur, mais n'avait jamais exprimé à haute voix ses interrogations. Le soir du dîner familial, où son père serait présent, chose rare, serait le moment idéal pour en parler.

Du moins, le pensait - il.

Quand arriva le soir en question, Elgyn profita du bonheur de manger avec ses proches et des talents culinaires de sa mère, qui les lui inculquait peu à peu. Ils parlèrent cuisine, sport, et Elgyn se plaisa même à écouter ses parents parler de choses d'habitude ennuyantes, comme la politique ou le jardinage. Mais cette fois, il les écouta attentivement, et attendit que leur discussion fût close avant de poser cartes sur table...

"Et donc... Myriana... elle est ... à la Magical Academy ?"

Sa question fit mouche, comme il le pensait. Son père, d'habitude si détaché et inexpressif, écarquilla grand les yeux tandis que sa mère entrouvrit la bouche, stupéfaite. Le jeune garçon se serait attendu à des questions en retour. Comment savait-il ? Etait-il un si bon observateur ? Ou était-ce Myriana qui avait trahi son secret ? Mais tout ce à quoi il eut droit fut....

*VLAM*

Une gifle. Froide. Vif. Abrupte. Son père s'était levé et avait toujours la main tendue alors que ses yeux étaient fermés. Il semblait.... triste. Plus triste que colérique, car il se rassit immédiatement alors qu'Elgyn portait la main à sa joue endolorie. Il n'avait pas compris. Mais tout ce qu'il sut, fut qu'il n'avait pas intérêt à révoquer le sujet. Le regard désolé mais strict de sa mère le confirma dans cette idée...

Aussi, la suite du repas se déroula dans le silence le plus total. La seule occupation d'Elgyn durant ces instants, étaient de se concentrer sur sa nourriture, qui avait pris un goût bien amer, et d'observer les flocons tomber gentiment du ciel pour colorer d'un blanc pur le paysage extérieur.

Un beau jour de printemps, deux ans plus tard


Il y avait de ces journées, qui marquaient à jamais les mémoires. Ces jours dont on se rappellerait toute sa vie. Des jours qui hanteraient nos nuits et tortureraient notre conscience à jamais...

Et ce jour se présenta sous la forme d'un beau jour ensoleillé pour Elgyn.

Il avait désormais 11 ans. Il continuait à être appliqué et plutôt doué à l'école, où il s'ennuyait clairement. Son père faisait davantage acte de présence, mais cela ne sembla pas améliorer l'ambiance familiale. Les prises de tête étaient récurrentes et il arrivait même que des scènes de ménage éclatent. Elgyn n'était pas habitué à voir ça, et s'avouait paniqué. Aussi, il quittait la maison le plus possible, incertain du comportement à adopter. Myriana s'était absentée pour un soi-disant stage depuis maintenant quatre mois. Sa grande soeur lui manquait incroyablement, et il lui semblait que si elle avait été là, peut-être que leurs parents se disputeraient moins. Dans tous les cas, le jeune garçon tentait de dissimuler sa peine à travers ses camarades de classe, toujours là et présents pour lui. Il passait ses journées en extérieur et tardait le plus possible avant de rentrer. De toute manière ses parents se prenaient tellement la tête entre eux, qu'ils ne remarquaient pas s'il dépassait son heure de rentrée de plusieurs quarts d'heure. Aussi... il en profitait largement.

Mais alors qu'il poussait à la balançoire Diana, une sensation étrange l'envahit. Il fut incapable de le décrire sur le coup, et l'ignora bien vite, continuant ses activités, mais elle lui resta en tête. Sa journée se poursuivit, dans la bonne humeur et les jeux enfantins qui faisaient partie de son enfance jusqu'alors. Et puis... vint l'heure de rentrer. Diana et Yvon disparurent à l'horizon, balayant leur main énergétiquement pour bien prononcer leur aurevoir, qu'ils étaient bien loin de se douter d'être des adieux.

Elgyn en fit de même, et regagna le chemin de la maison, d'un pas lent et tranquille, les mains dans les poches. Cela faisait bien longtemps qu'il ne courait plus pour rejoindre la demeure familiale. Depuis le départ de Myriana en réalité. D'ailleurs, quand rentrerait-elle ?

Sa question fut bien vite oubliée quand il tourna au coin de la rue pour avoir sa maison droit devant lui. La porte principale était grande ouverte. Maman faisait peut-être du jardinage, pour penser à autre chose, pendant que papa lisait énergétiquement son journal ? Ou l'inverse ? Un peu préoccupé, car pas habituel, Elgyn pressa son pas et se trouva bien vite devant la maison.

Le soleil quant à lui entamait tranquillement sa descente alors que la lune se montrerait maîtresse du ciel d'ici quelques heures. L'air se refroidissait et les arbres commençaient à représenter davantage des ombres que des végétaux.

"Papa ? Maman ?"

Sa voix sembla retentir devant le seuil de la porte. Se disant qu'ils étaient peut-être occupés, Elgyn enleva ses chaussures discrètement et pénétra dans sa demeure. Un silence mortuaire régnait en les lieux. L'inquiétude commençait à le gagner. Rapidement, il remarqua que les souliers de son père étaient renversés. Or, son père s'appliquait toujours à ce qu'ils soient droits, du même que ceux du reste de la famille, peu importe à quel point ça agaçait autant maman que Myriana. Mais là... c'était plus qu'étrange. Déglutissant, étant réellement inquiet, Elgyn avança dans la cuisine.

Des tasses de thé non rangées, des biscuits sur la table, dont un était juste entamé... A nouveau, ce n'était pas habituel.

Sur cette pensée, les pas du garçon se firent les plus furtifs au monde et avec précaution, il se dirigea vers le salon dont il ouvrit à moitié la porte, guignant à l'intérieur.

Rien, personne. Soupirant de soulagement, il ouvrit plus grand la porte. Il observa le divan et les meubles... Ces derniers comportaient des traces. Comme des griffures. Elgyn s'en approcha, les analysant. Elles étaient grosses, trop grosses pour être celles d'un chat, c'était certain. Observant les meubles, il avança vers le canapé. Soudain son pied percuta quelque chose, lui faisant perdre l'équilibre. Effrayé, le garçon se redressa en un rien de temps et observa rapidement la raison de sa chute.

Et là....

Tout son monde s'écroula.

Des yeux livides l'observaient, pâles. Ceux de son père, et de sa mère. Côte à côte, main dans la main.
Plusieurs plaies béantes recouvraient leurs cadavres, macérés par les mêmes griffes qui avaient abîmé les meubles.

*Boum, boum, boum*

Le bruit de son coeur tambourinant contre sa poitrine retentit dans ses oreilles. Son sang ne faisait qu'un tour tandis que son esprit tentait d'assembler les morceaux pour comprendre ce qui se passait.

Non, ce n'était pas possible.

La peur, la vraie peur, celle qui tétanisait les membres, alourdissaient les articulations et rendait la pensée impossible, se saisit d'Elgyn qui courut. Il courut hors de la maison, en larmes, hurlant, criant, pleurant sans réelle envie autre que celle d'extérioriser l'infime douleur qu'il ressentait à l'instant même.

Au  bout de plusieurs minutes, ses membres le lâchèrent et il dut s'arrêter, haletant, effrayé, perdu, désemparé. Les mains appuyées sur ses genoux, ce ne fut qu'en relevant la tête qu'il remarqua la présence d'une silhouette, l'observant.

Et puis... soudain... ce fut... le noir.

***

Quand ses pupilles purent contempler autre chose que ses paupières, il crut être dans son lit. C'était le matin, la lumière du jour perçait à travers sa fenêtre. Il espérait qu'en se levant, il retrouverait l'environnement rassurant de son foyer, intact, et qu'un bon déjeûner l'attendait à la cuisine, préparé par sa mère...
Mais quand il se redressa, il comprit qu'il n'était pas là où il était censé être.

Et il fit un tour de tête de la chambre, simple, mais bien aménagée, qui l'avait accueilli cette nuit. Et là...

En un sursaut, Elgyn bondit du lit, prêt à se battre.

Un homme l'observait. Il avait l'air âgé, peut-être la quarantaine et paraissait profondément triste.

Le garçon voulut lui poser mille questions, mais aucun son ne sortait de sa bouche, sans qu'il ne put comprendre pourquoi, ni comment.

"Garçon, je m'appelle Harris. Je suis ... un traqueur."

Aucune réaction d'Elgyn, qui n'avait qu'une petite idée de ce que pouvait signifier le mot "traqueur", bien que persuadé de l'avoir déjà entendu ailleurs.

"Ce qui est arrivé hier... ne devrait jamais arriver. Hélas..."

La gorge de l'enfant se resserra, et peu à peu des images lui revinrent en tête, des images qu'il espérait n'avoir été qu'un cauchemar.

"Tes parents ont été tués par un lycan. J'étais là... pour nettoyer le massacre, et faire croire aux habitants de la ville que nous avions affaire à un simple accident."

Les pupilles d'Elgyn se dilatèrent alors que sa respiration commençait à se faire haletante. On venait de lui détruire les faibles espoirs qu'il aviat que ses parents se trouvaient dans l'autre pièce. Le faible espoir que tout ceci n'avait été qu'un mauvais rêve. Mais.... non...

Enfouissant ses mains contre ses oreilles, le garçon aux cheveux blancs secoua la tête, hurlant. Il revit son père sourire, sa mère rigoler. Il vit le doux visage de sa soeur et une douleur indescriptible l'envahissait, une douleur qu'il ne parvenait ni à comprendre, ni à gérer. Mais rapidement, une main forte vint abaisser ses bras et l'obligea à se coller à lui. C'était Harris.

"Tu ne risques plus rien garçon, tout va bien..."

Mais les mots qui se voulaient rassurants de l'homme ne témoignaient que de la véracité de cette réalité qu'Elgyn se refusait d'accepter...

Mais... il n'avait pas le choix...

Cinq ans plus tard

"Je sais que je ne devrais pas le faire, mais tu n'as plus de vie. Tu es porté disparu dans le monde des mortels, et ta famille est morte. Ta soeur, par contre, est elle aussi portée disparue, mais par ici... C'est compliqué comme situation... Je ne te vois pas regagner l'autre monde, ni oublier ce qui s'est passé... Aussi, tu es sous ma tutelle à partir de ce jour."

Les paroles d'Harris lui revenaient en tête alors qu'il entamait son quarantième kilomètres de course. Elgyn était désormais devenu un bel adolescent tout en muscles de 16 ans. Son programme, depuis qu'il avait intégré la magique académie, s'était quelque peu intensifié. Tous les jours il avait des entraînements de stratégie de chasse, comme aimait appeler Harris ces sessions tactiques, sans compter tout l'entraînement physique qu'Elgyn devait subir. Pour le préparer à toute éventualité, paraissait-il. Malgré le côté militaire et paranoïaque de l'homme qui l'avait élevé depuis le meurtre de ses parents, Elgyn s'était attaché à Harris. Il était strict, exigeant, et impitoyable. Mais il était juste. Juste selon son code. Et parfois sympathique. Il avait accueilli sous son toit Elgyn et l'avait inscrit à l'Académie pour l'apprendre à faire peut-être un jour le point avec la vie des mortels. Même s'il doutait que ça arriverait de sitôt.

Elgyn lui n'était pas animé par la volonté d'être un bon élève ou de rendre fier Harris comme il avait voulu rendre fier son père à une époque. Ce qui l'animait réellement, mais qu'il gardait pour lui, c'était de découvrir la vérité quant à ce soir-là. Et.. .retrouver sa soeur. Et les meurtriers. Une quête de vérité et un désir de vengeance qui accaparaient son coeur, ne laissant aucune place aux amitiés ou aux amours. Sa vie se résumait aux études et aux entraînements, sous la bonne supervision d'Harris, traqueur à la retraite. Retraite anticipée de par ses actions quelque peu à la limite du réglementaire, mais de ça, Elgyn n'en avait entendu que de vagues histoires des soirs où Harris abusait du saké. Autrement.... il ne savait rien de son mentor.

Si ce n'était qu'il l'entraînait probablement à devenir un traqueur, ce que l'adolescent désirait ardimment. Pour lui, cela élargirait son champ d'enquête et lui offrirait sans doute un savoir précieux sur la résolution du crime de ses parents... Sans doute.

Mais il était loin de se douter que la voix qu'il empruntait ne l'amènerait pas de la meilleure manière là où il désirait aller.

Quatre ans plus tard

Ca y était... c'était ses vingt ans. Un jour important dans la vie de toute personne mais qui ne représentait rien à ses yeux. Harris ne fêtait pas les anniversaires, et Elgyn ne se montrait pas suffisamment présent pour les quelques connaissances qu'il avait pour qu'elles organisent une surprise party à son anniversaire. Mais ça lui était fichtrement égal. Il s'entraînait au lancer de petits couteaux en ce jour du mois de mai qui était radieux. Son esprit, pendant la plupart de ses entraînements, vaquait. Principalement dirigées vers le passé, ses pensées noires et avides l'aidaient à intensifier ses séances d'entraînement et l'avaient amené à avoir de bons résultats. Harris était fier, et Elgyn aussi, des progrès qu'il faisait. Il espérait vraiment bientôt se voir traqueur.

Espoir qui tourna bien vite en désillusion, plus vite qu'il ne le pensa...

Deux ans plus tard

Agé de 22 ans, il avait postulé pour la formation de traqueur. Formation admirée, désirée parmi beaucoup d'académiciens. Elle marquait un tournant pour lui. Ce fut sans problème qu'il fut mis à l'essai et dut entamer sa formation. Quoi de plus normal, voilà onze ans qu'il avait rejoint ce monde surnaturel qu'il avait assimilé, et avait obtenu les meilleures notes dans quasiment tous les domaines. Il réussit avec brio et fut rapidement attitré traqueur, suscitant l'admiration de la plupart. Dire que l'attention lui étant soudainement portée ne lui plaisait pas, serait mentir. Elgyn remarqua qu'il appréciait cette dévotion des gens, et aimait se sentir admiré. Mais là où il fut désillusionné fut dans le fait que ses affaires n'étaient que de légères affaires. Pas de cas de meurtres ou d'activités illicites dans l'autre monde de la part de créatures ou humains aux dons exceptionnels. Rien. Seulement des bricoles, des "bêtises" d'étudiants. Cela permit toutefois à Elgyn d'accorder plus de temps à sa recherche, ainsi qu'à sa vie affective.

Il tomba en effet amoureux d'une collègue, elle aussi traqueur. Elle se nommait Noamie, et figurait aussi parmi les premiers de classe. Les deux jeunes adultes se fréquentèrent un certains temps, et rapidement leurs simples attachements devinrent un réel amour de l'un envers l'autre et vice-versa, à mesure qu'ils apprirent à se connaître, ainsi que leurs démons respectifs. Noamie était une lycan honteuse de son statut, alors que lui était un torturé de son passé... Un magnifique couple en perspective, qui vécut de beaux moments et se redonnèrent confiance. Leur vie était une vraie idylle... Assez longtemps pour permettre à Elgyn d'oublier un instant son passé et enfin s'orienter vers un futur qui ne se limiterait pas à son travail ou à son passé.

Mais... jamais le bonheur ne dure, n'est-ce pas ?

Trois ans plus tard

"Elgyn, je suis enceinte !"

Il avait vingt-cinq ans, et l'idée d'être père le paniquait. Mais ce fut avec sourire qu'il accueillit cette nouvelle, bien qu'intérieurement il criait au secours. Noamie elle, était ravie. Elle avait toujours été claire sur ses attentes et Elgyn les partageait. Seulement, se retrouver devant le fait était tant différent que d'en discuter sur l'oreiller. Mais cette nouvelle était bonne. Aussi, il continua son train de vie tandis que Noamie prit une pause dans sa carrière. Ils étaient un beau couple, c'était ce que tout le monde leur disait. Noamie était son rayon de soleil, celle qui l'avait sorti du cercle vicieux de sa colère et rancune éternelle. Parfois, il arrivait à Elgyn de cauchemarder encore de cette nuit. Parfois, des questions, toujours les mêmes, ressurgissaient au moment où il s'y attendait le moins. Parfois, il craignait pour sa femme et l'enfant à naître. Mais un câlin réconfortant le rassurait dans la plupart des cas et apaisait ses angoisses.

Plus aucun câlin ne pourra lui procurer cet effet...

Jamais.

C'était à nouveau une magnifique journée de printemps qui rima avec sa blessure la plus profonde. A nouveau... Sa journée s'était annoncée merveilleuse, et la nuit pointait désormais le bout de son nez. Il avait tardé sur le chemin du retour, prenant la peine de boire un verre avec quelques connaissances qui le connaissaient depuis bien des années.

Et puis...

Il regagnait tranquillement son appartement, quand soudain, un malaise l'envahit. Il eut comme une sensation de déjà-vue, et emprunta les escaliers avec rapidité et panique. Elgyn ouvrit même la porte quasiment en la défonçant, quitte à faire sursauter sa chère et tendre. Il avait besoin d'être rassuré, là et maintenant, tout de suite.

Mais ce qu'il rencontra en rentrant dans son foyer ne lui apporta aucun réconfort.

Une créature velue et sombre se trouvait dans la cuisine, le regardant avec une certaine passivité. Du sang s'écoulait du bas-ventre de la créature. C'était un loup-garou, pour ça il n'y avait aucun doute. Un loup-garou qui hurlait à la mort dans son appartement, et paraissait.... affaibli.

En voyant la forme qui se trouvait sous la créature, Elgyn comprit de qui il s'agissait et ce qui s'était passé. Et... quelque chose en lui se brisa. Il hurla, et s'avança vers celle qu'il connaissait en tant que sa femme, détruit à l'idée qu'elle ait pu tuer leur enfant.

Mais alors qu'il s'approchait, un coup de patte fulgurant l'envoyant valdinguer. Une des griffes de sa chère et tendre entama sa chair, déchirant sa rétine et continuant un bout dessous sa paupière. La douleur et la brûlure qui s'ensuivirent n'étaient rien comparé à ce qu'Elgyn ressentait. Avec l'adrénaline, et la colère, il sut se relever et confrontrer Noamie du regard. Un regard.... rempli de haine.
La créature lui renvoya un regard proche de celui du remord... et puis, elle s'effondra, au sol, morte, toutefois en offrant un dernier regard à Elgyn.

L'homme était... détruit.

"Ses créatures ne sont pas faites pour enfanter d'un humain, otôto...."


La voix qui s'éleva dans l'obscurité lui donna un second choc, autrement plus intense.

Cela faisait longtemps, Myriana....

De la joie aurait dû le parcourir, mais la vision de la silhouette bestiale de Noamie et de leur enfant apparemment mort-né lui enlevait toute envie de se réjouir.

"Est-ce... toi...."

Il ne put finir sa phrase, ni même affronter du regard sa grande soeur qu'il savait en face de lui. Son oeil valide ne parvenait pas à se dérober de sa famille, morte à nouveau. Le sang se mélangeait alors aux larmes....

Harris ne t'a rien dit ? Hein ?"

Un long silence.

Il a voulu te préserver. Les gens comme elle, comme moi... sont... dangereux.

Elgyn serra les poings.

Tu as le pouvoir de les arrêter. Je te conseille de le faire. Et j'espère que tu seras celui qui m'arrêteras, si je venais à aller trop loin. Encore. Aurevoir, otôto.

"AUREVOIR ?"

Hura-t-il face à un mur. Sa soeur était partie, déjà, et l'abandonnait à nouveau. Son cerveau tenta de chercher des réponses, mais il n'en trouva aucune. Tout ce qu'il fut en mesure de faire, fut de fuir. Fuir. Courir loin de cet appartement qui avait tant représenté, loin de cette seconde vie qu'on lui avait offerte et qui ne faisait aucun sens.

Naturellement, cette fois-ci, il partait avec un plan. Il voulut rejoindre Harris. Exiger de lui des réponses. Mais.... quand ses jambes furent à nouveau fatiguées, après avoir entamé le sprint de leur existence, Elgyn avait l'impression qu'il ne trouverait aucune réponse. Seulement un cadavre.

Et ce fut le cas.

Il retrouva Harris, pendu à l'arbre devant la maison qui avait été une fois la sienne. Une simple note était posée par terre. "Désolé", disait-elle. Elgyn commençait à perdre le peu d'esprit qui lui restait, et il fit la seule chose qui avait de sens pour lui...

Il... abandonna tout.

Le lendemain, la presse locale le suspectait du meurtre de son enfant et de sa femme, tandis que le suicide d'Harris faisait à peine couler de l'encre. Tout ce qu'Elgyn conserva fut un peu d'argent pour survivre quelques temps, son équipement de traqueur et quelques armes personnelles.

Il s'était égaré de sa voie, et il en avait payé le prix.

Plus jamais cela n'arriverait... Jamais.

De nors jours

Le années avaient passé. Elgyn avait eu le temps de beaucoup méditer sur sa décision fatidique de ce terrible soir, et bien que par moments il lui arrivait de regretter son ancienne vie, il ne choisirait pour rien au monde de redevenir ce qu'il était. De plus, il était considéré comme criminel, les blessures de Noamie étant liée à une lame en argent. Sa vie n'était de loin pas belle. Il se dissimulait, traquait certaines créatures, en tuait d'autres contre certaines sommes d'argent. Le jeune homme vivait au jour le jour, gagnat sa croûte, vivant de lieu en lieu, s'entraînant seul dans ses temps libres...

Et se torturant l'esprit l'autre partie du temps... Car .... son passé était une plaie. La question qui le tenait beaucoup éveillé, une parmi tant d'autres, était.... est-ce que Myriana avait tué Naomie ? Etait-ce cela qui avait déclenché la mort de son enfant ? Qu'avait fait Noamie pour mériter ça ? Myriana avait-elle aussi tué ses parents ? Que savait Harris ? Pourquoi lui avait-il menti ? Etait-ce assez grave pour qu'il décide de se donner la mort plutôt que de le confronter ? Ou bien avait-il été tué, lui aussi ? Et si oui, par Myriana ? Ou était-ce elle qui traquait le meurtrier responsable de tous ces drames ?

Il était venu au point de se rendre fou avec ces questions. Il était tendu, paranoïaque, et dangereux. Mais ça lui était égal. Il obtiendrait des réponses. Coûte que coûte. Peu importait qui il avait à tuer pour les avoir... Y compris sa propre soeur, qui n'était pour lui qu'un vague souvenir d'une enfance presque oubliée.




Quelques Infos

Âge 28 ans
Sexe Oui ! Ah euh... homme!
Orientation Bisexuelle
Groupe Les Autres
Pouvoir Compétences diverses acquises avec de l'entraînement
Alignement Loyal mauvais
Familier Un corbeau du nom de Boring


Description de ton Pouvoir

Elgyn étant humain, il n'a pas de pouvoir particulier. Néanmoins son entraînement intensif dans sa jeunesse l'a rendu bon au combat rapproché, lui a offert une excellente conditon physique et lui a permis d'acquérir de bonnes compétences dans le maniement des armes, à feu ou blanches.


Et derrière l'écran ?

Pseudo Idem que le perso
Âge 22 ans
Disponibilité 1x par semaine
Un petit mot ? Un cookie ?

© Halloween × CICI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 55
Points : 115
Date d'inscription : 13/02/2017

Feuille de personnage
Pouvoir: Exorciste
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Dorian Walker
MessageSujet: Re: Elgyn Reydark    Mer 17 Mai - 18:50

Ah que coucou !

Tout d'abord, bienvenue à toi. Étant un nouveau modérateur, je me permet de poster ici afin de relancer ta fiche de présentation.
Le nombre de lignes pour la présentation est plus que respecté. Tu souhaite rejoindre le groupe des autres, donc ton histoire n'a pas à se terminer sur l'arrivée de ton personnage à MA. Tout est en ordre selon moi.
Si tu as des questions, n'hésite surtout pas à envoyer un MP aux admins du forum ou même à moi ^^

Voili voilou, j'espère que tu souhaite toujours te joindre à nous, bonne continuation o/

_________________

Thème Dorian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Elgyn Reydark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone Administrative :: Présentations-