Partagez | 
 

 D'une pensée à haute voix [Ft Ayame Murasaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: D'une pensée à haute voix [Ft Ayame Murasaki]   Sam 29 Oct - 17:05


J’étais au milieu des bois, assise en tailleur, mes poignets posés sur mes cuisses, les doigts de la main gauche sur ceux de la main droite et les deux pouces se touchant. Je méditais tranquillement, les yeux fermés et pleinement concentrés sur ma respiration. C’était un exercice que je devais pratiquer quotidiennement pour toujours garder un contact avec mes ancêtres et de faire en sorte qu’aucun d’eux ne tente de posséder mon corps sans mon accord. Il s’agissait d’une profonde introspection durant laquelle je devais parfaitement rester concentrée. Haru m’avait fait faire cet exercice depuis que j’avais commencé ma fuite et au fil du temps, c’était à la fois devenu une habitude à laquelle je ne prêtais plus de véritable attention et quelque chose dont je me serais bien passée.

Après m’être perdue dans les couloirs du château, je voulais le plus éviter de rester enfermée à l’intérieur. Au final, l’air de l’extérieur, la sensation du vent sur la peau, les fragrances flottantes dans les bois, tout ça me manquait trop pour que je m’en passe. Et puis, le calme qu’offrait ce cadre était bien plus propice à la méditation que le vide pesant des salles du castel. En plus, maintenant que j’étais en sécurité dans l’enceinte de l’école, je n’avais plus à me soucier d’être dérangé. Je n’avais plus à me soucier de savoir si quelqu’un me voulait du mal. Mais plus j’y pensais, plus je me disais que je ne pourrais pas rester éternellement ici. Il fallait bien que j’apprenne à me défendre. Si je n’étais pas tombé sur la Magical Academy en arrivant à Nariyu, je ne crois pas que j’aurais pu échapper aux personnes me traquant.

Haru se rendit surement compte de mon trouble. Il apparut devant moi, lui aussi en tailleur, toujours habillé de son kimono. Quand je me rendis compte de sa présence, j’ouvris lentement mes paupières et tentai d’éviter son regard que je croyais inquisiteur.
- Tu n’es pas concentrée aujourd’hui ? Que t’arrive-t-il ?
- Je ne sais pas bien, soupirai-je de dépit. J’ai l’impression de toujours fuir et de ne pas réellement apprendre à faire face à mes problèmes.

Le silence reprit le cours des choses. En redirigeant ma tête vers le fantôme, je remarquai qu’il était plongé dans une intense réflexion. Je supposai que lui aussi devait penser quelque chose de similaire. Les minutes passèrent où lui et moi réfléchissions à une solution à mon problème. Un quart d’heure plus tard, Haru rouvrit ses yeux et prononça de sa voix grave et calme :
- Il y a peut-être un de tes ancêtres qui serait enclin à t’enseigner un art martial.
- Vraiment ? m’exclamai-je en souriant. Qui est-il ?
- Il s’appelle Jiao Shou. De ce dont je me souviens, il connait très bien le maniement du glaive et je pense qu’il accepterait de te transmettre son savoir.
- Mais...
- Mais sans partenaire physique, tu ne progresseras jamais.

Ça c’était un vrai problème. Cette nouvelle sapa presque mon moral et je me remis en position de méditation, refermant les yeux pour réfléchir à une solution. Effectivement, je ne connaissais personne pour le moment qui aurait accepté de servir de partenaire de combat. Je soupirai alors, toujours à voix haute, ignorant encore que quelqu’un d’autre m’observait :
- Merci quand même Haru...

"Maybe that life and death aren't that different?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: D'une pensée à haute voix [Ft Ayame Murasaki]   Dim 30 Oct - 20:34



Petit entraînement dans la forêt
Ayame Murasaki et Sarnai Fenghuang

Une nouvelle journée commençait et depuis son arrivée à la Magical Academy, la jeune elfe avait fait quelques rencontres intéressantes. Dire qu'elle avait plutôt tendance à fuir le contact avec les autres et pourtant, le nombre de personnes avec qui elle interagissait, ne cessait d'augmenter. Enfin c'était plus par obligation que pour autre chose ! Quelqu'un venait la voir et lui adressait délibérément la parole, c'était tout naturel qu'elle réponde, non ? Et puis, bien qu'elle soit une solitaire dans l'âme, lorsque quelqu'un avait besoin d'aide, elle n'avait pas le cœur de refuser. Oui, car elle aimait venir en aide à son prochain ! Cependant, bien souvent, elle partait avant même qu'on ne puisse la remercier. Pourquoi ? Cela voulait dire prolonger la conversation et elle en avait rarement envie. Ce n'était pas qu'elle détestait ces personnes ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs, mais disons qu'elle n'avait pas l'habitude et que cela la gênait un peu. Faut dire qu'après avoir vécu toute son enfance dans un manoir reculé dans la forêt avec une seule personne et pour unique ami, un chat-fée, n'aidait pas ! Quelqu'un comme elle pouvait-elle réussir à créer des liens ? Elle en doutait un peu...

Ayame était actuellement en train de lire un livre dans la bibliothèque ayant pour thème principal les esprits. Elle était tombé dessus par hasard et avait finalement décidé de le lire jusqu'au bout. Kuro, installé sur ses jambes, faisait comme à son habitude la sieste. Une fois sa lecture terminée, elle remit l'ouvrage à sa place, se demandant par la même occasion ce qu'elle pourrait bien faire. Son ventre qui gargouillait la rappela bien vite à l'ordre et elle se dirigea ainsi vers le réfectoire. Elle prit des frites et du steak haché et donna la moitié de celui-ci à Kuro, qui le dévora. En dessert, elle avait pris une pomme ainsi qu'une île flottante. Une fois la panse bien remplie, elle débarrassa le tout avant de repartir en vadrouille. Il y avait de plus en plus d'élèves dans les couloirs et le bruit ambiant lui donna l'envie de s'isoler. Elle aimait bien le calme de la nature avec pour fond sonore le chant des oiseaux et le vent qui soufflait, faisant virevolter les feuilles. Pour cette raison, elle marcha un petit moment en direction des bois. Là-bas, au moins, elle serait tranquille ! Tout du moins, c'était ce qu'elle croyait...Qui aurait pu prévoir qu'elle y ferait une rencontre étonnante ? Arrivée sur place, elle entendit quelqu'un parler. Curieuse, elle s'approcha sans faire le moindre bruit et remarqua une jeune fille brune, assise en tailleur. Le plus étrange dans tout cela, c'était qu'elle parlait seule ! Intriguée, Ayame se rapprocha encore un peu, regardant les alentours, sans pourtant voir le moindre chat à l'horizon...Enfin, hormis le sien, bien évidemment ! Elle avait d'ailleurs pu entendre le nom « Haru ». Qui cela pouvait-il donc bien être ? Étais-ce possible que la demoiselle ait des hallucinations ? Un peu inquiète, Ayame arriva derrière elle et lui tapota l'épaule.

"Tu te sens bien ? Je t'ai entendu parler toute seule...À part toi et moi, il n'y a personne ici, donc je me demandai qui était ce Haru..."

On ne sait jamais, au moins, s'il y avait le moindre problème, ce n'était pas comme si elle n'était pas intervenue. Ayame espérait ne pas l'avoir trop effrayé en l'interpellant de cette manière. On ne pouvait pas toujours prévoir ce qui allait passer. En cas de besoin, si cette personne montrait le moindre signe d'hostilité à son égard, elle n'hésiterait pas à utiliser son sabre.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: D'une pensée à haute voix [Ft Ayame Murasaki]   Lun 31 Oct - 0:02


J’étais toujours en train de méditer quand une voix me tira de mes pensées. C’était une voix légère, douce qui me demandait avec suspicion si j’allais bien et qui était ce fameux “Haru” dont elle avait entendu le nom. Bien qu’en me fiant à sa voix, elle ne semblait pas dangereuse ou méchante, elle agit comme le ferait un électrochoc et je sursautai de surprise. Jamais, non ça jamais, je n’avais été surprise en train de parler avec un de mes ancêtres. Haru m’avait répété tellement de fois que je devais faire attention à ne pas utiliser mes pouvoirs de liens en public pour éviter de blesser quelqu’un ou de me blesser moi-même en n’ayant pas assez de concentration. Non seulement, je m’étais fait surprendre, mais en plus, la personne qui était arrivée devait me prendre pour une folle à parler dans le vide. Je n’osais pas me lever ou même jeter un petit coup d’œil pour voir à quoi ressemblait mon interlocuteur. Je ne faisais que me répéter mentalement que j’avais fait une belle bourde encore et encore, jusqu’à ce qu’Haru me criât dans la tête de me calmer, me faisant sursauter une nouvelle fois. Une fois mes esprits calmés et retrouvés, je pris une grande inspiration et me levai.

Je découvris alors une jeune et jolie femme. Un peu plus grande que moi, c’était surement la plus belle fille que je n’avais jamais vue. Elle avait de longs cheveux argentés, d’étranges et d’hypnotisant yeux violets et une peau d’un blanc presque plus clair que ses cheveux. On aurait très bien pu la prendre pour un ange, et je dois bien avouer que l’idée qu’elle en soit vraiment un était rapidement née dans mon esprit et s’était vite incrustée dedans. En observant plus attentivement, je remarquai les deux bijoux qu’elle portait. Le premier était une petite barrette en forme de papillon clipsée dans ses cheveux opalins. Le second était un collier avec une émeraude taillée qui me rappelait un peu mon pendentif. Sans y penser, je plaçais ma main gauche sur ce dernier et le manipulais lentement entre mes doigts. Puis, revenant à la réalité et me souvenant que je paraissais surement un peu bizarre, je tentais de trouver une réponse à sa première interrogation.
- Je...

J’hésitai encore à être parfaitement honnête avec la fille angélique. Mais la voix de Haru me rassura et me convainquit que je ne risquais pas grand-chose. J’y réfléchis une dernière fois et me dis que, de toute manière, je ne pouvais pas passer plus pour un alien que maintenant :
- Je vais très bien. Je ne faisais que discuter avec Haru, mon... ancêtre japonais ? demandai-je presque comme si je n’étais moi-même pas sur du sens de ce que j’avançai. Je m’appelle Sarnai Fenghuang. Mes ancêtres m’apparaissent sous la forme de fantôme et je peux communiquer avec eux. Par contre, tu pourrais éviter de le crier sur tous les toits. C’est pas tout le monde qui a accès à une immense bibliothèque du passé.

Je tournai mon visage pour chercher une réaction chez Haru, mais la seule chose qu’il fit fut de lever les épaules après avoir croisé ses bras. J’espérais avoir été assez claire. Au cas où non et dans une ridicule tentative de changer de sujet, je demandais, après avoir remarqué les oreilles pointues de mon interlocutrice et souriant le plus naturellement possible :
- Et toi ? Qu’est-ce que tu viens faire ici ?

"Maybe that life and death aren't that different?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: D'une pensée à haute voix [Ft Ayame Murasaki]   Lun 31 Oct - 20:50



Petit entraînement dans la forêt
Ayame Murasaki et Sarnai Fenghuang

En entendant quelqu'un parler seul, n'importe qui se poserait des questions. Bien évidemment, il pouvait arriver de se parler à soi-même, mais pour ce qui était de la situation présente, c'était bien différent. Ayame avait eu l'impression qu'elle s'adressait à une autre personne, mais comment était-ce possible alors qu'elles n'étaient que toutes les deux dans les bois ? Non, vraiment, plus elle y pensait, plus elle trouvait cela étrange. Certes, de nombreux mystères demeuraient dans ce monde, elle ne savait pas tout, mais que pouvait-on croire d'autre à part que cette fille ait des hallucinations suite à la prise d'une substance quelconque ou tout simplement parce qu'elle était folle ? C'était les deux explications les plus plausibles, mais avant toute chose elle préférait écouter ce qu'elle pourrait lui dire. Ce qui l'avait également intrigué, c'était la position dans laquelle était installé son vis-à-vis. La posture suggérait qu'elle méditait, mais dans ce cas-là, pourquoi parler ? Elle attendait patiemment une réaction de la jeune fille aux cheveux bruns, ne pouvant rien faire hormis attendre. Cette dernière ne se fit pas attendre, puisqu'aux mots de l'elfe, elle sursauta. C'était un peu le genre de réflexe qu'elle redoutait, elle n'avait pourtant pas l'intention de lui faire peur, mais c'était raté ! Ayame sentait qu'elle paniquait et pour preuve, l'inconnue ne se retourna pas immédiatement, elle fit de nouveau un bond avant de finalement reprendre ses esprits et de lui faire face.

Ne lui répondant pas immédiatement, elle sembla la détailler de haut en bas, mais Ayame ne montra aucune gêne en particulier, gardant parfaitement son sang-froid. Elle en vint même à se demander si elle était si impressionnante que ça et craignait de l'avoir intimidé. En l'observant, son regard fut attiré par deux objets. D'abord, les deux bracelets dorés, un à chaque bras, maintenant ainsi les manches. Puis, le magnifique collier qu'elle portait autour du cou sur lequel on pouvait apercevoir un symbole. Elle semblait y tenir puisqu'elle plaça sa main gauche sur ce dernier. Son attention se porta également sur les yeux de couleur ambre de son interlocutrice, c'était une teinte plutôt rare. La petite voix de cette dernière, la sortie de sa rêverie. Enfin, elle allait s'exprimer et suivant ce qu'elle dirait, ses doutes quant à la santé mentale de la jeune fille s'évanouiraient.

Elle répondait au doux nom de Sarnai et discutait donc avec son ancêtre japonais ? Vraiment étonnant ! Comme quoi, tout était possible...En tout cas, elle possédait un sacré pouvoir et comprenait parfaitement qu'elle ne veuille pas que cela s'ébruite. Elle pouvait être rassurée, Ayame serait muette comme une tombe. L'idée qu'elle puisse communiquer avec son père lui effleura un bref instant l'esprit. Cependant, comme elle l'avait indiqué, c'était avec ses ancêtres qu'elle pouvait communiquer donc inutile de s'y attarder. De toute façon, ce n'était pas une très bonne idée...

"Tu as un pouvoir étonnant qui pourrait attirer bien des convoitises. Ne t'inquiète pas, avec moi, ton secret est bien gardé Sarnai. Je m'appelle Ayame Murasaki, enchantée." Répondit-elle calmement d'un ton neutre.

Peu après, Sarnai lui demanda ce qu'elle venait faire ici, sans doute dans le but de changer de sujet. Ayame regrettait de l'avoir pris au premier abord pour une folle, mais maintenant que tout était réglé, plus de problèmes, n'est-ce pas ?

"Les couloirs de la Magical Academy étaient trop bruyants et j'avais besoin de calme. Je suis donc venu me détendre ici avec mon ami, Kuro." Dit-elle tout en désignant la boule de poils noire. "Je comptais aussi m'entraîner afin de perfectionner mes techniques au sabre."

Une pensée effleura soudainement l'esprit d'Ayame. Si Sarnai pouvait communiquer avec ses ancêtres lui apparaissant sous la forme de fantôme, cela voulait donc dire que le fameux Haru était là, même si elle ne le voyait pas ?

"Ce Haru, en ce moment même, il est ici ? C'est quand même un peu bizarre de se dire qu'il y a quelqu'un, mais que tu sois la seule à pouvoir le voir."

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: D'une pensée à haute voix [Ft Ayame Murasaki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

D'une pensée à haute voix [Ft Ayame Murasaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le jour du Karamstra, pensées Karamstriennes. [la Voix du Culte]
» Seul et sage pensée!
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Le Château :: Au dehors :: Le Parc et la Forêt-