Partagez | 
 

 J'ignore, j'évite, je rends et je souris. Bienvenue dans mon monde ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: J'ignore, j'évite, je rends et je souris. Bienvenue dans mon monde ~   Mer 11 Mai - 17:35



 
 


     
× Rinji Tokuma ×


     × Physique
     


       Le physique est souvent un assujetti à des baisses d'estime, des complexités en tout genre, à la vantardise; ou bien plus rarement mais miraculeusement toujours existant, à la modestie. Si la beauté est un point majoritairement relatif, la société d'aujourd'hui se doit de reconnaître qu'un groupuscule de normes doivent être au moins respectées pour être considéré comme un bel être de nos jours. Qu'on ne se voile pas la face; bien qu'il soit tout à fait possible d'aimer n'importe qui -et c'est ce qui nous empêche véritablement de vomir définitivement sur la race humaine-, il y aura toujours une liste de goûts communs auxquels les us et coutumes des populations modernes s'attachent et appliquent dans leur opinion personnelle et collective. Ainsi, il sera toujours possible pour définir objectivement certaines personnes comme pourvues de beauté ou non. Les moins dérangés par le sujet se fieront au caractère de leur prochain, mais les plus idiots se contenteront de l'aperçu physique qui leur sera accordé.

Et ces idiots auront toutes les raisons d'être pleinement charmés par Rinji. Qu'on abatte ici et maintenant l'hypocrisie de masse; s'il est bien évident qu'on puisse être séduit par un tout autre visage que le sien, Tokuma reste un homme un tant soit peu béni par Dame Nature. Déjà tôt dans son existence, son charme inné faisait craquer bien des demoiselles -et, pour les histoires les plus drôles, quelques garçons aussi-, bien évidemment sans abuser et plonger dans l'excès. Le roux aura simplement été bonifié sur ce plan-là de la séduction. En grandissant, les exploits morphologiques qui lui furent attribués ne perdaient pas en véracité, et aujourd'hui encore le visage de ce personnage se grave aisément dans les mémoires.

Alors, un témoin parti à la rencontre de l'Esper se remémorera à l'occasion -parce qu'il ne faudrait pas pousser la prétention trop loin non plus; croiser Rinji ne garantit pas de s'en amouracher bêtement- de son faciès sculpté avec une lesteté faisant des délimitations de celui-ci des courbes que vos mains aimeront à longer, si tant est que vous en ayez la capacité. La peau satinée et nuancée d'un blanc éclatant de splendeur recouvre son minois tout d'abord ponctué d'une fine bouche aux commissures pointilleuses. Attendez-vous alors à l'envisager sous plusieurs angles; ses sourires passant facilement de l'aimable gentleman au carnassier psychotique, en passant par le tendre enjôleur ou encore le bel aguicheur. Ces envoûtantes lèvres se voient garnies d'une pulpe discrète mais non moins attirante, pour le bonheur des plus intimes.

Cela est rehaussé d'un nez grec, quoique plus taillé dans l'ensemble, rallongé en hauteur en respectant la linéarité de son arête. Toutefois, le renifloir s'avère toute somme assez plat en résumé; ce qui ne fait pas disgracier le visage de Tokuma pour autant. Deux yeux caractérisés par un regard châtain puissamment vif transpercent l'horizon sans relâche ni empathie, gratifiant le personnage d'un faux air mystérieux avec lequel il aime à se prêter au jeu des devinettes. L'œillade placide et immuable, il devient tout de suite moins ardu d'imiter ce que bon nous semble. Finalement, tous ces traits se voient casqués d'une coiffure moyenne et écourtée sur les flancs, colorée d'un rouge sanguin unique dérivant sur une frange rebelle ne le gênant pas plus que ça dans ses fixations; et sa chevelure libère alors deux oreilles à peine décollées prêtes à l'écoute de son entourage.

Pour une description plus ouverte, il serait bon désormais de se rappeler la physiologie et le code vestimentaire du roux. Si ses airs matures d'ensorceleur paraissent fluets au premier abord; d'enfantin le qualifieront les esprits les plus critiques; son corps est en parallèle parfait avec le cliché de l'homme entraîné : la stature droite, peut-être même hautaine sur les bords, Rinji est gravé d'une musculature assez développée pour son ambition et joue sur la souplesse de son anatomie pour exploiter une agilité sans pareil. Ses aptitudes physiques ne sont dès lors plus à prouver.

Quant à sa tenue la plus habituelle; il s'agit généralement d'un manteau au col étendu octroyant une vue sur le cou du personnage voilé par le col du polo qui recouvre son haut. Un pantalon de ville, affiné pour ses activités du quotidien terminent sur une paire de chaussures toute somme élégantes. Le tout est pigmenté d'une coloration pour le moins obscure, ses vêtements ne jouant que sur les différentes doses de noir les plus connues; le tout pour une allure très sobre et paradoxalement aussi utile pour se fondre dans la masse que s'y faire agréablement remarquer..
     



     × Mental
     


       De grands pouvoirs n'impliquent pas forcément de grandes responsabilités; mais au moins un certain caractère. Et bien qu'originairement silencieux, Rinji a su démontrer les plus grandes lignes de sa personnalité sans l'ombre d'une moindre once de honte. Il s'agit là par ailleurs d'un attrait fondamental du personnage; la vergogne n'est clairement pas admise dans sa façon d'agir. Ce qui inclut par conséquent bien des dérivés de cette caractéristique : la franchise de donner son avis de manière tantôt explicite, tantôt implicite; l'insouciance quant aux conséquences encourues par la promulgation de quelques dires mal placés, ou encore l'impétueuse manie de chercher à avoir le dernier mot lorsque les circonstances ne sont pas trop pesantes...

... Ce qui permet de déboucher sur les prolongations de son comportement. Sans pouvoir être véritablement qualifié de tête-en-l'air, Tokuma est quelqu'un à l'esprit léger et tranquille. Se plaire à tout, rire de rien et apprécier ce que l'on hait font le lot quotidien de ses réactions et préavis les plus sincères. La vie est précieuse; la gâcher dans un trop plein de sérieux n'est jamais une bonne idée. Savoir se détendre est primordial, bien que l'on puisse reconnaître un sens des priorités tout au plus rigoureux chez le jeune adulte. S'il s'amuse de toutes les existences, ce dernier reste tout de même capable de faire un tant soit peu montre de réflexion et de concentration. Ce qu'il y a à retenir est son penchant pour l'aisance de vivre et le plaisir de sourire... Bien que les raisons puissent diverger. Le roux est un grand heureux, la plupart du temps, pour faire la somme.

Être un grand jovial rapporte énormément d'intérêts. Beaucoup de portes s'ouvrent face à un rictus réconfortant... Notamment celle de la manipulation. S'il n'est pas rare que le roux agisse avec une sincérité pourtant dotée d'airs indifférents; il faut admettre que le masque de la jovialité constante permet aussi bien de voiler ses ambitions les plus sombres et les plus absurdes tout comme il est possible d'agir avec une remarquable lesteté d'esprit. Ainsi, les émotions qui primeront sur le faciès de Rinji se résumeront souvent à un contentement plus ou moins certain; parfois excédant, parfois mesuré. La confiance en soi qu'il possède doit aussi sûrement jouer un rôle-maître dans l'équation du contrôle de ses mimiques.

Pour avoir une vision aussi rose -du moins, en apparence- de la Vie, il faut au moins ça... Ou bien avoir côtoyé bien des tourments, la Mort se faisant par exemple Reine de ces derniers. Tokuma a eu le temps de croiser bon nombre de lamentations, au fil de sa folle existence. Et de ce fait; derrière la façade bienheureuse et charmante de l'homme... Se cache un véritable jeu machiavélique. Les pensées fusent à vive allure; ses réflexions sont brèves mais intenses et pourvues d'une logique objective ainsi que d'une plus personnelle, autorisant le peuple à imaginer l'Esper plutôt intelligent. Mais comme tout bon psychopathe contenu qui se respecte, il s'agit d'un acquis parmi d'autres.

Tokuma s'avère dans les détails être un grand cœur au sang froid, pourvu d'une amabilité implacable et doublé d'une assurance infaillible. Agissant pour la cause qui lui parait la plus juste, le garçon se vante d'être plutôt indépendant et fier de nature. Le courage dont il s'arme est teinté d'autant d'admiration qu'on peut lui louer à cela que du sang des gens que le roux n'hésiterait jamais à tuer. Appréciant secrètement d'exagérer dramatiquement les choses, le jeu d'acteur est devenu un passe-temps pour lui, et le romantisme est sa quête privée. Aussitôt innocent, aussitôt coupable; rien ne parvient à réellement déstabiliser un personnage comme celui-ci; bien trop narquois et sournois pour soumettre sa surprise au bonheur d'autrui.

Sous sa séduisante facette s'est réfugié un être susceptible d'arracher les cœurs figuratifs tout comme les matériels, d'une main recouverte de sang dont il se délectera savoureusement, ravi d'avoir accompli ce qu'il jugera être bon. Ne nous méprenons pas toutefois; s'il était un monstre déguisé, il ne serait pas aussi libre d'expression en matière de sentiments. La nonchalance est un produit de mise dans la forge de son esprit élargi à toutes les frontières. Pour mieux arranger les formes de l'âme, une telle insouciance aura étrangement conduit le meneur de toutes ces pensées à respecter un code de conduite fondé sur sa propre justice. Ainsi, tout le monde ne sera pas non plus sa victime : seulement les plus méritants. Outre cela, Rinji peut respecter ou non un passant, complimenter peut-être une gente ou une autre...

... Il n'en reste pas moins drôlement imprévisible..
     



     × Histoire
     


       Il est de ces destinées où l'élu de gré -ou non- soit contraint de respecter quelques normes imposées par le style de vie requis à l'accomplissement de sa vie. Bien qu'heureusement pour la plupart, il ne s'agit au quotidien que d'efforts moraux, de tolérance et de complaisance; il reste possible que la vie se réserve de surprises pour laisser exploser la fatalité à la face de l'Homme dans un brouhaha dévastateur de par la violente passion pouvant découler d'un tel revirement de situation; d'un si stupéfiant point de non-retour. Le romantisme est une clef essentielle à la bonne tenue d'une existence. Et, il est probablement bon de rappeler aux plus naïfs et aux plus stupides d'amour que le romantisme n'est pas forcément bu avec de l'eau de rose, mais qu'il peut tout aussi bien être suivi avec intrigue au travers de quelque histoire que ce soit, ou encore méprisée et noyée dans nos larmes quand le bonheur se meurt.

Pour d'autres encore; car le plus beau fait en ce monde est que tout est pourvu d'autant de sens qu'il en faut pour créer à chacun son propre Univers; le romantisme peut être si léger et emmêlé entre les péripéties qu'il doit sûrement pouvoir être aperçu en l'unique cas où un rituel satanique sera exécuté en cherchant midi à quatorze heure, le trente-six Vendredi treize du mois de Janvoctobre en portant un polo rose à pois verts pour pouvoir chanter et danser jusqu'à en mourir dans un cercle gravé à même le cuir d'une chèvre centenaire sacrifiée pour l'occasion si particulière. Si l'idée n'est toujours pas perçue avec une définition aussi plausible que celle-ci... Il faut simplement savoir que ce que l'on peut prendre pour l'absence de romantisme s'avère parfois justement être du romantisme. Ainsi, même les places les plus pittoresques possibles pour la chasse à la tonalité paraissent tout à coup embuées d'un climat allègre dans lequel toutes les idées peuvent s'échanger. Il suffit d'imaginer un petit bourg du nom de Nariyu, parsemé de ce romantisme tant convoité...

... Il suffit aussi d'y peindre la tendresse d'un couple sous la coupole céleste accompagnant Nyx dans sa volée nocturne; de réfléchir à ce qui façonne la funeste rencontre de rivaux parés à en découdre au coin d'une ruelle sur laquelle donnait l'arrière-boutique d'un bar peu recommandable... De penser que même un cirque de passage émerveillant l'idiote jeunesse et emplissant d'admiration les yeux ébahis de spectateurs en tout âge. Ceux qui gratifient le spectacle d'assez de monnaie pour au moins tenir sa propre place dans les tribunes n'en reviendront pas pour des jours durant... Le romantisme pourrait-il aussi s'enfouir dans les talents de prestidigitation d'un habile acteur, provoquant voltes-faces dans la foule abasourdie par l'agilité extraordinaire du parfait inconnu ? Ce soir, le marchand d'étoiles remplace le sablonneux, et possède une précision bien accrue pour pouvoir en ficher dans les prunelles de toutes et de tous.

Ce soir-là; par ce soir que le calme favorisait davantage et que la brise allégée d'un vent lui aussi émoustillé; les cabrioles d'un homme suffisait à époustoufler les miraculés témoins d'un si grand don. Partagés entre l'adoration et la crainte, dérivée de l'incompréhension, personne ne savait réellement ce à quoi il assistait. Et pendant que des mains grasses et rudes se frottaient d'amusement nonchalamment dans l'ombre de la lucrativité; entre deux monceaux du rideau bandé de rouge et de blanc couvant chaleureusement le chapiteau; la magie opérait dans tous les sens du terme. Bien des années ont du se laisser consommer pour parvenir à un tel résultat... Mais il reste difficile de savoir si le marchand d'étoiles y était depuis sa plus jeune enfance. Le mystère importait peu; il était comblé par le prestige du maître de la soirée.

De trapèze en poutre, par les mains et la pointe des pieds; à l'aide d'une expérience presque monstrueuse; le joueur en scène virevoltait à l'image d'un ruban filant avec une sauvage harmonie sur tous ses obstacles, tournant autour avant de bondir par dessus et d'atterrir sur un autre. Les pirouettes s'additionnent, les enchaînements eux-mêmes s'amoncèlent pour ne faire plus qu'une chorégraphie aérienne sans répit. Et de toute manière, Dieu sait que l'auteur de ces voltiges n'en avait guère besoin. La tête en bas, parfois sur les côtés et enfin sur ses épaules pour saluer la masse dans une ravissante courbette; même la sueur de l'effort n'arrivait pas à défigurer la prestance de cette nuitée. On acclamait l'étranger, on le remerciait pour avoir soulagé les temps de chacun et leur avoir accordé une si belle représentation. Quelques rares extravagants chansonniers parlaient même d'un zeste d'épique. Les impressions aux allures trompeuses n'étaient pourtant pas à redouter... Du Lundi au Vendredi, pour toute une semaine, on pouvait constater du véritable don de cet homme.

Ses collègues ne manquaient jamais une tentative de récompenser le célèbre trapéziste par d'incalculables félicitations à n'en plus finir. Le graisseux tenancier du cirque non plus, d'ailleurs; qui lui organisait des congés minimes pour le glorifié et le reste de la troupe. Bienheureux des retours de son passage, le jeune adulte réajustait anarchiquement sa chevelure carmine d'une main leste en acceptant les congratulations de chacun d'un modeste acquiescement. Le séjour se déroulait alors ainsi, et les bénéfices grimpaient évidemment à mesure que la rumeur du vaillant personnage présent au sein de l'édifice se répandait dans la cité. Une semaine entière était censée se dérouler ainsi, et bien évidemment qu'il en fallait plus pour détailler cette histoire...

"... Bien, bien, bien..." Articulait déjà une voix grave et embourbée par le lard du gérant de la bande. Dans les coulisses de la cinquième démonstration, on avait diverses caisses noires bardées d'un argent satiné sur lesquelles certains dresseurs de bestiaux de toute sorte se tenaient peinardement. D'autres figurants encore usaient de ces mêmes caisses pour ranger mille instruments d'attraction; des fouets, des anneaux, des balles, des altères... Ailleurs mais non loin de ces personnages-là, des musclés accompagnés de nains et autres fantastiques êtres vivants se réunissaient en ligne stricte -bien que décontractée-. En face de ceux-là, le plus grand artiste de l'équipe, à qui tout le monde sans exception tournait un amical et sympathique sourire alors qu'il leur rendait leur attention par un aimable et tranquille regard noisette. "... Ce soir fut tout aussi parfait que les autres soirs ! Je vous encourage tous à continuer comme ça ! Vous êtes superbes ! Et surtout toi, Rinji..." Annonçait le bedonnant gentleman responsable de toute l'affaire, en tournant ses yeux vers le trapéziste à ses dernières paroles. "Pour l'occasion, repose-toi un peu... Je ne veux pas que mon numéro maître se tue à la tâche ! Demain, c'est congé ! Je te veux en parfait état pour le soir d'après. La dernière impression sera assurément la meilleure. On nous demandera sûrement de revenir... Ha ha !"

Et rien de mieux qu'une bonne nouvelle pour revenir au sens manifeste de la Réalité. Le finalement dénommé Rinji s'est toujours donné corps et âme au cours de ses prestations, ignorant les risques des gestes qu'un esprit seulement aussi libre que le sien était capable d'oser tenter. Dame Fortune l'aura eu jusqu'ici sous un bon œil, et c'est donc épuré de toute la tension que ses spectacles encouraient qu'il fuit dans les méconnaissances de l'unique quartier frappé par le début de réputation qu'il s'est ainsi taillé. Non pas que le garçon se déplaisait aux faveurs de ceux qui sauraient le reconnaître dans son blouson incognito. La brise frisait agréablement la mèche ébranlée de sa coiffure relaxée, dans cette inédite soirée galvanisée par les festivités d'un bar à l'air cosy qui tapait à l'œil fanatique de la vieille école : la panonceau en néon suspendant au dessus du vitrail du petit coin séduisait l'homme et l'invitait clairement à se détendre là. Ça, ou bien la mine peu réjouissante des bougres se défiant du coin de l'œil à chaque seconde qui passait...

... L'ambiance presque mafieuse qui berçait la place dans une tension palpable excitait la curiosité de Rinji. Sans oublier que le pavé par lequel ses pieds ont du filer pour parvenir jusqu'à ce lieu ne présentait déjà que peu d'attraits réconfortants... Peut-être qu'au final, c'est bien ce que cherchait le roux.Peu importe la raison en tout cas, c'était là qu'il avait choisi de s'immiscer; un fier rictus pendant aux commissures de ses lèvres condescendantes.

L'intérieur était tout aussi cliché qu'il pouvait l'espérer : le parquet tapissé d'or et de rouge, où se brodaient peu de tatouages au style oriental soutenait les chaises couronnant les tables au bois reluisant sous les projections des lustres où siégeaient royalement une demi-douzaine de bougies pour chacun des trônes de fer qu'il y avait de suspendu au plafond. Les murs étaient ornés de diverses œuvres assurément locales, puisqu'on pouvait y reconnaître le paysage urbain sur lequel la vue d'une colline à l'entrée de Nariyu s'étendait de bout en bout.

L'assuré inconnu de l'endroit fut accueilli à l'ancienne, une fois que le clochet de la porte retentit à travers la boutique : une armada d'œillades se croyant menaçantes essayaient de pourfendre celle du jeune homme tout comme elles avaient pour optique d'abattre son moral et l'inviter à déguerpir aussi vite qu'il avait posé les pieds sur le paillasson du bar... Ce qui n'eut pour effet que de tremper la motivation de Rinji dans un acier l'étant justement déjà. Le ridicule orchestre composé de deux à quatre musiciens dans le fond avaient coupés leur mélodie à l'arrivée du considéré intrus, avant de se remettre à leur affaire presque en râlant de plus belle. Tout le monde baissait mauvaisement sa mine, grommelant ici et là en même temps que les plus insistants ne quittaient pas Tokuma du coin de l'œil. Lui s'acquittait gentiment de ce traitement, prenant une pleine bouffée de l'air embrumé par les cigares de la peuplade pour bêtement savourer le climat de l'époque qui paraissait rapporter la place au passé auquel il appartenait clairement.

Une dizaine de pas plus tard, l'homme de cirque en congé profita d'un tabouret au comptoir encore libre, entre deux êtres largement plus bourrus que le jeunot figurant ainsi bien plus frêle que ses confrères de beuverie. Ici était un lieu de réunion pour le type de bougre qui n'aimait pas être dérangé en pleine discussion... Le type qui n'hésitait pas à frapper par pur plaisir. Qui ne méritait, en vérité, pas meilleur traitement que celui qu'il serait susceptible d'infliger gratuitement. Décidément, chaque détail ici; même vivant; se dédiait à tous les stéréotypes les plus voués à une place aussi atypique. Une fois confortablement installé, Rinji ne perdit pas un instant à quémander sa boisson. "Une bière, s'il vous plaît. -... Tout de suite, tout de suite..." Soupirait le serveur occupé à lustrer les verres usés par les coktails précédents. Cependant, l'employé ne traînait pas pour autant dans son service et très vite le roux fut satisfait : une gorgée après une autre, son récipient ne pesait pas franchement face aux pichets gargantuesques des gênés qui poignardaient Tokuma de leurs yeux assoiffés de mauvaise surprise.

"Tu devrais pas traîner là, gamin... Paraît que certains ici n'aiment pas trop ton genre de présence... Tu sais, les incrustes, tout ça... C'est pas vraiment apprécié..." Déblatérait le rustre de droite, vomissant ses dires avec autant de venin qu'il désirait en injecter dans l'âme de l'humble buveur venu silencieusement jusqu'ici pour uniquement profiter de la paix éphémère que son patron lui avait accordé. Celui posté à la gauche du héros semblait déjà avoir du mal à se contenir, et il faisait expressément grincer sa mâchoire dans un frottement coléreux d'ores et déjà ennuyeux. Le prémisse d'une sale tournure...

"... Je ne fais aucun mal. Non pas que je tienne à vous énerver, mais par conséquent, je ne quitterai pas l'endroit. Laissez-moi au moins profiter de ma bière..." Persiflait ironiquement Rinji, vraisemblablement enjoué par l'oppression foireuse du musculeux détracteur. Et ce furent bien évidemment les mots de trop...


Un grognement presque bestial surgit symétriquement des deux flancs de l'artiste de cirque, avant qu'un poing fulgurant provenant de chacun de ces côtés ne cherche à massacrer le moqueur. Le protagoniste, lui, avait clos ses paupières le temps de déguster une énième gorgée, et n'agissait en rien par rapport à la situation... En un coup synchronisé, aussi vif que la corpulence des attaquants empêchait de le faire deviner; les phalanges raffermies de ces derniers transperçaient littéralement le ciblé de part en part... Rinji, lui, semblait avoir lâché sa bière contre son gré; celle-ci chutant au sol en symbole d'un ultimatum. Ce qui était à noter... C'était que Tokuma était littéralement transpercé par lesdits poings, ce qui ne manqua pas d'arracher un "Que... ?!" grotesque aux éreinteurs abrutis.

Le roux n'était pas touché. On lui passait dedans en coup de vent, comme si de rien n'était; sans que rien ne le dérange. Les mains serrées du duo combattant s'entrechoquèrent sans préalable, et les idiots bondirent hors de leur propre tabouret pour secouer brièvement leur main blessée dans l'air enfumé du bar. Tous les autres qui se tenaient alors à l'écart jusqu'à maintenant en firent de même, quoiqu'ils agirent plus dans un élan vengeur que douloureux comme les deux premiers. Pour conclure la première réaction, Rinji se suffisait à son agilité inouïe pour se dresser sans transition sur ses mains, apposées en solides appuis sur le sol alors qu'il tendait ses jambes pour gratifier ses premiers ennemis d'un coup de pied équitable. La cabriole se conclua sur une relevée en trombes, durant laquelle sa mimine récupéra avec une habileté redoutable le verre d'alcool au moment précis où celui-ci menaçait de se briser au sol. Puis, une fois relevé convenablement... Il finit sa boisson d'un cul sec.

"Toi.. Tu... Tu t'en sortiras pas comme ça !" Gémissait lourdement l'un des interlocuteurs du marchand d'étoiles; celui-là même qui ne pouvait cacher son nez détruit par la leste semelle du protagoniste et saignant de ce fait abondamment; avant qu'il ne se rue à nouveau à l'encontre de Tokuma. Le bras annonçant le prochain assaut du bourru était prévisible, et l'acrobate usa de sa légèreté pour bondir par dessus ce même bras en s'y appuyant très rapidement. Sa paume encore vient alors s'agripper sur les grossières omoplates de l'adversaire, lui permettant une adroite rotation pour se retrouver ensuite face au dos de son assaillant. Dès qu'il atterrit, le jeune homme échangea son verre avec celui plus imposant de son ex-collègue de beuverie, et ne lui laissa que le temps de tourner les talons pour croiser son regard haineux avant d'écraser la verrerie sur le crâne dégarni de l'imbécile. Le tesson encore en main, désormais étant une arme létale à n'en point douter; c'est au tour du compagnon de l'assommé de payer la monnaie de sa pièce. D'un lancer en clocher, Rinji fit passer le fragment de cristal par dessus le premier vaincu qui ne manqua pas de s'étaler en avant. Sans effort, il passa tout simplement à travers le défait -à la grande surprise des spectateurs- pour ensuite récupérer son cul-de-bouteille en plein air.

Bien qu'il n'allait pas se laisser faire, le tour était déjà joué. Une nouvelle paume rivale fondit sur Tokuma, celui-ci se décalant d'un pas minime pour esquiver de justesse le brutal contact avant de nicher la pointe anarchique de son arme dans la jugulaire du second attaquant. L'hémorragie fut aussi nette que violente : le sang se répandait chaotiquement en tout sens, le flux vidant le torturé assez vite pour qu'il meure presque dans la seconde qui suivit le dernier coup du garçon; qui n'a pas cependant pas coupé à la douche... Désormais teinté intégralement d'un rouge bordeaux horripilant, il n'avait plus l'air que d'une créature ambulante. Toutefois, il ne fallut pas longtemps pour qu'enfin un autre sang parvienne à se mêler à celui de sa victime : Puisqu'il était concentré à se défaire de ses deux opposants, le roux n'avait rien vu du serveur qui avait braqué en tremblotant un revolver à son encontre.

Un coup de feu simple, et la douleur fut pourtant retardée. D'abord, la brûlure de la plaie impromptue ennuyait terriblement le ciblé, avant qu'il ne soit submergé par une vague de souffrance que les fusillés connaissent mieux que personne. Fléchissant obligatoirement les jambes par un élan de faiblesse qui envahit Rinji d'une surprise totale, ce dernier n'avait pas prévu ce détail... Le vengeur de ces malheureux clients aura au moins gagné la satisfaction d'avoir pris le jeunot de court. Une silencieuse lamentation distordait le visage du blessé, alors que s'y mêlait en même temps une once de confusion. Comment avait-il pu être touché aussi facilement ? ... Pour l'heure, la question était à la survie. Alors que d'autres dévoilaient bruyamment leur arsenal pour accompagner ledit serveur, une seule solution se présentait au héros : la fuite. Dans une course effreinée, et comptant bien sur son paranormal personnel pour y parvenir; il ignora les balles qui filaient alors en transcendant les airs, qui partaient transpercer tout le décor.. Sauf lui. Déjà bien amoché par la balle recueillie, il fonça sans plus attendre à travers le premier mur qui lui faisait face pour finir dans une ruelle à l'extérieur. Ses forces lui permettaient encore d'escalader quelques médiocres obstacles pour s'échapper là où personne de banal ne serait en capacité de le rattraper...

... La course fut brève. Le liquide rutilant qui fuyait l'anatomie du touché l'affaiblissait rapidement; notamment de par les efforts qu'il exécutait en parfaite connaissance de cause. Et le résultat fut prévisible : forcé de succomber à l'épuisement de cet état; peut-être un point vital était-il atteint; Rinji finit par s'écrouler sans complainte dans le coin le plus obscur de Nariyu... La grimace au visage, et le teint pâli abrité sous la couche du sang qui ne lui appartenait pas; il n'eut le droit qu'à un ultime flash de lucidité. Deux silhouettes ombrageuses le rejoignirent, trop peu détaillées pour comprendre de qui il pouvait exactement s'agir, avant que des paroles sérieuses assombrissaient toujours plus sa conscience... "... Emmenons-le vite à la Magical Academy." Susurraient les deux anges gardiens de l'Ombre.

On passe du cirque à la cour des Grands.
     



 

     
Quelques Infos

     Âge 22 ans.
     Sexe Masculin.
     Orientation Hétérosexuel.
     Groupe Esper (ascendant Traqueur ? ~)
     Pouvoir La Transcendance.
     Alignement loyal mauvais (Respecte ses lois et uniquement ses lois, et n’hésite pas à agir contre l’intérêt d'une personne pour en tirer un avantage, ses lois peuvent bien sûr s'accorder avec les règles en vigueur, ou non)
     FamilierNope nope nope.

     

       
Description de ton Pouvoir

       Aller où bon nous semble, par le simple désir de bouger sans que rien ne puisse nous faire abstraction... Outre-passer les coups de ses adversaires; les lames effilées des vicieux ou encore les balles des armées; ignorer les remparts et les populaces ingrates par la simple motivation de les surpasser... N'est-ce pas une des plus belles volontés qu'un homme puisse avoir ? Rinji lui, en tout cas le peut. Sans aucune démonstration de pouvoir au travers de l'émanation d'une quelconque aura ou autre artifice surnaturel; Tokuma est capable "d'éthérer" son corps tout entier, de sorte qu'il soit en mesure de traverser n'importe quelle matière. Éviter les assauts n'est plus un souci, ni même celui de se promener là où ses pas voleront. Si le roux est alors en pouvoir de prolonger la Transcendance sur tout son corps instantanément, il se voit ainsi dépourvu de la capacité d'attaquer tant qu'il n'est pas revenu à son état matériel. Son pouvoir se manifeste de telle façon que son intégrité ne change en rien par rapport à son apparence normale : les coups, sortilèges "directs" -style éclairs, boules de feu et toute autre sorte d'artifices du même genre- et les objets lui passeront à travers comme si de rien n'était.
     


     
Et derrière l'écran ?

     Pseudo Et bien... Pourquoi pas Rinji ?
     Âge Ah, ça...
     Disponibilité Aussi souvent que possible !
     Un petit mot ? Banana. è.è

     
© Halloween × CICI

 
Revenir en haut Aller en bas
Féminin Messages : 15668
Points : 19914
Date d'inscription : 25/09/2009

Feuille de personnage
Pouvoir: Manipulation du sucre et autres vitamines. Communion totale avec la nature
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Syria
MessageSujet: Re: J'ignore, j'évite, je rends et je souris. Bienvenue dans mon monde ~   Ven 13 Mai - 14:55

Bien bien bien

Bienvenue à la Magical Academy

J'espère que tu t'amuseras parmi nous

Ta fiche est correcte et ne nécessite aucune correction particulière

Tu es donc validé et rajouté au groupe des Espers

Je te souhaite de futurs bons rp =)

_________________

Merci pour les roses, Raphael, Arcaz, Lara, Shana, Angel, MayLyn, Yogi, April, Elena, Yogi, Akihito, Soudo, Zoldik, Shiruku, Rin et Alice ♥


Merci pour les baisers, Aurore, Sirë, Lara, Hanabusa, Maylyn, Elena, Tensa, Leona, Yogi, Akihito, Shiruku, Zoldik, Rin, Miyuki et Aoi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

J'ignore, j'évite, je rends et je souris. Bienvenue dans mon monde ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Quête] Le roi scorpion
» ALEKSANDRA → On vit dans un monde où les pizzas arrivent plus vite que les flics
» ROSALIE → On vit dans un monde où les pizzas arrivent plus vite que les flics
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» COnversion ork gros truk rouge qui va vite!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone Administrative :: Présentations :: Fiches Validées-