Partagez | 
 

 La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Féminin Messages : 2161
Points : 5400
Date d'inscription : 12/07/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Appartient à la race des Jorogumo (Hybrides araignées)
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Shiruku Haru
MessageSujet: Re: La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]   Jeu 10 Nov - 12:09

En cette belle journée qui pourtant semblait être comme toutes les autres, j'allais de surprises en surprises, moi qui pourtant préférais le calme à l'agitation. Cependant, comme emportée dans un torrent d’événements incontrôlables, je me retrouvais à présent en compagnie d'une charmante petite geekette que j'avais attirée malgré moi dans ma dérive. Notre rencontre débutant pourtant sur un incident sans grande importance, nous nous retrouvions à présent toutes deux au beau milieu de Naryu, cachée dans ce petit parc perdu dans les méandres de ruelles de la petite cité portuaire.
C'est ici que nos doutes furent confirmés, chacune de notre côté, nous étions, elle comme moi, ce genre de personne... particulière qui sommes contraintes de cacher notre identité. Elle Esper, moi, monstruosité nous étions embarquées dans la même galère. Au delà de ça, elle aussi faisait également partie de la Magical Academy, ce majestueux refuge pour les êtres en perdition comme nous.

Une fois les présentations terminées, la pression pesante pouvait baisser d'un niveau, bien que ma nature de Jorôgumo mette quelque peu mal à l'aise la jeune arachnophobe qui, malgré ses remarquables efforts pour ne pas le montrer, peut-être dans le but d'éviter de me vexer, ne pouvait masquer son mal être, surtout lorsque je lui imposais un toucher corporel trop... poussé. Je ne faisais pas cela par malveillance, mais de nature étourdie et par habitude du contact humain, je ne faisais pas toujours attention à ce que pouvait ressentir la personne en face de moi.

Malheureusement pour la petite Esper, je possédais aussi un caractère lunatique et curieux dont je ne pouvais faire abstraction. En effet, lors de notre conversation, celle-ci avait parlé d'un autre pouvoir... quelque chose dont elle avait apparemment peur et qu'elle ne contrôlait pas totalement. Il ne m'en fallait pas plus pour que l'envie de voir cette fameuse pyrokinésie, ne serait-ce que pour évaluer le danger qu'il pouvait représenter. Au delà de la curiosité, je ne pouvais m'empêcher de me comparer à ce pouvoir, instable et dangereux et je ressentais le profond besoin de me persuader que je restais sensiblement différente d'une simple flamme vagabonde.

Ainsi, une fois que Tanaba eut fini de nouer le ruban de mon kimono, je lui demandais de me montrer cette chose qu'elle cherchait tant à cacher. Malgré une évidente retouche de gêne, la brunette accepta après une courte hésitation. Se dirigeant lentement vers la fontaine, elle m'intima l'ordre de rester sur place alors que je m'apprêtais à la suivre. Je restais donc à bonne distance de celle-ci, observant avec attention le moindre de ses gestes.

Après s'être assurée une nouvelle fois que personne ne nous observait, la geekette tendit ses mains au dessus de l'eau fraîche et brillante de la fontaine. Au départ, je ne voyais rien de particulier... peut-être que son pouvoir nécessitait un certain temps avant de s'activer... Quelque peu gênée par les efforts intenses que je lui demandais, je m'apprêtais à lui dire de s'arrêter, engageant un pas en sa direction, cependant l'Esper ne m'en laissa pas le temps. En effet, je fus coupée dans mon élan lorsque les mains de cette dernière s'enflammèrent subitement dans une étincelle orangée tandis que la surface de l'eau se mettait à bouillir et l'air autour d'elle s'embrasait. Elle ne tint que quelques secondes ainsi avant de plonger ses mains dans le liquide glacé dont une gerbe de vapeur s'échappa aussitôt.

Légèrement incrédule, j'observais la fragile jeune femme sortir ses mains rougies en me souriant, moi qui n'aurait pensé que derrière sa frêle silhouette se cachait un pouvoir au potentiel dévastateur. Voilà bien de quoi remettre en cause mon jugement, il me faudrait faire preuve de plus de prudence la prochaine fois... J'aurais pu faire tuer plusieurs de mes enfants au restaurant si Tanaba avait utilisé ses flammes plutôt que sa télékinésie... quelle mère horrible je faisais !

Secouant vivement la tête pour me débarrasser de ces pensées parasites, je m'approchais à grand pas de ma compagne. Fouillant rapidement dans les replis de mon vêtement, j'en sortais une longue bande de soie blanche que je déchirais en deux. Prenant les mains graciles de la jeune femme entre mes doigts, je m'attelais alors à les enrouler dans les deux pansements de fortune en prenant garde à ne pas la blesser. « Tout va bien ? Tu n'as pas trop mal ? Haaaa ! Quelle idiote, je suis vraiment désolée... ». Une fois ma tâche achevée, j'alternais mon regard entre la fillette et la fontaine encore fumante, entre respect et enthousiasme « En tout cas, tu as beau dire que ce n'est pas grand chose... C'est quand-même très impress... Cache toi ! » Sur ces mots, je la tirais avec moi derrière un épais arbuste à proximité. Nous eûmes tout juste le temps de nous cacher que deux policiers faisaient leur apparition au milieu du petit jardin secret avant de se diriger vers la fontaine, de toute évidence attirés par les volutes de fumée qui s'échappaient précédemment. Me tournant vers Tanaba, je lui intimais par un geste de ne pas faire de bruit... Après tout, ils finiraient bien par s'en aller.

_________________


Je tisse comme une araignée du ciel le fil qui relie les rêves et la réalité et dans ma toile j'emmène l'espoir absolu









Merci à Solemb pour ce magnifique Kit ♥️




Merci à Rin, Syria, Zoldik, Kaen, Angélique, Tadayoshi pour les Roses ♥️
Merci à Syria, Kaen, Zoldik, Angélique, Aliénor pour les bisous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]   Dim 13 Nov - 20:25

Dorénavant plus calme et bien qu'un peu surprise par l'empressement soudain de l'hybride à venir soulager ses mains rougies, Tanaba conserva son sourire légèrement gêné d'un peu plus tôt. Elle se sentait dans un état étrange, une légère torpeur l'envahissant. Retenant un baillement, la brune releva les yeux en direction de la violette se confondant en excuses. Peut-être qu'utiliser tous ses pouvoirs avait fini par drainer un peu de son énergie. Rien de surprenant au fond, mais la geekette n'était pas vraiment habituée. Aujourd'hui, elle commençait à voir les contours de ses limites en matière d'utilisation de ses pouvoirs et à son grand désarroi, elles n'étaient pas énormes !

Son sourire gêné se transformant en une moue un peu contrite, la jeune femme secoua la tête à l'attention de son aînée.

« Ah, désolée pour ton vêtement, mais ça ne fait pas vraiment mal en fait, elles ne sont pas brûlées ou quoi. Juste un peu a vif, mais ça va passer ne t'inquiète pas » exposa-t-elle calmement, sûrement encore sous le coup de sa propre et soudaine fatigue.

Aussi ne réagit-elle pas avec une vitesse inouïe lorsqu'elle vit Shiruku s'interrompre, captant à peine le changement de direction de regard de cette dernière. Tout ce qu'elle comprit, c'est que quelque chose n'allait pas et avant qu'elle ne s'en rende compte, les mains douces de la violette qui un peu plus tôt prenaient soin de son corps endolori devinrent autoritaires, vives, et presque brutales. Marikõ ne tarda pas à réaliser cependant que c'était dans son intérêt. Confuse, elle n'opposa aucune résistance et se laisser traîner par l'hybride derrière l'arbuste, leurs corps se frôlant, côtes à côtes.

Semblant finalement enfin reprendre ses esprits, l'esper se frotta les yeux d'une main alors que l'autre l'aider à garder son équilibre, accroupie, entrant en contact avec le sol froid et humide du petit parc. Secouant un peu la tête et rajustant ses lunettes, la brune observa alors finalement les deux policiers qui arrivaient, à la fois embarrassée d'avoir commis ce qu'on aura pu qualifier d'une mauvaise action – se livrer à quelques opérations de hacking de temps à autre ne comptait pas - , et de s'être potentiellement mis avec sa connaissance dans une situation épineuse et difficilement explicable à des étrangers du monde surnaturel.

Soufflant tout doucement par le nez, elle était partagée entre différentes idées à mettre en œuvre pour se dépêtrer avec son amie de cette toile dans laquelle elles se retrouvaient piégée – même si une avait probablement plus l'habitude que l'autre – car au moins quatre options s'offraient à elles : elles pouvaient rester là, à croiser les doigts pour que ça passe, jouer les vierges effarouchées en tentant de porter le blâme sur quelqu'un qui n'existait pas. Puis il y avait les solutions un peu moins « conventionnelles »… quitte à tirer encore un peu sur ses pouvoirs, Marikõ cherchait du regard un mégot de cigarette qui aurait traîné par terre pour l'enflammer, essayant ainsi de faire croire aux policiers que c'était ce qui avait causé les volutes de fumées. La dernière option enfin, se servir de sa télékinésie… pour assommer les deux policiers l'un contre l'autre.

Risqué, illégal, radical, et dangereux, ce fut la première qu'abandonna l'esper, rapidement suivie par le fait de jouer la comédie. Venant se mordre le pouce, jetant un coup d'œil à sa compagne, la brune pondérait ainsi les deux autres solutions. Faire l'autruche pouvait marcher, après tout il n'y avait rien d'alarmant a première vue dans le parc, mais si les forces de l'ordre s'avéraient un peu zélées… Elles seraient dans une position difficile. A défaut d'être parfaite, la dernière option possible donnait au moins la possibilité de fuite, faisant au pire diversion. Hésitant à parler de peur d'attirer les policiers, la jeune femme se contenta de se tourner d'un air soucieux en direction de Shiruku, tirant sur la manche de son kimono doucement pour attirer son attention.

A partir de là, elle re-mima ce qu'elle avait fait plus tôt au-dessus de la fontaine, en pointant un tas de feuilles mortes à l'opposé de là où elles se trouvaient, et proche de la source originelle des volutes de fumée.

Sans attendre de confirmation de sa part, la jeune esper tendit la main en direction du petit tas tout en restant bien à l'abri dans sa cachette. Fermant les yeux, se concentrant sur la création d'une étincelle au sein des feuilles mortes qu'elle visait, un léger panache de fumée ne tarda pas à s'en échapper, avant d'une flamme timide ne les embrase. Aussitôt, elle relâcha ses sens et se replia sur elle-même, en espérant que cela suffirait à satisfaire la curiosité des deux agents de police. La torpeur qui l'avait saisie plus tôt revint, pas vraiment plus forte, mais ses narines étaient emplies d'une odeur ô combien familière.

Portant deux doigts à ses narines, c'est sans surprise qu'elle les tâcha du peu de sang sortant de ses dernières. Épuisée, elle se laissa glisser contre Shiruku sans trop de bruit : pas inconsciente, mais plutôt faible…
Revenir en haut Aller en bas
Féminin Messages : 2161
Points : 5400
Date d'inscription : 12/07/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Appartient à la race des Jorogumo (Hybrides araignées)
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Shiruku Haru
MessageSujet: Re: La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]   Sam 7 Jan - 21:39

Une fois de plus, nous nous retrouvions dans une situation des plus cocasse. Alors que rien de différenciait cette journée d'une autre, les péripéties semblaient s'enchaîner les unes aux autres dans un joyeux chaos depuis ma première rencontre avec la belle brunette, plus tôt dans la journée, tout en gagnant en intensité à chaque fois que nous ne prenions pas garde. Avec un peu de recul, cette situation aurait presque pu être drôle, comique, si les enjeux n'étaient pas aussi grands et aussi dangereux. Après tout, à l'heure actuelle, il ne s'agissait pas moins du risque de faire découvrir à des non-initiés le monde fantastique dans lequel nous vivions toutes les deux et que le commun des mortels ne pensait qu’imaginaire, tout juste bon à alimenter mythes et légendes. Or, ces histoires ne contiennent-elles pas toujours une part de vérité ? La petite Tanaba, et moi particulièrement en étions les preuves vivantes... pour le moment en tout cas. Enfin dans notre cas, cela n'avait guère d'importance... je me surprenais simplement à me demander laquelle d'entre nous portait autant malheur à l'autre.

Enfin, pour le moment, l'heure n'était pas à la réflexion. En effet, alors que nous nous racontions mutuellement notre vie, du moins une partie, sur la raison de notre présence à l'Académie, ce refuge providentiel pour tout être surnaturel, et nos pouvoirs, voilà que ma curiosité était à nouveau piquée à vif. Je savais désormais que la jeune femme était une télépathe, et j'avais pu constater de l'efficacité de ses pouvoirs un peu avant notre arrivée dans le petit parc. Or, celle-ci m'avoua avoir un second pouvoir, comme une facette cachée de la lune, qui parfois pouvait l'effrayer. Il n'en fallait pas plus pour que je veuille voir de mes propres yeux cette magie en action, malgré la gêne égoïste que je provoquais de toute évidence chez elle. Pourtant, elle accepta cordialement de répondre à mes caprices, me dévoilant alors cet impressionnant pouvoir qu'était la pyrokinésie, faisant bouillir presque sans effort l'eau pourtant fraîche de la fontaine qui trônait au centre de la verdure. J'aurais aimé rester là, à la complimenter sur la beauté naturelle de ses dons... cependant, alertés par l'épais panache de vapeur qui résulta de l'opération, deux policiers accouraient déjà sur place pour prendre état de la situation. Sans attendre, je plongeais derrière un épais buisson, emportant avec moi la geekette. Finalement... c'était peut-être bien moi, le chat noir de notre duo atypique.

Comment nous sortir d'une telle situation... de préférence sans que personne ne soit blessé. Connaissant ma force et l’efficacité des pointes de mes pattes, je savais que je n'aurais aucun mal à me débarrasser des deux intrus. Cependant, les deux hommes étaient eux aussi armés et n'eut fallu qu'une seule erreur pour que l'attaque tourne au drame et puis... tuer inutilement n'était pas dans ma nature et me répugnait, non, ça n'était pas la solution. Au moment ou je tournais le visage vers ma partenaire, dans le but de lui demander conseil, je remarquais que cette dernière, elle, semblait déjà avoir trouvé une idée. En effet, les yeux fermés et le bras tendu, Tanaba semblait se concentrer, silencieusement, quelques gouttes de sueur perlant sur son front plissé. Finalement, un petit crépitement, puis un mince filet de fumée commença à s'échapper d'un tas de feuille, à proximité des deux agents de l'ordre. L'étincelle ne tarda pas à se changer en flamme qui pris rapidement de l'ampleur. Quelques instant plus tard, je sentais la petite Esper se laisser choir contre moi, de toute évidente épuisée par l'effort, m'inquiétant au passage du ruissellement sanguin qui semblait se dégager de ses narines... elle en avait trop fait.

Cependant, sa diversion fut efficace. En effet, rapidement, les deux gens d'arme prirent conscience du danger grandissant et, aussitôt, se jetèrent à l'assaut de l'incendie miniature avec tout le zèle qu'on pourrait attendre d'eux. C'était le moment, il ne fallait pas perdre une seconde. Alors que les deux hommes s'affairaient à humidifier leur informe pour le jeter sur les feuilles incandescentes, je prenais la faible demoiselle dans mes bras, soutenant ses jambes et sa tête dans mon étreinte... plus légère encore qu'une plume, je n'eus aucun mal à la soulever, lui adressant un sourire maternel et compatissant « C'est à moi de jouer à présent ». Sur ces mots, je me relevais d'un bon avant de me jeter en avant dans la première rue qui s'offrait à nous. Grâce soit faite au ciel, les deux lascars semblaient ne pas nous avoir repérées, nous laissant tout loisir de nous échapper. Voulant cependant être sûre de nous emmener loin de tout danger, je continuais encore à parcourir à toute allure le sol pavé de la ville, jetant de temps en temps quelques regards inquiets à la brune.

Ne voulant pas la malmener d'avantage dans son état, je décidais de stopper ma course pour me remettre à marcher. Ayant quitté le centre ville, nous nous retrouvions dans la campagne proche de la ville, où les habitations étaient déjà plus éparses et où il était plus facile de se déplacer sans trop se faire déranger. Apercevant l'ombre bienveillante d'une petite grange, je m'y dirigeais à grands pas, vérifiant que personne ne nous suivait. Déposant doucement ma passagère dans un épais tas de foin, je retournais à l'entrée pour refermer la porte espérant que nous serions tranquilles pour un moment. Retournant à son chevet, je m'agenouillais à ses côtés, épongeant d'un coin de manche de mon kimono le petit filet de sang qui entachait son visage, soupirant longuement en voyant que ça n'était pas aussi grave que je ce que m'étais imaginé. « Et bien, nous n'avons pas de chance n'est-ce pas ? » gloussant discrètement avant de reprendre un air plus sérieux « Pardonne moi... c'est de ma faute si tout ça est arrivé... tu aurais dû te ménager... d-désolée... ». Que pouvais-je dire d'autre après tout, n'était-ce pas la stricte vérité ?

_________________


Je tisse comme une araignée du ciel le fil qui relie les rêves et la réalité et dans ma toile j'emmène l'espoir absolu









Merci à Solemb pour ce magnifique Kit ♥️




Merci à Rin, Syria, Zoldik, Kaen, Angélique, Tadayoshi pour les Roses ♥️
Merci à Syria, Kaen, Zoldik, Angélique, Aliénor pour les bisous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]   Lun 27 Fév - 13:51

Marikõ avait la tête dans les nuages, et les yeux rivés vers ces derniers, fatiguée. Sa tête dodelinait indépendamment de sa volonté de droite à gauche, en rythme avec les pas faits par sa protectrice arachnoïde ; détail que la fatigue semblait d'ailleurs avoir effacé de sa mémoire. Trop fatiguée pour le coup lorsque Shiruku l'avait saisie dans ses bras pour protester, moins encore se débattre, elle avait préféré fermer les yeux le gros du trajet tant pour regagner plus rapidement ses forces que pour éviter de croiser le regard probablement suspicieux des passants qui avaient inévitablement dû voir l'étrange duo à un moment donné : une jeune femme aux cheveux violets enveloppée dans dans un kimono transportant au pas de course une jeune fille aux allures d'étudiante inconsciente, ça ne passait étrangement pas inaperçu, même avec toute la bonne volonté du monde.

Mais une fois sorties de la petite ville, la geekette s'était autorisée à rouvrir les yeux, admirant le ciel de fin d'après-midi aux lueurs orangées constellé de nuages rosissants. Il y avait pire que ça à voir pour finir sa journée ayant accueilli clairement plus de rebondissements que ce à quoi elle s'était attendue en sortant de chez elle quelques heures plus tôt. Elle qui se voyait rentrée avant seize heures pour aller taquiner sa colocataire… elle n'avait pas regardé l'heure depuis un long moment à présent mais elle était presque sûre qu'il était dix-sept heures passées. Si elle était de retour pour le repas de ce soir, elle s'estimerait heureuse.

Refermant les yeux pour ce qui lui paru quelques secondes, c'est surprise qu'elle se réveilla quelques minutes plus tard dans l'ombre d'une grange, sur un tas de foin. Elle prit son temps pour observer les lieux, plissant les yeux, avant de poser ces derniers sur celle qui était – partiellement – responsable des rebondissement de sa journée paisible rêvée.

Elle cligna des yeux à mesure que la violette passait de l'ouverture de conversation maladroite aux plates excuses. Elle fixa longuement la manche rougie de sang de cette dernière en venant se redresser. Se massant le crâne, elle vint enfourner une main dans une de ses poches, récupérant un mouchoir qu'elle ne tarda pas à déchirer en deux. Avant longtemps, la brunette se retrouva avec les narines occupées par le papier, à secouer négativement la tête en direction de son interlocutrice, apathique mais calme, un peu plus reposée.

« Ce n'est pas que de ta faute non-plus, c'est aussi la mienne, et celle à pas-de-chance. Des fois, on y peut rien… On a peut-être cumulé un peu aujourd'hui, mais il n'y a pas mort d'homme, d'accord ? » déclama-t-elle d'une voix nasale, maligne qu'elle avait l'air avec des brindilles jaunâtres dans les cheveux, deux boules blanches dans les narines, les lunettes de travers, et l'air fatigué.

Ses yeux se baissèrent sur la manche tâchée de rouge, esquissant une petite moue gênée.

« C'est gentil, mais ça tâche… Tu n'aurais pas du, ça va être une plaie à partir au lavage.. » marmonna-t-elle en venant nouer ses doigts entre eux contre son giron.

Elle prit un petit temps de pause, puis releva le nez, observant davantage les environs, assise en tailleur sur le tas de paille.

« ...J'imagine que la grange n'est pas à toi ?.. » demanda-t-elle se doutant déjà de la réponse et des potentiels problèmes que cela pourrait leur causer si le propriétaire débarquait à ce moment-là, ou pire : s'il les enfermait dedans par erreur.

Elle se contenta de fixer Shiruku, tête penchée sur le côté, un sourire gêné sur le bout des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Féminin Messages : 2161
Points : 5400
Date d'inscription : 12/07/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Appartient à la race des Jorogumo (Hybrides araignées)
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Shiruku Haru
MessageSujet: Re: La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]   Sam 1 Avr - 18:30

Décidément, on peut dire que cette journée avait été mouvementée. Si j'avais pu prévoir tous les événements qui se sont enchaînés au cours de ces quelques heures, je serais probablement restée à dormir et ne serais pas sortie de mon abris avant longtemps ! Enfin, si l'on pouvait tout deviner à l'avance, ce serait trop facile je suppose, et plus rien ne se passerait. Et puis... je ne regrettais pas cette après-midi endiablée, loin de là. Je m'étais bien amusée, fait une sympathique rencontre en plus de faire un peu d'exercice ! Que demander de plus ? Bon... peut-être aurait-il mieux fallu éviter de créer tant d'agitation et de prendre le risque de révéler notre véritable nature et l'existence de l'Académie à plusieurs reprises, certes... Enfin, tout ne s'était pas trop mal passé au final et nous étions parvenues à limiter la casse, puisque nous ne nous étions jamais fait prendre... Du moins pas complètement ! En tout cas, il était assez cocasse de constater que nous nous étions d'abord rencontrées dans un magasin d'informatique, et qu'à présent, nous finissions notre périple dans une grange miteuse, en périphérie de la ville, bien loin de là où notre petite aventure avait commencé.

Encore haletante, essoufflée par notre longue fuite à travers la ville. J'avais beau avoir une force et une agilité au-dessus de la moyenne, les années passées à me prélasser et à flemmarder au sein de l'Académie avaient eu raison de ma forme physique et de mon endurance. Appuyée contre l'un des piliers de bois qui soutenaient la bâtisse branlante où nous avions trouvé refuge, non loin du tas de foin épais dans lequel j'avais étendu la jeune Esper, j'achevais de calmer les battements intempestifs de mon palpitant dans un long soupir, n'ayant pas pris cette peine avant de m'être excusée comme j'estimais le devoir. Une fois que mes jambes acceptèrent à nouveau de me porter sans l'aide providentielle de mon reposoir de fortune, je retournais au chevet de la demoiselle dont l'état de santé me préoccupait malgré une évidente amélioration. Celle-ci avait obstrué ses cavités nasales avec deux petits bouts de mouchoir dans le but d'absorber la petite hémorragie et semblait déjà plus reposée. Malgré tout, sa mine encore fatiguée et ses gestes lents démontraient bien qu'elle n'était pas encore totalement remise des efforts fournis un peu plus tôt dans la journée et donc je me sentais immanquablement responsable.

Bien qu’apaisé par les paroles de la brunette, ce sentiment semblait ne pas vouloir se retirer, du moins, tant qu'elle ne serait pas totalement à l'abri. Cependant, le point qu'elle souleva était juste, ce lieu n'était pas à nous, et il nous faudrait rapidement nous en aller afin d'éviter d'avantage d'ennuis et je voulais éviter à ma compagne d'avoir à subir une autre course-poursuite du genre. Assise sur me genoux, je me redressais lentement en lui adressant un sourire bienveillant. Il était temps de rentrer, le soleil entamant doucement sa chute vers la mer, inondant la grange de ses rayons orangers qui s'infiltraient par toutes les anfractuosités du bois vermoulu.

« Non, tu as raison, cette vieille grange n'est pas à moi... nous devrions pas traîner trop longtemps »

Fixant ma manche imbibée du sang de la petite Tanaba, je gloussais un moment en hochant les épaules.

« Et puis ne t'en fais donc pas pour ça... Si vraiment je n'arrive pas à le faire partir, je n'aurais qu'à la refaire... Après tout, ce n'est pas très difficile... pour moi » Disais-je en pointant le majeur vers le ciel alors qu'un minuscule fil de soie brillant était projeté depuis le dessous de mon ongle. « Ça a ses avantages d'être une araignée ».

Enfin, je me rapprochais d'elle en lui tendant la main, afin de l'aider à se relever, la tirant très lentement vers moi. Lorsqu'enfin elle fut mise sur ses jambes, je vins rapidement me glisser contre elle en passant l'un de ses bras par dessus mon épaule pour la soutenir et prévenir toute chute éventuelle. Insistant pour qu'elle s'appuie totalement sur moi, je la guidais ainsi jusqu'à la sortie, poursuivant un rythme léger, voulant m'assurer qu'elle puisse tenir la cadence. C'est ainsi, clopin-clopant, que nous prîmes alors le chemin du retour vers la Magical Academy après une journée bien remplie, qui restera encore longtemps inscrite au fond de ma mémoire.

_________________


Je tisse comme une araignée du ciel le fil qui relie les rêves et la réalité et dans ma toile j'emmène l'espoir absolu









Merci à Solemb pour ce magnifique Kit ♥️




Merci à Rin, Syria, Zoldik, Kaen, Angélique, Tadayoshi pour les Roses ♥️
Merci à Syria, Kaen, Zoldik, Angélique, Aliénor pour les bisous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Technologie pour les Nuls [PV - Shiruku Haru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le Rock/Métal pour les Nuls
» La navigation pour les nuls...| PV Acarvius. |
» Manuel-mode d'emploi en vue d'être président, pour les Nuls
» 2- Les vampires pour les nuls
» [O.P] La Marine pour les nuls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: La Ville de Nariyu :: La Rue Principale :: Le centre commercial et les boutiques-