Partagez | 
 

 [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Dim 28 Fév - 12:24



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë  Sotomù

La nuit commençait à pointer le bout de son nez. Le Soleil semblait se cacher petit à petit dans cet univers, peignant le ciel de couleurs chatoyantes. Du rouge, du rose, une pointe de bleue. C’était un spectacle tout à fait impressionnant bien que je sois obligé de le regarder au sein même du château. Je commençais à me rendre compte que ma vie d’avant était relativement paisible et agréable. Sans connaître ma nature vampirique, je ne connaissais pas par la même occasion tous ces problèmes qu’engendre l’être vampire. Mais ce n’était pas pour autant que je détestais cette boule de chaleur. Elle m’attirait en quelque en sorte. Au vu de toutes ces couleurs, je ne pouvais pas faire autrement à vrai dire. Je ne pouvais détacher mon regard de celle-ci tant ces couleurs formaient un paysage des plus parfaits.

C’est avec ce paysage en vue, que je décidais de sortir de ce château. Il fallait bien que je me dégourdisse un peu les jambes et de redécouvrir les joies de l’air extérieur. Me voir resté un peu trop longtemps dans un espace clos n’est pas quelque chose de trop agréable pour ma personne. J’ai besoin de vivre, de bouger, de courir, voire même de chasser. Les livres ont fini par avoir raison de moi, je me faisais une raison pour agir de plus en plus comme un être vampirique. Abandonnant quelque peu l’être que je suis réellement. J’ai dû abandonné de force cet état fragile qui été le mien. Mais n’était-ce pas en bien ? Je ne serais quoi dire sur ce sujet. J’ai encore une certaine difficulté à tirer les choses au clair sur mon passé. Mais je ne vais pas épiloguer là-dessus, cela ne servirait à rien.

Pas à pas, je sortis lentement de cette demeure, la laissant derrière moi. Ma vue s’adaptait doucement à cette vision nocturne sans réelle difficulté. Les mains dans les poches, ma capuche mise sur ma tête, je marchais lentement sans but précis. Je laissais simplement mes sens aux aguets, évitant une quelconque attaque surprise. Je ne veux pas dire que j’étais devenu paranoïaque. Mais je voulais simplement éviter de me faire avoir une seconde fois. La tête dans mes pensées, mes pas me menèrent dans la forêt qui longe le château de Nariyu. Je n’arrivais pas à déceler la moindre présence autour de moi. De plus, quand je parle de présence, je parle bien d’être vivant. Enfin, je mets de côté tout ce qui se rapproche d’animaux. J’appelle cela plutôt des proies.

Le silence n’était pas pesant, mais seul le bruit du vent dans les arbres me venait à mes oreilles. Il semblerait que la nature soit bien calme aujourd’hui. Je ne dois pas être venu au bon moment. Elle va bientôt se réveiller. Les animaux nocturnes vont commencer leurs journées maintenant, il faut que je sois à l’affut de ce qu’il va se passer. J’ai beau un être vampire, j’ai appris que je pouvais me nourrir d’animaux et non d’êtres humains. Je veux changer cette partie de moi qui attaquaient involontairement des êtres humains. Je me servais d’eux comme de nourritures, je n’aimerais pas que ce genre de chose m’arrive. Alors j’essaye de m’abreuver d’animaux en tout genre. Mais il faut dire que je n’ai pas encore de bonnes techniques pour le faire. Alors mes techniques de chasse sont assez ridicules en soi.

« Il est bientôt l’heure. »

Petit à petit, les animaux de la forêt se réveillèrent un à un. La nature se mettant doucement dans un état d’éveil provisoire. Les arbres ondulés à travers le vent, quelques oiseaux nocturnes commencèrent à voler autour de ce spectacle, cherchant quelques proies faciles ; des petits insectes et être vivants s’éveillèrent de la même manière. Avec comme but commun de se nourrir et de survivre. Et moi, je marchais furtivement dans ce nouvel univers, observant minutieusement chaque mouvement de cette nature omniprésente. L’odeur de la forêt se remplit dans mes poumons, ainsi que d’autres nombreuses odeurs. La forêt reste un endroit fort en émotion et en sens. Quasiment tous les sens sont sollicités dans ce genre d’endroit. Je dirais probablement le goût n’y a pas tellement sa place. Mais je vais sûrement y remédier assez rapidement.

J’essayais de me focaliser sur un seul animal. Oubliant tous les autres qui vivaient leurs vies dans un brouhaha assez particulier. Un petit animal osa s’approcha de moi un peu trop, son odeur animale emplissant mon être. Un vague sourire se forma sur mon visage. Je devais tout de même me focaliser sur lui, le sentir, le voir, le poursuivre. Avec ma vision nocturne, je n’avais pas tellement de problèmes pour le voir. Cependant, ce lapin semblait avoir pris peur. Il commençait à partir à toutes jambes sans demander son reste. Je restais là, béat, sans bouger. Sans me rendre compte que mon repas venait de partir et que j’étais là, sans rien à faire. J’ai fini par me convaincre que je devais réagir quand je commençais à avoir du mal à le discerner à travers toute cette végétation.

« He ! Mon repas ! »

Mes jambes s’enclenchèrent rapidement, me mettant à lui courir juste après. Ma seule technique de chasse était simplement de choisir de petits animaux sans trop de force. Et de compter en très grande partie sur la vitesse assez incroyable que j’étais doté. Je n’avais pas vraiment de technique, j’étais encore dans une chasse très primaire, mais pour l’instant, elle semblait marcher. Alors je n’en cherchais pas tellement mieux. Ce petit lapin étant beaucoup plus petit que moi et plus léger, il semblait se mouvoir avec plus d’aisance que moi. Mais je finis par le prendre de court, j’étais plus rapide que lui. Il me fallait un petit d’adaptation de l’endroit avant d’être comme un poisson dans l’eau. Ma main se referma rapidement autour de son cou, me jetant littéralement au sol. Il faut dire qu’avec sa petite taille, c’était la seule solution que j’avais.

De la terre un peu partout, de la poussière volant autour de moi, mais j’avais ma proie dans la main. Ce petit être se débattait de toutes ses forces. Mais j’étais bien plus fort que lui, malheureusement pour lui. Je le maîtrisais aisément. J’étais totalement focalisé sur mon repas, sans faire attention aux bruits qui m’entouraient. J’aurais probablement dû faire plus attention, mais il faut dire que quand mes crocs commencèrent à se faire roi dans ma bouche. Mon cerveau n’avait plus qu’une seule pensée en tête. « Mange »

Code by Joy


Dernière édition par Von Snorri le Ven 25 Mar - 18:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Dim 28 Fév - 13:48


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

C'était un soir, en fin du mois de février. Il ne faisait pas très froid, mais la chaleur n'était pas de sortie non plus. Juste un splendide soleil éclairait toute la ville, mais surtout l'académie. Toutes ses couleurs étaient si revigorante. Avec ça, je n'avais même plus envie de terminer mon livre, qui parlait d'une histoire banal entre deux personnes, une en prison et l'autre en maison de correction... Il avait pourtant l'air intéressant, dans la bibliothèque, mais je ne sais pas ce qu'il m'a prise de le prendre avant de lire le résumé. Je descendis donc de la branche d'arbre, situé a quelques centimètres du sol seulement, pour refaire mes lacets. Si je tombais devant tous le monde, je serai la risée de l'académie, alors que je viens d'arriver...

L'heure du repas était passé depuis environ une demi heure, mais c'était comme si je n'avais pas mangé depuis des jours... Et, je savais très bien que l'accès à la cantine était maintenant clos. Aucune nourriture dans mes affaires, ni dans mes poches... Je me devais pourtant de manger, c'est comme si j'allais m'étouffer. Alors, j’essayai de me dépêcher pour ramener mon livre à la bibliothèque, qui ferme assez tard ces temps si, bien que je n'avais absolument pas fini de le lire. A vrai dire, c'était l'un des livres les plus ennuyants que j'ai pu lire... Entre temps, j'avais apperçu par l'une des fenêtres du château un joli bois, même splendide je dirai.

Tout en sortant de l'établissement, je me dirigeais vers cette endroit si chaleureux, enfin pour les loups et créatures nocturnes bien entendu, où les oiseaux chantonnaient encore. Quelques petites bêtes courraient lorsque j'arrivais, certainement à cause de l'odeur de louve que j'émettais. Mais, je ressentais une odeur étrange, car d'habitude toutes les odeurs se regroupent dans les couloirs du château. Mais là, c'était une odeur bien particulière. Enfin, je n'allais pas m'attarder dessus longtemps, il fallait donc que je chasse une proie. Je me transforma donc en lycane, ce qui me prit juste quelques minutes. Ma transformation faite, je commença a traquer une de ses petites bestioles. Ma vue étant beaucoup plus performante dans le noir, comme mon ouïe dans la forêt.

Tout en apercevant un écureuil, l'odeur de tout à l'heure commençait à s’amplifier. Enfin, après avoir déguster mon repas nocturne, j'irai voir ce que c'est. Tout en me plaçant derrière un buisson, en voulant me cacher du petit animal roux, il commença à se tourner dans tous les sens, presque fou. Alors, comme il n'allait certainement pas tarder à se faufiler dans un trou situé à l'intérieur d'un arbre, je bondis de mon buisson et plaqua violemment l'écureuil au sol. D'un vif claquement de crocs, j'essayai de déchiqueter sa fine gorge, pour pouvoir mieux l'engloutir.

Une fois la collation terminée, je voulais vraiment savoir d'où venait cette odeur étrange. Alors, pour voir de beaucoup plus haut, je me transforma en forme humaine. Même si mon odorat était nettement moins performant, je continuais de chercher où pouvait mener la piste. Pendant environ cinq minutes de marche, je fixa quelque chose, enfin, je dirai plutôt quelqu'un. Alors, je pris une posture des plus normales et m'avança vers cette personne.

- Bonjour, lui dis-je tout en souriant, désolé si je t'ai fait peur, mais je ne savais pas que les personnes restaient aussi tard éveillées ici.

J'espérais qu'il n'allait pas m'ignorer, et qu'il allait se retourner. Sinon, je me serai certainement fait passer pour une personne des plus non-intéressantes. Il était extrêmement grand, enfin c'est sûre que du haut de mes cent-soixante centimètres, pratiquement tout le monde pouvait me dépasser. J'aimais bien sa combinaison, couleur kaki foncé. Mais, ce n'était que le dos bien sûre du personnage auquel je ne m'aurai certainement pas attendue.


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Lun 29 Fév - 21:09



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë Sotomù

Mon repas était encore entre mes mains, laissans tous mes sens concentrés sur ce pauvre animal sans défense. On peut dire que j’applique parfaitement la loi du plus fort, à mon plus grand désespoir. Je ne l’apprécie que très peu car elle préviligie plus le physique que le moral. Et je trouve cela relativement dommage de réduire l’être vivant à une boule de muscle sans aucune cervelle. Je ne dis pas que certaines personnes ne font pas parties de cette catégorie. Mais ce serait mal juger le monde entier. Il reste vaste et peuplé de tant de créatures diverses que nous ne pouvons pas faire de réelles catégories sans émettre des erreurs.

Cela me semblait assez triste. Je pouvais dicerner à travers les yeux de ce petit lapin qu’il sentait sa dernière heure arrivée. Il faut dire que je devais faire au minimum six sept fois sa taille. Ma main se resserrant doucement autour de son cou fragile, doucement, lentement.. Un faible éclair de lucidité me fit comprendre que j’étais en train de le torturer jusqu’à la mort. Je ne voulais pas qu’il souffre autant que cela. Je ne voulais pas qu’on me mette dans une catégorie comme un « tueur » ou un « dégénéré mental ». Ce serait mal me juger, je plongeais mes crocs dans le cou de ce pauvre animal, voyant sa vie partir doucement. Ses yeux devinrent vides, tandis que je m’abreuvais de tout le sang que je pouvais.

Un bien réconfortant m’envahit doucement. Me laissant même des frissons dans mon corps entier. C’était un effet moindre que l’elixir que je buvais aux côtés de ma tendre amie, mais je ne voulais pas être un meurtrier. Ou plutôt, je ne voulais plus être un meurtrier. J’avais eu ma dose de sang coulé sur mes mains innocentes. A cause de tout cela, j’ai perdu en moi une certaine innocence que je ne pourrais plus jamais retrouver. Et cela m’attriste fortement. Je laissa tomber l’animal mollement à mes côtés, me rendant compte de son inutilité à présent. Ce jeune lapin ne pouvait plus rien faire, ni bouger, ni même vivre. Il ne servait plus à rien dans ce monde dès à présent. L’utilité d’un individu est proportionnelle à la santé de celui-ci. C’est étrange.

Une odeur se faisait plus présente, depuis un certain moment. Etant totalement absorber par mon repas, je ne m’en étais pas tellement rendu compte. Je ne pouvais pas dire ce que c’était, qui c’était. Mais je me sentais que peu rassuré par cette odeur et cette aura qui se trouvait derrière moi. Je me retournais doucement en direction de cet individu qui semblait m’interpeller. Je devais sûrement avoir du sang qui coulait le long de mes lèvres, mais je ne pense pas que ce soit le plus choquant dans cet univers. Cette école et cette ville sont remplies d’êtres encore plus dangeureux que ma personne. J’étais quelques peu rassassié donc je n’avais pas envie d’attaquer une quelconque personne. Une grande difficulté était mise de côté. Mes yeux restaient tout de même injectés de sang et mes crocs, toujours sortis.

« Bonjour, désolée si je t'ai fait peur, mais je ne savais pas que les personnes restaient aussi tard éveillées ici. »

Une voix douce, une posture tout à fait normal, de longs cheveux bruns, un fin sourire sur ses lèvres.. Elle ne me semblait pas dangeureuse, et pourtant. Cette demoiselle dégageait une aura qui ne me plaisait guère. J’attendais quelques instants. Me demande ce que je pouvais bien faire dans ce genre de situation. Ce début de conversation apparaissait comme tout à fait normal, comme si deux vieux amis se retrouvaient depuis une longue période. Cependant, j’étais là, par terre, terreux de partout, du sang sur mes lèvres, des yeux encore prêts à tuer quelqu’un d’un simple regard. Je devais faire peine à voir, ou tout simplement peur. Mais je ne pouvais pas faire autrement, mes yeux n’allaient pas changer de sitôt, surtout avec cette impression que j’avais au fond de moi depuis le début. Depuis le début où j’ai remarqué cette personne.

« Euh.. C’est.. que.. »

Ma voix ne semblait pas bien claire. Mes crocs commençaient à me faire mal. J’avais une sorte de chair de poule qui me suivait depuis un bon moment. Je me releva d’un bond, je devais quand même faire face à cette personne d’une manière un peu plus digne que cela. La demoiselle étaient dans une posture des plus basiques, mais elle semblait bien propre. Comparé à ma personne. Je vais arrêter de me dénigrer, j’aurais dû faire attention avant de m’aventurer dans une chasse improvisée de la sorte. Je devais vite me rattraper face à ce charabia que je venais de proclamer. Mes joues étaient légèrement rossies, malheureusement pour moi, je restais gênée dans une situation des plus basiques.

« Il faut croire que je ne suis pas le seul à faire parti des personnes qui restent tard éveillées dans la nuit. » Raclement de gorge « Excusez ma tenue, je suis tombé à l’instant même, alors je suis très peu présentable. »

Un petit mensonge pouvait bien passer. Je n’avais rien fait de mal. Elle me ferait bien la remarque si cela ne lui plaît pas. Mais j’en suis quasiment certain, elle n’est pas de ma race. Je ne sais pas ce qu’elle est, mais elle ne me dit rien qui vaille. Je ne sais pas pourquoi. Elle dégage une sorte de d’aura, une présence désagréable. Et puis même, son odeur est très particulière. Je me fais violence, mais elle est aussi très peu agréable. Ai-je un problème avec quelqu’un d’inconnu avec une aussi belle apparence ? On dit parfois que les apparences sont trompeuses. Je devrais faire attention à moi..
Code by Joy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Mar 1 Mar - 19:21


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

Après avoir dis ses paroles, que je regrettais légèrement, car j'aurai tout de même pus être légèrement plus discrète, je vis un lapin qui était à terre, près du jeune homme. Je me disais certainement qu'il avait dut regarder si il allait bien, ou contrairement s'il était décédé. J'espérais de tout cœur que cet animal inoffensif n'est pas été tué par la personne qui était accroupie devant moi.

D'ailleurs, le garçon qui était placé devant moi était drôlement boueux. Ses habits étaient remplis de poussières et de terre mouillée. A vrai dire, j'avais plus qu'envie de les mettre vite-fait bien-fait au lave-linge avec une bonne dose de nettoyant. Mais bon, je n'allais pas m'attarder sur lui, bien qu'il me paraissait assez malfaisant depuis que l'idée de ce pauvre petit lapin me trottait dans la tête. Puis, il se releva vivement en un bond.

Je vis alors une personne totalement différente de ses vêtements. Un certain charme me faisait croire qu'il pouvait être bon, mais lorsque j'aperçus une goutte de sang qui dégoulinait de sa bouche, j'imaginais très bien que c'était lui qui avait donné un tel sort à l'animal au sol. Seulement, il n'était franchement pas si différent de moi, en y réfléchissant plus. Il chassait pour subvenir à ses besoins nutritifs. De plus, vu son teint aussi pâle que la lune qui devait certainement faire son entrée dans quelques minutes, il devait faire parti des nombreuses créatures à sang-froid résidant ici.

Je me devais donc de le traiter tout comme je voudrais qu'on me traite, c'est à dire normalement. De plus, tout le monde est égal, comme le dit le cher livre que je lis depuis que je suis arrivée au Japon au moins. De plus, le charme qu'il dégageait était presque irrésistible, même si ses yeux d'une couleur assez... Sanglante était peu commune et assez étrange.

Après s'être relevé, il dicta quelques paroles, mais je n'avais pas très bien entendu, j'étais certainement en train d'observer ses yeux si mystérieux.

-Il faut croire que je ne suis pas le seul à faire parti des personnes qui restent tard éveillées dans la nuit. Excusez ma tenue, je suis tombé à l’instant même, alors je suis très peu présentable.

J'aurai plutôt cru qu'il serait tombé pour attraper le lapin, mais il semblait que ce soit faux. Mais, aucun son ne sortait de ma gorge, comme si elle était bloqué. Il me perturbait beaucoup, de plus il y avait une certaine ambiance glaciale, qui me faisant frissonner. Mais, je n'allais pas laisser un blanc aussi vite, il fallait au minimum que je fasse sa connaissance.

-Ce n'est pas grave, l'habit ne fait pas le moine, comme on dit. Sans vouloir être trop indiscrète, qu'es-tu au juste? Une créature au sang froid, je... Ma voix, une fois de plus, ne voulait plus sortir, avant ça. Tu es un vampire, une de ses créatures qui tuent des personnes innocentes?


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Ven 4 Mar - 14:41



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë  Sotomù


Je ne pouvais m’empêcher de la fixer. Elle dégageait une sorte d’aura qui m’indiquait tant de choses à la fois. Mon esprit n’était plus capable de faire un quelconque tri dans tout ce brouhaha indistinct. Et je dois m’avouer que c’était bien dommage de ne pas pouvoir faire confiance à son moi intérieur ; car dans ce genre de circonstance, j’aurais aimé comprendre ce que mon organisme ressent pour cette personne. De la peur, de la méfiance, de l’espoir, de l’envie.. Beaucoup trop de choses en moi et pas assez de réponse dans mon esprit. Comment cela se faisait-il que cette demoiselle dégage tant de chose ? Elle n’était pas humaine, j’en étais certain.

Elle semblait pourtant peu différentes du genre humain. Une taille normale et de longs cheveux bruns. Je dois avouer que tout cela lui va très bien, je pouvais même la qualifier de « mignonne ». Mais je n’oserais jamais le prononcer à vive voix. Ce n’était tout simplement pas mon genre. De plus, cette aura qui émanait d’elle me faisait tout de même comprendre que ce n’était pas une si bonne idée de me rapprocher de cette personne. Je recherchais au très fond de mon esprit pour comprendre pourquoi je devais me méfier de cette demoiselle ? Après tout, je ne peux pas me fier uniquement à son physique et à ses premières paroles.

« Ce n'est pas grave, l'habit ne fait pas le moine, comme on dit. Sans vouloir être trop indiscrète, qu'es-tu au juste? Une créature au sang froid, je... »

Au moins, mon excuse sur le fait que je sois tombé a bien marché. Mais au vu de la phrase suivante, je pense qu’elle a tout simplement accepté mon mensonge sans trop se poser de question. Cependant, je trouve la manière de me désigner assez directe. Je veux bien croire que les jeunes de nos jours agissent de telle manière. Mais je trouve cela peu agréable. Comme si toutes les personnes faisaient parties d’une catégorie en particulier et que l’on ne pouvait pas l’en changer. Au moins, la demoiselle se posait une question sur mon existence. Mais comment a-t-elle pu le deviner ? En y réfléchissant, je n’ai pas fait attention quand je me suis abreuvais de ce lapin. Elle a du me voir ou quelque chose analogue.

« Tu es un vampire, une de ses créatures qui tuent des personnes innocentes? »

Un léger blanc s’était fait sentir entre ces deux phrases. Apparemment, je devais la perturber sur certains points. J’espère ne pas trop la malmener, je ne m’en rends pas bien compte à vrai dire. Ces dernières paroles me firent du mal, en quelque sorte. J’apprécie très peu le fait qu’on me répertorie comme une personne tueuse pour se nourrir des autres. Justement, j’essaye tant bien que mal de faire attention à cela. Je ne veux pas devenir un meurtrier. Je n’en suis pas un. Je ne veux pas toucher à un être semblable à un être humain pour nourrir. Je ne veux plus me rabaisser à cela. Je n’accepte pas cela de sa part, même si je ne la connais point. Il faut toujours mesurer ses paroles face à un inconnu.


« Je ne suis pas d’accord avec cette définition me concernant, vois-tu. Répertorier les gens dans des catégories de la sorte est très peu agréable pour ma parole. Il est vrai que je fais parti de cette catégorie qu’est les vampires. Mais je m’interdis de tuer des personnes. Je pense que tu as du le voir à travers le cadavre de ce pauvre animal. »

Mes yeux se fient quelque peu durs. Je n’appréciais que très peu cette manière de me désigner, je ne le permettrais pas. Et puis, d’ailleurs, qui est-elle pour me critiquer de la sorte si ouvertement ? Si j’essaye de comprendre mon instinct. Il tente de me faire comprendre que cette demoiselle ne sera jamais mon amie et que je dois me méfier de cette personne coûte que coûte. Faisons une brève liste des races qui apprécient peu les vampires comme moi. Il faut dire que je connais peu de races actuels. Je ne vais pas beaucoup m’aider avec cela. Mais il me semble que de tous les temps, les vampires et les lycanthropes se vouent une haine assez profonde. Je vais probablement tenter ma chance de ce côté.

« Et puis, au vu de cette aura que tu dégages, je dirais que tu fais parti de la catégorie des lycanthropes. Ceux qui nous chassent pour leurs simples envies bestiales. Ai-je tord, jeune demoiselle ? »

Je suis peut-être un peu trop dur avec elle. Elle ne pas m’a pas vraiment fait de mal au sens propre. Je me suis juste emporté de moi-même. Mais il faut dire que si mes affirmations sont vraies, je peux penser librement que je vais avoir du mal à m’habituer à sa présence. De plus, je me demande bien qu’elle forme cette demoiselle peut avoir en tant que lycanthrope. Les livres m’ont aidé à les visualiser et à mieux comprendre leurs fonctionnements. Mais je n’en ai jamais vu en face de moi. Je suis donc très vulnérable. Je pense que cette personne a déjà vu des vampires depuis bien longtemps. Mais j’espère tout simplement l’inverse.
Code by Joy


Dernière édition par Von Snorri le Dim 6 Mar - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Sam 5 Mar - 14:00


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

Peut être que mes paroles étaient un peu brusques, et je n'ai pas vraiment réfléchi à ce que je viens de dire à voix haute. J'ai fais ça, certainement, par instinct, pour me défendre. Je dois l'avouer; je ne suis pas très forte au premier contact, surtout aux endroits ou je viens d'arriver. Même en école inférieur, j'ai eu beaucoup de mal à m’intégrer... J'ai dut faire preuve de beaucoup de courage, et j'ai même du me créer une nouvelle personnalité. Mais, je me suis promise de ne pas recommencé, et de garder cette personnalité. Après une longue absence de réponse, le jeune homme répondit d'un ton assez brusque:

-Je ne suis pas d’accord avec cette définition me concernant, vois-tu. Répertorier les gens dans des catégories de la sorte est très peu agréable pour ma parole. Il est vrai que je fais parti de cette catégorie qu’est les vampires. Mais je m’interdis de tuer des personnes. Je pense que tu as du le voir à travers le cadavre de ce pauvre animal.

D'habitude, je ne parle pas beaucoup aux personnes inconnus. Mais, je ne sais pas, celui ci avait un air plutôt étrange. Il ne m'avait pas répondu très agréablement, mais je m'en doutais que ce que j'avais dis ne lui aurait certainement pas plu. Néanmoins, je restais calme, même si je suis de nature à m'énerver très, très vite. Il n'avait pas l'air comme les vampires que je regardais dans les dessins-animés, ou films lorsque j'étais encore petite fille. Lui avait l'air... Comment dire... Plus "aimable". Mais, cela ce voyait qu'il était sur la défensive. Alors, je ne vais pas essayé de dire des préjugés sur les créatures au sang froid. J'écoutais vaguement, lorsqu'il me dit ceci.

-Et puis, au vu de cette aura que tu dégages, je dirais que tu fais parti de la catégorie des lycanthropes. Ceux qui nous chassent pour leurs simples envies bestiales. Ai-je tord, jeune demoiselle?

"Cette aura" certainement un des nombreux sens des vampires. Puis, il n'était pas le seul à ressentir cela, lui aussi en dégageait une, mais elle avait l'air plus petite. Son odorat à certainement dut sentir mon odeur de canidé. Néanmoins, lorsqu'il dit que nous chassions juste pour des stupides envies de bêtes, cela m’énerva fortement. Mais, je ne le montra pas, bien que j'avais envie de me transformer, afin de lui prouver le contraire. Je ne le ferai pas, bien entendu. Je fronçais les sourcils, en parlant à voix assez basse.

-Pardonne-moi, je ne savais pas qu'il y avait différentes sortes de vampires. Les mythes et légendes racontent que vous buvez le sang des êtres humains, pas ceux des animaux. Je ne me connais pas tellement en biologie des créatures ici.

Pour une fois, ce que j'avais dit me convenait bien. C'était simple, banale. Il fallait bien que je m'excuse aussi, à un moment ou un autre. Car, je ne veux en aucun cas rabaisser les gens. Même si je n'avais pas franchement envie de répondre à sa seconde phrase, je secoua légèrement ma tête, ébouriffant mes cheveux, puis pris une voix un peu plus assurée.

-Tu en dégages une aussi, mais moins puissante. Certainement que... Enfin non. Je ne savais pas quelle explication donner, alors je finis juste ma phrase par ces mots étranges. Je suis bien une lycanthrope. Mais, je ne suis certainement pas la seule que tu rencontres, si?

A ce moment là, mon ventre commençait à rugir. J'avais mangé il y a peu de temps, pourtant... Ma faim était toujours présente, et je ne voulais pas attendre jusqu'au lendemain, il fallait que je me nourrisse. Sachant que les vampires ne mangeaient certainement pas des petits fruits des bois, je lui proposa de chasser rapidement une petite proie facile à atteindre. J’espérais qu'il accepterait, je n'aime pas franchement avoir le sentiments que quelqu'un ne puisse pas m'aimer, même si certainement cela s'était produit des milliers de fois j'imagine... De plus, bien que nos deux espèces ne s'apprécient pas, j'ai cru lire ça il y a quelques jours à la bibliothèque, j'avais envie de m'intéresser à lui, car je ne pouvais résister à son charme


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Dim 6 Mar - 14:29



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë  Sotomù


Le pic que je venais de lui lancer ne la laissa pas de marbre. En effet, la demoiselle fronça légèrement les sourcils, montrant son mécontentement. Au moins, je lui avais rendu la monnaie de sa pièce. Je ne pouvais me laisser insulter de la sorte. J’espère simplement ne pas l’avoir trop déranger avec mes paroles quelques peu brusques. Sa voix était atténuée, elle ne semblait plus parler de vive voix. Je pouvais la comprendre en même temps, je me suis emportée quand elle m’a « attaqué ». Cela devait être son moyen pour se contrôler pleinement sans éclater devant des inconnus. Je dois avouer que c’est une bonne manière pour se contrôler. De plus, je suppose que son esprit doit contenir des tonnes de pensées contradictoires et enragées. Je m’en excuse mentalement.

« Pardonne-moi, je ne savais pas qu'il y avait différentes sortes de vampires. Les mythes et légendes racontent que vous buvez le sang des êtres humains, pas ceux des animaux. Je ne me connais pas tellement en biologie des créatures ici. »

Je peux lui accorder ce point. Nous nous nourrissons exclusivement d’êtres humains. Il faut dire que leur sang est tout bonnement exquis, bien que rare. Je ne pouvais pas la blâmer de ne pas connaître ce point-là nous concernant. J’ai dû effectuer quelques recherches pour mieux comprendre notre race. Je ne saurais combien de temps j’ai passé face à des livres et autres revues en tout genre pour connaître toutes les subtilités de ma race. Il fallait savoir démêler le vrai du faux, entreprendre quelques expériences pour être sûr que les affirmations sont valides. Cela m’a pris un temps fou, mais je suis plutôt fier de mon résultat. J’ai mieux compris qui j’étais et j’ai compris que je pouvais éviter de faire du mal aux êtres humains. Mais j’ai bien du mal à dire non à leur sang..

Un léger mouvement de sa tête, et elle commença à ébouriffer ses cheveux. Ce geste la rendait très tendre, voire même inoffensive. J’avais cette impression qu’elle pesait le pour et le contre d’une idée. Mais que finalement, elle abandonnait celle-ci, faute de trouver une réponse adéquate. Son comportement me semblait même très intéressant à observer. Mais je me sentais relativement de la fixer aussi longuement. Je me donnais cette impression d’être une sorte de psychopathe proche de sa victime. Alors que ce n’était pas du tout le cas. J’attendais simplement ces mots et cette idée qu’elle voulait abandonner tout simplement. Sa voix avait repris une certaine intensité. A croire, que cette idée abandonnée l’avait remise d’aplomb.

« Tu en dégages une aussi, mais moins puissante. Certainement que... Enfin non. Je suis bien une lycanthrope. Mais, je ne suis certainement pas la seule que tu rencontres, si? »

Oh. Probablement une information qui m’avait échappé sur les vampires. Je savais que les êtres humains se sentaient relativement mal à l’aise en compagnie d’un être vampirique. Mais je ne savais pas que je dégageais une faible aura même pour les autres races existantes. Au moins, je ne m’étais pas trompé sur ce qu’elle était. Une lycanthrope. Cela m’intéressait pleinement. Je n’en avais rencontré auparavant. Je pouvais lui donner tord sur ce point. Il faut dire qu’il est rare de rencontrer une personne qui a passé le plus clair de son temps dans une maison protégée du monde extérieur. Je ne connais que mes ennemies et mes amis à travers les livres, jamais grâce à un face à face. Probablement pour cela que j’ai un peu de mal avec les relations amicales. Mais je ne semble pas si catastrophique que cela sur ce point.

Je dégage donc une faible aura. N’est-ce pas proportionnelle avec ma puissance ? J’émets quelques hypothèses au hasard, voulant seulement comprendre qui je suis. Je laissais, malgré moi, planer un blanc de quelques instants. J’étais tellement penché sur mes pensées que j’avais totalement oublié la présence de cette demoiselle. Elle avait déjà dû rencontrer un vampire, elle. Elle était donc beaucoup plus avantagé que ma personne. A mon plus grand malheur. J’avais un train de retard de ce côté-ci et ce sera avec peine que je vais le combler. Je devais la prévenir de mon inexpérience, pour éviter les faux jugements. J’affichais un sourire gêné face à cette révélation.

« A vrai dire.. Si, tu es la première lycanthrope que je rencontre. Je n’ai pas rencontré beaucoup de personnes d’une autre race que la mienne durant mon enfance. Je m’excuse donc pour mon comportement. Je me base uniquement sur les faits que décrivent les livres. Mais ils ne s’avérent pas tous juste. »

C’est un peu ridicule comme situation, mais il faut bien de tout dans une vie. Même si la mienne risque d’être très longue si je m’éloigne de tout danger potentiel. Un bruit attira mon attention. Une sorte de grognement. Je fis de rapides calculs pour comprendre que la provenance de ce bruit venait du ventre de la demoiselle. Un sourire au lèvre, je venais de comprendre que la demoiselle devait avoir faim. C’était quelque peu la même chose pour ma part. Un simple lapin ne me suffit pas en guise de quantité de sang. Elle me proposa de chasser une proie facile pour pouvoir s’en nourrir par la suite. Je ne voyais pas de raison de refuser de toute façon. Ne connaissant pas les lycanthropes, je me demande comment ces bêtes-là chassent.

« Ce sera avec plaisir de chasser avec toi, jeune demoiselle. Je me suis pas présenté. Je m’appelle Von, Von Snorri. Il sera un peu plus facile de m’appeler durant notre chasse improvisée. »

Je commençais à me déplacer doucement. Marchant lentement, je voulais commencer à repérer si des petites proies faisaient leurs vies proches de nous. Mes sens étaient perturbés par la présence de la demoiselle à côté de moi. C’était un peu étrange. Mais à vrai dire, son odorat risque de m’aider grandement durant la chasse. J’ai beau avoir une vue perçante et une manière de ressentir les êtres apeurés proche de moi rapidement. L’odorat reste grandement important dans une chasse. Et je manque d’entraînement pour ce dernier. Il faut dire que je ne pourrais jamais chasser aussi bien qu’un lycanthrope.
Code by Joy
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Lun 7 Mar - 18:48


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

Pendant quelques instants, je crus qu'il ne répondrai pas tellement le blanc était long. A vrai dire, je crois que la première impression que je lui avais donné était des moindres... J'essayerai de me rattraper au plus vite, alors! Lorsque le jeune homme ne me répondit pas, j'entendis les bruits des animaux de la forêt. S'était splendide, je trouve. Puis, il émit un sourire plutôt gêné.

-A vrai dire.. Si, tu es la première lycanthrope que je rencontre. Je n’ai pas rencontré beaucoup de personnes d’une autre race que la mienne durant mon enfance. Je m’excuse donc pour mon comportement. Je me base uniquement sur les faits que décrivent les livres. Mais ils ne s’avèrent pas tous juste.

C'est vrai qu'il avait l'air nouveau, comme moi. Néanmoins, je ne croyais pas que je serais la première louve-garou avec qui il aurait parlé. Je trouvais tout de même qu'il paraissait froid au début, certainement à cause de ce qu'il avait pu lire dans les livres. C'est sûre que dans les livres, à la bibliothèque, on trouve de vraiment tout. Je lui pardonnais, je crois bien. De plus, jugé les personnes comme je l'ai fait n'est franchement pas permis. Mais, je ne voulais en aucun cas l'infériorisé par rapport à moi, ou encore aux autres.

Après lui avoir proposé d'aller chasser, à cause des grognements qu’émettait mon estomac, le jeune homme accepta. Il se présenta même: le vampire se nommait Von Snorri. Un joli nom, je dois l'avouer, tout comme lui. Mais, je ne lui dis pas encore le miens. Nous commencions à nous diriger en direction d'un lieu un peu plus profond de la forêt, où certainement des centaines d'animaux s'y cachaient. J'avais hâte de chasser, mais pas vraiment de me transformer en louve.

C'est vrai, être une lycanthrope est quelque chose de très pratique, néanmoins mon apparence ne me plais vraiment pas. Déjà que j'ai horreur lorsque des poils commencent à m'envahirent, alors là... Mais, ce qui me déplait le plus, c'est mon odeur lorsque la pluie dégouline sur mon pelage. Elle ressemble à celle des chiens mouillés, ce qui est une odeur que je ne supporte vraiment pas. Mais, de toute manière, je devrais bien m'y habituer.

Nous étions arrivés dans une petite clairière, où il y avait quelques biches avec leur faon. Franchement, ils étaient si mignons ensemble que je me refusais presque de les tuer. C'était comme si l'on tuait ma mère, et que l'on me laissait seule. Je proposa dont au vampire, à très basse voix pour ne pas faire fuir les mères et leurs enfants:

-Je passe par le côté gauche afin de les faire fuir de ton côté, entendu?

Alors, sans trop vouloir entendre sa réponse, je m'aventurai vers l'arrière des biches. Camouflée derrière les buissons, j'essayai de me transformée discrètement en lycane. Je ne voulais absolument pas qu'il me voit comme ça, déjà qu'il ne m'aimait certainement pas beaucoup, alors s'il m'observait en tant que louve des bois, il me détesterait.

Lorsque je commençai à prendre ma posture pour observer les faibles animaux, j'essayai de me propulser en leur direction afin de pouvoir les mener vers Von, mais je trébucha sur une énorme racine de chêne que je n'avais pas eu le temps de percevoir. A ce moment là, j'étais avachie au sol, regardant nos proies s'enfuirent à vive allure. Rapidement, afin que je puisse me retransformer en bipède, je me glissa derrière un buisson touffu. Sortie de celui ci, j'accélérai le pas pour me rendre vers Von, tout en boitant. Mon mollet me faisait assez mal, néanmoins je ne voulais pas attirer l'attention sur moi, alors je faisais, presque, comme si de rien n'était.

Quand j'arrivai vers lui, je sentie quelques gouttes de pluie tomber de plus en plus vite sur mon crâne. Tout en levant la tête, je vis d'énormes nuages recouvrirent le ciel étoilé. Cette pluie instantanée me donna presque l'envie de pleurer. Ou, c'était peut-être aussi le fait que je me sois ridiculisée ou encore que je sois tombée douloureusement. En y pensant, j'étais en train de pleurer, j'essuyai rapidement mes larmes en quelques secondes.

-Je... Je suis vraiment navrée... La racine sur laquelle j'ai trébuché... Je ne l'avais pas... Je dis le dernier mot en sanglotant presque, j'avais plus qu'horreur de me ridiculiser en public. Vue...

Je marcha à vive allure en direction d'un tronc d'arbre, où les feuilles étaient sûrement assez denses pour éviter que les gouttes d'eau ne tombent sur moi. J'enfouis ma tête contre mes deux jambes, comme pour me cacher ou pour qu'il ne puisse pas me voir, bien que l'idée fut ratée.


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Mer 9 Mar - 19:38



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë  Sotomù


La chasse allait bientôt commencer. La demoiselle ne semblait pas vouloir me donner son prénom mais ce n’était pas le point le plus important. Les grognements provenant de son ventre me fit clairement comprendre que l’heure n’était pas vraiment au présentation. Je devrais tout de même apprendre à me présenter en public dans de meilleurs circonstances que celles-ci. J’ai encore beaucoup de chose à apprendre, mais ce n’est pas un très grand problème. On commençait à s’enfoncer progressivement dans les bois plus profonds. Là où, probablement, la faune est quelque peu plus abondante. Heureusement pour nos estomacs. Le paysage restait tout de même magnifique, à travers toute cette végétation protubérante.

Une clairière finit par apparaître devant nous après quelques minutes de marche à travers des dizaines et des dizaines d’arbres. Je n’étais pas vraiment doué dans tout ce qui concerne la nature, mais je trouvais tout cela très intéressant. Entre la taille des arbres, la forme des feuilles de celui-ci ainsi que ses branches.. Il devait y avoir beaucoup de chose à savoir sur cet univers qui me semblait très riche en guise de première idée. Je présume que me trouvant dans un nouvel endroit, je pourrais apprendre de nouvelles choses avec la bibliothèque, il suffirait simplement que je la trouve en rentrant de cette excursion improvisée. La demoiselle m’interpella à basse voix, me stoppant net par ses paroles.

« Je passe par le côté gauche afin de les faire fuir de ton côté, entendu? »

En même temps que ses paroles, je regardais la scène en face de moi. Quelques biches avec leurs faons au milieu d’une clairière au bout milieu d’une magnifique nuit. Cela serait une chasse de rêve, mais une nuit bien douloureuse pour ces êtres vivants. La demoiselle n’attendait même pas réponse qu’elle commençait déjà à se déplacer dans la direction indiquée. Sans attendre d’avantage, je m’aventura à pas feutrés pour ne point éveiller les soupçons. J’essayais de puiser en moi tout mon côté vampirique, me remémorant cet élixir coulant le long de mes lèvres, ce rouge vif.. Mes crocs commencèrent à me démanger avec quelques instants de pleine réflexion. Je devais être prêt à leur donner le coup de grâce apparemment.

Bien en mise en place sur mes pieds, j’attendais donc la venue de la lycane, prête à faire fuir ces pauvres animaux sans défense particulière. Je fixais la demoiselle au loin, un arbre me cachant presque entièrement. Il faut dire que la taille de celui-ci était assez imposante. De plus, j’étais à une assez bonne distance pour que ces animaux ne puissent pas me repérer. Ils étaient plus occupés à faire attention aux leurs. Heureusement, mais il me semble que cela ne sera pas assez suffisant pour eux ce soir-là. D’un côté, je m’en trouve assez navré. Je n’aime pas infliger la mort à quiconque, mais il faut bien que je me nourrisse. Sinon je risque de faire plus de dégâts qu’autre chose.

La demoiselle semblait prête, j’avais du mal à la distinguer tant elle se mouvait dans cet univers avec une telle facilité. Cependant, au moment de son impulsion pour faire fuir ces animaux, quelque chose clocha. Je ne la vis pas bondir d’une manière assez magistrale. En effet, son geste se stoppa à un ou deux mètres de sa position de départ. Il semblerait même que cela affola les animaux qui commençaient à s’enfuir. Étrangement, je ne faisais pas attention à ces bêtes mais plutôt à ma camarade. Il était assez étrange de voir un loup se retrouvait couché par terre. De plus, quel est la raison qui fait qu’elle se soit retrouvé dans cette position.

Je couru dans sa direction de la manière la plus rapide possible. La pluie arriva tout aussi rapide que ma personne. Elle était simplement fine pour l’instant. Si elle s’intensifie et qu’elle perdure durant la nuit. Je pourrais peut-être sortir demain matin ou dans l’après-midi. Cela m’évitera de sortir uniquement pendant la nuit. Cela me changera en quelque sorte. Les gouttes d’eau coulaient le long de ses joues. Je ne la connaissais pas assez pour savoir si la demoiselle pleurait ou si la pluie visait uniquement son visage. Je préfère ne pas faire de jugement trop hâtif. J’apprendrais à la connaître petit à petit, pas besoin de précipitation. Mais je suppose qu’elle doit être relativement triste de ce qu’il vient de se passer. Elle qui avait son ventre qui grognait, elle doit être bien embêter maintenant.

« Je... Je suis vraiment navrée... La racine sur laquelle j'ai trébuché... Je ne l'avais pas... » Sa voix changea un peu de ton « Vue… »

Après ces paroles.. touchantes, la demoiselle s’enfuie près de l’arbre où j’étais quelques instants plus tôt. D’une manière assez rapide, je dois dire. Mais sa marche n’était pas très fluide. Il a dû se passer quelque chose qu’elle ne compte pas me dire de si tôt. De plus, quand elle arriva au niveau de cet arbre, elle s’assit et se recroquevilla sur elle-même. Cela me faisait mal au cœur, vraiment. Je ne savais pas pourquoi elle était aussi triste. Et je voulais l’aider en quelque sorte. Mais je ne savais pas vraiment quoi faire. Une idée quelque peu folle me vient à l’esprit. L’arbre sous lequel elle s’abritait ne la protéger pas de toutes les gouttes.

J’étais encore éloigné d’elle et elle avait le visage enfoui dans ses jambes. Tant mieux. Je me mis à déchirer le haut de ma combinaison. Gardant simplement le bas que j’accrochais le mieux que je pu. L’autre moitié contenant le torse, les manches et la capuche, était dans ma main. Je me retrouvais délibérément torse nu mais mon idée n’était pas de l’amadouer. Surtout dans son état actuel, je ne me le permettrais pas. Je me rapprocha d’elle, les gouttes commençant à me dégouliner d’un peu partout. Mais ce n’était pas très important. J’essaya de poser délicatement mon haut sur son visage et une partie de son corps. Il me semble que j’avais aussi les joues en feu, alors à travers ce geste, j’essayais de lui cacher le visage pour qu’elle ne puisse pas voir mon corps.

« Attends moi quelques instants, je reviens vite. »

Je m’élança par la suite en direction de la fuite de ces biches et de ces faons. Notamment, les faons étaient particulièrement dans ma tête. Etant les plus jeunes, ils n’étaient pas aussi rapide que les parents. De plus, les parents comptent protéger les enfants. Ils doivent donc se déplacer en groupe mais de manière relativement lente, surtout pour moi à vrai dire. J’essayais de me fier un passage à travers cette forêt, repérant les traces de pas dans la terre. Merci la pluie pour ces preuves qui m’aideront à les retrouver facilement. Je jouerais ensuite avec ma rapidité pour en avoir un ou deux. Je ne sais pas trop ce que les lycanes apprécient, mais j’espère qu’elle apprécie simplement le geste.

J’ai dû mettre cinq minutes ou peut-être dix. Je ne savais pas tellement le temps que j’ai mis pour retrouver ces animaux. Mais je les voyais à nouveau, encore fatigués de leur course improvisée. Heureusement à vrai dire. A leur vue, je ralentie mon allure et commença à marcher doucement en leur direction. Les arbres m’aidant à me dissimuler du mieux que je pu. Après quelques secondes, je finis par courir sur eux, récupérant une biche et son faon au passage. J’étais de nouveau à terre, serrant une patte de chaque animal dans chacune de mes mains de manière très forte. Les autres s’enfuirent sans que je m’en préoccupe. Je décida d’achever les bêtes le plus rapidement possible pour les faire le moins souffrir possible.

Après cela, je couru dans direction de l’endroit où j’avais laissé ma camarade. J’espère bien qu’elle m’attendait sagement. J’espère aussi que je n’étais pas trop long pour elle. La forêt n’est pas très rassurante de nuit, elle pourrait s’inquiéter de pas être près de quelqu’un.. Mmh. Sauf que c’est une lycane, alors je ne pense pas que de telles peurs fassent partie de son quotidien. Ma pensée était un peu bizarre mais pourtant, je n’arrivais pas à m’en détacher. Je me commençais à imaginer la demoiselle apeurée dans cette nuit froide et pluvieuse. Ce que je peux être ridicule parfois. Je finis par retrouver la clairière, malgré mon état boueux et totalement mouillé, je dirigea dans sa direction, posant les animaux devant elle. Je regarda ailleurs de manière tout à fait gênée.

« Désolé d’être parti comme ça et d’avoir pris autant de temps, je voulais simplement t’offrir ce repas. Tu semblais avoir fait tout à l’heure.. »
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Jeu 10 Mar - 20:06


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

Totalement avachie sur le sol, près des racines de l’arbre qui m’avaient fait tomber, je relevai la tête et vis le jeune vampire arrivé à vive allure. A ce moment là, presque plus rien de m’importait appart rester dans mon propre coin. D’ailleurs, pour rajouter une dose de désastre, la pluie tomba goutte après goutte. Le moment ne pouvait vraiment pas mieux tomber. Les biches s’étaient enfuies, la terre de la clairière devenait marécageuse, mes habits allaient être totalement trempés tout comme moi et j’avais fait la chose la plus ridicule vis-à-vis d’une personne. Et, pour finir en beauté, je pleurais. Mais, comme les gouttes tombaient en même temps sur mon visage, cela ne se remarquait pas à mon avis.

Quelques brèves paroles et je partis, en marchant vivement bien que ma cheville me faisait assez mal, en direction d’un immense arbre du côté où Von s’était installé pour percevoir nos anciennes proies, maintenant loin d’ici j’imagine. Je ne regardais pas vraiment ce qu’il faisait ensuite, car je mis ma lourde tête contre mes jambes. Même si le chêne où je m’étais adossée avait de nombreuses feuilles, quelques gouttelettes d’eau réussirent à les traverser. En fait, je ne m’en rendais pas compte.

Jusqu’au moment où j’entendis un léger craquement, comme des branches d’arbres qui casaient à cause du vent qui commençait à se lever en même temps que la pluie qui déferlait sur Nariyu. Puis, je sortis rapidement ma tête de mes jambes pour apercevoir mon compagnon de chasse torse nu, sa moitié de vêtement en main. J’écarquillai les yeux, car je ne croyais pas vraiment le voir dans de tels circonstances. A vrai dire, ça lui donnait un air plutôt mignon et sensuel. Je sentais que je commençais à rougir, sans doute mes pommettes l’étaient-elles.

Je détournai mon regard vers mes jambes, comme pour faire avoir l’impression que je n’ai pas ôter ma tête de mes deux genoux. Il ressemble aux mannequins dans les pubs de parfum qu’on voyait très souvent à la télévision. Mais, je ne redressai pas la tête lorsque je sentis quelque chose d’assez léger se déposer de mon dos à mon visage. Furtivement, je releva mon visage en la direction de Von, car je sentais son odeur, mais je ne vis que ses jambes. Malheureusement.

-Attends moi quelques instants, je reviens vite.

Il faisait toujours nuit, noir, et il pleuvait. Quoi de plus chaleureux, franchement ? Je ne voulais vraiment pas me transformer en lycane, mais si je ne le faisait pas, les ours ou encore les hiboux cannibales me mangeraient sûrement. Vite fait bien fait, je me blottit contre l’arbre en me métamorphosant en louve. Toujours le même pelage brun soyeux était là, mais je me sentait tout de même rassurée. Car, en prenant cette apparence, je ne pouvais probablement pas me faire attaquer, car les animaux auraient peut-être peur de moi ?

Quelques temps plus tard, alors que je somnolais légèrement, j’entendis de légers bruits de pas. Mais, même si ça pouvait être l’être le plus maléfique du monde, je ne voulais pas me réveiller. J’avais, d’ailleurs, fait un rêve assez étrange : j’étais au bord d’une falaise, je regardais l’océan. Puis, pour je ne sais quelle raison, je dégringolai (certainement un rêve loufoque) et je me noyai presque, jusqu’à ce que Von arrive et me sauve. Je trouvais ce rêve assez absurde, sachant que sa m’arriverait jamais. Enfin, peut-être pas.

Les pas s’arrêtèrent, et une masse assez lourde tomba au sol brusquement. Une voix parlait, mais je ne comprit pas grand-chose. «Désolé d’être p… Offrir ce repas. T… Faim tout à l’heure.» Je ne comprenais pas trop, mais en me redressant légèrement de ma position en boule, je vis que le jeune vampire était en fait allé chasser pour me remonter le moral, ainsi que celui de mon estomac. Ne pouvait pas parler la langue humaine, en tant que louve, je me dressa devant lui tout en m’inclinait, afin de le remercier. Ce geste était vraiment des plus adorables de sa part, j’avais presque une envie de me jeter à son coup pour le remercier. Mais, à mon avis il n’apprécierait pas qu’une bestiole de trente kilogrammes lui tombe dessus.

Je me baissa juste, appréciant le repas qui m'était destinée. Le morceau de la biche était assez appétissant, bien que ce soit la première fois que je mangeais de la viande crue. Je n'appréciait pas vraiment, mais je me dis que si l’apocalypse régnait sur terre, la seule nourriture serait celle ci.
Je sentais une sorte de feeling s'entretenir entre le chasseur et moi-même. Il me semblait même fort intéressant. Après avoir entamé le repas, bien que la chair était un peu trop élastique, je me métamorphosa, une fois encore, en humaine.

La nuit n'était pas des plus chaudes, et en humaine, le froid traversait beaucoup plus mes vêtements plutôt qu'en étant en animal. Les poils protège du froid, eux au moins. Je grelottais face au vent qui divaguait sur moi. J'essayai de déposer délicatement mes mains sur mes bras, néanmoins celles ci étaient glacées. Je fis le moins de bruit possible, pour ne pas en plus attiré les bestioles vivants dans cette forêt, mais mes dents n’arrêtèrent pas de claquer les unes contre les autres tout en disant ces quelques brèves paroles.

-Au fait, je m'appelle Elenwë Sotomù, si tu voulais le sa... j'éternuais vivement, mais je ne finis pas ma phrase, car le froid s'empara de moi pratiquement.


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Sam 12 Mar - 13:01



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë  Sotomù


Je venais tout juste d’apporter ce repas, en espérant ne pas l’avoir fait attendre de trop. Il ne faut jamais faire attendre de trop une demoiselle, les livres m’avaient fait apprendre cette simple phrase. Va savoir pourquoi cela me revient à ce moment-là. A ma grande surprise, la demoiselle n’était plus là mais seulement une louve brune, relativement petite. Etant la seule lycane que je connaisse, je ne m’affolais pas plus que cela. Cela devait simplement être ma partenaire de chasse. L’attente a dû être longue et la nuit est assez fraîche pour la saison. La louve m’avait reconnu en tout cas, ou au moins, ses sens s’étaient agités quand je laissa tomber les animaux de ma main sur le sol. Je ne l’avais pas fait dans une très grande délicatesse, mais l’idée était tout simplement là.

La louve s’était relevée et semblait effectuer une sorte de remerciement. Elle s’abaissa quelques peu, comme dans ces mœurs au pays du Soleil Levant. Enfin, je supposais que c’était cela. Il semblerait que les lycanthropes ne peuvent pas parler la langue commune quand ils sont transformés. C’est bien dommage, je dois dire. Cela donne un certain avantage aux vampires qui peuvent parler, même en proie à la plus violente envie d’élixir. Mais je préfère ne pas trop m’avancer sur ce sujet-là. Cela me rappelle d’assez mauvais souvenirs. Et vu mon esprit assez fragile, je risque de ne plus être fier de ma personne en face de cette jeune fille.

J’essayais de détourner mon regard quand la demoiselle entama son repas sous forme transformée. Je me rappelle ces livres d’amour qui racontaient que les demoiselles apprécient peu qu’on les regarde en train de manger quelque chose. Au cas où un accident de sauce ou quelque chose arrivait. Je trouvais cela tout à fait ridicule. Mais je me suis dit que cette jeune fille ne devait pas apprécier cela. Je pense que les filles désirent être délicates, alors en tant que lycane. Manger de la viande crue..  Ce n’était pas le repas le plus délicat, je dois l’avouer. Mais il faut dire que pour une chasse, il manquerait simplement le petit feu de bois. Mais il me semble que cela ne soit pas tellement permis dans cet établissement. Cela risquerait de poser problèmes, et j’aimerai éviter.

Je restais tout à fait silencieux contre cet arbre. Le petit vent d’air frais me caressant les cheveux doucement. La température peu élevée ne me dérangeait pas tellement. Il faut dire qu’étant de sang froid, je ne ressens que très peu ce genre d’événements. Cependant, je ne dis pas que j’étais totalement insensible à toutes températures. Si cela dépasse une certaine température critique, comme toute personne, je commencerais à grelotter et à avoir tendance à avoir la chair de poule. Je ne suis pas une sorte de super héros des temps modernes, mais cela me convient. Au moins, quand les nuits se rafraîchissent quelques peu, les autres personnes ne sortent plus tellement. Mais moi, je continuerais toujours.

Sans que je m’en rende vraiment compte, la demoiselle s’était transformée à nouveau en être humain cette fois. Apparemment, ses transformations étaient relativement rapides. Elle n’avait pas de mal à changer de formes. Mais je suppose que le physique devait être tirailler, une sorte de fatigue constante ou un quelconque inconvénient devait l’habiter. La chose qui me fit réagir sur ce changement, c’était ses grelottement. En effet, la demoiselle semblait avoir froid. La nuit n’était pas des plus chaudes, il est vrai. Mais pourquoi la demoiselle ne restait pas sous forme lycane ? Peut-être que le fait de ne pas pouvoir me parler sur cette forme la perturbe, et du coup, elle s’est sentie obligée de prendre cette forme humaine.

« Au fait, je m'appelle Elenwë Sotomù, si tu voulais le sa... »

Sa dernière phrase n’était même pas finie qu’elle éternua de manière incontrôlée. Elle semblait ne plus faire attention à sa dernière phrase. Elle semblait avoir tellement froid que son cerveau n’arrivait plus à lui ordonner de terminer cette conversation. Je devais bien pouvoir faire quelque chose dans cette situation. J’avais beau être très froid corporellement, je devais bien pouvoir la réchauffer quelques peu. Mais je ne voulais pas faire de quiproquo. Je ne veux pas qu’elle pense que j’essaye de me rapprocher d’elle de manière physique pour je ne sais quelle chose qui ne me concerne pas.

« Je me permets.. »

« Ne le vois pas comme un mal, s’il te plaît.. » Je me leva doucement et essaya de me placer entre elle et l’arbre de manière à ce que je puisse l’entourer de mes bras. Mes bras autour d’elle, et mon torse collé à son dos, je devais bien la réchauffer quelque peu. Même si je n’étais pas l’homme le plus « chaud » sur cet univers. Je n’étais pas tellement l’homme de la situation, mais je faisais de mon mieux pour ne pas couper court à cette rencontre. D’ailleurs, pourquoi je faisais autant d’efforts pour cette jeune demoiselle. Pardon, pour Elenwë ? Je ne la connaissais pas plus que cela, mais je voulais simplement encore un peu de  compagnie durant cette nuit froide. Serait-elle devenue ma partenaire de chasse attitrée maintenant ? Jouons-nous le rôle du chasseur et de la  proie ? Je suis en train de me perdre dans mes pensées.

« Ne.. Ne le prends pas mal et ne vas pas t’imaginer de sales choses. C’est que.. T’entendant claquer des dents et te voyant toute tremblante, je me suis dit que je pouvais y remédier un peu. Il est vrai que je ne suis pas l’homme le plus chaud, de manière corporelle je dis bien, ici. Mais je peux t’aider à couper tout ce vent qui te traverse. »

Pourquoi avais-je besoin de me justifier autant sur une simple petite chose ? Mon esprit commençait à me jouer de sérieux tours. Je devais y remédier rapidement, car la sensation était relativement inconfortable. De plus, je pense que mes joues étaient déjà enflammées depuis un certain moment. J’avais arrêté de m’en rendre compte à vrai dire. Il faut dire que dans notre génération, un jeune homme collé de la sorte à une demoiselle, de plus, le jeune homme était moins habillé que la normale. Il pouvait y avoir beaucoup de confusion dans cette ambiance.

« Tu sais, tu peux te transformer en lycane. Je.. Je ne sais pas si les livres disent vrais, mais tu devrais te sentir plus au chaud en étant une lycane que.. » Blanc gênant « Que contre moi.. »

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Dim 13 Mar - 12:59


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

J'étais assise contre le tronc d'arbre, qui, on pouvait le dire, ne me réchauffait pas d'un poil. Le vent soufflait de plus en plus fort, et je trouvais que le château était assez loin, surtout avec la pluie qui tombait comme dans la saison des moussons. Je frissonnais rien qu'à l'idée de me redresser, et de marcher toute trempée, avec une cheville certainement enflée. Je ne le montrais pas forcément, mais la douleur était presque insoutenable, comme si un énorme poids tombait à chaque seconde sur ma cheville. A quelques reprises, j'essayai d'essuyer ma bouche, au cas où quelques morceaux de viande ou encore du sang s'y était incrusté.

-Je me permets..

Von se releva délicatement pour s'asseoir contre moi, ses bras m'entourant. Mes joues étaient certainement rouges et bouillonnantes. Ses bras étaient presque glacés. Dans un ou deux films, j'avais pu constater que les vampires étaient vidés de leur sang par celui qui les avait transformé. Ils étaient donc, automatiquement, très froids. Son torse était contre mon dos. Même si cela ne me réchauffait pas, l'intention était adorable, comme le repas qu'il m'avait offert. Ce garçon m'intriguait. Pas du mauvais sens, au contraire. Il était assez mystérieux, et je ne sais pourquoi, je voulais savoir ce qu'il se cachait derrière son masque, derrière son côté étrangement séduisant.

-Ne.. Ne le prends pas mal et ne vas pas t’imaginer de sales choses. C’est que.. T’entendant claquer des dents et te voyant toute tremblante, je me suis dit que je pouvais y remédier un peu. Il est vrai que je ne suis pas l’homme le plus chaud, de manière corporelle je dis bien, ici. Mais je peux t’aider à couper tout ce vent qui te traverse...

Je ne savais pas tellement pourquoi il voulait se justifier, c'était assez évident qu'il voulait, simplement, me réchauffer à sa manière. Même si, comme il disait, ce n'était pas la bonne personne pour réchauffer une autre. Mais, comme on dit, c'est l'intention qui compte? Ses bras était glacés, mais du moins sa m'évitait de me prendre du vent. Alors, à un moment, le jeune homme me dit que je pouvais me transformer en louve, plutôt que d'avoir froid et de rester collée à lui. A ce moment là, je n'avais presque aucune envie de me détacher de lui. Je ne sais pas pourquoi, c'était comme si j'étais aimantée à lui. Je répondis alors, en faisant légèrement la moue.

-Cela demande assez de concentration de se transformer, et de la force aussi. Donc, si cela ne te dérange pas, bien sûre, je préfèrerais rester auprès de... Ici.

Je tourna ma tête en sa direction pour lui adresser la paroles. Je ne savais nullement que ses yeux restaient, à toute heure de la journée, rouge sang. J'affichai un léger sourire au jeune homme, tout en baissant légèrement la tête, gênée par son regard. Il y avait quelque chose dans ses yeux qui me faisait croire qu'il n'était certainement pas comme les sang-froids dans les livres ou encore dans les films. C'est pour cela qu'il fallait que je m’intéresse à lui.

Sans qu'il s'en rende peut-être compte, je me redressa un peu pour garder une posture confortable contre les écorces de l'arbre, tout en me blottissant légèrement contre lui. A vrai dire, je crois bien que je me réchauffais moi même, juste en effleurant mes joues bouillantes. Le froid était encore là, mais je m'en importait peu. Je voulais juste rester là, à ne presque rien penser. C'était rare, des moments comme celui ci, où l'on ne se soucie pas de ce qu'il peut nous arriver.


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Lun 14 Mar - 18:26



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë Sotomù


« Cela demande assez de concentration de se transformer, et de la force aussi. Donc, si cela ne te dérange pas, bien sûre, je préférerais rester auprès de... Ici. »

Je ne savais pas que la transformation en lycane demandait tant d’énergie que cela. Il faut dire que la demoiselle s’était transformée à plusieurs reprises depuis notre rencontre. La première fois pour notre chasse improvisée qui s’est résultée en un fiasco. La seconde fois quand je lui apporta le repas surprise pour la réjouir quelque peu. De plus, je suppose qu’avant de me rencontrer, donc avant le moment où j’étais par terre et entièrement boueux. Elenwë a dû se transformer. Enfin, la dernière pensée était qu’une simple hypothèse. Mais j’imagine qu’une demoiselle ne se balade pas au beau milieu de la nuit sans une quelconque protection. Ce qui signifierait que la demoiselle a dû se changer en lycane pour éviter toutes attaques inopportunes.

J’envisageais simplement le fait qu’elle me raconte des mensonges. Après tout, je n’étais pas tellement mieux dans le genre honnête. Je lui avais bien menti sur les premières secondes de notre rencontre. Je n’étais pas tombé lamentablement avant qu’elle arrive. Je venais tout simplement de m’abreuvoir d’une pauvre bête. Mais je suppose comme première phrase d’accroche, il y a bien mieux que cela. Je pouvais donc affirmer que je ne pouvais pas lui en vouloir de me mentir pour cela. De plus, je n’émets que des hypothèses les unes après les autres. Rien n’est affirmé ni sorti de but en blanc. Alors pas besoin de m’étendre sur ce sujet plus longtemps.

La dernière partie de sa phrase traduisait son état de gêne. Il faut dire que ce n’est pas genre de phrase que l’on dit au premier venu. Je peux comprendre parfaitement son état de malaise. De plus, elle se dirigeait en ma direction à l’énonciation de ses paroles. Cependant, Elenwë semblait baissait légèrement la tête ainsi que le regard quand elle croisa le mien. Je devais lui faire un quelconque effet pour qu’elle ne puisse pas me regarder dans les yeux. Après tout, mes yeux rouges ne sont pas les plus accueillants au monde, je dois le reconnaître. Suis-je donc en train de lui faire peur de manière tout à fait inconsciente ?

Je regardais sans rien dire, seulement à l’écouter pleinement. Ecouter toutes les ondulations que pouvaient effectuer sa voix. Je me perdis quelques temps dans mes pensées en réfléchissant à cette situation actuelle. La position dans laquelle nous étions me faisait penser à mes journées passées aux côtés de ma douce amie. Un spasme me prit à cette iniciative de ma part. Je n’aurais pas dû penser à cela. Je sais que tout ça me fait du mal, qu’importe le moment de la journée, qu’importe si le fait est volontaire ou non. Je devais me faire une raison. Je devais l’acquérir avec le temps. Pour éviter toute souffrance inutile.

Je resserrais légèrement mon étreinte, humant doucement l’odeur de ses cheveux. Je ne sais pas si je peux me permettre cela. Mais malgré cette situation qui me rappelle tant de douleurs, il reste tout de même une part de plaisir dans tous ces souvenirs. L’odeur n’était pas la même, la corpulence de la demoiselle aussi, les mouvements non plus. En fait, tout est différent sauf la posture, je dirais. Mais ce n’est pas pour autant que cela me déplaisait. Le bonheur était presque semblable. Je ne savais plus que penser dans cette situation. Le passé et le présent était en train de se mêler en même temps. Le passé chevauchant le présent, créant un monde imaginaire mortuaire.

« Eva.. » Dis-je doucement

Je crois que je ne m’en rendis pas tellement compte que je venais de parler à haute voix. Cependant, la demoiselle au creux de mes bras venait de se retourner en ma direction. Il semblerait qu’elle venait de m’écouter. Il faut dire qu’il n’y avait pas tellement d’autres personnes mise à part nous dans cet environnement. De plus, la nature était tout de même plutôt calme malgré cette fine pluie. Je n’allais pas vraiment m’en sortir dans cette situation. De plus, il me semblerait que je sois en train de lâcher quelques larmes. Je sentais quelque chose couler le long de mes joues et terminer sur mon ventre nu. Il est vrai que j’avais perdu le haut de ma combinaison vu qu’il se retrouvait sur le dos de ma partenaire.

« Je.. C’est que.. »

Je pris une grande inspiration, aspirant au passage quelque peu l’odeur de la demoiselle. Elle semblait d’une certaine façon apaisante. Peut-on vraiment dire qu’une odeur est apaisante qu’importe le contexte ? Je me perds rapidement dans mes pensées. Je ressens à nouveau l’odeur de ma douce amie flottait dans les airs. Elle semble être toute proche de moi. Et pourtant, je le sais pertinemment qu’elle ne reviendra plus jamais. Elle était prête à en découdre ce jour-là. Si elle me revoit à nouveau, je ne serai plus de ce monde. Je ne pourrais jamais la vaincre.

Je regardais Elenwë, plongeant mon regard dans le sien. Je la voyais s’inquiéter, tout du moins légèrement. Il faut dire que si un inconnu vous fait un coup comme cela après vous s’êtes rapprochés de vous. Cela peut sembler très bizarre, voire même très intriguant. C’était probablement ce qui était en train de se passer dans la tête de la demoiselle en face de moi. Et pourtant, ses yeux bruns essayaient de me dire quelque chose. Un je ne sais quoi qui pourrait me réconforter ou m’aider tout simplement à lui parler. Souvent, les gens disent que la parole peut guérir tous les maux. Mais est-ce une véritable raison pour se confesser dès les premiers instants ? Je n’en sais trop rien.

« Je. C’est rien. Un vieux souvenir qui refait surface. » Dis-je faiblement

La masculinité n’était pas vraiment au rendez-vous. Je pense que j’étais toujours en train de lâcher des larmes en silence. Je ne le savais pas moi-même. Je devais être dans un état vraiment pitoyable.
Code by Joy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Jeu 17 Mar - 20:25


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

- Eva... Tonna-t-il, doucement.

Alors que j'étais adossée au torse de l'être vampirique, tout en penchant légèrement la tête dans un sens, il prononça ce prénom, ce prénom dont je ne savais à qui il appartenait. Eva pouvait être le diminutif de plusieurs prénoms, tous autant qu'ils soient. Il l'avait dit d'un ton si doux, si calme et si serein qu'on aurait pût croire qu'elle était sa compagne. Qui sait, peut-être qu'elle l'était? Intriguée, je me retourna en sa direction, tout en fronçant mécontentement mes sourcils. Il me regarda brièvement, avant de lâcher quelques larmes. A cet instant précis, je voulais lui demander qui était cette personne, et pourquoi les larmes lui montaient aux yeux. Je savais très bien que j'étais, parfois, trop curieuse, mais je voulais absolument savoir qui était cette fille.

Une sorte de jalousie s'installait en moi, comme si je voulais connaître par dessus tout cette personne, sûrement féminine. Pourtant, je n'étais pas très jalouse aux premiers abords avec les personnes. Mais, alors, pourquoi m'avait-il proposer de me tenir chaud, tout en me donnant son dessus de vêtement si il était en couple avec cette demoiselle? Les questions se chevauchaient, les unes par dessus les autres, dans ma tête. Ensuite, il bafouilla encore des paroles.

-Je... C'est que...

Il ne savait pas comment se justifier. En même temps, si j'étais dans le même cas que Von, je ne saurais pas où me placer à ce moment même. J'étais en train de le regarder, toujours, avec le même air mécontent et inquiétant en même temps. Je trouvais vraiment cela bizarre qu'il parle à haute voix de cette personne, ça me rappelait presque de mauvais moments en compagnie d'un de mes ex petit-ami. Après cela, je n'ai plus vraiment fait confiance aux garçons, je me méfiais toujours de ces êtres masculins.

-Je... C'est rien. Un vieux souvenir qui refait surface.
Il disait ceci d'une voix presque éteinte.

Je voulais en savoir plus, beaucoup plus même. Ma curiosité, que j'avais décidé de ne pas dévoilé la première nuit, s'éveilla. J'avais légèrement peur de lui poser une question sur cette mystérieuse "Eva", car je ne voulais pas qu'il me réponde d'un ton froid, comme si il s'en moquait presque de ce que je pouvais lui raconter. Ses yeux étaient plongés dans les miens, comme si je ne pouvais m'en défaire. mais, lorsque je sentis que je rougis, je détourna mon regard en direction de la clairière, afin d’apercevoir si la pluie était toujours présente.

Après avoir retourner mon regard vers l'endroit où les arbres n'apparaissaient pas, j'inclinais brièvement ma tête vers lui, comme si je voulais dormir. Je ferma les yeux quelques secondes, tout en maintenant ma tête sur une des épaules de Von. C'est vrai qu'il était tard; lorsque je sortis mon portable, l'heure affichée était 23h52. Mais, après tout, il n'y avait aucun couvre-feu dans l'enceinte de l'établissement. On pouvait sortir et rentrer à tout moment de la journée. Puis, je secoua vivement la tête, pour la redresser, et demander au jeune homme ce que je voulais savoir.

-Qui est Eva...? Je ne sais pas vraiment qui sait, mais si c'est ta petite amie, être collée à toi n'est pas vraiment ce que je devrais faire... Donc, s'il te plais, dit moi la vérité sur ce sujet.

Je dis ça d'un ton assez mélancolique, bien que ferme. Sur ces quelques paroles, je me redressa, même si j'étais frigorifiée. Mes fines jambes n'arrêtaient pas de trembler, et j'avais un de ces mal de tête... Je voulais tout simplement me ré-allonger à ces côtés, pour éviter ces désagréments. Je remis correctement le tissu qui était sur mes épaules, pour me tenir chaud, tout en me tendant mon bras sur un autre arbre, ce dernier situé devant celui auquel nous étions adossés.


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Ven 18 Mar - 21:57



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë  Sotomù


La demoiselle semblait ne pas me croire. Je n’arrivais pas vraiment à comprendre ce regard qu’elle me lançait. Il n’était pas tendre, il y avait quelques remarques invisibles que je n’arrivais pas à comprendre. Je me demandais ce qu’elle voulait dire. Mes paroles ne sont pas forcément les plus rassurantes au monde. Je peux l’avouer pleinement. Quand un jeune inconnu vous dévoile que très faiblement son passé, l’interlocuteur aimerait connaître tout le fin mot de l’histoire. Et tout cela, je le comprends parfaitement. Je ne peux pas en vouloir à Elenwë pour cela.

Mais pour autant, est-ce que je pourrais lui raconter tout ce qu’il m’est arrivé ? En suis-je réellement capable de lui dicter tout le fond de ma pensée ? Je me pose la question longuement. De plus, ce regard profond me perfore de part en part. Je ne sais plus vraiment comment réagir. Mon corps ne semble plus bien fonctionner. Comme s’il était quelque peu déréglé, de manière tout à fait irrégulière. Mon cerveau se retrouve donc totalement perdu dans ces vagues de pensées. Dois-je lui faire confiance après peu de temps ? Je pourrais lui raconter quelques passages, ou simplement l’essentiel. Mais je ne m’en sens pas encore capable de devoir lui raconter tout ce qu’il m’a fait venir à cet endroit précis.

M’en voudra-t-elle peut-être. Mais je ne suis pas encore capable mentalement. J’espère qu’elle comprendra ce genre de chose. Cependant, il me semble qu’Elenwë est quelqu’un de plutôt ouvert. Elle ne m’a pas attaqué moralement quand je lui lançais ces quelques piques sur sa race. Cela prouverait bien son esprit ouvert. Ce qu’il faut dire que je ne devrais pas avoir peur de lui raconter un bout de ma vie. Par ailleurs, il faut savoir que ma vie n’est pas des plus intéressantes. Je n’ai vécu aussi longuement que mes concitoyens. Mais la demoiselle semble s’intéresser à ma personne, et non pas à celle de mes autres homologues.

Son téléphone portable me sortit de ma torpeur. Il faut dire que j’avais la vue quelque peu embrouillée par ces vilaines larmes. La demoiselle semblait s’être collée un peu plus près de ma personne. Elenwë devait regarder l’heure. Il faut dire que nous sommes en plein milieu de la nuit. On se rapprochait rapidement de minuit. Il me semble qu’il n’existe pas de couvre-feu dans le château de Nariyu, alors la demoiselle ne devrait pas avoir de problème si elle rentre un peu trop tard. Je n’aimerais pas qu’elle subisse quelconques représailles par ma faute. Ses yeux étaient toujours plongés dans les miens, comme attirés.

« Qui est Eva...? Je ne sais pas vraiment qui sait, mais si c'est ta petite amie, être collée à toi n'est pas vraiment ce que je devrais faire... Donc, s'il te plaît, dit moi la vérité sur ce sujet.

Sa réflexion me fit sortir un rire. Un rire probablement nerveux, comme une sorte de fou rire incontrôlé. Il faut dire qu’au vu de mes paroles, il était tout à fait normal d’envisager le fait que ma chère amie et moi sommes dans une quelconque relation ambigüe. Mon expression devrait être assez étrange. Entre le rire et la tristesse, là se trouvait mon être. Je devais l’effrayer tout bonnement. Je me sentais coupable au fond de moi-même, mais tout cela m’importait peu durant ce moment-là. Cependant, sa réaction me fait penser à une sorte de jalousie. Comme si elle voulait savoir si j’avais quelqu’un dans mon entourage. Ce n’était peut-être pas cette idée-là, mais mon esprit restait sur cette même pensée.

Peut-être pas une jalousie, mais elle semblait s’être attachée à moi de manière assez rapide. Il faut dire que nous nous sommes assez rapprochés depuis le début de notre rencontre. En l’ayant enlacer et aider à chasser un gibier, cela créait tout de même des liens certains. Même si le début de notre relation aurait pu annoncer quelque chose d’orageux. Heureusement, tout se passait pour le mieux. Mais cette réaction était tout à fait intéressante. Je ne la comprenais pas vraiment. Pourquoi s’inquiétait-elle de savoir qui était ma chère amie ? Cela semblait beaucoup l’intéresser. Et tout cela m’intrigue pour de bon. Je devais paraître fou, à mon plus grand malheur.

« Oh. Mais. Ne t’inquiètes pas pour cela. Évangeline, ou Eva, n’est pas ma petite amie. Mmh. Je.. Si tu veux vraiment tout savoir, Eva est celle qui m’a envoyé dans ce bâtiment. Elle m’a mis en danger, au point où j’en ai faillis laisser la vie. Malgré le fait que je sois un vampire. » Je l’observais se relever et me regarder de manière grave. Mais pour tout te dire, je n’ai jamais vraiment eu de petites amies, et Eva ne l’est pas pour autant.. Mais si ça te déranges d’être près de moi. Je ne vais plus te déranger aussi longtemps alors.. »

Je me redressais à mon tour, mais sans être convaincu de mon état. Je pense être calmé mais pas totalement. Je suis encore mitigé sur mon état moral. Je ne voulais pas lui faire du mal avec cela. Il semblerait donc que ma présence lui dérange, je devrais donc m’éloigner d’elle ? Mais pourquoi mon corps ne le désire pas ? Mon cœur semble se serrer en quelque sorte, j’avais une faible douleur qui m’habitait après mes paroles. Je ne savais pas qu’elle en était la cause, même si je finirais bien par le découvrir. Je baissais la tête, penaud de toutes mes révélations. Je devais être vraiment pathétique dans cette situation.

Je demande ce que pense Elenwë de moi maintenant. Avait-elle pitié de moi après avoir appris que j’avais manqué la mort par ma chère amie. Avait-elle honte de me côtoyer après avoir su que je n’ai jamais eu de petites amies et que donc, je ne connais absolument rien en relation amoureuse ? Je n’en sais absolument rien, mais j’aimerais tant me retrouver dans son univers à elle, pour la comprendre pleinement. Mon problème, c’est que cela est totalement impossible pour moi. Et puis, je ne pense pas que la demoiselle soit d’accord avec cela vu que cela voudrait dire qu’il n’existerait plus aucune intimité entre moi et elle. De plus, nous ne sommes pas si proches que cela.

Je dois me calmer, réellement. Je pars dans des théories de plus en plus folles les unes que les autres. Je ne me reconnais plus dans mes agissements. Je sais que je suis de nature curieux mais tout de même. Pourquoi la demoiselle semble m’intriguer de plus en plus ? Pourquoi cette sensation est grandissante ?
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Sam 19 Mar - 11:57


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

-Oh. Mais. Ne t’inquiète pas pour cela. Évangeline, ou Eva, n’est pas ma petite amie. Mmh. Je.. Si tu veux vraiment tout savoir, Eva est celle qui m’a envoyé dans ce bâtiment. Elle m’a mis en danger, au point où j’en ai faillis laisser la vie. Malgré le fait que je sois un vampire. Mais pour tout te dire, je n’ai jamais vraiment eu de petites amies, et Eva ne l’est pas pour autant… Mais si ça te déranges d’être près de moi. Je ne vais plus te déranger aussi longtemps alors…

Il s’était redressé, gracieusement si je puis dire. A ce moment là je devais porter mon regard, une fois de plus, sur lui, tout en relevant ma tête. Du haut de mes 1m60, c’est sûre que je devais la tête pour toutes les personnes que je rencontrais, certainement. Le regarde du jeune homme avait l’air plutôt brusqué de ce que je venais de lui dire. Peut-être ses paroles lui avaient redonnés un mauvais souvenir ? De plus, la dernière phrase qu’il avait prononcée m’avait l’air assez sèche. Puis, j’avais ce « besoin » d’être avec lui, je ne sais pas tellement pourquoi. Je ne voulais en aucun cas qu’il parte ou encore que l’on rentre dans nos dortoirs respectifs. Je voulais rester discuter avec lui, durant la nuit, jusqu’à l’aube.

La mystérieuse jeune fille dont il parlait se nommait donc Evangeline. C’est un nom assez gracieux, serte. Mais, je me demandais toujours pourquoi l’avait-elle emmené, sans le savoir j’imagine, dans l’académie ? Elle devait être quelqu’un de dangereux, oh oui, bien plus que les vampires que j’avais pus percevoir à l’intérieur du bâtiment. Une sorte de haine s’était installée en moi, au niveau de cette femme si étrange. Même si je ne la connaissais pas, elle me paraissait déjà anormalement fourbe et malicieuse.

Or, au moment où Von disait qu’il n’avait jamais eut de compagne, je trouvais cela assez étrange. Ce jeune garçon avait eut, pourtant, l’amabilité de me prêter son vêtement, comme certainement aucun autre homme n’aurait faire dans le cas présent. Il m’avait l’air de quelqu’un d’assez romantique, bien que le vampire n’était pas du genre à sortir tous les soirs en boîte de nuit. Mais, je ne me faisais pas vraiment d’idée ; un vampire tel que lui ne pourrait certainement pas être avec une louve. Les représentants de nos deux races étaient bien trop en discorde, j’imagine, pour pensé à cela.

Nous étions là, debout, nos regards se croisant encore et encore. Je ne savais vraiment pas pourquoi mon regard ne pouvait se détourner de lui, cela fera environ trois heures, voir quatre, que quelque chose m’intrigue chez ce jeune homme. Je me mordais la lèvre, instinctivement pour essayer de retirer discrètement mes peaux mortes. A vrai dire, pourquoi devrais-je rester à ses côtés, aux côtés d’un être qui est sensé devenir mon ennemi ? Pourquoi ne devrais-je pas suivre mon instinct animal. C’est comme si un aimant m’attirait vers lui, sans que je puisse m’en détacher.

-Non, ne pars pas s’il te plait… Je ne voulais pas vraiment dire cela, je voulais juste savoir si elle était ta compagne, dans ce cas où je devais sans doute m’éloigner. Mais, plus aucune raison ne me le dicte, à présent. Je.. Je ne veux vraiment pas que tu t’en aille.

Le ton de ma voix fit un bond de malice. Pourquoi avais-je dis cela ? Je paraissais, à présent, pour la fille qui voulait à tout prix rester auprès de Von. Bien que je le voulais, je n’avais aucune intention de le lui dire, en tout cas pas aussi directement. Mais, puisque les paroles étaient disent, j’émis un léger sourire, tout en croisant mes pieds afin de me tenir à son épaule, celle-ci étant au niveau de ma tête. Au moment où je laissais pendre ma main dans le vide, elle toucha involontairement celle de mon camarade de chasse.

Plus que gênée, encore une fois, je le regarda tous en dialoguant un timide « désolé… ». Presque depuis le début de nos rencontre, j'accumulais bêtise sur bêtise. A croire que je n'étais bonne qu'à cela. Cette fois ci, j'étais vraiment plus mal à l'aise que les dernière fois. Même si je m'étais vautrée devant ses yeux, cela ne m'importais presque plus à présent. Sérieusement, je n'avais aucune idée du pourquoi ou encore du comment que je me sentais de plus en plus intimidée en sa présence. Mais, cela ne me perturba pas autant pour dialoguer avec Von.

-Je croyais aussi, une fois, que j'allais mourir. C'était le sentiment le plus horrible et atroce qui pouvait se produire. Sur ce cas là, je te comprends donc.

Un rire, quelque peu nerveux, s’imprégnait de mon être. J'étais certainement ridicule. Soudainement, je sentais une boule se créer à l'intérieur même de mon ventre. C'était une sensation assez étrange, que serte, j'avais ressenti auparavant. Néanmoins, elle n'étais pas aussi intense et persistante. Je voudrais vraiment mettre un fin mot à ce phénomène étrange.

-Sans vouloir être trop indiscrète, pourquoi t'a-t-elle emmener ici involontairement? Oh, et d'ailleurs, tu ne veux pas que je te redonne ton haut, car, même si tu n'as pas froid, je suis presque sûre que tu grelottes légèrement...?

Je disais ça comme si je m'inquiétais pour lui, alors qu'il y a à peine quelques heures, cela ne me touchais guère. C'était franchement étrange ce sentiment que j'avais, de vouloir me préoccuper de lui au point de ne presque plus penser à moi. C'est comme si ses propres désirs comptaient plus que les miens, alors qu'il faut dire que je suis un tantinet égoïste.


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 45
Points : 225
Date d'inscription : 05/12/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Vampire
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Von Snorri
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Lun 21 Mar - 16:57



La curiosité n’est pas si vilaine que cela.

Avec Elenwë Sotomù


Mon histoire pouvait paraître relativement étrange à la première écoute. Et je le comprends parfaitement. Il faut dire que quand quelqu’un de très intime tente volontairement de vous tuer coûte que coûte. Cela semble assez particulier. Cependant, je ne connais pas le fin mot de cette histoire. Je ne sais toujours pas pourquoi ma tendre amie a voulu mettre fin à mes jours de manière aussi précipitée. Etait-ce quelque chose que j’avais engendré avec le temps ? Quelque chose qu’elle n’était pas capable de mesurer et de dominer correctement ? J’arrive à émettre une hypothèse qui ne laisse que deux choix possibles. Il faut dire que j’ai passé toute ma vie à ses côtés.

Par conséquent, je pouvais comprendre l’incompréhension d’Elenwë sur mon passé quelques peu étrange. Et je ne me sentais pas capable de lui en vouloir pourquoi une chose si extravagante. J’ai tout de même une conscience proche des êtres humains. Et si je puis me permettre, j’ai tout de même un cœur. Je ne suis pas aussi insensible que les personnes de ma race le laissent paraître. Les stéréotypes sont en grande partie détruits avec ma personne. Il faut dire que je ne rentre pas vraiment dans les cases adéquates. Cela prouve une certaine dispersion dans cette race vampirique.

Beaucoup de choses devaient lui sembler totalement irréels. Le fait que je n’ai jamais rencontré d’autres races que la mienne, que je me sois rapproché d’une demoiselle et avoir créé un lien assez fort pour qu’elle occupe toutes mes pensées. Bien que je ne sois pas épris de cette personne. Il reste aussi le fait que je ne connaisse pas les relations amoureuses de toute sorte. La plupart des personnes me demanderait d’arrêter de débiter des mensonges. Mais les mensonges ne sont que très peu présents dans ma vie. Et j’évite du mieux que je puisse d’en employer à mauvais escient. Probablement suis-je quelqu’un que l’on pourrait qualifier de trop « gentil ». Tout cela reste à voir.

« Non, ne pars pas s’il te plaît… Je ne voulais pas vraiment dire cela, je voulais juste savoir si elle était ta compagne, dans ce cas où je devrais sans doute m’éloigner. Mais, plus aucune raison ne me le dicte, à présent. Je.. Je ne veux vraiment pas que tu t’en ailles. »

Ses paroles étaient touchantes. Je comprenais lentement que je comptais pour la demoiselle. Il faut dire qu’une partie de chasse et une chute improvisée sont des bons moyens pour nouer des liens entre plusieurs individus. Je ne pouvais nier ce fait-là. De plus, je n’étais pas dupe. Je développais à mon tour des liens pour cette demoiselle. Elle était tout à fait attachante, voire même attirante. Il y avait un je ne sais quoi qui m’attirait indubitablement. Je ne pouvais mettre le doigt sur ce mot. N’était-ce pas dû au fait que la demoiselle soit d’une race ennemie qu’elle m’intrigue d’autant plus ? La vie semblait tellement plus difficile maintenant.

Sa voix flottait l’air avec une telle douceur. Ses paroles me touchèrent en moi-même, c’était inévitable. Je me demande bien par quel moyen la demoiselle en était capable. Je désirais lui répondre que mes envies étaient en réponse aux siennes. Mais étrangement, aucun son ne souhaitait sortir de ma bouche. Comme si, celle-ci était scellée. Il faut dire que je me suis lâché il y a peu. Quelques larmes avaient ponctué notre relation. Même si j’aurai préféré que ce soit ses larmes que les miennes. Je trouve ça plus agréable à l’œil de voir une demoiselle pleurait qu’un homme. Je trouve ce derniers cas, quelque peu pathétique. Ce qui fait de moi un être pathétique.

Un contact me fit redescendre de mes pensées extraverties. Sa main venait de toucher, je présume involontairement, la mienne. Ses yeux étaient rivés dans les miens, sans une once de peur. Je trouvais tout cela relativement courageux de sa part. Il faut dire que les yeux de vampire ne sont pas les plus agréables à regarder. Certains les décrivent comme dégageant une aura quelque peu perturbante. Assez désagréable pour qu’elle les mette mal à l’aise ou que ces personnes décident de nous fuir. Cependant, Elenwë gardait son regard bien fixe vers ma personne. Elle ne semblait pas perturber pour si peu, et je trouvais cela remarquable.

Un faible « Désolée.. » ponctua son geste machinalement. Je présume que cela ne venait que pour la forme. Il faut dire que cela était devenu quelque chose de naturel dans la société de nos jours. On ne faisait plus tellement attention aux gestes si cela était suivi d’une excuse. Cependant, la demoiselle semblait s’en souciait. Ses yeux trahissaient une certaine gêne qu’on voyait qu’à travers ses yeux bruns. S’imaginait-elle tout un drame pour m’avoir effleuré la main ? Est-ce que dans un certain langage ce geste voulait annoncer quelque chose de gênant ? Je ne devrais probablement penser au fait que je sois un homme et elle une femme. Mes gestes ne sont probablement pas en adéquation avec nos caractéristiques respectives. Je doute..

« Je croyais aussi, une fois, que j'allais mourir. C'était le sentiment le plus horrible et atroce qui pouvait se produire. Sur ce cas là, je te comprends donc. »

C’était une révélation comme une autre. Mais étrangement, j’avais du mal à me dire que la demoiselle connaissait mon propre sentiment sur cette action. Je ne savais pas son passé, mais je doute que mon histoire est pu être double dans ce monde. Le sentiment de mort, je dois lui accorder, est horrible et atroce. Je ne peux lui retirer. Mais ce sentiment devient encore plus insupportable quand celui-ci est donné par un être très intime. Mon esprit était donc envahi par plusieurs sensations distinctes. La compassion pour la demoiselle, la haine venant de ma chère amie, l’incompréhension face à ce déluge de questions en moi et cette reconnaissance face à cette demoiselle qui se livrait doucement à moi. Après tout, je lui avais raconté un morceau de mon passé. L’échange est équitable maintenant.

« Sans vouloir être trop indiscrète, pourquoi t'a-t-elle emmener ici involontairement? Oh, et d'ailleurs, tu ne veux pas que je te redonne ton haut, car, même si tu n'as pas froid, je suis presque sûre que tu grelottes légèrement...? »

« Elle ne comptait pas m’envoyer à cette académie. Elle souhaitait simplement me faire disparaître de ce monde pour une raison qui m’est inconnue. Son extase suprême aurait dû être la mort se lisant dans mes yeux. »

J’attendis quelques instants. Mes paroles étaient rudes, je le savais tout bonnement. Mais tout cela reflétait mon esprit de la manière la plus claire possible. De plus, je trouvais ça très mignon de la part d’Elenwë de s’inquiéter pour ma part. Je suppose que tout cela n’était pas vraiment nécessaire. La demoiselle savait parfaitement que j’appartenais à la case des vampires. Je ne veux pas promulguer cette race, mais peu de choses sont plus fortes que cette race-même. En plus, venant de la part d’une lycane, cela devait assez amusant à regarder cette scène. Il faut dire que je me suis, moi aussi, inquiété pour cette demoiselle à mainte reprise. Je ne pouvais donc que laisser couler cette action sans trop d’importance.

« Tu sais, le froid ne me dérange pas vraiment. De plus, j’ai d’autres combinaisons qui m’attendent dans ma chambre. Prends ça, comme un cadeau de ma part ? Face à notre chasse improvisée dans la forêt suite à une rencontre sauvage ? »

Ma voix était suivie d’un sourire franc. Tout cela paraissait tellement irréel comme situation que je me demandais si je n’étais pas tout simplement en train de rêver. Les songes pouvaient sembler tellement réels et présents que je serais sûrement incapable de distinguer le vrai du faux. Et pourtant, je me doutais que tout cela était vrai. Son doux rire, le croisement de ses jambes pour qu’elle puisse s’appuyer contre mon bras, sa main effleurant par mégarde la mienne. Je ne pouvais nier tous ces faits qui me faisaient encrer dans la réalité véritable. Alors je la regardais simplement. D’un regard qui essayait de se faire tendre.

Je me rapprochai doucement d’elle. Déposant un faible baiser sur son front. C’était absurde de ma part et un acte tout à fait gênant. Mais je voulais simplement installer un climat de confiance. De plus, cette sensation au fond de moi venait de disparaître au moment de ce baiser qui dura quelques secondes. Peut-être quelques minutes, je n’en sais pas grand-chose. La notion du temps n’est plus quelque chose qui me préoccupe depuis un bon moment. Je savais simplement que j’avais collé mes lèvres contre son front durant un petit moment. Faisant disparaître cette chaleur au fond de mon ventre.

« Mmh.. J’aimerais rester avec toi toute la nuit, mais je ne pense pas que cela soit raisonnable de rester dans un lieu aussi froid pour une demoiselle comme toi, Elenwë. De plus, je pense que tu auras besoin de force demain. Il annonce un grand soleil, tu pourras sortir librement dehors et profiter de cette journée. Mais.. hum.. Si cela te va, on pourrait se remettre à chasser la nuit suivante.. ? »

Cela ressemblait beaucoup à un rendez-vous, mais cela se voulait simplement comme une partie de chasse hebdomadaire pour se retrouver, malgré nos races distinctives.

Code by Joy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 38
Points : 80
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille de personnage
Pouvoir: Lycanthropie
Items:
Statut: A la recherche de l'amour
avatar
Elenwë Sotomù
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   Mar 22 Mar - 19:58


La curiosté est un vilain défaut?
Von Snorri
name
name

C’était comme si je voulais vraiment me soucier de lui, afin qu’il n’ait rien, alors qu’à mon habitude je pense plus à ma propre personne plutôt qu’aux autres. Surtout après ce que je venais d’apprendre, je me serais d’habitude légèrement éloignée de la personne. Mais, notre relation commençait si bien que je ne voudrais qu’elle se finisse d’aussi tôt. Je voulais tellement en savoir plus sur lui, sur sa personne. Puis, Von se remit à me parler de son ancienne amie, celle-ci ayant tentée de le tuer presque.

-Elle ne comptait pas m’envoyer à cette académie. Elle souhaitait simplement me faire disparaitre de ce monde pour une raison qui m’est inconnue. Son extase suprême aurait dû être la mort se lisant dans mes yeux.

A ce moment même, je me demandais alors pourquoi cette fille voulait le tuer. Si je l’avais rencontré, elle n’aurait pas vraiment fait long feu si elle tentait d’exterminer Von. Au fait, pourquoi voulais-je le protéger ? Je n’y étais pas obligé, pourtant. Pourquoi j’avais alors cette envie soudaine et impulsive. C’est maintenant que je viens juste de comprendre que je commence à tenir à lui… Bien que cette sensation fût intense, elle était drôlement étrange. Voir même, elle me prouvait légèrement que je pouvais être d’une possessivité..

Même si cela ne devait pas trop se voir, enfin heureusement, je brûlais d’impatiente qu’il me dise autre chose. A vrai dire, je n’aime pas trop entamer les dialogues lorsque je ne sais absolument pas quoi dire à la personne. Comme on dit, mieux vaut se taire plutôt que de dire des choses absurdes. Quelques secondes passèrent après la phrase qu’il venait de me citer, jusqu’à ce qu’il en redise une. Je ne sais pourquoi, j’étais vraiment excitée lorsqu’il parlait. Excitée ? Très grande répartie…

-Tu sais, le froid ne me dérange pas vraiment. De plus, j’ai d’autres combinaisons qui m’attendent dans ma chambre. Prends ça, comme un cadeau de ma part ? Face à notre chasse improvisée dans la forêt suite à une rencontre sauvage ?

Je savais très bien que la chaleur de son corps ne divaguait pas comme les sang-chauds. A vrai dire, ça ne m’importait peu, je voulais juste lui montrer que je m’intéressais à ce qu’il ressentait. Juste après cela, je croyais bien qu’il esquissait un léger sourire. Très séduisant, d’ailleurs. Je lui répondis alors juste avec un de mes magnifiques sourires Lorsque je le regarde, il a comme d’habitude un air tendre et rassurant.

Au moment, où je m’y attendais certainement le moins, il rapprocha sa tête de plus en plus près de la mienne. Que voulait-il me faire ? Me mordre afin que je devienne comme lui ? Après m’être posé des milliers de questions, il déposa un doux baiser sur mon front, chose à laquelle je ne m’attendais guère. J’avais vu, sur un « documentaire », qu’embrasser une personne au front est un signe de protection. Voulait-il me protéger ? Mais, alors, de quoi… ? Je me mordille encore une fois la lève inférieure. Cela devait être une sorte de tic lorsque je voulais rendre la pareille. Ce baiser était suivi de quelques paroles.

-Mmh.. J’aimerais rester avec toi toute la nuit, mais je ne pense pas que cela soit raisonnable de rester dans un lieu aussi froid pour une demoiselle comme toi, Elenwë. De plus, je pense que tu auras besoin de force demain. Il annonce un grand soleil, tu pourras sortir librement dehors et profiter de cette journée. Mais.. hum.. Si cela te va, on pourrait se remettre à chasser la nuit suivante.. ?

Au niveau de la chasse dont il parlait, j’avoue que ça me tentais de revenir, chaque soirs, en sa compagnie à chasser pendant une partie de la nuit. Si je suivais mon instinct, je répondrais d’un « OUI » direct. Mais, je répondis juste une phrase assez timide, comme toutes celles que j’avais pus employer depuis…

-Oui, la forêt n'est pas du tout rassurante lors de la nuit.. Il faudrait peut-être que l'on rentre à nos chambres respectives. En ce qui concerne la chasse de demain, je viendrais avec grand plaisir. J’émis un léger rire, peut audible.

Je voulais entendre sa réponse, mais en même temps j’avais grand besoin de dormir. Mes paupières commençaient à devenir très lourdes, voir même presque plus relevables. Mais, je tentais de rester éveillée, par pure politesse et aussi car je voulais voir qu’est ce qu’il allait faire. Je secouais quelque peu la tête, comme un geste de réveil.

hrpg:
 


DAGAANA 015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] La curiosité n'est pas si vilaine que ça. [PV : Elenwë Sotomù]
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» La curiosité est t'elle vraiment un vilain défaut ? [ Terminé ]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Présentation de Raphaëlle Ein, l'innocente vilaine fille...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Le Château :: Au dehors :: Le Parc et la Forêt-