AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand l'élève rencontre le maître [PV Angélique]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shiruku Haru

avatar

Féminin Messages : 1871
Date d'inscription : 12/07/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Appartient à la race des Jorogumo (Hybrides araignées)
Statut: Célibataire

MessageSujet: Quand l'élève rencontre le maître [PV Angélique]   Jeu 10 Déc - 21:28

Qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de nous...
Réveillée pas les bruits de pas et les discussions dans le couloir, j'entrouvre doucement les yeux. Enfouie sous une montagne d'oreillers, de peluches et de draps, je sors timidement la tête de ma tanière pour tester la température ambiante. Résultat...décevant...il faut beaucoup trop froid pour sortir de mon lit !
Pourtant... Il fallait bien que je me lève un moment ou un autre...
Tendant fébrilement un bras vers le réveil posé sur la table de chevet, j'attrape cette machinerie diabolique, probablement inventée par un détraqué, programmée pour réveiller les gens. Je regarde d'un œil encore embué et endormis l'heure qui s'affiche sur le petit cadran...11 heure...Il est en effet temps que je me lève...hélas...

Roulant sur le côté, je me laisse mollement tomber sur le sol, où m'attendent d'autre coussins placés là au préalable pour amortir ma chute. Prenant appuis sur ma table de nuit, je me redresse lentement en poussant un puissant bâillement. Une fois debout, je m'étire de tout mon long pour délasser les muscles de mon corps, encore engourdis par les longues heures de sommeil qu'ils venaient de traverser. J'avançais d'un pas lourd vers la fenêtre de ma chambre pour observer le temps.
Je comprenais mieux à présent pourquoi il faisait si froid...
Le ciel, d'une teinte grise, était recouvert de nuages noirs et menaçants qui crachaient sur la terre trombes d'eau et éclairs, le tout dans un violent tourbillon de vent et de poussière.
Dire qu'il faisait un temps radieux il y a à peine quelque jours... En tout cas, il était hors de question que je sorte, mais je n'avais pas non plus l'intention de rester enfermée dans ma chambre toute la journée, maintenant que j'étais réveillée, il me fallait bouger !

Je me dirigeais vers la salle de bain pour me préparer, une bonne douche ne pouvant me faire que du bien. Après avoir fini mes ablutions, je m'approchais du miroir. Prenant le temps de sécher et lisser mes cheveux, je les attachais ensuite avec soin derrière ma tête en un chignon volumineux. Ne mettant que peu de maquillage, je me contentais d'un rouge à lèvre très pâle et d'un subtil parfum à la rose pour agrémenter le tout. Une fois propre et sèche, je me rendais à nouveau dans ma chambre pour trouver de quoi m'habiller. Faisant rapidement le tri dans la pile de robes et de kimonos, entassés dans un coin de la pièce, je mettais finalement la main sur une robe pas trop pliée et presque propre qui mettait en valeur mes courbes et ma poitrine relativement généreuse.
Ayant enfilé de longues chaussettes et chaussé mes sandales en bois, je claquais des doigts, et une araignée d'une bonne taille se glissa hors d'une pile d'oreillers et vint se poser sur mon épaule pour finalement se changer en biwa, j'étais à présent prête à sortir.

Une fois dans le couloir il me fallait à présent trouver un endroit où je pourrais flemmarder, jouer de la musique ou encore dormir, il était bien entendu hors de question que j'assiste à nouveau à ces cours longs en ennuyeux à en mourir. Je déambulais un peu au hasard, tournant une fois à gauche, puis à droite...l'académie étant si grande que l'on pouvait facilement s'y perdre. Malgré mon air indifférent, j'étais lasse de me promener sans but dans ces conduits de béton et de verre, de plus sous les chuchotements et commentaires faussement étouffés qui se faisaient entendre à mon passage...bah...après tout, ils m'auront vite oubliée et trouveront rapidement un autre sujet de conversation. Cependant, ces messes basses avaient parfois du bon. Je surpris au hasard une conversation entre deux élèves qui parlaient d'une toute nouvelle salle de cour, grande et spacieuse, dans laquelle on pouvait jouer de la musique, danser, chanter et même faire du théâtre. Exactement ce qu'il me fallait !

Je me dirigeais alors vers la section du bâtiment qui abritait les salles de classes. Passant devant l'infirmerie, les innombrables salles de travaux manuels et de matières scientifiques et magiques, j'arrivais finalement au bout d'un couloir, devant une large porte en bois au dessus de laquelle on pouvait lire sur un écriteau en bois « Auditorium », chose étrange, j'étais persuadée que cette porte n'était pas là il y a encore quelque jours...bah...je n'avais probablement pas fais attention...
Poussant les deux battants de l'entrée, j'arrivais dans une large pièce, spacieuse, lumineuse et emplie  d'un air calme et apaisant. Munie de gradins et d'une scène, cette salle devait faire partie des plus grandes de cette académie, vraiment étrange que je ne l'ai jamais remarquée auparavant.
Quoi qu'il en soit, cet endroit était parfait pour moi et réunissait toutes les composantes nécessaires à ma satisfaction.
Je sentais cependant que je n'étais pas seule. Mes sens, certes un peu émoussés, de chasseresse m'indiquaient que quelqu'un d'autre se tenait dans cette pièce. En effet, en contrebas des gradins, accoudée au rebord d'une fenêtre, je pouvais apercevoir une jeune femme, fine et bien ciselée, possédant une longue et abondante chevelure d'or qui tombait le long de son dos.
Faisant quelque pas en sa direction, je l’interpellais en levant un bras au ciel.

« Bonjour ! Tu peux me dire si cette salle est utilisée actuellement ? J'aimerais jouer de mon biwa mais je n'ai pas envie d'être interrompue par un cour. »

Peut-être aurais-je dû me présenter...bah...j'aurais tout le temps de le faire après...  
M’arrêtant quelque mètres derrière la jeune fille, j'attendais sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand l'élève rencontre le maître [PV Angélique]   Ven 11 Déc - 19:13


Quand l'élève rencontre le maître


[PV : Shiruku Haru]




-Ce sera tout pour aujourd'hui, vous pouvez disposer.

Le cours venait de terminer et je me sentais lessivée. Depuis huit heures ce matin, j'avais enchaîné trois heures de cours. Deux heures de cours ce n'est peut être pas grand chose, mais à la « Magical Academy », rien n'est simple. J'étais levée depuis cinq heures pour pouvoir me préparer. Avant de partir, j'avais choisi ma plus belle robe et je m'étais habillée rapidement. J'avais ensuite préparé le cours d'aujourd'hui et de corriger les copies que je devais rendre à mes élèves. J'eusse à peine le temps de me finir de me préparer et de prendre un gâteau au miel qu'il était déjà sept heures et demie. Je suis donc sortie en trombe de la chambre et j'ai couru comme jamais dans les couloirs. Après m'être perdue dans les couloirs pour la énième fois, j'ai réussi à arriver devant la grande double porte en bois massif de l'auditorium, ce lieu magique dédié à l'art. J'étais donc rentrée dedans et avait appris aux élèves présent comment jouer de la guitare. Mais hélas, aucun n'avait réussi à sortir un son harmonieux. J'avais donc subi trois heures de cri de douleurs des cordes des guitares de l'école.

Le dernier élève parti, je me suis assise sur le bord de la scène et j'ai soufflé un grand coup. Dans cette Académie, il y avait pas beaucoup d'élève qui montraient un intérêt particulier à l'art, mais surtout un talent prononcé dans ce domaine. Depuis toute petite, j'ai toujours adoré le chant et joué de la musique. Avec le temps, j'avais appris à jouer de la plupart des instruments, mais mon préféré restait ma flûte que je gardais toujours sur moi. Elle était toute blanche et commençait à être usée, mais je ne l'échangerais pour rien au monde. C'était le tout premier instrument de musique que ma défunte famille m'avait acheté... Mais bon, là n'est pas la question. Je me retourne et vois les désordre d'instrument abandonné sur l'estrade. Je soupirai, si je dois tout ranger manuellement, je n'aurais jamais fini avant un long moment... Bon, je peux utiliser mon pouvoir, pour aujourd'hui seulement... Je me concentrai et les instruments de musique commencèrent à léviter vers la réserve et se rangèrent à leur place sans un bruit.

-Voilà un travail vite fait bien fait.

Je soupirai fatiguée, être professeur ce n'est pas toujours facile, mais bon, je n'échangerais mon travail pour rien. Je regarda l'Auditorium dans toute sa splendeur. Il est loin le temps où je suis arrivée et que je n'étais encore qu'une jeune personne qui faisais ses premier pas sur scène pour divertir les pensionnaire de l'académie. Maintenant, je donne mon savoir à la jeunesse. Non mais à m'écouter on a l'impression que je suis en fin de vie. Je suis encore jeune, je ne suis pas encore parfaite ! Je tournai mon regard vers la fenêtre la plus proche. Je sautai de l'estrade et je m'accoudai sur le rebord pour regarder dehors, laissant ma longue chevelure couler dans mon dos telle une cascade d'or. Je commencai à me perdre dans mes pensées en regardant le temps grisâtre quand soudains, on m'interpella.

-Bonjour ! Tu peux me dire si cette salle est utilisée actuellement ? J'aimerais jouer de mon biwa mais je n'ai pas envie d'être interrompue par un cours.

Je me retournai et aperçut une jeune femme s'approcher de moi jusqu'à s'arrêter à quelques pas de moi. Je le regardai intrigué. Elle avait coiffé ses cheveux sous la forme d'un chignon volumineux qui lui allait plutôt bien et une jolie robe que j'aimerais bien avoir dans un avenir proche... Mais ce qui m'interpellai vraiment, c'était l'instrument de musique qu'elle tenait en ses mains. Elle avait un magnifique biwa d'une qualité certaine ce qui illumina mes yeux. Comme j'aimerais avoir un instrument de cette trempe. Je reconcentrai avec difficulté mon attention sur la jeune fille. Si elle avait un tel instrument elle devait sûrement savoir en jouer ? Je me devais de vérifier...

-Elle ne l'ait plus car je viens de terminer le cours de ce matin et il n'y a plus cours pour aujourd'hui. Je suis le professeur de musique de l'académie. Angélique Dalisay. Je marqua une courte pose et reposa mon regard sur son instrument. C'est un joli instrument que tu as là. Tu voulais en jouer au calme ? Si tu le permets j'aimerais entendre le son qu'il fait et comment tu en joues.

Je lâchai un joli sourire plein d'envie. Un si joli instrument ne pouvait que faire sortir un beau son.





it's so hot



Dernière édition par Angélique Dalisay le Ven 18 Déc - 11:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiruku Haru

avatar

Féminin Messages : 1871
Date d'inscription : 12/07/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Appartient à la race des Jorogumo (Hybrides araignées)
Statut: Célibataire

MessageSujet: Re: Quand l'élève rencontre le maître [PV Angélique]   Dim 13 Déc - 20:00

Je m'étais levée tard dans la matinée aujourd'hui...non...en fait comme tous les jours. Ne ressentant pas l'obligation d'aller en cours, je préférais vivre ma vie au grès de mes envies, libre et sans contrainte, sans avoir à me méfier des hommes et de leur haine dans ce havre de paix, réservé aux créatures et être non-humains. Le temps étant loin d'être au beau fixe, je errais dans les couloirs, désœuvrée, à la recherche d'une activité quelconque ou d'un lieu propice pour une sieste.
C'est par hasard que je parvint à apprend l'existence d'une classe ou plutôt,  d'un auditorium, prévu spécialement pour la musique et les représentations artistiques, soit exactement ce qu'il me fallait.
Une fois devant la porte de cette antre de l'art, je poussais les larges portes en bois pour découvrir en genre de grand amphithéâtre avec en son centre, une petite scène et, accoudée à une fenêtre une jeune femme pensive qui semblait observer le ciel.
Afin d'être certaine de ne pas interrompue par d'éventuels cours ou représentations, je m'approchais de la demoiselle et lui demandais plus de détails quant à cet endroit.

Cette dernière se retourna alors vers moi, me permettant ainsi de la décrire plus en détail.
En dehors de sa longue et belle chevelure or, elle possédait des trais fins et doux. Son visage, joliment encadré par ses cheveux, était incrusté de deux grands yeux couleur noisette, malicieux et profonds, lui conférant un air à la fois sage et enfantin. Son corps, longiligne et gracieux était souligné par de charmantes courbes, modestes mais plaisantes.
L'ensemble était agréable à regarder et donnait l'impression de s'adresser à une poupée, à la fois fragile et sûre d'elle. Je voyais que mon interlocutrice me détaillait également, ses yeux s'arrêtant sur le biwa que je tenais dans la main. Il n'y avait pas besoin d'être une voyante pour deviner que l'instrument lui plaisait. Reportant son attention sur moi, elle daigna enfin répondre à ma question.

« Elle ne l'est plus car je viens de terminer le cour de ce matin et il n'y a plus cour pour aujourd'hui. Je suis le professeur de musique de l'académie. Angélique Dalisay. »

Marquant une courte pose, elle fixa à nouveau mon biwa.

« C'est un joli instrument que tu as là. Tu voulais en jouer au calme ? Si tu le permets j'aimerai entendre le son qu'il fait et voir comment tu en joues. »

Voilà qui répondait à ma question, seulement...je ne pensais pas avoir à jouer de mon instrument devant quelqu'un... moi qui pensait pouvoir être tranquille...enfin, cette jeune femme qui s'avérait être en réalité la professeure de musique affichait un si large sourire que je ne pouvais pas la décevoir. Lui rendant son sourire, je hochais rapidement de la tête et me dirigeait vers les gradins pour m’asseoir.

« Merci, on appelle cela un Biwa, un genre de luth traditionnel, mais japonais. Je ne pensais pas devoir jouer devant quelqu'un mais si cela peut te...vous faire plaisir, ça ne me gêne pas. »

Appuyant le biwa contre mon épaule gauche, je faisais alors danser mes doigts le longs des fines cordes. Jouant habilement avec les notes, je composais une douce mélodie, fluide et légère qui se diffusait dans l'air pour résonner contre les murs de l'auditorium. Me laissant entraîner par ce torrent musicale, je laissais mes doigts sauter d'une corde à l'autre, jouant avec dextérité de cet instrument centenaire que j'avais appris à maîtriser pour combler mes nuits de solitude.
Marquant une pause, je regardais la professeure assise à côté de moi. Haletant légèrement, je prenais le temps de reprendre mon souffle avant de poser l'instrument à côté de moi. Au contact du sol, il reprit sa forme originale et l'araignée vint grimper sur mon épaule.
Adressant un large sourire à la jeune femme, parvenant difficilement à dissimuler ma fierté, je passait une main dans mes cheveux pour remettre en place une mèche baladeuse qui venait retomber devant mes yeux.

« Voilà...ce n'est pas grand chose...j'espère que cela vous a plu... et puis, si quelqu'un doit avoir du mérite ici, c'est mon amie »

N'ayant pas l'habitude de jouer pour quelqu'un d'autre je laissais échapper un rire nerveux, sentant mes joues rougir légèrement. Je me relevais pour me poster devant la jeune femme. Je m'inclinais, baissant la tête pour fixer le sol.

« Désolée de mon impolitesse de tout à l'heure... je ne me suis même pas présentée... Je m'appelle Shiruku...Shiruku Haru »

Restant debout devant elle, je maintenais mon dos courbé. La courtoisie faisant partie de mon éducation et n'ayant eu que peu d'égard à mon intention de la part des autres élèves, je trouvais mon comportement plus que décevant, surtout vis à vis d'un adulte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand l'élève rencontre le maître [PV Angélique]   Lun 14 Déc - 17:39


Quand l'élève rencontre le maître


[PV : Shiruku Haru]




« Les jours se succède, mais ne se ressemble pas. »
Mon défunt père me le répétait souvent quand il rentrait de son travail. À l'époque, je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire, mais depuis mon arrivée à la « Magical Académie », je comprenais ce qu'il voulait dire. Il est vrai que chaque jour, je répétais les mêmes rituels. Par exemple, quand je me préparais, je ne me maquillais que très légèrement et de manière très discrète, je pliais mes robes toujours de la même manière et recommençait jusqu'à ce que le moindre pli est disparu. Je préparais toujours mon thé avec des herbes fraîches au maximum de la veille et je mettais un demi-sucre avec un peu de lait pour l'onctuosité. Je prends toujours le même chemin pour aller aux salles de classe et à l'auditorium. Ma vie est un rouage bien huilée qui tourne toujours de la même manière. Mais parfois, le rouage rencontre un autre mécanisme lui aussi plus ou moins bien huilée et cela fait des étincelles.

Aujourd'hui, ce mécanisme est cette jeune fille avec son instrument. De sublime courbe, une grâce certaine, sa beauté est sans pareille. Ce biwa est une pièce de qualité et son propriétaire en est le digne possesseur car elle est presque à l'image de son instrument. Quand on les regardent tout deux, on sent qu'ils sont tout deux liés par un lien que je ne saurais décrire. En tout cas, n'importe qui peut ressentir cette symbiose entre l'instrument et son possesseur. Suite à ma demande, je ressentis un gène, comme si elle aurait préféré joué de son biwa tranquillement, sans personne pour l'écouter. Elle me rendit un sourire et alla s'asseoir sur un siège dans les gradins devant moi.

-Merci, on appelle cela un Biwa, un genre de luth traditionnel, mais japonais. Je ne pensais pas devoir jouer devant quelqu'un mais si cela peut te...vous faire plaisir, ça ne me gêne pas. »

Je savais déjà que son instrument était un Biwa et je connaissais aussi ses origines. Je récitai dans ma tête mon savoir sur cet instrument. « C'est un luth à manche court dérivé du pipa chinois , il est d'origine japonaise qui a donné son nom à un lac à cause de sa forme. C'est l'instrument de la déesse Ben... Bento ? Non, Benten si ma mémoire est bonne. Et les plus anciens instrument conservé date du VIII siècle. Et il existe six types de Biwa différent, l'école en possède hélas qu'un seul. ». Mais bon, là n'est pas la question. Elle a accepté de jouer devant moi pour me faire plaisir, donc je vais lui faire honneur en l'écoutant comme il se doit. Je m'approche discrètement du bord de la scène et m'assis sur le rebord de l'estrade.

Elle appuya son instrument sur son épaule et commença à jouer. Ses doigts commencèrent donc à danser avec les douces cordes du Biwa. Ses doigts dansèrent avec les cordes avec une grâce immense et le son qui se dégagea de l'étreinte des doigts sur la corde était doux et harmonieux. Le son se diffusa dans toutes la salle et se ricocha avec grâce sur les murs pour mieux se propager dans ce lieu idyllique propice à la musique dans son immense beauté. Elle s'arrêta soudain, rompant le charme au même moment. Elle me regarda et repris sa respiration. Je lui souris pour lui montrer que j'avais apprécié ce qu'elle m'avait joué. Quand elle posa son instrument, il se transforma en araignée et grimpa sur son épaule. Comment une si petite bête peut-elle se transformer en un tel instrument? Je me le demande... Mais en tout cas, cela n'est pas vraiment surprenant si l'on prend en compte l'endroit où l'on se trouve... Avant que je ne l'interroge sur ce qu'il venait de se produire, elle m'adressa un large sourire cachant avec difficulté sa fierté et elle remit une mèche baladeuse en place.

-Voilà...ce n'est pas grand chose...j'espère que cela vous a plu... et puis, si quelqu'un doit avoir du mérite ici, c'est mon amie »


Il est vrai que son... amie y est pour beaucoup, mais cela n'empêche pas qu'elle sait magistralement s'en servir... Elle ria nerveusement. Elle ne doit pas avoir l'habitude de jouer en public je pense, mais en tout cas, elle a le potentiel pour le faire ! Elle se leva soudainement et se plaça devant moi pour finir par baisser la tête avec respect.

-Désolée de mon impolitesse de tout à l'heure... je ne me suis même pas présentée... Je m'appelle Shiruku...Shiruku Haru »


Avec tout ça, j'en avais oublié de lui demander son nom et elle avait oublié de me le dire on dirait. En tout cas, cela n'était pas dû à un manque de politesse vu qu'elle s'était excusée et qu'elle venait de se présenter de manière respectueuse. Vu qu'elle ne se relevait pas, je souris et me leva devant elle.

-Redressez vous, je sais que je suis une professeure ; mais bon, pas besoin de faire autant de manière avec moi. Et ceux même si le protocole le veut. De plus, nous ne sommes même pas en cours. Donc appelez-moi Angélique.

Je souris avec bienveillance. Il faut dire que je suis une prof plutôt cool, du moment que les élèves me respectent, je suis gentille avec eux. Et puis, cela me permet d'avoir un meilleur relationnel avec les élèves et d'ainsi d'avoir toutes leur attention pendant mes cours. Mais après, il ne faut pas dépasser les limites du respectable. Je tripotai ma poche qui contenait ma flûte fétiche. L'entendre jouer m'avais donné envie de jouer de la musique avec elle et son instrument. En tout cas, je me devais de la féliciter.

-En tout cas, tu joues divinement bien. Même si ton instru... Ton amie t'abien aidée, car elle a un son magnifique. Mais n'oublies pas qu'un instrument n'ait rien sans un bon musicien pour le manier. En tout cas, j'ai adoré.







it's so hot

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand l'élève rencontre le maître [PV Angélique]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand l'élève rencontre le maître [PV Angélique]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'élève dépasse le maître.
» Quand l'élève dépasse le maître
» Quand l'élève veut dépasser le maître (Kibo)
» Quand l'élève se détourne du maître | MORAN
» Ginny ☆ Quand l'élève devient à son tour un maître...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone hors rpg :: A l'intérieur des murs :: Les couloirs et salles de classes :: Auditorium-
Sauter vers: