Partagez | 
 

 Gabrielle Deus Hexia •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin Messages : 28
Points : 0
Date d'inscription : 06/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Télékinésie
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Gabrielle Deus Hexia
MessageSujet: Gabrielle Deus Hexia •   Mar 17 Mar - 3:59

♪ ♬  ♪ ♭ ♪  ♪ GABRIELLE DEUS HEXIA ♪ ♬  ♪ ♩ ♭ ♪ ♪

 
× Prénoms : Gabrielle Deus
   × Sexe : Féminin
   × Âge : 18 ans
   × Orientation : Bisexuelle
× Groupe : Créatures
   × Pouvoir : Télékinésie
   × Alignement : Loyal Bien
   × Familier : Lova, lapin ange
× Pseudo : Kira
   × Âge : 24 ans
   × Disponibilité : 4/7
× Niveau Rp : Correct
   × Petit mot ? : ♥
   × Cause défendue : Pandas
 



 
♂ ♀ PHYSIQUE ♂ ♀


Elle est belle, belle, belle comme le jour ♫...haheum ! Pardon, je me suis laissée emporter. Gabrielle est une jolie jeune fille, dont les traits de visage sont fins, ce qui affirme un peu son côté enfantin. Elle a de longs cheveux roses, qu'elle entretient régulièrement ! Pour aller avec son air mignon, elle hérita des yeux de son père, des ambres étincelantes ! on dit que les yeux sont le reflet du miroir de l'âme....heu...philosophiquement parlant, les siens sont...jaunes voilà !. La petite séraphine n'est pas très grande pour une jeune fille de 18 ans puisqu'elle mesure 1m66 et pour un poids sommaire de 48kg ! Elle a beau se gaver de chose sucrées, de chocolats et mangez régulièrement, elle ne prend pas un gramme ! C'est un poids plume..haha quel jeu de mot !. Parlons à présent de.....hé ben....sa poitrine ? Donc, pour une gamine de 18 ans, elle a une bonne moyenne, ils sont ni trop gros, ni trop petits, juste ce qu'il faut. Ses mains sont assez petites, parfaites pour s'adonner à jouer du piano.Par la suite, nous allons discuter de son style vestimentaire ! Attention, il est très très varié ! Elle porte plus généralement la robe toge que son père lui a offert lorsqu'elle a été diplômée Séraphine, accentuant son attrait féminin par le côté fendue de celle ci. Quand on est la fille de Dieu on peut pas se permettre de s'habiller comme un pouilleux ! Ajoutez à cela de longs gants noirs et fins épousant ses bras, beaucoup de bracelets catalyseurs de pouvoirs, et un auréole sacrée au dessus de la tête.

Signe distinctif très important, elle a des oreilles hybrides mélangées à un côté animal et à de plusieurs plumes.

Pour conclure nous dirons donc qu'elle a été gâtée par la nature ! ♥
 
♠ ♣ MENTALE ♠ ♣

 
C'est pas parce qu'on est une nana toute mignonne, qu'on a pas un sale caractère hein ! Oui mais sachez que cela ne vient que de son éducation ! Après tout, elle est née ainsi, dans un milieu où elle n'avait qu'à claquer des doigts pour avoir ce qu'elle veut ! Néanmoins, elle est quand même douée d'une grande bonté et d'une gentillesse sans égal ! Si, si, je vous assure ! En même temps quand on un ange, c'est un peu notre leitmotiv ! Donc peste peut être, mais pas que ! Ce qui la passionne, c'est les livres et la musique, elle ne se voit pas vivre sans ! Du genre à tenir tête, elle peut être agressive quand on la cherche, mais c'est le genre de demoiselle à toujours se mettre dans de sacrés pétrins ! Vous ne ferez jamais mieux qu'elle, je vous assure ! Heureusement, même si elle s'attire des ennuis, elle arrive à s'en sortir à coup de chance ou galipette ! Lorsqu'elle est passionnée, elle est du genre....hum un peu envahissante, par contre, soyez sûre que si vous l'envoyez paître et qu'elle vous aime bien, elle n'est pas prête de vous lâcher ! Vous voilà prévenus, elle est carrément masochiste. Naïve et innocente, elle n'est pas du genre ouverte à tout types de conversations sans être gênée ! Un peu gamine parfois sur les bords, ça ne l'empêche pas d'être très sérieuse quand il le faut ! En faîtes...en y repensant bien Gabrielle est un paradoxe à elle même.Derrière ses 18 petites années, sachez que c'est une fille très cultivée et très intelligente, toujours classée le plus haut sur les listes d'examens angéliques, toujours première. En même temps avec une famille comme la sienne, on peut pas trop se permettre d'échouer. Sachez pourtant qu'elle est humble, et pas du genre à se jeter des fleurs ! Elle gardera toujours le sourire même si vous la blessez. Gabrielle a beaucoup d'ambition, elle veut toujours atteindre le sommet....mais surtout elle veut donner le meilleur de soi même pour que son père soit fier d'elle.

Fanatique des choses sucrées, elle est plus friande de ce qui contient de la fraise, mais également du chocolat ! Son animal préféré est le panda, elle a toujours sa peluche de panda dans sa chambre, elle dit que c'est son protecteur pendant la nuit ! Vous pouvez l'aimer ou la détester, mais au moins vous savez à quoi vous en tenir Wink  
 


 
★☆ IL ÉTAIT UNE FOIS... MON HISTOIRE ★☆

 
-x Je n'ai jamais su ce qu'était recevoir de l'amour, je m'interrogeais toujours sur le pourquoi du comment, quand je regardais au loin, une mère et son enfant. J'écoutais leur conversation comme intriguée par ce que je voyais. En faites, je n'ai jamais eu de mère, et c'est surement le poids de mon ignorance. -x

- Hexialia, c'est le nom de mon monde, il n'est certes pas le plus beau, ni le plus habitable qui soit, mais il fait quand même partie de mon être. Autrefois, on l'appelait la cité des dieux, ou le soupir des chamans parce qu'on communiquait avec les dieux. Elle était abondance de nourriture, grain de vie, et boisson de bonheur. C'était bien avant qu'arrive, la famine, la maladie, et la pauvreté. Pourquoi devoir se soucier de si peu quand on est la fille de dieu ? Peut être parce que je suis née avec un coeur qui sait...

Mon créateur père m'a appelée Gabrielle. Il a toujours été friand de ce qui touchait à la religion et à la sainteté. Il trouvait ça amusant de m'appeller comme le messager dieu de la bible et des légendes. Mais pour moi, être la parole, le message de dieu, était un très lourd fardeau...Je n'avais jamais désiré vivre ainsi. Quitte à exister, j'aurais préféré vivre dans la pauvreté comme ce pauvre peuple qui arpentent les rues. Je voulais sortir du ventre d'une mère, vivre à ses côtés, et m'épanouir dans ses bras chaleureux. Coquille vide sans âme, voilà ce qui me définit. Enfant, je ne me souciais guère du sort de ce monde, ni même des gens de la basse société, mais c'est en ayant le plaisir d'aimer et d'être aimée que ma vision changea. Tout le monde connaissait mon visage, et lorsque je me promenais en ville, les passants s'inclinait à mon passage. Sensation désagréable.

« Votre altesse »

Ne dites pas ça

« Vous êtes si belle, vous êtes notre fierté »

Pourquoi continuez vous ?

....

Je ne mérite pas votre salut

Tandis que coupant le son autour de moi, afin de ne plus sentir les sueurs froides qui s'imprégnaient dans mon coeur, j'entendais au loin des cris de détresse. Attroupés comme un tribunal regardant une proie se laisser mourir, la jeune femme qui tenait son bébé n'en était pas moins un objet de foire, un élement du spectacle. Le bourreau n'était rien d'autre qu'un "Aura" les créations gardiennes de mon cher paternel. On pouvait les assigner à des gardes, ou à une armée de guerre.

« Je vous en prie, mon fils est malade et si je ne le guéris pas, il va mourir, pitié ! »

L'objet du crime était un larcin chez un apothicaire. C'était le cinquième de ce mois ci. Quel jour étions nous déjà ? La notion du temps m'était tellement égal...Dans ce genre de situation, que ça soit pour un film ou bien même une série, on s'attend toujours à l'arrivée d'un héros. Ce ne sera donc pas une surprise pour vous, que de voir ce bel inconnu écarter de ses bras la foule accablée, surgissant tel un tigre prêt à défendre sa loi. Agggripant le bras de l'aura, le regard déterminé, presque pour l'intimider. Je ne pouvais m'empêcher de trouver de l'admiration dans ce geste de bravoure par excellence.

« Laissez cette dame tranquille, n'avez vous pas autre chose à faire  que de persécuter les pauvres gens de la basse société ? »

Il disait tout haut, ce que le monde pensait tout bas. Tant de courage, tant de vérité ! Il m'éblouissait. Seulement, voilà, les auras sont comme des machines à tuer, ils n'ont pas de sentiments et n'ont guère d'écoute pour ce genre de discours. La pitié, la détresse, ça leur était inconnu! C'était bien les créations de mon cher père ! Egal à lui même ! L'aura dégaina son épée, prêt à attaquer,  car se sentant agressé par ce garçon, il sentait de l'hostilité dans son regard. J'ignore quelle force inattendue, m'a poussée à me dresser entre les deux hommes, mais cet élan de sympathie et de dévotion, allait peut être causer ma perte. Le temps se figea, les oiseaux avaient arrêtés de piailler, et le silence se mura dans les coins de ce lieu dépourvu de toute noblesse. Le froid me prenait soudainement, la douleur, piètre euphémisme disait-on, parcourait les parcelles de mon être. L'hémoglobine chaude imprégnant mes vêtements royaux, des vertiges me prenant de court, j'avais la sensation néfaste que la vie s'échappait de mon corps. Des cris, des échos de bruits puis soudainement...

Le néant

....

Lorsque j'ouvrais les yeux, j'avais l'impression de redécouvrir le monde, mais il en était finalement rien. Je n'étais que couchée dans l'âtre de ma chambre luxueuse. Des bandages sur le corps, des médicaments à mon chevet. Qu'avait-il bien pu se passer ? Passant cette main sur mon visage, je tentais de me remémorer, les éléments de ma perte, mais je ne pouvais me rappeler que de ce doux visage, mes joues prirent une teinte rosée pour la première fois.

« Tu es enfin réveillée...Que les douze soient loués, je m'en vais prévenir ton père. »

Balançant mes jambes contre le bord, j'enfilais une toge blanche simple, encore un peu étourdie par la perte de sang et par les événements marquants. Comme bonne fille du peuple, je m'étais rendue à la salle des audiences pour faire information de mon état à ce très cher géniteur. Je m'inclinais face à lui, à sa puissance, et à cette aura bien trop lumineuse. Et lui demandant des explications, j'apprenais qu'il avait châtié et détruit l'aura qui m'avait transpercée de son épée vorpalienne. Une lame sacrée, m'avait perforée, et c'est donc pour cette raison que j'avais failli mourir, alors que de par certains faits, on me disait presqu-immortelle.

Le garçon qui avait causé cette provocation, avait été arrêté et mis aux fers dans les geoles de la rédemption. Il était séquestré en un lieu, où je ne pouvais l'aider. Pourquoi un tel châtiment ? Il ne méritait pas la pénitence. Je voulais le revoir, lui parler, lui dire ô combien j'étais désolée, car de mon impertinente intervention, j'avais fait de lui un coupable. Après cette altercation avec mon père, je me rendais aux prisons afin de l'y trouver, je manquais de temps, mais qu'importe je devais savoir qui il était, et pourquoi il avait accepté la reddition ? Les Aura me laissèrent passer tout en s'inclinant en me dirigeant vers mon prisonnier. Il était là, les yeux rougis, bouffis par l'habitude de l'obscurité. Je m'approchais lentement me laissant tomber contre les barrières. Depuis cet accident, il s'était passé trois jours, trois malheureux jours où on m'avait cru mourante pour de bon.

« Qui est là ? »

Sa voix déclencha en moi des frissons, il s'approcha et l'observant de plus près, je passais une main à travers les mailles des barreaux pour la poser sur sa joue. Il ne comprenait pas ce geste mais l'acceptait quand même. Cela m'était suffisant. Suivant à cela, je découvrais mon démiurge, Il était blond avec des yeux d'un jade puissant, attendrissant, lorsqu'il aperçut les ailes dans mon dos, il s'éloigna, prenant peur.

« Non attends, ce n'est pas ce que tu crois, je ne te veux aucun mal »
« Vous êtes la fille de Deus n'est-ce pas ? »
« Oui mais...»
« Allez vous en...»
« Mais je »
« ALLEZ VOUS EN ! »

Blessée par ces mots, je serrais les barreaux entre mes mains, me releva, pour disparaître de son champ de vision. Revenant dans ma cambuse, je m'écroulais sur mon lit, les larmes aux yeux, j'avais mal...Mais ce n'était pas une douleur comme celle que j'avais connue durant l'incident...non cette douleur imprégnée dans mon coeur, m'était invivable, elle n'était pas physique...juste sentimentale.

...

Il se passa deux journées entières depuis ma visite à la prison, la vie me semblait à nouveau fade, le ciel gris, le décor noir et blanc. Mais aujourd'hui était un jour spécial, la couleur allait reprendre de sa vivance. Un Aura était venu me voir pour me dire qu'un prisonnier avait demandé à ce que je vienne le voir, il avait besoin de me parler. Cela ne pouvait être que lui ! Je me levais rapidement et gagna assez vite les terres du milieu où les pénitenciers se meurrent dans les geoles. On me guide devant sa prison, alors c'était vrai, c'était vraiment lui...Il s'approcha me regardant de ses émeraudes scintillantes, mais dépourvues de malice.

« Bonjour, pardonnez moi de vous avoir fait venir...je ne voulais pas vous déranger mais...j'avais quelque chose d'important à vous dire...»
« Arrête avec tes "vous" ! On n'a le même age, tu sais...»
« Je n'oserais jamais me permettre de vous manquer de respect »
« Et si je te dis que c'est tout le contraire ? et que je t'ordonne de me dire "tu" ? »
« Alors je me plierais à vos volontés »
« Très bien alors dans ce cas, tu m'appeleras Gabrielle et tu me tutoieras ! C'est un ordre »
« Bien Gabrielle...»

Entendre mon nom susuré entre ses lèvres, fit battre plus intensément mon coeur.

« L'autre jour, je t'ai demandé de t'en aller et je t'ai...manqué de respect...Je suis désolé...j'étais juste un peu en colère »
« Je peux comprendre, après tout c'est de ma faute si tu es ici...c'est moi qui m'excuse...»
« Un jour j'aurais fini comme mon père de toute façon...»

L'entendre rire, déclencha de plus amples frissons. Il m'invita à m'asseoir et me demanda si je voulais bien discuter avec lui. Il me proposa alors un jeu très amusant pour apprendre à se connaître, à retour de questions. On devait se poser des questions chacun tout en ne disant que la vérité. Il se présenta, il s'appelait Eliott, il vivait avec sa mère et sa petite soeur et avait perdu son père à l'âge de 9 ans. Il cherchait intensément du travail pour pouvoir aider sa mère malade de l'absence de son amour. Je l'admirais, voilà d'où lui venait ce courage, cette détermination de défendre les inconnus. Je me présentais à mon tour, et petit à petit, on apprit à bien se connaître, à devenir complices. Très complices, trop complices. Le lendemain et les lendemains qui venaient encore, je lui rendais visite, on discutait de tout et de rien, je lui apportais à manger, des objets qu'il n'avait jamais vu et au fur et à mesure je lui apprenais les choses de la vie. Il cherchait du travail mais ne savait ni lire ni écrire, alors voulant occuper ses journées et lui faire oublier l'amertume de la prison, je me portais garant comme professeur. Je m'impressionnais à le voir apprendre si vite et à devenir responsable de lui même. En un peu rien de temps, il avait enmagasiné tout le savoir et avait soif de connaissances. Chaque jour, je lui emmenais un livre, et à chaque fois, je récupérais celui prêté avant, car il les lisait à une vitesse que moi même je n'avais pas.
Combien de temps cette situation allait durer ? j'avais imploré son pardon auprès de mon père pour qu'il soit libéré, mais rien à faire...Je me refusais à le voir enfermé toute sa vie. Sa mère devait tellement s'inquiéter pour lui...peut être même le croyait-elle mort ? Rien qu'à cette idée, mon sang bouillonait d'écrire à cette pauvre dame. Peut être même voulait-il lui écrire ?

Après la lecture, je lui appris l'écriture, ce fut difficile, mais au bout du compte sa motivation, l'empêchait de renoncer. 3 mois étaient passés, et toujours aucun signe de sa libération...Il était devenu bien plus maigre, bien plus cadavérique, et ses yeux si beaux, semblaient à présent si ternes. La noirceur de sa prison, le rendait malade, il me demandait toujours si le soleil avait gardé sa forme originelle et si un jour il reverrait la lumière. Chaque soir, je pleurais à chaudes larmes dans mon lit, je me sentais impuissante, je ne savais que faire de plus pour l'aider...Au fil du temps, mon admiration s'était développée en sentiments, et de ses sentiments étaient nés ce que je découvrais souvent dans les romans que je lisais : l'amour.

Une nuit, le sommeil ne me gagnait pas, et mes yeux même asséchés ne trouvait pas l'appel de morphée. C'est alors, que le coeur battant, je me balladais dans les couloirs pour me rendre à la salle des reprouvés. Je voulais le voir, lui dire qu'il me manquait nuit et jour, que quand je le quittais pour regagner ma demeure de pierre, je m'ennuyais de lui. Il fallait qu'il sache ô combien je l'aime. A ma grande surprise, il ne dormait pas, il lisait le livre du jour.

« Gabrielle mais qu'est-ce que tu fais ici...? »
« Je voulais te voir...J'avais besoin de te voir...»
« Ha ? Un problème...»
« J'ai mal...»
« Quelqu'un t'a fait du mal ? Qui ça ? »
« Non personne mais je...écoute Eliott, il faut que tu saches que...je n'ai jamais éprouvé cela pour personne mais...Je crois que je suis amoureuse de toi...»

Le silence gagna soudainement l'enceinte, alors que son visage s'empourprait autant que le mien. Il ferma son livre s'approcha de moi et caressa ma joue.

« Tu ne devrais pas...Je ne suis qu'un rebut de la société...»
« Peut importe ce que tu es, je t'aime...Tu m'entends ! »
« Oublie moi Gabrielle...»
« Pourquoi ? »
« Je ne peux pas te le dire »
« Pourquoi rejettes-tu mes sentiments ? Pourquoi ?? »
« Je ne peux pas te le dire »

La colère commença à gagner mon être

« JE T'ORDONNE DE ME LE DIRE ! POURQUOI ? »

Affreuse déchéance...
Silence immobile...
Poison inguérissable...


« Parce que je vais mourir demain...»

Mensonge.

« Alors oublie moi...Rayes moi de ta vie...»

Mensonge...

« Co....comment ? »
« Aujourd'hui un aura est venu pour me dire que je devais préparer mes dernières volontées, demain je vais être éxécuté à 12h00 devant le peuple...»

« C'est...impossible ! Tu...pourquoi ! Tu n'as rien fait ! Je ne comprends pas ! Je refuse de te perdre ! »
« Je t'avouerais que j'ai peur...mais tu as rendu ma vie moins triste, et m'a donné des raisons de croire en l'avenir..merci pour tout ce que tu as fait...»
« Arrête !!! Tu ne vas pas mourir ! Je vais empêcher cela ! Je parlerais à mon père...»
« C'est trop tard maintenant...regarde le jour se lève dans à peine une heure...»
« Il n'est jamais trop tard ! »

Je voulais lui donner de l'espoir, bien que je doutais que mon père remette en cause ses décisions. Je souffrais intérieurement ! La mort...quelque chose que je ne pouvais connaître et dans quoi je ne pourrais le rejoindre. A cet instant je me maudissais d'être quasi immortelle. Quitte à réveiller mon père, qu'importe je devais sauver Eliott, je le devais ! Ma raison de vivre en dépendait. Dans mon moment de perdition, il s'approcha et déposa ses lèvres sur les miennes pour les clore en un baiser. Je fermais les yeux, profitant de ce breuvage vital, qui était en train d'ébouillanter chaque morceaux de vie que contenait mon corps.

« Je te sauverais ! Je te le promets ! »

Il sourit, et je ne pu m'empêcher de faire de même, peut importe les larmes coulant sur mon visage. Me rendant à la salle d'audience plus que déterminée à mon tour, j'allais montrer mon courage et me rebeller face à ce système injurieux. Je regardais mon paternel avec froideur et désinvolture, lui expliquant l'objet de ma visite. Il va sans dire que mon attachement pour ce garçon ne lui plaisait pas, et que pour montrer au peuple qu'on ne devait pas s'attaquer aux dieux, il allait payer pour ses crimes. La colère grondait en moi, je ne pu m'empêcher de crier, de le supplier encore une fois, et avant même que je ne me rende compte, il avait demander à ses auras de me saisir, j'avais beau me rebeller, je ne faisais pas le poids. Je lui fis part alors de mes sentiments pour ce garçon et le supplia encore, prête à lui donner ma vie à sa place. Il n'écoute guère, et tout ce que je pu entendre, avant que la pièce s'assombrisse, n'était qu'un ridicule : " C'est pour ton bien "

...

Dans mon sommeil, je ne cessais de dire son nom, et ce ne fut qu'après que mon esprit revienne à lui, que je me réveilla en sursaut, regardant autour de moi ! j'étais à nouveau dans ma chambre. Je tournais mes yeux de partout, pour savoir l'heure qu'il était. Impossible de savoir, ce fut alors une suivante qui entra dans ma chambre, je lui sautais dessus sans patience, lui ordonnant, lui criant dessus, de me donner l'heure.

« Il est 14h20 mademoiselle, pourquoi ? »

Mon sang ne fit qu'un tour dans mon corps, tout semblait s'éteindre autour de moi, les sons devenaient inaudibles, le gout âpre de la salive, amer...Les yeux apeurés, je n'osais pas lui poser la question. je me levais, habillée d'une simple tunique rouge, et sortit dans la rue, sur la place de la ville. Je suppliais au ciel que tout ceci ne soit qu'un cauchemar et alors que j'arrivais devant l'estrade des exécutés, tout était vide...Hormis une femme et un enfant qui se tenait devant cette autel, la femme semblant presque morte de l'intérieur, l'enfant pleurant à larmes sans fin. Je devinais que trop facilement qu'il s'agissait de la mère et de la petite soeur d'Eliott. Et à voir leur visages...L'exécution avait eu lieu. Je m'écroulais à genoux devant eux, ces lacrymales salées qui embuait mes yeux et marquaient mes joues.

« Je suis vraiment désolée »

Et je ne cessais de répéter cette phrase.

...

« Vous êtes Gabrielle ? »

Sans même attendre ma réponse, elle me tendit une lettre à mon nom, une lettre d'adieu, écrite de la part d'Eliott. Il n'y avait pas des paragraphes aussi long que dans les livres, seulement quelques phrases, quelques mots qui allaient bouleverser à jamais ce que j'étais.




Gabrielle
Si tu lis cette lettre, c'est que probablement je ne suis plus de ce monde.
Vis ta vie comme tu l'entends, ne laisse pas ton père la commander
Sauve le peuple d'Hexialia
Je crois en toi.
Je t'aime et t'aimerais et ce à tout jamais.




Je crois en toi
Ces mots fit sortir ma volonté.
j'allais devenir Déesse, prendre la place de mon père et changer le monde.

.........

C'est bien beau de vouloir devenir Déesse, mais comment procéder ? Il allait falloir que je me penche dessus, car devenir la personne la plus importante du pays, ça ne devait pas se faire en quelques jours...Bien sûr que non. Première étape importante, après m'être remis de la mort d'Eliott depuis deux mois, la bibliothèque, et y passer tout mon temps, ça me paraissait pas mal !

Finalement après avoir feuilleté  plus de 300 ouvrages, j'avais fini par comprendre que je m'attaquais à une quête semblant presque inimaginable. Je devais être acceptée dans la plus prestigieuse des écoles d'Hexialia, celle où tout les bons élèves gravent les échelons, par années et deviennent des séraphins, soit les héritiers de Deus, les messagers suprêmes, ceux qui peuvent accéder au rang de chef de ce monde. Mais pour devenir Séraphin, il fallait étudier, encore et encore ! Devenir la meilleure. Un si grand objectif commençait même à m'apeurer. Non je ne devais pas penser ainsi, je devais essayer, et réussir !
Et c'est ainsi que je me retrouvais à étudier nuits et jours pour préparer l'examen d'entrée.
Je ne pouvais me reposer sans que mon objectif soit rempli ! Jusqu'au jour J...
Ho mon dieu, c'est déjà le jour J ! Pas de panique, pas de panique, reste naturelle, tu as bien étudiée, tu es intelligente, et tu peux le faire ! ...

....

Par les douzes, je suis sure de m'être trompée ! Que faire ? Si ça se trouve j'ai échoué ! Ce matin j'attendais la lettre de mes résultats avec impatience, mais je commençais à douter de ces derniers. Et surtout comment me remettre de cette situation si j'avais vraiment échoué. C'était comme perdre une part de moi même...On frappait à ma porte, surement un Hermès, allez on respire, on lui ouvre la porte, on prend la petite lettre, on le remercie, on referme la porte on ouvre et HO MY GODNESS ! Je suis admise ! Je sautais sur mon lit comme une enfant, en répétant que j'avais réussie. Finalement, peut être que ce n'était pas qu'une lubie, ni même un rêve ! Demain j'allais intégrer la meilleure école...Je pouvais le faire. Ne pas me laisser tenter par quoi que ce soit, et ne faire qu'étudier et réussir. Pas d'attaches, pas de compatriotes. Travail, Travail et encore travail.

....

Les années passèrent et ne plus à en douter, j'allais devenir quelqu'un d'important. J'avais enfin passé mes examens de fin d'année, j'avais gravé les échelons, de par la volonté, la détermination et mon ambition. Devenir dieu, n'était pas donné à tout le monde, et je l'avais bien compris avec le temps. Il m'a fallu 4 ans pour en arriver ici, devant ses copies, devant ce tribunal d'audience où l'on testait ton mental tes compétences et surtout tes qualités. Il y avait une semaine d'épreuves et au fur et à mesure de cette semaine, les personnes qui avaient en dessous de la moyenne étaient éliminées des examens. Sur la dernière salle, ayant toujours du mal à réaliser la progression qui avait été faites par ma personne, je regardais les quatre autres candidats avec moi, devant le corps et jury suprême...
Il me regardait à la foi avec approbation et fierté, et je ne savais comment prendre cela. C'est lui qui m'a créé, il sait déceler en moi les choses que je ne vois pas forcément, et il peut déclencher en moi la peur, le doute et surtout la panique. Je ne devais pas le regarder je devais me concentrer, car arrivée si loin je ne pouvais me permettre de rebrousser chemin. L'examen écrit avait commencé depuis une heure, et je commençais à avoir l'angoisse, car ayant bien pris soin de lire les questions avant de commencer à répondre, la dernière me semblait être une question piège.

Si vous étiez dieu, quelle est la dernière chose que vous accompliriez ?

Pourquoi dernière ? Est-ce qu'ils disent ça par rapport à la prise de poste par quelqu'un d'autre ? Non ça semblait vouloir signifier autre chose, et je commençais à comprendre le regard de mon père pendant tout l'examen. Il essayait de m'avertir de quelque chose. Les dieux étaient des êtres immortels, mais l'immortalité avait parfois son côté de mauvaises choses : voir ses proches mourir, ne jamais grandir, ni vieillir, et à force de solitude perdre la volonté et se laisser plonger dans les ténèbres et renoncer au rôle premier. Alors c'était cette vie qui m'attendait ? Car après avoir accompli beaucoup de choses, les gens m'oublieraient, ne me seraient plus reconnaissants, grandiront, évolueront pour finir par disparaître. Etre dieu d'un monde déchu, est-ce que c'est ce que je voulais ? Est-ce que mon père avait volontairement retiré mon désir d'aimer, en m'enlevant ce que j'ai plus cher, non pas par preuve d'égoïsme, mais pour me protéger ? Cela ne lui donnait pas tout les droits, et si ma vie était vouée à servir, à utiliser ma force pour faire le bien et disparaître, alors j'aurais accompli la raison de mon existence.

Au bout de quelques heures, je rendais mes écrits, en les posant sur la table près de mon père, que je ne regardais qu'avec peu d'attention. Je commençais à comprendre dans quelle spirale infernale je m'étais embarquée...mais il est trop tard pour faire marche arrière à présent. Moi et les quatre autres candidats au poste de Séraphins attendions dans la salle d'attente les résultats pour savoir si nous allons être convoqué pour la dernière épreuve, je savais que je n'avais pas échouée, mais je commençais à être prise de doutes. Qu'était'il demandé aux archanges comme tâches pour accéder au rang de dieu ? Et pourquoi la tradition de ce monde voulait que l'on remplace le dirigeant du pays ? S'il est éternel, il peut faire ce travail éternellement. Est-ce que mon père aurait atteint la limite de ses pouvoirs et que la solitude l'assaillait ? J'étais une mauvaise fille moi qui ne pensais que du mal de mon père ne me rendait pas compte que si j'avais été créée ce n'était pas dans le but d'être une descendance qui prendrait sa place, mais de pouvoir comblé un père comme n'importe quel enfant. Je commençais à assimiler la relation entre une mère et son enfant, et à défaut d'avoir une génitrice, mon géniteur ne voulait que mon bonheur, et c'est pour ça que je suis née dans ce monde. J'ai été égoïste, j'ai fait preuve d'autant de vanité que lui. Je n'étais pas mieux, même si je n'avais tué personne.

On dit dans les écrits, dans la bible et dans les commandements d'Hexialia, que l'on accordait pardon à qui savait se repentir, mais même si je savais qu'il me serait accordé, il était trop tard...Mon coeur avait été blessé et je préférais me noyer dans mon amour propre, et libérer mon paternel de ce fardeau pour lui faire comprendre que j'étais désolée. Quitte à devoir en payer le prix, et dire adieu au bonheur et à la mortalité. Nous étions deux candidats à avoir réussi, et sans nous laisser de répit pour voir quel est notre volonté d'acier, la dernière épreuve allait se passer dans quelques minutes. Je ne savais pas en quoi cela consistait, cette dernière était inconnue, et j'avais eu beau chercher dans les archives de l'école, il n'y en avait aucune trace. Soit elle était banale, soit on manipulait les cerveaux à la fin de l'épreuve pour qu'on ne s'en souvienne pas. Oui une sorte de pouvoir hypnotique pour oublier des souvenirs...Ils en seraient bien capables.

Mon autre rival, cette impasse à mes objectifs passait le premier et je devais attendre, avec effroi, sans jamais savoir ce qui allait se dérouler derrière cette porte. Un quart d'heure plus tard, on me demandait. Je n'avais pas vu le jeune homme ressortir, et je commençais à appréhender...Silence immuable, pas un seul bruit, pas une seule respiration, je regardais le jury prête à l'épreuve, je ne devais pas montrer un semblant d'hésitation ni même de doute, il était capable de sonder mes pensées et mon esprit, et cela pourrait m'être fatal ! Oui je devais faire le vide et me concentrer.

« Mademoiselle Deus Hexia....Tout d'abord je vous félicite pour votre parcours, vous avez toujours été la meilleure élève de votre promotion, et encore plus, la meilleure parmi tout les examens. Vous avez beaucoup fait parler de vous au sein de cette école, et avait jalousé énormément d'étudiants. Si vous êtes ici, c'est que vous avez les capacités à devenir Séraphine...Cela dit, vous allez devoir vous soumettre à une dernière épreuve pour voir vos compétences...Nous allons donc vous demander....»

Tension à son comble

« De nous développer la réponse à la dernière question. Comme vous avez dû le remarquer, cette question était sans doute l'une des plus importantes de cette feuille, les autres n'étaient que des plus values. Vous avez répondu et je cite : Pourquoi parler de dernière chose ou de dernière action ? Si nous sommes dieu, n'avons nous pas accès à l'immortalité, quelle est la causalité de tout ça ? Je ne saurais répondre à cette question, mais surement que j'essaierais de rendre la personne la plus importante à mes yeux, fier du travail que j'ai accompli. Cette réponse est très utopique, me parait même trop infantile, et c'est pourquoi nous aimerions que vous argumentiez votre réponse. Nous ne sommes pas trop satisfaits de ce que vous nous avez donné et avons besoin d'entendre de nous même votre défense. »

Je laissais un long silence s'installer.

« Comme vous monsieur le juge, je n'ai pas eu la chance de vivre comme notre peuple, naître d'une mère et jouir d'une protection divine et maternelle. j'ai été créée dans un unique but, et c'est celle de rendre fier mon père. La personne que je cites dans mon message n'est autre que lui. Rendre un dieu fier relève de l'impossible et même de l'imesurable, mais quand bien même vous êtes immortels, vous n'êtes pas dépourvus de sentiments et d'amour. Qu'il y a t'il de mal à vouloir rendre son père heureux et fier ? »

« Gabrielle....? »

Il me regarde avec ce que je pouvais voir pour la première fois de toute ma vie : un visage ému et baigné de larmes. Un dieu peut pleurer, il n'en est pas moins sans coeur et sans âme.

« Je suis déjà très fier de toi, mon enfant...»
« Au final, vous avez mis des sentiments en avant plutôt que des raisons ou du devoir. Vous avez réussi l'épreuve, félicitations vous êtes à présent une Séraphine...»

Alors c'était ça la dernière épreuve et la finalité de tout ça ? Faire passer ses sentiments par  dessus son devoir pour ne pas avoir à regretter par la suite ? J'avais du mal à croire que j'avais réussi et que j'allais dans quelques temps être Archange...
Dans quelques heures encore, allait se tenir la cérémonie de promotion, et par la suite " Le couronnement ". Être Séraphine était comme être un demi-dieu, mais ce n'était pas encore le rang ultime. J'allais devoir redoubler d'efforts pour accéder à ce dernier. Une musique douce, des chors, des louanges chantés dans une langue ancienne, tandis que drapée d'un voile presque comme une cérémonie de mariage, je m'avançais près de l'autel en m'agenouillant devant le ponton vêtu d'un tapis rouge, la tête baissée prête à recevoir la bénédiction de deus lui même. Il enleva le voile d'un simple geste doux, et me couvrit d'un manteau blanc et or, avant de poser la marque d'archange sur mon coeur, et couvrir ma tête d'une couronne de lauriers d'or.  

« Je fais de toi, la parole de dieu, ici et maintenant, bénie par mes mots »
« Je jure solennelement d'accomplir tâches qui m'est dûe, devoir qui m'est imposé, de mettre au service de sa sainteté, coeur corps et âme. »

.....

Et c'est ainsi que ça se finissait. Je quémandais le conseil, en parlant de mon vouloir, de mon objectif. Pour pouvoir devenir Déesse, je devais être soumise à une seule épreuve. " Accomplir 12 réelles bonnes actions " et qui dit réelles dit importantes. Par exemple sauver le chat du voisin, ça ne compte pas, aider une grand mère dans la rue non plus. Et bien non, il fallait que ça soit 12 bonnes actions, qui allaient changer la face du monde, ou qui allait renforcer celui ci. Mais ce n'est pas tout, je devais les réaliser dans un autre endroit, Une sorte de terre appelée " Japon". Il y avait le plus au nord de la ville, un portail de téléportation dimensionnelle, qui me permettrait de me rendre là où je dois aller. Je m'inclinais en me retournant, et ne revenant pas sur mes pas. J'étais prête à découvrir un nouveau dessein.

Devant le portail, je citais quelques mots en langue ancienne pour lui indiquer ma direction, et me retourna une dernière fois devant ma cité, pour finalement le traverser. Tout était noir flou, et étrange. J'avais atterrie dans un lieu, qui ressemblait trait pour trait à une école. Au dessus on pouvait voir écrit " Nariyu" Je cherchais mon chemin, mais il faisait nuit et je ne comprenais pas trop comment je devais procéder. Apparu comme par magie, un parchemin qui me disait que j'avais été inscrite dans cette établissement et que je devais y étudier comme n'importe quelle étudiante. Je n'eu pas trop le temps de lire la suite, que quelque chose dans mon sac gesticulait. Je le lâchais dans un léger cri, ayant été surprise, et une drôle de créature blanche avec des yeux rouges me regardait avec un air tendre. Une sorte de lapin Albinos, sans vraiment être un lapin. Je commençais à l'attraper, tira sur ses joues et à joué avec comme si c'était un élastique. J'avais vraiment du mal à croire que ce truc était vivant.

« Hé je ne suis pas une balle en caoutchouc, kyu ! »
« Ha mais-mais-mais-mais....tu parles ? »
« Que devant certaines personnes, j'évite notamment devant les humains. Mais tu n'en est pas une...kyu»
« Et tu es ? »
« Je m’appelle Lova, je suis ton nouvel ami et nouveau familier, je suis un cadeau messager de ton père. Il stipule qu'avec ma présence tu ne te sentiras jamais seule, kyu...»

Sacré père, je ne pu m'empêcher de sourire face à ce geste d'attention.

« Pardonne moi Lova, je suis Gabrielle, mais tu peux m’appeler Gabi, si tu le souhaites. »

......

J'avais encore bien trop de difficulté à réaliser dans quoi j'allais me lancer, mais une chose est sûre, l'aventure promettait d'être palpitante et allait sans doute se surprendre de plaisirs en plaisirs, de découvertes en découvertes. L'histoire n'était pas prête de se terminer.


 


Dernière édition par Gabrielle Deus Hexia le Mer 18 Mar - 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 1547
Points : 557
Date d'inscription : 14/06/2014

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Sheery Kiyoi
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   Mar 17 Mar - 7:14

Bienvenue parmi nous miss !
Désolée, je n'ai pas eut le temps de lire toute ta fiche (je dois aller en cours... tss) (mais sinon la lecture en est fort plaisante =3)
Mais je peux déjà lancer une polémique : Hybride, tu es sûre ? De ce que j'ai compris, tu es plus une création façon Adam & Ève qu'un croisement de deux espèces. De ce fait, tu serais plutôt une Créature. Dis moi ce que tu en penses, prépare ton plaidoyer d'hybride ou modifie ta fiche, je te laisse la parole =)
Pour finir : du love sur ton avatar et surtout sur ton en-tête xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Messages : 88
Points : 77
Date d'inscription : 22/01/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Balor
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Adrian Neumann
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   Mar 17 Mar - 9:07

Des ailes, une histoire à rallonge... Tu ne serais pas parente avec Syria ? Smile

Bienvenue sinon, (j'aime bien le coup du perso qui dépasse sur le côté)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 15668
Points : 19914
Date d'inscription : 25/09/2009

Feuille de personnage
Pouvoir: Manipulation du sucre et autres vitamines. Communion totale avec la nature
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Syria
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   Mar 17 Mar - 10:32

Bienvenue à la Magical Academy

J'espère que tu t'amuseras parmi nous

Pour répondre à Adrian, nous n'avons aucun lien de parenté :p

Je suis heureuse de rencontrer quelqu'un avec une fiche à rallonge comme la mienne <3

Au niveau de ta fiche, deux petites choses

Ton histoire doit se terminer à ton arrivée à Nariyu ou à notre école mais tu dois nous expliquer pourquoi et comment est ce que tu débarques dans le coin ^^

Enfin,je me pose la même réflexion que ma collègue Sheery : ton personnage serait plus "approprié", si j'ose parler ainsi, dans le groupe des Créatures que chez les Hybrides

Je te souhaite bon courage pour la suite

PS : J'avoue que l'avatar claque *o*

_________________

Merci pour les roses, Raphael, Arcaz, Lara, Shana, Angel, MayLyn, Yogi, April, Elena, Yogi, Akihito, Soudo, Zoldik, Shiruku, Rin et Alice ♥


Merci pour les baisers, Aurore, Sirë, Lara, Hanabusa, Maylyn, Elena, Tensa, Leona, Yogi, Akihito, Shiruku, Zoldik, Rin, Miyuki et Aoi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 28
Points : 0
Date d'inscription : 06/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Télékinésie
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Gabrielle Deus Hexia
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   Mar 17 Mar - 16:05

Merci à tous pour votre accueil :3

Sheery --> En faites il se trouve que comme d'apparence elle est mi humaine, mi ange, j'avais du coup pensé à Hybrides, mais créatures me convient très très bien. Smile

Adrian --> Merci beaucoup, non nous ne sommes pas parentes, mais il est vrai que j'aime les fiches à rallonge Very Happy j'aime quand elles sont bien détaillées :3

Syria --> Pour l'histoire en faites, elle s'est plus ou moins terminée sur l'école, mais il est vrai que je suis dans mon erreur car je ne l'ai pas stipulé quand elle est arrivée que c'était l'école de Nariyu, j'ai donc changer cela Smile. La même chose concernant le groupe, je ne savais pas trop dans quelle catégorie la placer et étant mi-humaine, mi ange d'apparence physique, j'avais donc pensé à Hybrides Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 1547
Points : 557
Date d'inscription : 14/06/2014

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Sheery Kiyoi
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   Mer 18 Mar - 13:06

C'est pas le tout de nous le dire, il va falloir éditer ta fiche ^^
Être hybride n'est pas tant une question d'apparence que de croisement génétique. Mais faute de parents, tu n'est pas hybride. Tu peux même être un ange tout court si tu veux xD Ou inventer ta propre espèce... toujours est-il que pour moi tu es une créature.

Sinon l'histoire me convient parfaitement telle quelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 28
Points : 0
Date d'inscription : 06/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoir: Télékinésie
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Gabrielle Deus Hexia
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   Mer 18 Mar - 13:45

Okay, je voulais juste éclaircir ce point, donc pas de soucis, j'ai édité et changé en créatures Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 1547
Points : 557
Date d'inscription : 14/06/2014

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Sheery Kiyoi
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   Mer 18 Mar - 13:58

Et une validation, une !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Gabrielle Deus Hexia •   

Revenir en haut Aller en bas
 

Gabrielle Deus Hexia •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entre créatures ailées (pv Gabrielle Deus Hexia)
» Gabrielle Delacourt
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» SALVIO HEXIA
» Gabrielle Epitafios Haintworth {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone Administrative :: Présentations :: Fiches Validées-