Partagez | 
 

 Sirë : Besoin d'une infirmière ? <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Sirë : Besoin d'une infirmière ? <3   Dim 24 Aoû - 1:31


   
   

Sirë Lothastion


   Physique
   


   

   Elle passe dans les couloirs, et tous les regards se tournent vers elle. Il y a de quoi. Sirë est une femme haute d’un mètre quatre-vingt, avec de longues et fines, interminables, jambes, des fesses rondes, juste comme il faut, pour avoir le droit de porter ce qu’elle veut, un ventre parfaitement plat, une poitrine menue, certes, mais plus aurait fait disproportionnés, et des bras, fins, se terminant par de fines mains, aux doigts de pianistes, les ongles toujours parfaitement manucurés. Oui, en un mot, ceci s’appelle un physique de mannequin. Et en plus de ça, elle est toujours habillée avec grand soin, des tenues griffées, stylisées, qui laissent apparaitre sans complexe sa peau pâle, laiteuse et douce, et qui s’ajustent toujours parfaitement sur son corps. Pas compliqué avec le corps qu’elle a d’ailleurs. Les filles la jalousent, les mecs la reluquent sans cesse, et elle, elle se gargarise de tous ces regards. Elle a fière allure, et marche sans complexe, sur ses hauts talons, d’un pas décidé, faisant se balader ses fesses d’une manière tout à la fois élégante et provocatrice dans un joli déhanché sur lequel on ne peut manquer de se retourner.
Elle ouvre la porte de son infirmerie, et se pose à son bureau, tranquillement. C’est ce moment là que certains choisissent d’aller la voir pour quelques maux imaginaires. Juste pour avoir le plaisir de la contempler. Franchement, on devrait interdire les infirmières trop sexy en vrai, cela trouble plus que de raison les esprits les plus faibles. Là, ils peuvent détailler son visage, qui d’une manière générale, est rond, parfaitement proportionné. Ses pommettes sont rondes, mais peu marquées, presque invisible, lui donnant un visage lisse. Et doux. Sont front est légèrement fuyant, ce qui, avec ses épaules menues, met en valeur ses visages. Son menton est pointu, donnant un effet goutte à son visage. Son nez est droit, plutôt grand finalement, mais selon elle, mieux vaut un peu grand que un peu petit. Les personnes au petit nez ne sont pas fiables. Elle a de grands yeux ronds et bleus, aux cils épais, qui donnent à son regard une certaine profondeur. Enfin, ses cheveux, blonds platine, qui paraissent presque blancs sous une lumière vive, sont fins, et coupés courts.
Et là, je sais, vous vous dites tous : mais c’pas possible, elle a pas le moindre défaut cette nana là dans son physique ? Bah… Nan… Parce que la petite saleté, là, elle a triché ! Elle a obtenu ce corps grâce à plusieurs rituels qu’elle a mené dans son adolescence, quand elle était du genre complexée sur son apparence.

   

   Mental

   

  Sirë n'est pas quelqu'un de particulièrement difficile à comprendre. Malgré qu'elle ait trente ans, malgré qu'elle ait fait des études tout à fait honorables en médecine, qu'elle ait même son diplôme de médecin, la jeune femme reste très... gamine. Ne lui demandez jamais son âge, elle en a horreur, et aurais apprécié s'arrêter aux vingts ans. Capricieuse, irresponsable, mais aussi, d'une sincérité et d'une franchise étonnante, rieuse, et croquant la vie à pleines dents. Sirë ne se fait jamais de mouron, elle reste toujours positive, et elle met facilement les autres à l'aise. Elle même est extravertie au possible, et dans un groupe, c'est un boute en train sans pareille. Tant mieux, car elle aime faire la fête, et surtout, la fête entourée !
Vous allez me dire, tout ça, pour un médecin, ce n'est pas sérieux ! Oh, mais quand elle fait son travail, elle se montre capable du minima de sérieux. En tout cas, quand elle a à soigner quelqu’un, elle le fait de manière efficace. Et elle a tendance à ne pas supporter ceux qui font volontairement du mal aux autre, aussi, ne vous étonnez pas de subir un interrogatoire en bonne et due forme si vous arrivez blessé chez elle. Enfin, tout de même, qui ne préfère pas un médecin souriant et amical, plutôt qu'un vieux grincheux non ? En
D'ailleurs, c'est à cause de ça qu'elle préfère qu'on la considère, en dépit de son diplôme en bonne et due forme, comme une infirmière ! Ah oui, parce que ça, je ne l'ai pas encore dit. Sirë est vaniteuse, arrogante, et pas sur son intellect. Mais sur son image. C'est une bombe, elle en est fière. Et elle le fait savoir. Alors, elle déteste tout ce qui pourrait aller à l'encontre de ce qu'elle fait paraitre. Trente ans ? Trop vieux, elle veut pas entendre son âge. Médecin ? Grincheux et binoclard... Alors, qu'une infirmière, c'est sexy. Elle assume pleinement d'être une blondasse. Enfin, d'en donner l'impression. Contrairement à ce que disent certaines mauvaises langues, elle n'est ni idiote, ni garce, mais ça, qu'on le dise, elle s'en fout.
C'est quand même dommage, qu'on le dise, car si on prend la peine de discuter avec elle, on peut rapidement remarquer qu'elle a beau être capricieuse, elle est toujours prête à aider son prochain... Bon j'avoue, y a quelques exceptions, elle n'aura aucune pitié avec ceux qu'elle n'aime pas. Mais pour ne pas être aimé d'elle, il faut avoir été méchant ! Et naturellement, elle est capable de faire preuve de véritables traits de génie. On ne devient pas médecin en étant idiot, après tout.

   

   Histoire

   

Fille et petite fille de magicienne, Sirë a toujours su qu’en elle aussi, il y avait le pouvoir de mener des rituels, de pratiquer la magie, comme elle a toujours su que vampires, lycans, fées, et autres créatures surnaturelles existent. Elle a donc vécu son enfance baignée dans la magie. Et autant le dire, son enfance fut heureuse, et aussi banale que peut l’être pour une petite fille vivant entourée de magie, et regardant ses deux parentes mener des rituels à chaque pleine lune. Aussi, passons rapidement. On sait tous que le plus marrant, c’est l’adolescence, surtout quand c’est le moment où les pouvoirs se développent.

Il y a dix huit ans

Croyez le ou non, quand elle avait douze ans, Sirë était une jeune adolescente boulotte et sans grâce. Tout ce qu’il faut pour être moquée au collège en fait, la grande classe, tout ça tout ça. Et puis, en plus, en Islande, franchement, tout le monde se connait ! Les villes là bas, au mieux, c’est mille habitants, et un unique collège d’à peine 200 élèves. Alors, oui, tout le monde connaissait les Lothastion et leur réputation de femmes bizarres. Ah oui, j’avais oublié de le préciser, Sirë ne connut jamais son père, elle savait juste que c’était un touriste américain. Quand à son grand père, il était mort quelques années avant sa naissance. Mais qui a besoin d’un père quand on a une grand-mère aussi géniale que la sienne ?
Quand elle avait douze ans, la grand-mère de Sirë était son repère, son ancre. Sa mère travaillait énormément, aussi, elle ne la voyait pas tant que ça. Mais sa grand-mère, ah, sa grand-mère, et ses pâtisseries tellement bonnes qu’elle ne savait jamais s’arrêter. L’on s’étonne qu’elle était boulotte après ! Et surtout, sa grand-mère, et tous ses cours sur la magie rituelle. C’est une magie complexe, qui fonctionne grâce à des symboles. En réunissant les bons symboles, et avec une incantation appropriée, sous la forme d’un joli quatrain, alors, au cours d’un rituel, on peut influer sur le cours des choses, plus ou moins fortement selon la puissance du mage, de ses compagnons, et de la lune.
Quand les choses n’allaient, quand elle se faisait trop malmenée au collège, elle courrait rejoindre sa grand-mère, et avec elle, elle lisait le grand grimoire de la famille, là où chaque rituel qui avait été mené était soigneusement noté.
C’est en lisant un de ces rituels, que sa grand-mère avouait souvent utiliser, et qui réduisait ses rides, qu’elle eut l’idée pour le sien. Un rituel, qui ferait d’elle une belle adolescente. Oh, bien sûr, elle le savait, elle allait devoir y mettre du sien aussi.
En tout cas, elle était décidée. Comme être jolie était la seule façon de se faire respecter dans ce collège, alors, elle deviendrait jolie. Elle se mit à la course à pied, pour perdre du poids, s’astreignant à un régime.
Et à la pleine lune, elle lança son premier rituel.
Sur une table, elle réunit une rose blanche, le minuscule cadavre d’une guêpe, et une fine dentelle de Bruges. La beauté, la taille de guêpe, et l’élégance. Elle chantonna alors les mots suivants :

Elle fut don d’Aphrodite avant d’être à Hélène
Au Nord, Hnoss la porte avec grandeur et fierté
Que mes dons m’aident à la posséder, la porter
Et qu’elle rejette loin de moi toute haine

Ce n’était certes pas du grand art, mais cela s’avérait efficace. Il faut dire, sa grand-mère, sa mère, et deux de leurs amies l’avaient aidé, représentant les quatre Eléments. Comment savoir, que ça a marché ? Et bien, ses boutons d’acné partirent, ses kilos en trop fondirent, et elle développa par la suite ce splendide visage qui est le sien.
Certes, elle aida la chose par encore de nombreux autres rituels. Mais en tout cas, c’était sûr. Il n’y avait rien de mieux que la magie. Même si les imbéciles autour d’elle n’y croyaient pas. En revanche, de la plus moquée, elle passa rapidement à la plus courtisée. Elle oublia vite le passé, pardonna, et profita d’une adolescence en tant que reine du collège, puis du lycée.

Il y a treize ans

Vous savez, toute chose a une fin. Quand la grand-mère de Sirë tomba malade, elle était vieille, terriblement vieille. Et si fragile. Elle s’affaiblit rapidement, et les médecins ne pouvaient rien pour cette petite mémé centenaire qui jusque là ne s’était jamais ménagée. Elle le disait, à sa petite fille adorée, que c’était l’ordre naturel des choses. Mais il y a des choses que les enfants n’arrivent pas à accepter, pas plus que les adolescents. Pour Sirë, c’était la mort de sa grand-mère.
Elle réunit autour d’elle ses quatre meilleurs amis. La terre, pour celui sur qui elle savait pouvoir toujours s’appuyer. L’air, pour celle qui l’accompagnait dans toutes ses folies. Le feu pour celle qui était si vive, si explosive. L’eau pour celui qui possédait cette force tranquille, et pourtant, capable de se déchainer s’il fallait aider ses amis.
Elle réunit aussi trois Dons. Une plume de chouette, animal de la sagesse, lié à Athéna, car sa grand-mère était la sagesse même. Une eau, qu’ils étaient allé chercher dans une source, après une longue randonnée, toute une après midi. Et un vieux bijou de sa grand-mère.
Elle alluma les quatre bougies de ses amis, qui enflammèrent alors la plume, l’eau, et le bijou, qui s’embrasèrent. Oui, s’embrasèrent, sous cette petite flamme. Après tout, c’est un rituel de magie, les choses n’ont pas à être normale.

J’implore la Grande Frigg, je t’implore O Hel
Puissantes déesses n’emmenez pas ma Grand-mère
J’ai si besoin d’elle pour battre mes chimères
Qui hante mon esprit, oui, sauvez mon modèle

Ce ne suffit pas à sauver sa grand-mère. Elle avait été avertie pourtant. La magie ne peut pas tout faire. Elle ne peut pas réaliser de miracles. Il y a des règles. Tout ce qu’elle parvint à faire, c’est offrir à sa grand-mère quelques mois tranquille de plus. Avant qu’elle ne meurt dans son sommeil.

Il y a dix ans

A ses vingt ans en tout cas, ces quelques années passées à être un laideron étaient largement oubliées. Désormais aux Etats-Unis, à Yale même. Ouais, vous rêvez pas, cette université américaine ultra cotée. Sa mère avait certainement user d’un petit rituel pour lui donner un coup de pouce, mais ne pensez pas qu’elle n’aurait pas pu sans. Sirë était une fille intelligente, et elle l’est encore, à vrai dire, mais passons. Déjà, elle souhaitait devenir médecin. Oui, médecin. Depuis le rituel pour sa grand-mère, elle avait trouvé une vocation. Elle employait un grand nombre de ses rituels à aider les autres, plutôt qu’à embellir son corps. De toute façon, franchement, son corps n’en avait déjà plus besoin. La preuve en était des regards de ces américains qui se retournaient sur elle.
Oui, si elle devait choisir la plus belle période de sa vie, sans contexte ce serait ses années à Yale. Elle avait rejoint une sororité, et lors de sa dernière année, elle en avait même été la présidente.
La fac. Qui voudrait ne pas y retourner après tout ?

Il y a deux ans

Tous l’avaient imaginé rejoindre une clinique huppée. Il faut dire, son physique de barbie girl n’était pas fait pour aller vivre à la dure. Pourtant, c’est bien ce qu’elle avait fait. Elle avait été embauchée par une association, comme d’autres médecins avec elle, et elle allait là où des médecins étaient nécessaires, là où les épidémies, la faim, ou la guerre, faisaient des ravages. Si l’on y songe, c’est bien à cette période là qu’elle usa le plus de rituels pour éloigner d’elle les mauvaises choses, maladies, comme blessures de guerre. Après tout, si elle voulait sauver des gens, elle devait bien d’abord se sauver d’elle.
Pour autant, ce qui l’amenait au Japon n’était absolument pas en rapport avec son job. Un de ses camarades d’université lui avait parlé d’un cas mystérieux. Des symptômes qu’elle avait décrits, Sirë avait reconnu quelque chose de bien particulier.
Un mauvais sort. Une blessure magique. Elle avait déjà vu la même chose en Afrique, elle savait même quelle plante était utilisée pour ce sort maléfique.
Evidemment, des médecins normaux ne pouvaient pas guérir ceci. Mais elle, elle pouvait. Elle avait déjà réunit ses trois Dons. Une plante, l’antidote à celle qui avait permit le sortilège. De l’eau parfaitement pure, bénie par un sorcier africain. La plume d’une grue, pour apaiser l’esprit.
Au chevet du jeune homme, elle commença son rituel.

Que ce qui a été fait soir défait
Que le mal recule devant le pur
Que ce sort referme cette coupure
Que vive mon ami de ce bienfait

Le garçon ouvrit les yeux le lendemain, pour la première fois depuis un mois, depuis cette blessure. Il sourit à cette étrangère aux cheveux de blés, qui paraissait si fatiguée. Pour rompre le maléfice, elle avait du user de beaucoup d’énergie, sans aucun Elément pour l’appuyer. Mais il comprenait, il savait, de quoi il en retournait. Il savait que c’était elle qui l’avait sauvé.

« C’est un psychopathe de cette ville, là, Nariyu qui m’a fait ça. Y a un château. Pour les êtres comme nous. Parce que toi aussi, t’es pas normale hein ? Bref. J’y suis allé. Mais un coup, en me balladant dans les rues, je me suis fait agressé. Y en a un, il a lancé un truc noir sur moi. Et après… j’suis tombé dans les vappes, j’crois. C’est la dernière chose dont je me souviens en tout cas, avant mon réveil ici. »

Il y a quelques mois

Elle était allée dans cette ville. Quittant son poste dans cette association. Se rendant compte qu’on aurait plus encore besoin de son aide dans un lieu où les créatures surnaturelles s’attaquaient et se blessaient. C’était impardonnable. Ces dons, qu’ils possédaient, il faut les utiliser pour vivre libre, certes, mais pas pour agresser les autres. Si elle ne savait pas se battre, pour protéger ces enfants, elle saurait au moins les soigner, mieux que personne. Voilà ce qu’elle s’était dit à l’époque.
Et pourtant, pourtant… Elle ne rejoint que maintenant ce grand château. Elle pratique aussi bien dans ces murs, que sur le campus d’ailleurs, après tout, elle reste une médecin très capable, même sans ses pouvoirs.
Et peut être qu’elle pourra être un modèle pour certains de ces gosses. La preuve que l’anormal peut côtoyer sans le moindre problème le normal, et que chacun a à apprendre de l’autre.


   

   
Quelques Infos

   
Âge 30 ans
   Sexe Femme
   Orientation Hétérosexuelle
   Groupe CAMA
   Pouvoir Magie Rituelle
   Alignement Chaotique Bon
   Familier Une luciole grosse comme son poing, qui peut briller de toutes les couleurs


   
Description de ton Pouvoir

   

Une nuit par semaine, Sirë peut mener un rituel. Qu’est ce donc ces rituels ? C’est très simple.
Sirë assemble trois objets, pour leur symbolique. La symbolique n’a pas vraiment besoin d’être reconnue. Tant qu’elle fait parfaitement le lien entre l’objet, et ce qu’il représente, c’est bien. Par la suite, elle brule chacun de ces objets, en chantonnant un quatrain, qu’elle psamoldie un certain nombre de fois. Le chiffre a évidemment son importance.
Elle peut choisir de mener le rituel accompagner d’autres personnes, qui représenteront chacune un des quatre Eléments (feu, terre, eau, air, selon leur caractère, et leur relation avec Sirë) pour lui donner plus de puissance. En ce cas, c’est eux, ensemble, qui bruleront tour à tour les trois dons.
La lune influe aussi sur le rituel. Un rituel bénéfique aura plus de puissance s’il est réalisé à la pleine lune, un maléfique à la nouvelle lune.
Les rituels permettent d’influer sur les évènements, mais ne permettent pas de changement radical. Ainsi, leur action est finalement très limitée. Sirë les utilise principalement pour aider à la guérison de blessures magiques, ou maladies graves, ainsi que pour garder un corps parfait. Elle se passe en volontiers très bien d’attirer chance, malchance, ou pire encore, d’affaiblir d’autres personnes. Sauf si on fait des bêtises tellement grosses qu’on attire sa colère.

   

   

   
Et derrière l'écran ?


   Pseudo Maku
   Âge 22 ans
   Disponibilité Aléatoire
   Un petit mot ?
Nouveau perso o/

   
© Halloween
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sirë : Besoin d'une infirmière ? <3   Dim 24 Aoû - 5:18

Je crois bien m'être soudainement blessé ...

Bienvenu ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sirë : Besoin d'une infirmière ? <3   Dim 24 Aoû - 7:53

Qu'est-ce que tu veux que j'ai à r'dire moué ? x)

Le timbre m'a évoqué pas mal de souvenirs ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sirë : Besoin d'une infirmière ? <3   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sirë : Besoin d'une infirmière ? <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone Administrative :: Présentations :: Fiches Validées-