AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retour aux sources (pv Kaen)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Retour aux sources (pv Kaen)   Jeu 26 Juin - 12:20

Aujourd'hui pas de mission. Pas d'éléments perturbateurs à poursuivre, ni à combattre, ni même à achever. Rien. Sheery était en congé. Elle ne s'en réjouissait pas particulièrement. Il était certes appréciable de pouvoir rester au lit après que le soleil se soit levé, de traînasser lors du petit déjeuner, et de sortir prendre l'air. C'était pas fifou non plus. Elle se retrouvait désoeuvrée, incapable de trouver une activité constructive pour s'occuper.

En général, elle s'entraînait. Mais pas cette fois. Elle avait déjà assez donné de sa personne cette semaine. Même pour elle venait le moment où il était vital de se reposer. De passer une journée au calme. Mais cela ne voulait pas dire ne rien faire.

La jeune femme en était là de ses réflexions lorsqu'elle prit la décision de s'habiller et quitta son pyjama, à savoir un simple grand t-shirt noir, afin de passer sous-vêments blancs, jupe bleu clair et débardeur blanc. Le soleil brillait dehors, l'air était bon, elle pouvait donc se permettre pareille tenue. Celle-ci passée, elle s'arma de son épée en nouant sa ceinture. Jamais elle ne s'en séparait. Maintenant qu'elle était prête, elle pouvait y aller. Là-bas. Au parc.

Pourquoi cet endroit ? Pour réunir les bons souvenirs, se baigner dans la nostalgie, se rappeler l'espace d'une journée cette époque révolue où il faisait bon vivre. Une fois rendue sur place, Sheery sentit une vague d'émotion réchauffer sa poitrine.  Il serait faux de dire que rien n'avait changé. La Total War avait des dégâts énormes, et le Parc, bien qu'en dehors de l'académie en elle-même, n'avait pas échappé à toute la violence qui s'était alors déchaînée. Tout n'avait pas été rasé, heureusement, et les lieux avaient été rénovés depuis.

Les abres et l'herbe tendre avaient repris le dessus. L'étang était là, paisible, nullement troublé par les quelques animaux qu'il abritait. Sheery s'en détourna, se dirigeant vers les aires de jeux pour enfants. Certaines installations étaient plus récentes que d'autres. Mais l'essentiel était là. La balançoire en bois. A cette heure du matin, les enfants étaient encore embués de sommeil dans leur lit, et la Traqueuse était seule à profiter du siège suspendu par les cordes. Elle posa son épée, et s'y assit, se balançant doucement, ses mains tenant distraitement les cordages.

Elle était bien trop grande pour la balançoire, qui se chargeait de le lui rappeler en grinçant bruyamment à chaque mouvement. C'était une étrange vision que cette jeune adulte qui se balançait là, l'air absente, perdue dans ses songes. Elle ne manqua pas d'attirer les regards, et même un petit curieux qui osa s'approcher d'elle, intrigué. Sheery le fixa, quelque peu irritée de se sentir jugée ...

- Quoi, qu'est-ce tu me veux ?


Dernière édition par Sheery Kiyoi le Jeu 26 Juin - 20:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaen

avatar

Féminin Messages : 2573
Date d'inscription : 27/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir: La technologie est sous mon emprise......
Statut: Célibataire

MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Jeu 26 Juin - 16:41

Que la nature est belle lorsque l'homme ne la touche pas. Sa magnificence ne semble n'avoir aucun égal dans ce monde. Le soleil éclaire le paysage de ses chauds rayons et les nuages se forment lentement comme pour mieux s'imprégner dans un sublime tableau. Les oiseaux laissent éclater leur chant gazouillant et les arbres les accompagnent grâce à leurs feuilles dansantes doucement au gré de l'agréable brise berçant l'air.

Le silence règne en maître dans le parc où les pieds nus frôlent l'herbe avec une légèreté incomparable. Il est bien trop tôt pour que cet espace soit envahi par sa horde de visiteurs quotidiens, les enfants, soit encore au chaud dans leur lit, soit en route pour l'école. L'eau transparente de l'étang reflète les douces images de ses habitants et des environs.

Les jeux pour les plus jeunes dorment encore, profitant de leur répit avant que de petits pieds ne viennent se poser sur leur corps de bois et autres matières. Les cordes d'une balançoire oscillent doucement, comme par réflexe, lorsqu'une adolescente inconnue s'y assoit avec délicatesse. Le son du grincement résonne, à croire que l'objet hurle sa souffrance d'avoir été mal entretenu et de devoir supporter un poids légèrement supérieur à ceux qu'il a l'habitude de rencontrer.

L'herbe danse aisément au passage des pieds nus avant qu'ils ne s'arrêtent lentement. Les yeux de leur propriétaire tombent sur le spectacle de la jeune fille assise sur le jeu d'enfant et semblant plongée dans ses pensées. Un tendre sourire se peint sur des lèvres invisibles et ses jambes fines s'apprêtent à s'en retourner quand un voix irritée et sèche les interrompent dans leur mouvement.


- Quoi, qu'est-ce tu me veux ?


Beaucoup de gens se seraient sentis agressés face à une telle tonalité mais pas l'intrus à qui est destinée cette désagréable question.  Il se contente de s'incliner avec respect et sa voix douce chantonne dans l'atmosphère avec mille et une politesses.

-Je viens d'arriver...Veuillez me pardonner de vous avoir dérangé...ce n'était pas dans mes intentions...Je venais m'entraîner...

Le corps se relève doucement révélant à l'adolescente le visage de son interlocuteur. De longs cheveux d'un roux flamboyant entourent des traits fins où se dessinent des lèvres fines et rosées. Ses yeux sont pareils à de l'ambre, un tendre mélange entre le doré et l'orangé. Son regard d'or pétille de joie et son unique arme est son sourire. Sa peau de pêche s'enivre de la chaleur à travers ses jambes et ses bras nus. Sa taille de guêpe est ornée d'une robe blanche où sont cousus de fines cordelettes de tissu marron. Un bustier en forme de corset soutient sa minceur et sa poitrine dessinée avec élégance. Un nœud jaune sied au niveau de ses seins ronds. Un béret féminin de teinte nacrée est posée sur sa chevelure avec grâce.
Sa politesse fait partie de la douceur innocente qui s'échappe d'elle dans une aura calme. Elle sourit sans complexes avec un naturel presque déconcertant. Sa voix tendre et enfantine revient se poser dans le paysage semblable à une douce chanson.


-Veuillez accepter que je me présente...Mon nom est Kaen...

Pour ceux ayant l'expérience de la langue japonaise, ils sauront que ce prénom signifie "flamme" une fois traduit en français. À croire qu'il lui était destiné au vu de ses mèches rousses vives. Si elle est bien originaire du pays du soleil levant, sa politesse et sa façon de s'exprimer pourraient s'expliquer par sa probable éducation.  Pourtant la teinte de ses cheveux n'est pas commune aux habitants de cette immense île alors qui peut -être cette jeune fille si souriante et que peut donner sa rencontre avec une adolescente si différente d'elle physiquement ?

Avec sa poitrine ronde, ses longs cheveux d'un blanc immaculé et ses yeux aussi bleu que l'océan, sa beauté ne fait aucun doute. Sa peau claire est en contraste avec celle entre la pêche et le mat de la demoiselle. Toutes les deux fines, l'inconnue parait néanmoins plus taillée pour la vitesse et le combat que ne l'est la frêle Kaen.  Vêtue d'un débardeur blanc et d'un jupe bleue sans oublier ses pieds ancrés dans des bottes soignés, elle est réellement sublime aux yeux du sourire personnifié.

Le masque de la froideur est-il capable de tomber devant la douceur incarnée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Jeu 26 Juin - 20:48

-Je viens d'arriver...Veuillez me pardonner de vous avoir dérangé...ce n'était pas dans mes intentions...Je venais m'entraîner...

La voix était douce et fragile, presque infantile. Une voix qui aurait pu rire aux éclats en se balançant au vent si la place n'avait été prise. Sheery posa son regard encore agacé sur la petite personne qui l'avait dérangée malgré elle. Une chevelure de feu dont l'éclat osé contrastait avec le reste du personnage, voilà le premier élément qui sauta aux yeux de la Traqueuse. Ce qui se tenait devant elle, ce n'était ni plus ni moins une gamine dans un corps de femme en devenir.

Le regard et les traits de l'épéiste s'apaisèrent à cette vision. Cette fille n'avait rien fait de mal, il n'y avait guère de raison de se montrer discourtoise ou aggressive. Sheery secoua doucement la tête, comme pour chasser ces souvenirs de bonheur entachés de haine et de désirs de vengeance.

-Veuillez accepter que je me présente...Mon nom est Kaen...

Kaen … Sheery sentit son coeur se serrer lorsqu'elle se rappelait son père dont elle tenait un sang japonais, lui faisant réciter quelques mots élémentaires de sa langue natale. Et le dernier mot de la leçon, toujours, leur nom de famille, Kiyoi. Pur. Quel nom parfait pour une enfant aux cheveux blancs immaculés. Oui, parfait … Alors que les souvenirs s'emparait de nouveau de la tête de la Traqueuse, celle-ci se penchait lentement … Elle sentait la petite enfant qui sommeillait en elle qui s'éveillait doucement.

Puis d'un coup, elle se redressa, claquant la porte à la nostalgie et à son âme d'enfant. Le visage fermé. Mais nullement agacé. Froid, tout simplement. D'une voix blanche, elle se présenta.

- Sheery Kiyoi.

Poursuivant son mouvement ascendant, Sheery se leva et abandonna la balançoire qui lâcha un dernier grincement libérateur. Elle s'approcha de la petite demoiselle, s'arrêtant à un pas devant elle, et la salua d'un hochement de tête.

- Excuse ma froideur. Tu dois savoir ce que c'est d'être dans ses pensées et d'en être délogée sans préavis …

Elle fixa un instant sa tenue. Bien que la Magical Academy n'ait pas d'uniforme, Sheery parvenait souvent à faire la différence entre les tenues originales sinon insolites des académiciens et celles plus "normales" des humains lambda. Or, Kaen semblait sortir tout droit d'un manga avec son petit béret et son noeud jaune à la poitrine. Les gens de Nariyu ne s'habillaient pas ainsi.

- Tu viens de l'académie non ?
Revenir en haut Aller en bas
Kaen

avatar

Féminin Messages : 2573
Date d'inscription : 27/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir: La technologie est sous mon emprise......
Statut: Célibataire

MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Ven 27 Juin - 10:36

Une tendre tonalité enfantine danse dans l'atmosphère accompagné d'un bal de douceur et de fragilité. La voix candide s'échappe d'un corps mince aux formes moyenne. L'éclat de ses yeux dorés va de pair avec sa chevelure enflammée.

L'impression de délicatesse et de gentillesse qui émane de son aura lui confère l'air d'être une fillette coincée dans le corps d'une future jeune femme. Pourtant, l'adolescente au béret nacré et aux cheveux couleur de feu s'approche de ses seize étés.

Le visage froid de l'inconnue assise sur la balançoire se relâche enfin lorsque son regard océan tombe sur son interlocutrice. Timide, candide et infiniment polie, seule ses mèches rousses contraste avec le reste de sa personne et certains êtres dits humains avaient osés l'insulter à cause de cette particularité physique, particulièrement mal vue dans les pays d'Orient ou d'Asie. Les mots durs et blessants résonnent encore dans son esprit et viennent parfois la hanter dans ses cauchemars mais depuis qu'elle a été accueillie dans cet endroit mystérieux, son âme s'apaise au contact de cette "seconde famille" si providentielle.


-Veuillez accepter que je me présente...Mon nom est Kaen...

Comme si ceux qui lui ont donnés la vie avaient lu dans l'avenir que le fruit de leurs amours serait dotée de longs cheveux couleur du feu, ils lui ont donnés ce doux prénom qui une fois traduit du japonais signifie "flamme". Son extrême politesse et son sourire permanent proviennent peut être d'une possible éducation du pays du soleil levant. Néanmoins, l'inconnue épéiste ne peut en être certaine puisque la frêle demoiselle possède une peau de pêche et une chevelure totalement contraire au physique habituel des habitants de cette immense île.

Malgré son expression douce et courtoise, le visage de l'adolescente aux mèches de neige immaculée reste obstinément fermé et froid, à croire que la glace s'est définitivement installée sur ses traits.


- Sheery Kiyoi.

Sa voix est aussi blanche que sa sublime chevelure mais faisant fi de cette tonalité pouvant sembler agressive ou indifférente, la nommée Kaen s'incline profondément devant la demoiselle pour la saluer avec tout le respect qu'elle lui doit en tant que cadette. Bien qu'elle soient de la même taille environ, il est évident que la combattante épéiste est plus âgée que la tendre rousse.

La balançoire retrouve sa liberté dans un dernier grincement de souffrance, exprimant pleinement sa désapprobation d'avoir été choisie par un poids largement supérieur à celui des visiteurs quotidiens que sont les enfants.

Un pas puis deux, Kaen ne bouge pas d'un pouce devant la marche sèche de son aînée. S'arrêtant brusquement, ses yeux bleus se plantent dans ceux de sa cadette pour la saluer d'un hochement de tête ce qui donne naissance à une douce teinte rosée sur les joues de la demoiselle rousse.


- Excuse ma froideur. Tu dois savoir ce que c'est d'être dans ses pensées et d'en être délogée sans préavis …

Le visage de la jeune fille au regard d'or rosit de plus belle et elle s'incline avec profondeur, les mains jointes en signe de respect et elle s'excuse une nouvelle fois de sa voix chantante où se décèle une once de timidité parmi toute la douceur.

-Veuillez m'excuser...Je ne voulais pas perturber le cours de vos pensées...Lorsque vous m'avez vue...je venais d'arriver...Pardonnez moi...

Beaucoup de gens auraient pu croire que l'adolescente en rajoute dans sa politesse mais ce qu'ils ignorent, c'est qu'elle ne peut se permettre de faire autrement pour ne pas attirer l'attention à cause de la terrible malédiction qu'elle dissimule en son âme. Elle préfère passer pour quelqu'un d'extrêmement prévenant et attentionnée plutôt qu'être une source d'ennui comme elle l'a été autrefois.

Les prunelles océan de la nommée Sheery passent en revue la tenue vestimentaire de son interlocutrice. Vêtue d'une robe blanche dotée d'un corset marron et de tissus cordelés de la même teinte, elle se distingue néanmoins par la présence d'un léger béret nacré et d'un nœud jaune au niveau de la poitrine. Ce style semble typique de certains personnages féminins rencontrés dans les mangas mais elle a toujours vécue ainsi et ces habits lui coûtent peu d'argent contrairement aux extravagantes tenues dites à la mode qu'elle ne peut acquérir par manque de moyens et d'intérêts.


- Tu viens de l'académie non ?

Les joues de la demoiselle rousse s'empourprent comme pour trahir sa gêne et elle s'empresse de s'incliner une nouvelle fois tandis que sa voix douce répond à l'interrogation posée avec une certaine timidité.

-Je...Je suis originaire de Grèce, Kiyoi Sama...mais pardonnez moi...j'ignore ce que vous mentionnez...

Elle ne relève pas la tête immédiatement de peur que son visage ne soit pas redevenu de pêche. Une fois sa rougeur calmée, elle se permet de lentement se redresser. Toujours aussi polie, elle a utilisé l'un des suffixes japonais pour désigner une personne marquée d'un profond respect et dite supérieur à son interlocuteur. Inconsciemment, elle espère détourner l'attention de la jeune guerrière grâce à son attention et ses origines inhabituelles.

Une fois arrivée au sein de cet mystérieux endroit, le directeur lui a bien fait comprendre qu'elle ne devait en aucun cas révéler où elle vivrait désormais et dissimuler sa particularité aux êtres humains dits lambda. Bin qu'épéiste et sans doute excellente combattante, l'instinct de Kaen lui souffle que son aînée ne fait pas partie de son monde et qu'elle se doit de rester secrète.

Son éducation lui interdit de s'enfuir en courant pour éviter ce genre de questions gênantes et ELLE donne son cours dans l'une des classes du bâtiment, ELLE ne peut lui venir en aide comme ELLE le lui avait promis. De toutes façons, son identité doit rester aussi confidentielle que la spécificité de la jeune fille.

-Votre arme est sublime, Kiyoi Sama...Êtes vous une experte du combat ?

La timidité et la douceur restent toujours de mise dans les propos de la demoiselle même si intérieurement elle combat sa peur d'être découverte. Sa malédiction a déjà causé bien trop de problèmes, elle refuse de vivre à nouveau ce cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Mer 9 Juil - 17:50

Alors que Sheery tentait de relativiser la froideur dont elle avait fait preuve en exposant une excuse implicite, elle vit la jeune rousse arborer des joues assorties à ses mèches et se plier en deux, donnant à son corps la forme d'une équerre en train de prier … La traqueuse la regarda d'un air déconcerté, presque gênée par cette politesse ampoulée pleine d'excuse, de culpabilité et de timidité ...

-Veuillez m'excuser...Je ne voulais pas perturber le cours de vos pensées...Lorsque vous m'avez vue...je venais d'arriver...Pardonnez moi...

Embarrassée, Sheery prit le parti de ne point s'éterniser sur le sujet et d'en changer. Elle ne voyait pas quelles paroles pourraient permettre à la jeune fille en face d'elle de cesser de s'incliner, de joindre les mains, et de répéter des paroles d'excuses de sa petite voix fluette. Le plus simple était encore de passer à autre chose. Mais à quoi ? Après l'avoir détaillée du regard, la femme aux cheveux blancs opta pour l'identification de cette Kaen. Après tout, un nom, cela veut dire si peu de choses….

- Tu viens de l'académie non ?

Et re-belotte, vas y que je me penche, le buste à l'horizontal, les joues rouges, et la voix tremblante ...

-Je...Je suis originaire de Grèce, Kiyoi Sama...mais pardonnez moi...j'ignore ce que vous mentionnez...

Sheery fronça légèrement les sourcils. Une grecque ? Qui lui donnait du sama ? Rousse qui plus est ? Ce peuple méditerranéen comptait d'avantage de mèches sombres et de peau tannée par le soleil et le sel de la mer d'après ce qu'elle en savait … Mais après tout, elle n'avait jamais quitté l'académie, sinon dans son imagination, au gré de ses lectures et des récits qui lui avaient été rapportés.

Mais au delà de ses origines, dont au final elle ne se souciait guère, c'était l'infirmation de la jeune fille qui la gênait. Vraiment, elle ne connaissait pas l'académie ? Dans ce cas, qu'est-ce qui pouvait bien l'avoir amenée au Japon, dans cette ville loin de tout ? Certes, les étrangers étaient foison dans la région … Mais c'était l'académie qui réunissaient tout ce beau monde dans ces contrées reculées.

Et cette lenteur pour se redresser, cette gêne … Ce n'était pas la même que celle dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Non, elle avait l'air … inquiète.

Malgré toutes ces bizarreries, Sheery n'insista guère, se contentant d'un hochement de tête qui ne cachait rien de son scepticisme. Kaen dû le sentir, et elle s'empressa à son tour de changer de sujet :

-Votre arme est sublime, Kiyoi Sama...Êtes vous une experte du combat ?

Sheery posa la main sur sa garde spontanément … Un geste familier et habituel lorsque les quidams lui parlaient de sa qualité d'épéiste. Elle ne pu s'empêcher de répondre d'un ton un peu sec, un sourire légèrement méprisant aux lèvres.

- Non non, je suis fan de cosplay, ça ne se voit pas ?

Tant lui posait cette stupide question, et à force, cela l'agaçait … Pourquoi portrait-elle une arme autrement ? Bon, elle-même savait fort bien que nombreux étaient les jeunes blancs becs qui se promenaient en exhibant leurs lames, ravis de faire montre de leur virilité et de leur force incontestables par la seule présence de ces gros symboles phalliques … Au final, les véritables lames se faisaient plus discrètes, et surtout plus rares.

Ces éléments lui étant revenus en tête, elle se fit plus douce, et voulut rassurer la pauvre petite créature rousse, tant impressionnable et si timide. Tâchant d'adopter un ton gentil et d'afficher un sourire plus sympathique, elle lui dit ceci :

- Ce n'était qu'une plaisanterie … Navrée si elle n'était pas à ton goût.  

Elle s'approcha de nouveau de Kaen. Il n'y avait plus que quelques centimètres maintenant entre les deux jeunes femmes. L'une avait retrouvé son air grave et sérieux, ne s'étant pas laissée détournée bien longtemps par cette tentative de changement de sujet. L'autre rougissait à nouveau de plus belle, ne sachant sans doute plus où se mettre. Les yeux dans les yeux, Sheery pencha légèrement la tête sur le côté. Kaen tenta d'échapper à l'examen de ses yeux clairs, de ses pupilles bleues acérées qui cherchaient la vérité. Mais la traqueuse lui remonta le menton du bout de son doigt, délicatement, mais avec autorité.

- D'ailleurs, ta plaisanterie n'était pas au mien tout à l'heure…


Dernière édition par Sheery Kiyoi le Mer 9 Juil - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaen

avatar

Féminin Messages : 2573
Date d'inscription : 27/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir: La technologie est sous mon emprise......
Statut: Célibataire

MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Mer 9 Juil - 19:13

-Veuillez m'excuser...Je ne voulais pas perturber le cours de vos pensées...Lorsque vous m'avez vue...je venais d'arriver...Pardonnez moi...

La tendre brise laisse s'envoler cet excès de politesse et de bonne éducation tandis que le  doux soleil nie sa responsabilité dans la teinte rouge des joues de la jeune fille aux longs cheveux roux. Il clame haut et fort son innocence comme pour contraster avec la vive timidité de sa soi disant victime.

La pluie d'amabilité et de courtoisie ne peut s'empêcher de tomber sur l'adolescente à la sublime chevelure de nacre. Néanmoins celle ci aimerait se pourvoir d'un parapluie immatériel pour s'en protéger tant elle en est gênée. Joindre les mains pour prier est un fait, les assembler en permanence pour s'excuser et marquer le respect en est un autre. La jeune femme nommée Sheery détaille de la tête aux pieds son interlocutrice qui ne peut s'empêcher de rosir de nouveau devant ce scanner visuel. L'avantage de ce summum de civilité pour la jolie combattante est qu'elle empêche la tendre Kaen de fuir cet délicat examen.  


- Tu viens de l'académie non ?

Par pure habitude, son corps s'incline automatiquement en avant et son visage se colore d'un doux rose. Une fois dissimulés sous ses longues mèches, ses yeux dorés se permettent de légèrement s'écarquiller devant l'interrogation de leur interlocutrice. Son cœur cogne contre sa poitrine dans un rythme empressé et diaboliquement dangereux. Son instinct lui souffle de se méfier, elle est différente d'elle. Néanmoins, si tel est le cas, comment peut-elle être connaître cet endroit qui l'a recueillie, elle la  rousse maudite ?

Sa voix tremblante s'empresse de répondre du mieux que possible à la question posée sans pour autant que son corps ne veuille se relever de suite.


-Je...Je suis originaire de Grèce, Kiyoi Sama...mais pardonnez moi...j'ignore ce que vous mentionnez...

Devant cette révélation, son aînée ne peut s'empêcher de laisser ses sourcils se joindre comme pour marquer son scepticisme. Il est vrai que le peuple grec est surtout composé de personnes à la peau tannée par le chaud climat et les chevelures noires y sont monnaie courantes. Les véritables roux sont déjà extrêmement rares mais dans un pays où la large majorité de la population est brune, ce fait de naissance peut effectivement sembler étrange.  

La nommée Sheery se contente de hocher la tête tandis que le regard couleur de l'or tombe sur la magnifique lame posée à la ceinture de la jeune femme. Taillée finement et avec précision, elle doit être d'une efficacité redoutable. Bien que résolument pacifique,  la douce Kaen avoue avoir un intérêt pour les belles armes blanches. Elle désapprouve l'usage qui peut en être fait mais les artisans les fabriquant sont comme de véritables artistes tant leur travail est net.


-Votre arme est sublime, Kiyoi Sama...Êtes vous une experte du combat ?

Instinctivement, la concernée se jette sur sa garde avant que ses lèvres ne s'entrouvrent en un rictus emplit de mépris et que des mots secs mêlés à de la méchanceté gratuite s'y échappent.  

- Non non, je suis fan de cosplay, ça ne se voit pas ?

Le visage de la pauvre demoiselle à qui s'adresse ces propos s'empourpre violemment et ses doigts fins s'entortillent de gêne sur ses mains. Bloquée dans sa timidité et par son renvoi dans les roses, elle n'ose plus prononcer un seul mot.

Comprenant son embarras et comme pour dessiner un pur contraste avec son discours virulent, elle affiche un sourire se voulant sympathique mais la concernée a beau être fortement naïve, elle n'est pas dupe. Quoi de pire que des lèvres forcées à s'étirer dans un rictus jaune voir hypocrite ?


- Ce n'était qu'une plaisanterie … Navrée si elle n'était pas à ton goût.

La tendre jeune fille aimerait répondre mais le brusque rapprochement de son interlocutrice la coupe dans son élan et les mots restent enfermés dans sa gorge. Un tableau de sérieux et de gravité sur le visage, la combattante effectue de nouveau son scanner visuel sur l'adolescente rousse. Ses joues se colorent de plus belle tandis que ses douces prunelles essayent d'échapper à cet examen pratiqué par une personne que leur instinct leur insuffle ne pas être médecin spécialisé. Des doigts fins effleurent son menton avant de le remonter avec mille et une autorité.

- D'ailleurs, ta plaisanterie n'était pas au mien tout à l'heure…

La froideur de la voix est revenue bien qu'elle tente vainement de se dissimuler dans un ton qui se montre en apparence limite détaché, comme ennuyé par cette amère constatation. La teinte tomate revient se poser sur les joues de la demoiselle excessivement polie mais se sentant pourtant ô combien malmenée alors que son seul souhait était d'être aimable et d'aller s'entraîner dans un coin discret.
Les mots peinent à retrouver sa place sur ses lèvres et lorsqu'ils les franchissent, la timidité un incrédulité candide les accompagnent.


-Je....Je n'ai fait aucune plaisanterie, Kiyoi Sama...Je suis née en Grèce...et j'y ai vécue mes plus jeunes années...avant de déménager successivement à cause...du travail de mon père...Je ne vous mens pas...

Naturelle, elle ne pense pas que  ce dont l'accuse la nommée Sheery ne concerne pas que ses origines mystérieuses. Au moins, ses propos expliquent sa présence dans un pays aussi éloigné que sa contrée natale. En ce qui concerne le reste, ELLE a bien compris que tout doit rester secret, surtout aux yeux des non concernés en quelque sorte.


Hélas, le vent, autrefois son allié, décide de tourner sa veste en faveur de la combattante. Il insuffle un violent coup danser dans le paysage et les longs cheveux roux se soulèvent l'espace d'une seconde. Un temps infime mais juste assez pour que les yeux bleus perçants repèrent la tatouage d'une rose noire dessinée dans la nuque de l'adolescente grecque. SON symbole, celui d'une créature à la fois crainte et adulée et dont la réputation n'est plus à faire.

La plus belle femme de tous les mondes, la fille même du Diable, magicienne noire pourchassée sans succès, sa beauté à la fois divine et démoniaque filant entre tous les doigts.  

Néanmoins ce dessin pourrait également être un tatouage des plus banals. Il faut avouer que les roses sont monnaie courante en terme de dessin, qu'elles soient rouges ou noires, quelle importance ? Elles sont des épines tout pareil et sont sublimes à voir, seule leur teinte diffère.

Lorsque la brise se calme, il est trop tard...


(En espérant que ça ira, je pense que tu sais de qui je parle sinon tu me le dis ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Mer 9 Juil - 20:08

C'est sans surprise que Sheery regarde les lèvres de la petite demoiselle trembler, cherchant à se justifier, y parvenant à peine, hésitantes, laissant échapper une voix en pleine détresse, comme si celle-ci fuyait le brasier qui lui brûle les joues tant elle est mal à l'aise.

-Je....Je n'ai fait aucune plaisanterie, Kiyoi Sama...Je suis née en Grèce...et j'y ai vécue mes plus jeunes années...avant de déménager successivement à cause...du travail de mon père...Je ne vous mens pas...

Sheery sourit. Sans trop savoir pourquoi … Peut être parce qu'elle a de la compassion pour cette pauvre petite créature pétri de timidité, voire de peur ? Ou parce que ça presque quelque chose de comique, cette manière si maladroite de persister dans son mensonge par omission ? A moins que ce ne soit pour paraître moins effrayante et ne pas trop effrayer cette gamine si sensible ? Aucune idée, toujours est-il qu'elle sourit, avec douceur et sérénité.

- Tu sais très bien de quoi je veux parler ...

Le vent se leva, soufflant dans le dos de la traqueuse et sur le visage de la jeune rousse. Bien que Sheery fasse barrière, son corps ne suffit à arrêter la brise légère qui balaie tout sur son passage et se plaît à soulever les longues chevelures comme celles des deux jeunes femmes qui se toisent.

Ainsi les mèches blanches s'en vont caresser la jeune rousse alors que cette dernière voit sa peau mise à nu, ses cheveux étant rejetés au loin. C'est alors que le regard de Sheery quitte les yeux pailletés d'or qui la supplient de laisser en paix leur propriétaire, pour se porter vers ce curieux détail que le vent joueur vient de lui dévoiler.

Un tatouage.

Une rose noire.

L'index de Sheery quitte le menton de la jeune fille, se posant sur la courbe de sa mâchoire pour lui faire doucement pivoter la tête afin de mieux observer le dessin d'encre noir, ancrée sur sa nuque à jamais.

Cela aurait pu être un motif tout à fait banal aux yeux de certains. Un simple tatouage comme un autre.

Mais ce symbole, Sheery ne le connaissait que trop bien. Elle abaissa sa main et recula d'un pas, libérant Kaen d'une présence trop étouffante.

- Tu n'as pas besoin de me mentir tu sais … Je connais cette rose. Je connais ton … "amie" …

Elle marqua une pause, attendant de possibles aveux, mais la jeune fille rousse restait muette, toujours tremblante. Sheery soupira, posant les mains sur ses hanches.

- Désolée si je t'ai effrayée, c'était pas le but … Je ne suis pas ton bourreau. Je suis de ceux qui te protège dans l'ombre … Toi et les autres. Même ton amie, quelque part, je la protège d'une certaine manière tu sais.

Cette "amie" à qui elle faisait référence, Sheery savait parfaitement quelle était sa puissance et son rang. Ses paroles pouvaient sembler étrange, lorsque comme elles deux, on connaissait Devisla. La reine des enfers, avoir besoin de protection ?

Et pourtant … en protégeant le secret de l'académie et en pourchassant les éléments dangereux, Sheery préservait leur secret commun, celui qui liait tous ceux qui se trouvaient à la Magical Academy. Elle protégeait ainsi toute l'académie, ses élèves comme ses professeurs. Qu'ils soient de petits Nekos apeurés, des vampires immortels, des anges déchus, ou des princes et rois d'univers magiques et infernaux.

Revenir en haut Aller en bas
Kaen

avatar

Féminin Messages : 2573
Date d'inscription : 27/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir: La technologie est sous mon emprise......
Statut: Célibataire

MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Mer 9 Juil - 22:51

Le vent est devant le tribunal de la justice naturelle, il plaide non coupable tandis que les autres l'accusent avec véhémence et forces cris de provoquer moult frissons sur la peau délicate de pêche de la jeune fille aux longs cheveux roux ici bas. Ce n'est pas lui qui provoque les tremblements sur les lèvres fines de sa dite victime, plaide son avocat le Soleil. D'ailleurs, il est si brillant dans son exposition que son client est relâché et que l'affaire est close.

Dans la minute qui suit, le feu clame son innocence, les sifflements venimeux résonnant dans la nature, soufflant qu'il est responsable du bûcher s'installant sur les joues de l'adolescente. Une fois encore, le Soleil intervient avec faste et grandeur pour prouver le manque d'implication de l'accusé dans ce fait. Les jurés sont convaincus et acquittent le personnages aux nombreuses flammes.

Plus bas, la gêne et la timidité ont élus domicile sur le visage empourpré de la demoiselle aux yeux d'or. Sa voix accompagne ce scénario catastrophique et ne fait que le rendre plus pathétique encore, la nommée Kaen en est parfaitement consciente mais autant tenter de se raccrocher à une bouée de sauvetage, aussi petite soit-elle.


-Je....Je n'ai fait aucune plaisanterie, Kiyoi Sama...Je suis née en Grèce...et j'y ai vécue mes plus jeunes années...avant de déménager successivement à cause...du travail de mon père...Je ne vous mens pas...

Au moins les étrangetés concernant son physique en contraste avec le peuple grec  sont justifiés. La teinte rousse de ses cheveux est tout simplement un phénomène génétique et si sa peau est de pêche, son manque de bronzage commun aux habitants de la Méditerranée s'explique par ses nombreux déplacements dans l'enfance.

Un doux sourire apparait sur les lèvres fines de la combattante épéiste.  Vraisemblablement une première depuis le début de cette rencontre improbable. Peut être un symptôme de compassion pour la fragile demoiselle dont la timidité ne fait aucun doute sans oublier une possible peur face à sa compagne si sûre d'elle et dont les propos sont si froids. Ou bien est ce le gouffre dans lequel tombe inexorablement la tendre rousse en tentant de dissimuler ses secrets à une experte en la matière. Pire encore, est ce une forme absurde de pitié envers cette jeune fille facilement effrayée et dont la sensibilité suffirait à remplir son âme ?


- Tu sais très bien de quoi je veux parler ...

Son interlocutrice secoue lentement la tête, une expression réellement perdue sur le visage. Quand la jeune femme parlait de plaisanterie, la concernée pensait réellement qu'elle évoquait ses étranges origines et qu'elle avait abandonnée l'autre sujet.

En revanche, le vent pourtant acquitté au cours de son précédent procès bascule soudainement dans la délinquance et accomplit une partie de ce dont ses pairs l'accusaient. La brise valse avec douceur et effleure à peine le dos forgé de résistance de la combattante avant de venir danser sur le visage de la demoiselle rousse. Elle s'immisce dans les chevelures et met à découvert un terrible secret.

Les yeux bleus perçants ne manquent pas de remarquer le tatouage noir gravé dans la nuque de la fragile jeune fille. Le dessin n'attire pas l'attention du commun des mortels tant il est monnaie courante. Nombreuses sont les femmes à demander à posséder des roses dessinées sur la peau à jamais.

Qu'elle soit noire est déjà plus rare mais cette spécificité de fleurs existe bel et bien donc elle n'a rien d'étonnant. Pourtant l'index de la nommée Sheery force sa victime à légèrement pivoter la tête pour mieux révéler le dessin. Après une ou deux secondes, elle relâche la pression, libérant ainsi la timide tatouée.


- Tu n'as pas besoin de me mentir tu sais … Je connais cette rose. Je connais ton … "amie" …

La rougeur revient prendre sa place sur les joues de l'adolescente comme une forme implicite d'aveu. Le silence s'installe entre les deux jeunes filles, la seconde n'osant prononcer un mot, consciente que sa culpabilité ne fait plus aucun doute. Des frissons courent en permanente sur sa peau tandis que ses doigts jouent nerveusement avec les plis de sa robe. Un soupir lui parvient alors que son interlocutrice pose les mains sur ses hanches tout en reprenant la parole.  

- Désolée si je t'ai effrayée, c'était pas le but … Je ne suis pas ton bourreau. Je suis de ceux qui te protège dans l'ombre … Toi et les autres. Même ton amie, quelque part, je la protège d'une certaine manière tu sais.

De ceux qui protègent ? Les prunelles dorées s'écarquillent sous l'effet des points d'interrogation se peignant sur son visage. Ce n'est plus un mensonge par omission mais bien une réelle ignorance sur le sujet. Quant au fait qu'elle connaisse son amie, Kaen ne s'en étonne pas. Tous les humains "initiés" ou présentant des particularités savent qui elle est. La Reine des Enfers possède une réputation à la hauteur de son incroyable beauté. En effet, le fait qu'elle aurait besoin de protection est totalement absurde. Elle a appris à se battre dès son plus jeune âge et son talent ne fait aucun doute.

Alors que la douce jeune fille allait enfin oser prononcer quelques mots, elle est coupée dans son élan par une monstrueuse aura baignant dans l'atmosphère. À quelques mètres de là, une silhouette s'avance d'un pas tranquille avec une élégance et une majesté des plus naturelles.

Ses longs cheveux noirs bleu de nuit tombent avec grâce dans son dos avec un lissage sans défauts. Son visage aux sublimes traits laisse ressortir ses yeux de teinte violacée tandis que ses lèvres si fines et délicates sont sujettes à fantasmes. Combien d'hommes et de femmes ont rêvés de les embrasser ou ne serait que les effleurer ? Néanmoins à la connaissance des humains et créatures dits initiés, seule une personne a pu bénéficier de ce privilège. Sa poitrine ronde et généreuse est tout juste couverte par une robe couleur rouge sang présentant un décolleté affriolant. Ce genre de tenue serait jugé vulgaire chez de très nombreuses femmes mais pas sur sa personne, au contraire elle lui sied à merveille et dessine  avec magnificence les courbes de son corps. Une taille de guêpe valorise ses jambes fines et parfaitement imberbes, phénomène normal pour sa communauté. De légères chaussures à talons noires et de bijoux discrets en argent finissent de compléter la beauté absolue par définition.  Elle est la femme fatale par excellence, la perfection à l'état pur.

Sur son passage, tous se retournent. Les hommes l'admirent, les femmes l'envient ou éprouvent les mêmes ressentis que leurs pairs masculins. Quelques uns osent même se jeter à ses pieds, les yeux éperdus d'amour mais elle se contente de leur sourire mystérieusement ce qui suffit à les faire pâmer d'ivresse sentimentale.


Une fois à quelques légers pas des deux jeunes filles, elles entrouvre ses lèvres délicates tandis que des mots s'en échappent dans une diction parfaitement maîtrisée.

-Merci d'avoir tenté de te dissimuler Kaen mais c'est inutile...Mademoiselle Sheery Kiyoi ici présente est ce que l'Académie nomme une Traqueuse...Ren m'en a parlé...ils protègent effectivement les élèves...et mon symbole n'aurait jamais échappé à ses yeux experts...


Sa voix est tout aussi délicieuse que le reste de sa personne. Pourtant, la combattante aguerrie le sait bien. Derrière cette beauté à la fois divine et démoniaque se cache une redoutable guerrière, spécialiste en arts martiaux et en magie noire. Héritière de son père le Diable, elle est officiellement la Reine des Enfers même si elle n'y habite plus depuis des années, d'où les recherches actives portées à son nom. Elle échappe à toutes les poursuites et mêmes les hommes que son géniteur emploie n'arrivent ne serait ce que l'effleurer.  Ses pupilles violettes se posent lentement sur la demoiselle à la chevelure nacrée et lui adresse un sourire à  la fois ironique et malveillant.

-D'ailleurs...je ne crois pas t'avoir vu à aucun de mes cours, jeune épéiste...Tu n'as que 20 ans me semble t-il... À moins que tu ne profites des heures de classe pour développer ton talent...

Ses prunelles d'un violet profond se plongent dans la contemplation de la combattante qui subit à son tour un scanner visuel de sa personne. Le regard expert de la sublime femme ne ment pas, elle repère en un rien de temps toutes les forces et les faiblesses physiques de la demoiselle. Il est certain que ses bras sont vigoureux et puissants mais l'arrière de ses genoux est une partie malléable à souhait.

La souveraine des Enfers est de retour...


(Pardon de la longueur un peu différente, j'avoue avoir eu un petit délire au début avec les tribunaux de la nature et la description de Devisla est toujours un peu longue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Dim 20 Juil - 15:50

Sheery fronça les sourcils lorsqu'elle vit au loin l'aura et les lueurs d'une apparition jaillir de nulle part. Malgré l'heure matinal, cela n'avait rien de bien prudent que d'apparaître à cet endroit  prisé des simples humains. Dans la lumière blanche se découpa une silhouette féminine et plantureuse. La lumière se dissipant, la Traqueuse eut tout à loisir de reconnaître la dame des enfers. Il n'y avait pas deux être sur Terre susceptible de lui ressembler, et c'était une bonne chose quand on connaissait le personnage.

La femme démoniaque s'approcha d'un pas élégant et gracieux des deux demoiselles, l'une l'observant béatement, admirative et impressionnée, l'autre restant de marbre tout en croisant fermement ses bras sous sa poitrine.

-Merci d'avoir tenté de te dissimuler Kaen mais c'est inutile...Mademoiselle Sheery Kiyoi ici présente est ce que l'Académie nomme une Traqueuse...Ren m'en a parlé...ils protègent effectivement les élèves...et mon symbole n'aurait jamais échappé à ses yeux experts...

Sa voix était chaude, sirupeuse, séductrice, à l'image du reste de sa personne. Mais même les flammes de l'Enfer ne venaient pas à bout de la froideur de la Traqueuse.   Même si elle venait de recevoir une sorte de compliment, cela ne lui plaisait pas des masses d'être confrontée à la trop connue Devisla.

Ce désagrément se manifesta en un froncement de sourcils lorsque les regards des deux jeunes femmes se croisèrent. Sheery n'aimait pas ces yeux violets qui la fixaient ainsi, comme s'ils sondaient son âme et tentaient de la capturer pour la manipuler.  

-D'ailleurs...je ne crois pas t'avoir vu à aucun de mes cours, jeune épéiste...Tu n'as que 19 ans me semble t-il... À moins que tu ne profites des heures de classe pour développer ton talent...

Sheery haussa les épaules, agacée. Ren lui avait-il vraiment parlé des Traqueurs ou avait-il seulement évoqué leur existence ? La seconde hypothèse semblait la plus probable… Si elle avait eut une réelle connaissance des obligations d'un Traqueur, la prof démoniaque aurait su que Sheery avait déjà de quoi s'occuper sans se soucier des cours. Elle prit tout de même la peine d'énoncer cette évidence.

- Au risque de vous décevoir, je ne suis pas une élève qui exerce un job d'été … Je suis Traqueuse à temps plein, et ne suis plus les cours depuis que Ren m'a accordé le droit de rejoindre les rangs des Traqueurs. Peut-être a-t-il omis de vous expliquer que ce métier, car c'en est un, n'est pas compatible avec un emploi du temps d'étudiant…

Sheery dirigea son regard de nouveau vers Kaen … Elle eut la vision d'une petite servante à la botte de sa grande princesse de maîtresse.

- Tu devrais te tenir un peu plus au courant de ce qui se passe à l'académie, cela t'éviterait des déconvenues.

Celle de l'interrogatoire un peu poussé par exemple. Car oui, Sheery Kiyoi était un nom connu et réputé au sein de l'académie, comme ceux de ses comparses et collègues. Le rang de Traqueur conférait de lourdes responsabilités et un travail harassant, mais également prestige et notoriété. Il fallait vraiment vivre à l'écart du monde de l'académie, sans y prendre part, pour ne pas connaître ne serait-ce que les patronymes de ce groupe d'élite.

Sheery contourna la jeune fille aux cheveux de feu pour s'approcher de celle à la chevelure de ténèbres.

- Quant à vous … puis-je savoir pourquoi vous êtes apparue avec tant de discrétion et de retenue ? Je ne doute pas que si un témoin gênant vous aurait remarqué, vous l'auriez soulagé de quelques souvenirs… Mais vous connaissez tout aussi bien que moi l'opinion de notre directeur sur ces pratiques …
Revenir en haut Aller en bas
Kaen

avatar

Féminin Messages : 2573
Date d'inscription : 27/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir: La technologie est sous mon emprise......
Statut: Célibataire

MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Dim 20 Juil - 17:38

Une aura mêlant douceur et puissance monstrueuse baigne dans l'atmosphère tandis que le paysage se découpe l'espace d'un instant, aveuglé par une vive lueur. Lorsque l'éclat se dissipe après à peine une seconde d'existence, une infinie ivresse s'empare de la nature à la faire se pâmer d'émoi.

Devisla, fille du Diable, héritière de son père et Reine du Royaume des Enfers, est considérée comme la plus belle femme de tous les mondes. Sa beauté à la fois divine et démoniaque est reconnue de tous et n'a d'égale que sa puissance et son indéniable talent de combattant.

La souveraine infernale s'avance vers les deux jeunes filles, ses pieds délicats effleurant à peine le sol dans une marche gracieuse et majestueuse. Nul besoin de porter de couronne ou autres insignes royaux, l'aura du pouvoir ne trompe jamais. La nommée Kaen incline légèrement la tête devant elle, ses joues rosies devant tant de prestance. Seulement âgée de dix sept étés, l'adolescente éprouve de l'admiration pour cette magnifique femme lui ayant sauvée la vie et accorder sa protection.


-Merci d'avoir tenté de te dissimuler Kaen mais c'est inutile...Mademoiselle Sheery Kiyoi ici présente est ce que l'Académie nomme une Traqueuse...Ren m'en a parlé...ils protègent effectivement les élèves...et mon symbole n'aurait jamais échappé à ses yeux experts...

Sa voix est tout aussi belle que ne l'est sa personne. Elle même sensualité, douceur, mystère et ironie à la fois dans une subtilité parfaite. Son regard violet examine attentivement la jeune fille guerrière et en un instant elle cerne l'identité du personnage. Froide et si emplit d'assurance que même le plus bouillant des volcans ne pourrait la toucher.

Les pupilles d'améthyste se posent lentement sur l'épéiste et tout comme elle l'a fait subir à la demoiselle rousse, elle vit l'angoissante inspection visuelle. Magicienne aguerrie, la fille du Malin a la réputation de lire dans l'âme de ses victimes comme dans un livre ouvert mais ce que très peu de personnes savent, c'est que ce sont en réalité ses années d'entraînement aux arts martiaux qui lui ont permis d'acquérir cette faculté de repérer en un instant les forces et faiblesses de ses adversaires.


-D'ailleurs...je ne crois pas t'avoir vu à aucun de mes cours, jeune épéiste...Tu n'as que 19 ans me semble t-il... À moins que tu ne profites des heures de classe pour développer ton talent...


Comme première réaction, la dite Traqueuse se contente de hausser les épaules, une expression d'agacement sur le visage ce qui a pour effet de déclencher un rictus des plus mystérieux sur le visage de l'enfant de Satan. Elle écoute sa réponse sans se formaliser de sa tonalité sèche et froide.


- Au risque de vous décevoir, je ne suis pas une élève qui exerce un job d'été … Je suis Traqueuse à temps plein, et ne suis plus les cours depuis que Ren m'a accordé le droit de rejoindre les rangs des Traqueurs. Peut-être a-t-il omis de vous expliquer que ce métier, car c'en est un, n'est pas compatible avec un emploi du temps d'étudiant…


Le sourire de la reine démoniaque s'élargit de plus belle avant que la nommée Sheery ne prête de nouveau son attention sur l'adolescente aux yeux dorés pour lui adresser des propos aussi froids que les précédents.

- Tu devrais te tenir un peu plus au courant de ce qui se passe à l'académie, cela t'éviterait des déconvenues.

Le regard mauve se pose sur la combattante à l'épée tandis qu'un formidable éclat de rire à la fois enjôleur et malveillant s'échappe de ses lèvres délicates. Il est vrai que les Traqueurs sont des êtres exceptionnels au sein de l'Académie et que leur notoriété, tout comme celle de la reine des Enfers, n'est plus à refaire.


-Je connais très bien le rôle des Traqueurs, merci de t'en soucier, Sheery Kiyoi...Je constate surtout que tu connais par cœur ton petit discours...et que tu es très fière de ta responsabilité, ce que je comprends...Quant à Kaen ici présente...elle est arrivée à l'Académie depuis deux semaines...il a été convenue qu'elle s'inscrirait en cours à la prochaine rentrée...elle est donc en "repos"...et ne passe jamais ses journées là bas...elle en profite pour exercer ses deux grandes passions : la danse et l'aide humanitaire...


La concernée ne peut s'empêcher de rosir devant ses révélations et s'incline devant la Traqueuse comme pour tenter de s'excuser de son ignorance et de sa maladresse. Au moins son manque de connaissance sur les célébrités de l'Académie s'explique par son arrivée toute récente et par le fait qu'elle est constamment dehors en attendant la prochaine rentrée. La combattante ne peut douter des paroles de son interlocutrice. L'héritière de Lucifer sait parfaitement ce que sont les Traqueurs, elle cherchait juste à tester les réactions de la demoiselle ainsi que son mordant à répondre. D'ailleurs, cette dernière s'adresse de nouveau à la gouvernante infernale.

- Quant à vous … puis-je savoir pourquoi vous êtes apparue avec tant de discrétion et de retenue ? Je ne doute pas que si un témoin gênant vous aurait remarqué, vous l'auriez soulagé de quelques souvenirs… Mais vous connaissez tout aussi bien que moi l'opinion de notre directeur sur ces pratiques …

Le mystérieux rictus se peint encore une fois sur le visage de la jeune femme à la beauté fatale. Son regard prune se plante dans celui de l'interrogatrice ironique et froide.

-Ne t'inquiètes donc pas pour ce genre de tour, jeune guerrière...Le directeur et moi même avons nos accords...et crois tu que je serais apparue sans prendre le soin de dresser un sort d'invisibilité autour de cette lueur dont les seules à l'avoir perçue sont Kaen et toi même, uniquement parce que je l'ai voulu ainsi ?


Les prunelles lilas de l'héritière des Enfers se posent ensuite sur la demoiselle à la chevelure enflammée, l'incluant dans son champ visuel avec la Traqueuse professionnelle afin de pouvoir leur adresser quelques mots.

-Bien...j'ai été ravie de te rencontrer, Sheery Kiyoi...n'en veux pas trop à Kaen, elle n'a pas demandé à ce que je vienne...j'ai juste senti son aura en pleine panique après ton interrogatoire...Ka-chan, j'ai une tonne d'erreurs pondus par mes élèves à corriger...et j'ai cours d'ici dix minutes...alors si tu vois Sisi dans le coin, ramène là à l'Académie pas trop tard...

La souveraine des démons tourne les talons avec élégance et s'éloigne vers le soleil encore levant. Sa démarche féline et son extraordinaire beauté ne tardent pas à être révélées aux yeux des hommes dont l'âme s'emplit de fascination et de désir pour la jeune femme.

Une fois disparue au loin, les jambes fines de la nommée Kaen ne tiennent plus et se dérobent sous le poids de la culpabilité. Un éclat d'eau brille au coin de ses yeux d'or et les mots se libèrent avec mille et une difficultés de sa gorge bloquée par l'émotion et l'oppressante sensation d'être une criminelle.


-Je...Je suis désolée...je n'ai pas voulu...Sans elle...je ne serais pas entrée à l'Académie...Je vivais seule...dans la rue...livrée à moi même...un soir...un groupe d'homme...m'a entraînée dans une ruelle...Je...je crains trop...mes...mes dons...pour m'en servir...sans risquer de tuer quelqu'un...ils avaient...commencés à...me...déshabiller....quand...Devisla-sama est arrivée...elle m'a sauvé la vie...elle m'a ouvert les portes de l'Académie...pour l'orpheline que je suis, c'était inespéré...elle m'a mise sous sa protection...d'où le tatouage...en échange...je m'occupe de la nommée...Sisi...quand Devisla-sama est en cours...


Inutile de nier la vérité désormais. La combattante connait tout de cette école où les deux jeunes filles ont été recueillies. Après la venue de la Reine infernale, la demoiselle rousse s'est sentie obligée de lui raconter pourquoi elle lui voue tant de respect alors qu'elle est crainte et vénérée à la fois bien au delà de son monde natal. Si ce soir là, elle n'était pas intervenue, nul doute que l'adolescente aurait été violée voir même assassinée.

Quant à l'évoquée Sisi, Kaen ignore si son interlocutrice sait qui elle est. En tant que Traqueuse, sans doute connait-elle beaucoup de noms d'étudiants de l'Académie. Une enfant ne prononçant jamais un seul mot est déjà largement singulier même au sein de cet endroit invisible aux yeux des non initiés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Mar 29 Juil - 19:58

-Ne t'inquiètes donc pas pour ce genre de tour, jeune guerrière...Le directeur et moi même avons nos accords...et crois tu que je serais apparue sans prendre le soin de dresser un sort d'invisibilité autour de cette lueur dont les seules à l'avoir perçue sont Kaen et toi même, uniquement parce que je l'ai voulu ainsi ?

Sheery se sentit piquée au vif … Ses joues si pâles rosirent à peine, mais sous la peau cuisait la honte de l'orgueil blessé … Que n'y avait-elle songé ? La guerrière contînt malgré tout de même sa réaction, respirant lentement et priant pour que son sang cesse de colorer ses pâles pommettes. Heureusement la royale démone ne la regardait plus, portant son attention sur la rousse au premier plan.

-Bien...j'ai été ravie de te rencontrer, Sheery Kiyoi...n'en veux pas trop à Kaen, elle n'a pas demandé à ce que je vienne...j'ai juste senti son aura en pleine panique après ton interrogatoire...Ka-chan, j'ai une tonne d'erreurs pondus par mes élèves à corriger...et j'ai cours d'ici dix minutes...alors si tu vois Sisi dans le coin, ramène là à l'Académie pas trop tard...

Sur ces mots, elle s'en alla comme elle était venue, se retirant d'un pas gracieux et s'évanouissant dans un effet pyrotechnique terriblement classe et pompeux.

*Pétasse… Mais que ?*

Les pensées de Sheery furent ainsi coupées par l'effondrement de Kaen dont les jambes ne la portaient plus … Instinctivement, la Traqueuse se jeta en avant, bras tendus, prévenant la chute de la fragile demoiselle … qu'est-ce que … Elle pleurait ?! L'épéiste la dévisagea, interloquée ...

-Je...Je suis désolée...je n'ai pas voulu...Sans elle...je ne serais pas entrée à l'Académie...Je vivais seule...dans la rue...livrée à moi même...un soir...un groupe d'homme...m'a entraînée dans une ruelle...Je...je crains trop...mes...mes dons...pour m'en servir...sans risquer de tuer quelqu'un...ils avaient...commencés à ...me…déshabiller….quand…Devisla-sama est arrivée...elle m'a sauvé la vie...elle m'a ouvert les portes de l'Académie...pour l'orpheline que je suis, c'était inespéré...elle m'a mise sous sa protection...d'où le tatouage...en échange...je m'occupe de la nommée...Sisi...quand Devisla-sama est en cours...

Sheery retira ses mains et se recula d'un pas … Considérant la petite Kaen du haut de ses un mètre soixante sept … Clairement méprisante. Elle tourna autour de la donzelle qui suffoquait et pleurait, puis mit un genou à terre une fois en face d'elle.

- … Arrête de chialer, tu m'énerves.

Bien sûr ce genre d'injonction n'eu nullement l'effet désiré, bien au contraire. Agacée, Sheery serra le point avant de sortir brutalement un mouchoir qu'elle appliqua sur le visage larmoyant de la rousse jeune fille, séchant maladroitement ses larmes et la forçant à se moucher.

- Reprend toi enfin … Tu te laisses souvent aller comme ça en public ? Un peu de tenue j'te prie…

La guerrière abandonna son mouchoir, posa son avant bras sur son genou levé, le bras gauche posé sur sa taille … Comment cette fille pouvait-elle laisser ses émotions déborder ainsi ?

Mais tout en se posant cette question, Sheery se sentait … jalouse … Au fond d'elle-même, elle entendait la petite voix enfantine …

*Laisse moi pleurer, s'il te plaît, laisse moi … je n'en peux plus de retenir ses larmes … Toi et moi y pensons sans cesse à ce jour terrible, à papa, à maman, le massacre … Mais tu restes sourde à tes propres pensées et moi je dois garder mes pleurs … Je m'y noie … On ne tiendra pas, tu le sais, il faut que ça sorte, toute cette peine, ces regrets, cette douleur … Pourquoi tu me laisses pas ? Regarde la, elle y arrive elle … Tu pourrais toi aussi … Je t'en prie, c'est trop pour nous, on ne peut pas garder tout cela pour nous, c'est trop lourd à porter, ça nous étouffe, nous dévore, nous détruit … LAISSE MOI PLEURER*

Sheery baissa la tête, fermant les yeux l'espace d'une seconde. Une seconde nécessaire, mais également suffisante pour réprimer cette voix d'enfant et la condamner de nouveau, dieu seul sait pour combien de temps encore. Puis elle redressa la tête, fixant Kaen avec incompréhension, et même, presque imperceptible, une pointe d'envie.

- Comment tu fais pour étaler ta vie ainsi sans même me connaître ? Comment peux-tu un seul instant imaginer que tu peux me parler d'un élément aussi intime de ta vie ? Je ne comprend pas ...
Revenir en haut Aller en bas
Kaen

avatar

Féminin Messages : 2573
Date d'inscription : 27/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir: La technologie est sous mon emprise......
Statut: Célibataire

MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Mar 29 Juil - 22:23

Le poids des émotions est parfois bien trop lourd à porter et s'en vient courir sournoisement dans les jambes de la demoiselle rousse. Elles vacillent l'espace d'un instant avant de s'effondrer sans plus de manières, des tremblements agitant les nerfs avec un sadisme impitoyable.

Participant joyeusement à cette torture mentale, le cerveau envoie un ordre aux yeux dorés. Pleurez ! Pleurez ! Pleurez !  Il leur hurle ses demandes et dans la seconde, les larmes se dessinent au coin du regard couleur de l'or le plus pur.

Elles coulent en cascade sur ses joues de pêche. Dominée par son instinct, la jeune fille  à la chevelure de neige réagit vivement en tendant ses bras pour mieux rattraper la fragile adolescente violemment aspirée par les vertiges et les sanglots.  Les pupilles claires s'écarquillent sous l''étonnement devant le débit de mots entrecoupés de le son des larmes étouffantes.


-Je...Je suis désolée...je n'ai pas voulu...Sans elle...je ne serais pas entrée à l'Académie...Je vivais seule...dans la rue...livrée à moi même...un soir...un groupe d'homme...m'a entraînée dans une ruelle...Je...je crains trop...mes...mes dons...pour m'en servir...sans risquer de tuer quelqu'un...ils avaient...commencés à ...me…déshabiller….quand…Devisla-sama est arrivée...elle m'a sauvé la vie...elle m'a ouvert les portes de l'Académie...pour l'orpheline que je suis, c'était inespéré...elle m'a mise sous sa protection...d'où le tatouage...en échange...je m'occupe de la nommée...Sisi...quand Devisla-sama est en cours...

Devant ces explications, la fière combattante retire son aide avant de reculer d'un pas sous l'effet du haut mépris se noyant dans son sang avant de venir se loger dans son regard. Bien que plus grande qu'elle en taille, la jeune Kaen demeure en position de domination et tous bruits se bloquent dans sa gorge lorsque la Traqueuse se place face à elle, un genou au sol et les propos durs et secs résonnent dans une impression de méchanceté gratuite.


- … Arrête de chialer, tu m'énerves.

Le souffle coupé et la respiration étouffée par la puissance de ses sanglots, l'adolescente rousse n'a pas le temps de répliquer. Son cœur s'emballe de plus belle dans un rythme dangereux et sa mémoire, bourreau de son âme, lui envoie violemment les souvenirs douloureux.

Les insultes, le mépris, les crachats, les cris d'horreur et de rage, les coups...


L'histoire se répète bien malgré elle, son esprit lui murmurant avec perfidie que son interlocutrice est pareille à ses anciens tortionnaires. Elle n'a aucune pitié pour elle...elle finira par l'abandonner, elle aussi non sans lui avoir donné toute la correction qu'elle mérite avant...

Incapable de contrôler son corps, également investigateur de ses souffrances mentales, elle ne peut contenir ses larmes mais malgré son regard perçant, la nommée Sheery omet de s'apercevoir que ce ne sont plus des sanglots de tristesse ou de honte. Non...longtemps enfermées dans son être, la haine et la rage viennent de ressurgir au galop. Au comble de l'humiliation, ses mouvements se bloquent pour laisser la guerrière la forcer à se moucher et à essuyer ses pleurs avec l'aide d'un mouchoir.

- Reprend toi enfin … Tu te laisses souvent aller comme ça en public ? Un peu de tenue j'te prie…

Un peu de tenue !? Un éclat de rancune traverse brièvement les iris dorées de la demoiselle. La dernière fois qu'elle a entendu cette maudite phrase, elle était allongée sur le sol, ses bras tentant de parer maladroitement les coups que lui infligeaient des adolescents. Agacés par sa résistance, ils lui ont demandés de se tenir tranquille bien qu'ils soient en train de le frapper sous le regard indifférent des passants, certains s'arrêtant même pour jouir du spectacle de l'enfant maudite blessé et parfaitement insensibles à ses hurlement de souffrance. Si quelqu'un était venu, alors rien ne serait arrivé et elle ne serait pas orpheline...

- Comment tu fais pour étaler ta vie ainsi sans même me connaître ? Comment peux-tu un seul instant imaginer que tu peux me parler d'un élément aussi intime de ta vie ? Je ne comprend pas ...


Les poings de la jeune fille à la chevelure de feu se referment lentement et une lueur de détermination s'allument avec violence dans ses yeux, pourtant si doux à l'ordinaire. Avec toute la volonté du monde, elle se relève brusquement, il semblerait que les flammes de ses cheveux viennent danser dans ses pupilles. Sans se presser, elle les pose sur la combattante et cette dernière peut sentir sa nuque se raidir l'espace d'une seconde. Personne n'a jamais vu un regard aussi flamboyant chez la tendre Kaen.

-Et vous, Kiyoi-Sama...Comment faites vous pour être aussi froide...tout en espérant gagner le respect de tous ? Oh bien sûr, vous êtes respectée...mais la considération n'est pas toujours derrière...Le mépris est une émotion subjective...et n'aide pas à l'estime de soi contrairement aux croyances...et les victimes n'ont plus envie...d'aimer leurs bourreaux...Je n'ai jamais cherché à vous faire du mal...et vous m'avez interrogé sans cesse...puisant dans mes défenses...et déclenchant l'arrivée de celle qui m'a sauvé la vie sans que je le veuille...Pourquoi je vous ai parlé ? Oh peut être parce que cette histoire me perce le cœur comme tant d'autres ? Et qu'au bout d'un moment, quelque chose craque malgré tous les boucliers érigés...Il en est de même pour vous, Kiyoi Sama...vous pouvez affichez tous les masques que vous voudrez...un jour, toute votre protection tombera...


Les mots aussi durs que ceux de la Traqueuse tombent les uns derrière les autres dans une forme de rébellion inattendue. La façon d'agir de l'épéiste a fait remonté bien trop de faits douloureux à la surface et le mur que son interlocutrice avait dressé devant elle s'est effondré. Elle pousse un léger soupir tandis que les flammes de ses pupilles s'éteignent petit à petit avant qu'ils ne reviennent sur Sheery avec une infinie tristesse.

-A vous entendre...j'aurais juré..que vous m'enviez...de savoir déverser mes émotions...et de me raconter...facilement si j'en crois vos dires...J'ai juste craqué...et il est plus facile de se confier...à un inconnu...qu'à un ami...Je n'ai rien raconté de très intime...seulement ma rencontre avec Devisla-sama...Tout à l'heure, elle a dit que je fais de la danse et de l'humanitaire...j'aime aider les gens, leur apporter le sourire...j'ai provoqué moi même assez de catastrophes...alors est ce une façon de me racheter...sans doute...mais j'en suis devenue passionnée...Quant à la danse...elle permet de me libérer...de m'exprimer en silence...et d'évacuer les émotions...même si je savais qu'un jour ou l'autre...j'allais craquer...et c'est arrivé...Je sais que vous vouliez m'aider...à votre manière...seulement...mes tortionnaires pensaient pareil...


Un tsunami de tristesse se déverse dans les yeux dorés sans qu'ils ne servent pour autant de quelconques larmes. Ses joues ont séchées, les sanglots sont bloqués, arrêtés par la formidable nouvelle volonté de leur propriétaire. Un sourire à la fois tendre et nostalgique se peint sur les lèvres rosées de la rousse et les mots courent une nouvelle fois dans l'atmosphère.

-Vous savez...j'ignore ce qui vous est arrivé...mais...ce n'est pas une honte...ou une faiblesse que de pleurer...ou de soulager sa conscience en déballant un secret sur soi ou des sentiments...au contraire...je me sens mieux...je ne pouvais pas dire que Devisla-sama me connaissait...au moins maintenant...je suis soulagée...vous devriez essayer...croyez moi, ça vous soulagerait...Excusez moi une seconde...j'ai besoin d'évacuer tout mon stress...


Sans perdre un instant, la jeune fille avance de quelques pas avant de se placer non loin de la combattante. Ses jambes la portent et ses bras effectuent des mouvements gracieux sans que son esprit n'ait besoin de musique pour se laisser aspirer par la danse.

En regardant la danseuse, peut être que la nommée Sheery peut penser que son interlocutrice a raison sur un point. La danse est reconnue comme un art capable d'exprimer des émotions sans avoir à maitriser les beaux discours, seul le corps parle et raconte une histoire sans aucune grammaire et autres règles si ce n'est celle de la passion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   Ven 22 Aoû - 23:51

Les paroles de l'épéiste semblèrent avoir un effet pour le moins positif sur la jeune fille rousse. Oui, positif, parfaitement. D'aucun se serait inquiété de cette simili rebellion en parfait contraste avec le comportement qui avait été observé jusqu'ici. Mais Sheery, elle, se réjouissait de ces poings serrés et de ce regard flamboyant. Elle y voyait enfin une réaction qu'elle pouvait comprendre, qu'elle considérait comme logique. C'est donc avec un sourire satisfait, quoique discret, qu'elle accueillit la tirade de Sentaï de la rousse demoiselle.

-Et vous, Kiyoi-Sama...Comment faites vous pour être aussi froide...tout en espérant gagner le respect de tous ? Oh bien sûr, vous êtes respectée...mais la considération n'est pas toujours derrière...Le mépris est une émotion subjective...et n'aide pas à l'estime de soi contrairement aux croyances...et les victimes n'ont plus envie...d'aimer leurs bourreaux...Je n'ai jamais cherché à vous faire du mal...et vous m'avez interrogé sans cesse...puisant dans mes défenses...et déclenchant l'arrivée de celle qui m'a sauvé la vie sans que je le veuille...Pourquoi je vous ai parlé ? Oh peut être parce que cette histoire me perce le cœur comme tant d'autres ? Et qu'au bout d'un moment, quelque chose craque malgré tous les boucliers érigés...Il en est de même pour vous, Kiyoi Sama...vous pouvez affichez tous les masques que vous voudrez...un jour, toute votre protection tombera...

Une pause laissa passer un petit soupir. Il fallait bien reprendre sa respiration après avoir sorti tout ça… pour rien à vrai dire. Car c'était d'une oreille bien distraite que Sheery avait écouté les propos de Kaen. En effet, elle avait la fâcheuse tendance à décrocher lorsque les discours se faisaient trop longs, surtout lorsqu'ils étaient aussi ampoulés que celui-ci. Elle qui s'était réjouit d'une réaction qu'elle jugeait normale et rassurante, la voici frustrée par ce monologue rhétorique quasi irréel. Décidément, elles n'étaient vraiment pas du même monde… Le lien semblait impossible à nouer. Sheery ne pouvait tout simplement pas la comprendre.

Qu'est-ce tu me chantes comme conte avec tes délires de boucliers et de masques ? De protection qui tombe comme un rideau tomberait derrière toi lorsque tu finira ta réplique au combien théâtral ? Laisse moi à la réalité mistinguette, toi et moi on vogue pas sur la même vague… Pff, c'est ça, continue ton baratin...

Alors que Kaen poursuivait pathétiquement, avec une voix dont l'assurance naissante se fendillait en une longue pleurnicherie, Sheery détourna le regard, se redressant, la main posée sur la hanche, le regard perdu dans le vide.

-A vous entendre...j'aurais juré..que vous m'enviez...de savoir déverser mes émotions...et de me raconter...facilement si j'en crois vos dires...J'ai juste craqué...et il est plus facile de se confier...à un inconnu...qu'à un ami...Je n'ai rien raconté de très intime...seulement ma rencontre avec Devisla-sama...Tout à l'heure, elle a dit que je fais de la danse et de l'humanitaire...j'aime aider les gens, leur apporter le sourire...j'ai provoqué moi même assez de catastrophes...alors est ce une façon de me racheter...sans doute...mais j'en suis devenue passionnée...Quant à la danse...elle permet de me libérer...de m'exprimer en silence...et d'évacuer les émotions...même si je savais qu'un jour ou l'autre...j'allais craquer...et c'est arrivé...Je sais que vous vouliez m'aider...à votre manière...seulement...mes tortionnaires pensaient pareil...

Sheery tourna la tête vers la jeune fille, la considérant de haut (pour changer), haussant un sourcil. Euh … Elle poursuivait son journal intime oral ? Les remarques, plus sèches que brutales, mais quand même peu délicates, de l'épéiste, elle persévérait ? Notre Traqueuse secoua doucement la tête, soupirant… Décidément il n'y avait rien à tiré de cette pauvre fille … Elle garda pourtant le silence, peu désireuse de se coltiner une nouvelle logorrhée larmoyante.

-Vous savez...j'ignore ce qui vous est arrivé...mais...ce n'est pas une honte...ou une faiblesse que de pleurer...ou de soulager sa conscience en déballant un secret sur soi ou des sentiments...au contraire...je me sens mieux...je ne pouvais pas dire que Devisla-sama me connaissait...au moins maintenant...je suis soulagée...vous devriez essayer...croyez moi, ça vous soulagerait...Excusez moi une seconde...j'ai besoin d'évacuer tout mon stress...

Et sur ce, Kaen se leva, se plaça sous les yeux blasés de l'épéiste avant de commencer à bouger, avec lenteur, grâce même. On ne pouvait pas lui retirer cela, elle se mouvait relativement bien dans l'espace, c'était … moui, beau. Mais le discours qui avait précédé cette danse improvisée laissait un arrière goût d'agacement et de désintérêt tel que Sheery était incapable de goûter à sa véritable valeur ce qui se déroulait sous ses yeux.

Elle tourna le dos, ne prêtant pas d'avantage d'attention aux mouvements et gestes qu'effectuaient Kaen.

- Bon, je ne vais pas m'éterniser d'avantage en ta compagnie… Je ne te comprend décidément pas, et réflexion faite, je ne tiens pas à essayer…

Elle lui jeta un dernier regard purement dédaigneux par dessus l'épaule.

- … Quand même.

Elle fonça droit sur Kaen, l'interrompant dans sa danse du bonheur en se plantant à quelques millimètres d'elle. Elle ne lui saisit pas le menton, ni les poignets. Elle se contenta de se tenir droite comme un I, mains sur les hanches, le regard sévère, juste devant elle.

- Que tu préfères les inconnus aux amis en terme de confidence, ce qui franchement me dépasse, ne t'avise pas de me juger … Si y a bien une chose qui n'est pas une connerie dans ton blabla, c'est bien celle-là : tu sais pas ce que j'ai vécu. Et tu ne le saura jamais, car ce ne sont pas tes oignons. J'vais toutefois te donner un dernier conseil avant que nos chemins se séparent pour de bon … Avoir de la retenue, c'est peut être trop te demander, mais ne te mêle pas de ce qui ne te regarde pas, ça devrait t'éviter pas mal de désagréments…

Sur ces mots, Sheery tourna les talons, et s'en alla, sans un regard pour la rouquine.

Pourtant tant de dureté et de sécheresse dans ses mots ? Pourquoi pareil mépris et dédain ? Si ce n'est là tout ce que vous voyez, mes pauvres amis, je crains que vous ne soyez pas à même de comprendre toute la complexité de cette triste damoiselle …

Car si vous regardez au delà de la froideur de cette femme blanche et sévère, vous verrez dans ses mots un conseil sincère, témoignant d'une drôle mais réelle inquiétude.

Non, vous ne lui pardonnez pas ce comportement glacial et hautain injustifiable ? Il ne l'est guère … il ne traduit que la colère de l'incompréhension, et au fond, une jalousie … Certes, cette rousse fillette n'avait pas l'air d'apprécier ses excédents d'émotivité, leur ingérence lui occasionnant quelques embarras. Mais pour Sheery qui souffrait chaque jour un peu plus de tout garder enfoui et s'isoler toujours d'avantage… c'était comme exhiber un pouvoir merveilleux qu'elle ne pourrait jamais acquérir… un luxe qu'elle ne pourrait jamais se permettre.

Quelle autre comportement alors adopter, si ce n'est cette attitude tristement supérieure ? que faire d'autre à part fuir ce spectacle insupportable ? Ne cherchez pas la réponse.

Rien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour aux sources (pv Kaen)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour aux sources (pv Kaen)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FB 1623] Retour aux sources du savoir
» Retour aux sources ou comme s'éclypser en toute discrétion ?
» Nathou et Syb,retour aux sources{Choupinet'
» Petit retour aux sources [Terminé]
» Retour aux Sources et aux Champs [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone hors rpg :: Topics terminés-
Sauter vers: