Partagez | 
 

 Larmes de diamant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin Messages : 15473
Points : 18944
Date d'inscription : 25/09/2009

Feuille de personnage
Pouvoir: Manipulation du sucre et autres vitamines. Communion totale avec la nature
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Syria
MessageSujet: Larmes de diamant    Jeu 2 Jan - 14:45



Syria


Source inconnue.
Nom : Elle n'en possède pas.
Prénom :  Syria
Âge :  En temps humain, entre douze et quatorze
ans.
Sexe :  Aux dernières nouvelles, il s'agit d'une
jeune fille.
Orientation :  Elle a peur des hommes et a tendance à craindre les relations avec les autres alors la question restera en suspens. Sans compter qu'à son âge, ce genre de "préoccupations" ne fait pas partie de ses priorités surtout en tenant compte de son passé.
Groupe :  Elle est l'une des créatures du Paradis, autrement nommé un ange.
Alignement :  Loyal Bon
Pouvoir : La petite fille possède le don de contrôler le sucre et autres vitamines sous toutes leurs formes. Elle peut produire je ne sais combien de friandises à la demande,  et influencer leurs formes, poids et taille. Par la manipulation du sucre je sous-entend également celui que chaque être humain possède en son sang. Tout ce qui est à base de sucre est sous son contrôle. Paradoxalement la petite fille n'est pas du tout gourmande et n'est pas méchante pour faire glisser quelqu'un sur une plaque de caramel ou l'étouffer de bonbons en tout genre. Elle est trop innocente et naïve pour se battre mais si elle le faisait, elle pourrait affaiblir ses adversaires en leur subtilisant le sucre de leur organisme et provoquant ainsi une spectaculaire chute de tensions et autre désagréments.

Néanmoins ce don peut lui être utile pour pouvoir nourrir ceux étant dans le besoin grâce à la présence de glucose, colorants et autres. Pour les vitamines, elle peut par conséquent offrir des légumes et de la bonne nourriture. Elle ne peut donc jamais mourir de faim ou de soif et n'a pas besoin de se rendre à ce que les humains nomment cantine scolaire ou supermarché, de toutes manières elle se nourrit exclusivement de fruits et légumes avec du laitage avec parfois des œufs et du poisson. Grâce à son don elle peut "cuisiner" sans efforts, manipuler les épices et autres pour donner de la saveur à ses plats. Cependant vivant en solitaire et craignant les autres, son don est utile surtout pour son cousin et elle-même.
All you need from me

❝ PHYSIQUE ❞

Description Physique :
La jeune Syria ressemble à un ange ponctuée d'une immense
innocence enfantine. Son charme d'enfant se marie avec la candeur liée à cette période unique de la vie. Ses longs cheveux sont de la couleur de la nacre, une perle brillante et envoûtante. Un mélange enchanteur de blanc nacré et de perle d'argent, des mèches naturelles impossibles à dissimuler.  De petite taille, environ un mètre trente-huit, la petite princesse de nacre a laissé ses cheveux pousser jusqu'en bas de sa taille, ils sont toujours naturellement lissés, aucunes mèches rebelles.  Sa peau de pêche est sans défauts, la fillette ne possède aucuns désagréments liés à l'adolescence. Ses grands yeux couleur du diamant  le plus pur reflètent l'innocence et la naïveté. Sa taille de guêpe
met en valeur ses jambes fines propices à l'enfance.  Une poitrine déjà bien naissante se distingue sous les vêtements de la petite fille. Un physique étrange et inhabituel pour une fillette pesant dans les trente kilos. Eh oui l'enfant est un poids plume voir en état de dénutrition si nous en croyons les calculs des médecins mais suite à ses traumatismes la croissance de la princesse de nacre s'est brusquement mise en état de déséquilibre.

Description Tenue Vestimentaire :
Concernant la tenue vestimentaire la fillette est le plus souvent en robe, elle ne porte jamais de pantalon, les femmes n'en n'ont pas dans son monde. Elle apprécie les couleurs claires comme une robe argent mettant en valeur ses cheveux de nacre, des bas de la même couleur pour couvrir ses jambes d'enfants et des ballerines toutes simples. Ou alors une robe verte d'eau et blanche, ou encore un haut de couleur
unie avec une jupe ou un pull noir sans extravagances. Dans son ancien monde elle ne portait que des tuniques blanches, une fois parmi les humains elle a du s'adapter et cela a été loin d'être simple.  Au niveau des bijoux soit elle porte un tour de cou supportant une croix en argent soit elle met un pendentif représentant une lune dorée avec des ailes rosées le tout surmonté d'un petit cœur en or.


❝ MENTAL ❞

Description Mentale :
Le caractère, voilà un bien grand mot pour définir la fillette.Pour faire simple, elle n'en a pas en tant que tel, elle n'est certainement pas ce que nous nommons couramment une femme de caractère. Naïve et n'ayant aucune connaissance concrète de la vie humaine, elle croit à tout ce qu'on lui dit. Innocente et candide, elle ne fera jamais de mal à une mouche.  Elle est l'incarnation de l'ingénuité et de la naïveté. Craintive à cause de ce qu'elle a vécu, elle a tendance à éviter de s'approcher des autres par pure peur. Quand elle est terrifiée ou qu'elle ne comprend pas ce qui lui arrive, elle laisse les larmes couler facilement. Elle est totalement perdue dans ce monde qui n'est pas le sien. Très fragilisée par son passée, il lui arrive encore d'avoir des idées noires et de pleurer. Très influençable de par sa naïveté, elle accorde pourtant difficilement sa onfiance, son âme est déjà fragile et a été brisée trop de fois pour qu'elle puisse offrir ce trésor aussi simplement. Cependant elle a beaucoup de cœur avec une large ouverture d'esprit, elle est généreuse avec ceux qu'elles apprécient, encore faut-il l'approcher et réussir cet exploit, et ceux étant dans le besoin. Elle aimerait aider les autres, être dans le domaine de l'humanitaire, mais étant muette et trop jeune, personne ne la comprend et ne la prend au sérieux.
My Life


Chapitre un : Naissances simultanées

Tout commence en cette fin d'après-midi du 23 Août. La chaleur est accablante en ce jour d'été, le soleil ne cesse de se montrer rayonnant et généreux. Au royaume blanc, les habitants habitués à ce climat circulent comme si de rien n'était, leurs fines tuniques blanches couvrant leur peau, leurs grandes ailes de plumes repliées dans le dos. A l'ombre, deux jeunes femmes au ventre rond se reposent tandis que leurs époux discutent en riant. Le soleil commence à décliner à l'horizon tandis qu'une agréable sensation de chaleur mélangée à la fraîcheur du soir danse dans l'atmosphère.

Un hurlement perçant et simultané brise alors le doux silence de ce soir d'été. Sur leurs fauteuils, les deux femmes crient de douleur tandis qu'un étrange liquide s'écoule entre leurs jambes. Une fulgurante souffrance traverse leurs corps portant la vie. Sans plus hésiter, les deux hommes assis non loin se lèvent d'un bond et les emmènent à la maternité céleste.

Ce n'est qu'après une très longue nuit d'attente que les bébés commencent à s'agiter pour espérer voir le monde. Tout le long du travail, les deux futurs pères tiennent la main de la femme que chacun aime tout en l'encourageant.  Après de longues heures, le premier bébé montre enfin le bout de son nez, hurlant à pleins poumons sa venue au monde à exactement 11h du matin. Ses mèches couleur de la rose associé à de la framboise couvrent légèrement son doux crâne. Ses yeux sont fermés et ne s'ouvriront que quelques semaines plus tard comme le veut la nature au royaume angélique. A peine sorti, le petit garçon est amené aux examens pré natal. Un nouveau pleur de nourrisson perce alors l'air et précisément une minute après la naissance de l'enfant roux rosé, une petite fille vient au monde. Sa tête est couverte de légères mèches teintées de nacre et de perle, un blanc rosé très doux à la limite de la transparence.

Une fois les bébés examinés, ils sont remis aux heureux parents. Le premier couple baptise le petit garçon Robin pour rendre hommage au héros de la littérature anglaise Robin Hood. Dans la langue céleste ce nom se rapporte également au domaine de la danse, un loisir apprécié des heureux époux. Quant à la petite fille, elle est nommée Syria qui dans le langage du royaume blanc signifie "la princesse de nacre" à cause de ses mèches blanches rosées comme une perle de nacre.

Les deux couples ont de quoi être heureux en ce matin du 24 Août. La maman du petit Robin étant la sœur du papa de Syria, ce dernier vient de recevoir une fille et un neveu en merveilleux cadeau. Les deux cousins sont donc venus au monde avec une minute de différence, comme s'ils étaient destinés dès le départ à être extrêmement proches. Quelques semaines plus tard, leurs yeux s'ouvrent enfin révélant alors la couleur de leurs pupilles. Robin a les siennes de la même teinte que ses cheveux rose framboise tandis que sa cousine Syria a les prunelles aussi pures que du cristal, des yeux de diamant dans lequel n'importe qui peut s'y noyer tant ils sont transparents, des pupilles en miroir . Nés le même jour à une minute de différence, les deux enfants semblent destinés à être très proches comme si cette naissance annonçait un lien fusionnel surpuissant.


Chapitre deux : Être hors norme

Au royaume des cieux le temps s'écoule différemment que chez les humains si bien que des années passent alors que les Hommes vivent à un rythme plus lent. Les deux enfants grandissent normalement jusqu'à environ deux ans et demi terriens. Comme plus d'un siècle s'est déroulé au Paradis, les deux cousins apprennent plus vite que les petits des êtres humains. Pourtant fait inhabituel dans leur communauté, ils possèdent une mémoire exceptionnelle et des talents hors normes pour des gamins de leur âge. En effet, à peine leur premier siècle de vie acquis ils arrivaient à mémoriser et à parler une dizaine de langues différentes sans compter qu'ils savaient lire le langage céleste bien avant les autres enfants.  Bien malgré eux ils sont devenus le centre d'attention des adultes qui admiraient leurs capacités extraordinaires tout en étant en même temps effrayés. Hauts comme trois pommes et les deux cousins maîtrisaient parfaitement le céleste, le ska, langage commun entre leur peuple et leurs ennemis héréditaires, l'anglais, l'espagnol, le grec, le portugais, l'italien, l'allemand, le mandarin, le japonais, le cambodgien et le russe.

Il faut dire aussi que le duo est éduqué par leur marraine l'ange gardien Masha. Cette dernière venait les chercher tous les matins pour leur apprendre la lecture, les bases du calcul et de l'écriture et de multiples langues. C'est grâce à cette femme exceptionnelle que les petits ont su être multilingues à l'âge où leurs camarades ne vont pas encore à l'école. Masha avait obtenu l'autorisation du roi céleste de les retirer du système scolaire pour les éduquer elle-même, un privilège que beaucoup de ses pairs ne voyaient pas d'un bon œil. Autre fait en rendant jaloux plus d'un, les deux petits possèdent une voix extraordinaire, une voix de cristal envoûtante lorsqu'ils chantent. De par leur physique hors norme, leur talent pour les langues et leur voix pure comme du diamant, ils sont souvent jalousés par les enfants et les adultes de leur communauté. Ils sont admirés et enviés à la fois. Aimés et haïs en même temps. Leur innocence et leur beauté d'enfants les rend irrésistibles mais leur talent est jalousé.

L'ange gardien n'ignore pas que les gens de son monde parlent dans leur dos. Ses deux protégés attisent méfiance et curiosité avec leurs grands yeux couleur de la rose et du diamant, avec leurs cheveux framboise et nacré, leurs voix magiques et leurs capacités à être multilingues. Pourtant c'est peu avant leurs trois ans humains que tout dérape.
Chapitre trois : Une famille déchirée et le monde du silence
Les parents de la jeune Syria n'arrivent plus à s'entendre. Les tensions entre eux sont de plus en plus grandes, les disputes fusent en tous sens entre eux. Les cris et les insultes s'enchaînent avec mille et une méchancetés. Sans même plus se préoccuper de leur fille qui assiste impuissante à ces scènes terrifiantes, le couple se déchire et s'envoie des mots durs à la figure. Aucun d'eux ne veut voir le chagrin et le désespoir de l'enfant. Les parents du petit Robin tentent d'apaiser les deux époux mais le mal semble inévitable.  Le jour de l'anniversaire de la grand-mère commune des enfants dérape complètement. Lors du dessert le ton monte entre les deux conjoints jusqu'à ce que la tension éclate une fois de trop. Excédée, la mère de Syria quitte la table de sa belle-famille pour ne plus revenir en hurlant qu'elle demande le divorce. Tandis que les adultes essayent de calmer le jeu, les deux cousins pleurent en silence.

Peu de temps après la séparation est officielle et le divorce est prononcé à la grande tristesse de la petite fille.  Le juge céleste décide de confier sa garde à son père trois jours de la semaine et sa mère les jours suivants. Les humains croyants sont persuadés que les êtres du royaume blanc sont irréprochables et purs alors qu'ils ont des défauts comme tout le monde et leurs ennemis héréditaires peuvent aimer contrairement à ce que dit leur réputation. Malheureusement la garde alternée ne diminue pas les tensions entre les deux ex époux. Lorsqu'ils se voyaient, ils ne pouvaient s'empêcher de s'injurier sous les yeux horrifiés de leur fille.

Aucun des deux ne semble préoccupé par l'état de l'enfant et des conséquences de leurs disputes sur son équilibre.  Pourtant peu avant ses trois ans humains, alors que ses parents ne supportent plus de vivre ensemble, la fillette ne dit plus un mot. Même en compagnie de son cousin Robin, elle reste murée dans le silence. Peu à peu, le petit garçon suit le mouvement et plus aucun son ne sort de sa bouche. C'est finalement sa mère et la tante de Syria qui se rend compte que leur comportement est inquiétant et décide de les emmener chez le pédiatre céleste. Après de longs examens où les deux enfants sont restés obstinément muets, le diagnostic tombe. Atteints de mutisme secondaire dû à un choc psychologique, les fortes angoisses des cousins les empêchent de sortir des mots et même des sons ou des bruits. Le mutisme est donc total puisqu'ils ne parlent jamais quelque que soit la personne en face d'eux mais involontaire, ils peuvent ouvrir la bouche mais rien ne s'en échappe, ils deviennent incapable de produire quoi que ce soit du langage parlé. L'écrit, les dessins et la gestuel sont désormais leurs seuls moyens de communiquer.  Le médecin apprend aux quatre parents que leurs petits peuvent reparler d'eux même, que ce  blocage peut durer temporairement comme très longtemps, voir jusqu'à l'âge adulte. Personne ne peut prédire à quel moment un enfant atteint de mutisme total secondaire arrivera à reparler.

Le diagnostic de la maladie psychologique des cousins arrive à quelque peu calmer les tensions entre les parents de la fillette. Tous s'évertuent à faire prononcer un mot aux petits mais rien n'y fait, même pour rire ou pleurer, tout se fait dans le silence. Dépités, les deux couples n'ont d'autres choix que d'apprendre la langue des signes céleste pour comprendre le duo muet. Syria et Robin acquièrent donc deux nouveaux langages à leur bagage intellectuel. En ne sachant plus parler, leur don pour les multiples langues orales se perd peu à peu.  Le médecin est certain qu'ils gardent ces langues en mémoire, si un jour ils en apprennent l'écriture ils les conserveront plus facilement. En attendant ils apprennent à s'exprimer grâce au langage des signes céleste et en ska, la langue commune entre ceux de leur race et celle de leurs ennemis héréditaires.

Si autrefois leurs pairs pouvaient les admirer et les jalouser pour leur don pour les langues et le chant, désormais les deux enfants sont totalement méprisés par leurs camarades et les parents de ces derniers. La communauté méprise leur mutisme,  ils sont estimés faibles, ils pensent que le choc psychologique aurait dû être vaincu et qu’ils devraient se relever presque tout de suite malgré leur jeune âge. Certains les accusent même de le faire exprès pour qu'on s'intéresse à eux.  Personne ne daigne apprendre leur langue des signes à part leurs parents, le roi céleste et leur marraine Masha.  
Un sort de traduction permanente est mis en place autour d'eux pour leur permettre de se faire comprendre des autres mais rien à faire, leur danse des doigts fait allumer des flammes de mépris dans les yeux des autres. S'ils étaient nés ainsi, personne n'aurait rien trouvé à redire sur leur maladie mais tout le monde sait qu'ils ont parlés et même chantés avant, alors pourquoi un tel silence ? Certains enfants leur font du mal et leurs parents ne disent jamais rien, estimant qu'ils le méritent. Malgré toutes les violences, le mutisme continue et le mépris augmente de plus belle. Personne ne veut comprendre que ce genre de comportement ne les aide en rien à reparler, au contraire. Seul l'ange gardien Masha les soutient encore fortement, elle continue d'être leur professeur particulier et s'adapte à leur langue des signes sans avoir recours à la magie de traduction. Les parents du petit Robin défendent vivement leur fils et leur nièce dans leur détresse silencieuse. Quant à ceux de la fillette ils n'ont rien fait de concret pour les aider à s'en sortir.


Chapitre quatre : Un silence incompris

La mère de l'enfant ne veut pas réellement d'elle dans sa nouvelle vie. Elle ne s'en occupe que par l'obligation du juge céleste et bonne conscience morale. Au début, affectée par le mutisme de sa fille, les mauvaises langues autour d'elle ont fini par la rendre méprisante envers la petite. Elle ne lui parle jamais, ne pratique aucune activité avec elle, ne lui sourit en aucun cas. Quant au père, il ne vaut certainement pas mieux. Tombé dans la boisson, un rien le rend fou de rage et n'ayant plus son ex-femme à portée de main, il se défoule sur son enfant. Tout est sujet à la gronder, à crier sur elle voir à la frapper quand bon lui semble. Il prend soin de ne jamais la taper à des endroits visibles pour ne pas éveiller les soupçons mais même à l'activité aquatique ceux pouvant voir les bleus ne disent rien, toujours méprisants envers la princesse de nacre muette.  
La petite fille ne retrouve  le sourire qu'en compagnie de sa marraine, de son oncle, sa tante et surtout son cousin Robin. Ils s'adressent des légers sourires compréhensifs, solidaires dans leur souffrance d'être enfermés dans le monde du silence. Seuls eux peuvent  réellement se comprendre. Parfois ils ouvrent  la bouche mais rien à faire, aucun son ne daigne en sortir. Déjà méprisés pour leur mutisme, ils sont toujours haïs et jalousés car malgré leur silence permanent ils continuent d'avoir des résultats scolaires excellents. Masha, leur marraine et professeur particulière, n'a jamais cessé de croire en eux et a adapté ses enseignements à la langue des signes ce qui rend les adultes de la communauté fous de rage et de jalousie envers leurs enfants.  Pour eux Masha aurait du délaisser ses protégés muets faibles et inintéressants sans compter que l'idée que des petits "handicapés" réussissent mieux que leur progéniture leur est inconcevable et les rendent hargneux et jaloux.  A leur grande rage les deux cousins ne parlent plus mais possèdent une culture scolaire et intellectuelle immense. Masha n'écoute jamais ces mauvaises langues et continue de les éduquer d'elle même avec ses propres méthodes.
Plus d'une fois, les deux cousins sont insultés voir frappés par d'autres enfants jaloux de leur réussite malgré leur handicap qui aurait dû les affaiblir selon leurs parents. Dans la logique du royaume blanc, quelqu'un dit "handicapé" ne peut pas mieux réussir qu'une personne valide, la maladie et les faiblesses sont mal vus et rejetés par la communauté. Il faut dire que les habitants célestes s'estiment parfaits, plus encore avec la croyance humaine sur leur monde, et une maladie génétique ou un handicap ne peut être qu'une tare, une contamination avec l'ennemi héréditaire.

Le temps s'écoule lentement dans la souffrance et le mépris pour les deux cousins qui malgré tout conservent un lien profond et fusionnel. Ils ont pu tisser de bonnes relations avec ceux muets de naissance mais ceux-ci les envient d'avoir la possibilité de reparler un jour même si cela doit prendre du temps, au fond ils les envient. Et paradoxalement les enfants auraient mieux aimés être muets dès leur venue au monde, ils seraient un peu mieux compris que maintenant, leur mutisme par traumatisme étant très mal reconnu et accepté.


Chapitre cinq : Trahisons

C'est quelques années après l’événement déchirant les ayant conduit dans le silence que la petite Syria voit à nouveau son enfance se briser Son comportement soudain ne s'explique pas mais le père de la fillette est pris de pulsions impardonnables. Après les coups sur son corps d'enfants viennent les caresses interdites et terrifiantes. Lâchement, le père profite du mutisme de sa fille pour franchir le fossé entre l'amour sain et le condamnable. Lors de ses jeux obscènes et incestueux il n'avait rien à craindre des possibles cris qu'aurait poussé un enfant non atteint par la maladie dont souffre sa victime. Pire encore, il lui murmure que ce qu'il fait est tout à fait normal et qu'elle n'a pas à avoir peur. Perdue entre le dégoût et son amour d'enfant envers ses parents, même si ces derniers ne lui rendent en aucun cas, la fillette ne dénonce pas ces actes ignobles ni même à Robin ou encore à Masha. Pourtant cette dernière se doute de quelque chose, sa protégée n'est plus comme d'habitude, elle fait des erreurs qu'elle n'aurait faite auparavant et ses dessins paraissent refléter la peur, souvent une ombre immense mais indistincte y est représentée comme si elle était un danger imminent.
 
C'est aux alentours de sa neuvième année en temps humain que cet immonde secret est révélé au grand jour. En parcourant un livre de la bibliothèque personnelle de sa marraine l'ange gardien Masha portant sur la protection des enfants, la fillette comprend que tout ce que lui fait subir son père depuis des années est tout sauf normal comme il l'affirme. Il pratique des actes interdits et il en est parfaitement conscient. La petite sait alors que son père n'a fait qu'abuser d'elle, de sa naïveté et de son mutisme. Elle n'avait rien dit pour préserver l'amour de son géniteur même malsain, il lui a répété tant de fois que si elle ne fait pas ce qu'il désire, il ne l'aimerait plus du tout et elle serait une méchante petite fille. Sa mère ne peut même pas l'aider, elle ne communique que trop rarement avec son enfant.

Déjà ébranlée par cette effroyable découverte,  la petite Syria en fait une seconde l'amenant au désespoir le plus complet. Séjournant chez sa mère, cette dernière lui a demandé de ranger  quelques affaires pendant qu'elle faisait des courses. Par maladresse l'enfant renverse un lourd carton d'un placard. Désireuse de tout remettre en ordre, elle s'empresse de ranger quand ses yeux tombent sur un livre à la couverture jaunie. Curieuse de toutes nouvelles lectures pouvant enrichir sa culture intellectuelle, la fillette s'y aventure sans aucunes pensées malsaines. Qu'elle n'est pas sa surprise en reconnaissant l'écriture de sa mère et en remarquant la date de la veille écrite à la main.
Beaucoup risquent de critiquer le fait que lire un journal intime est condamnable et manquant de respect envers l'intimité d'autrui. Mais une enfant d'à peine neuf ans ne saisit pas forcément ce genre de concept. Masha n'avait jamais expliqué à ses protégés la notion du journal intime. Si elle avait su ce que ce genre de document peut contenir, la petite l'aurait refermé tout de suite mais sans aucune connaissance sur ce sujet, elle croit candidement que sa maman écrit un roman.

Les mots inscrits manquent de lui arracher le cœur. Ils décrivent l'arrivée d'une fillette dans une maison et que ses grands yeux tristes ont touchés sa mère. Elle écrit qu'elle sait que celui qu'elle a aimé autrefois agit de manière malsaine envers leur enfant unique mais elle a trop peur de lui pour oser le dénoncer. Elle n'a que trop souvent subi ses coups, elle aimerait aider mais ne sait pas comment faire. La vérité éclate aux yeux de Syria, sa mère était au courant des actes de son père mais n'a jamais rien fait pour la sortir de cet enfer, terrifiée par cet homme qu'elle dit avoir un regard cruel et fou. Elle écrit qu'elle était certaine de se faire agresser ou pire si elle osait en parler. Elle ignore comment en parler à sa fille, si la dénonciation vient d'elle alors elle aurait plus de courage mais seule, elle ne s'en sent pas capable.

La princesse de nacre comprend que son père est un manipulateur et que sa mère est trop lâche pour oser s'opposer à ses actes d'inceste. Il aurait fallu que ce soit elle, la victime innocente, qui lui en parle. Mais comment aurait-elle pu avec les menaces de représailles de son père sifflant à ses oreilles et ses paroles hypocrites comme quoi tout était normal. C'était à la mère de lui expliquer que cet amour est mauvais, c'était à elle de la protéger et non pas laisser son enfant subir coups et jeux interdits.
Lorsque la jeune femme revient à son appartement, elle se retrouve face à un silence oppressant. D'ordinaire elle entend le bruit des jeux de sa fille ou d'un appareil magique mais là rien, juste un silence inhabituel malgré le mutisme de la princesse de nacre. Elle court alors à la recherche de l'enfant et ses yeux d'émeraude tombent sur un effroyable spectacle. Dans la salle de bain, le corps étendu de sa fillette inanimé, le poignet en sang, une lame ensanglantée à ses côtés. Immédiatement elle prévient les secours avant de retourner auprès de la petite et tenter d'arrêter les saignements. C'est à ce moment qu'elle constate la présence de son journal intime ouvert par terre et sur le miroir écrit en lettres de sang  le mot "Trahison" dans la langue céleste.


Chapitre six : Une enfant perdue

La mère éclate en sanglots, elle comprend que la blessure de sa fille n'est certainement pas dû à un accident, elle est volontaire et qu'elle se l'est infligée suite à la lecture de son journal intime. Elle a compris sa lâcheté et sa peur face à son ex-mari au point de laisser leur enfant en pâture.  Elle pleure le malheur de celle que l'on surnomme Sisi. Contrairement à ce que cette dernière pense, sa maman l'aime de tout son cœur mais n'a jamais su le lui exprimer. Elle ne sait pas quoi faire devant son mutisme et les langues venimeuses autour d'elle persiflant que sa fille est anormale et faible n'ont fait qu'augmenter les difficultés. Elle aurait voulu défendre son enfant mais face à la pression sociale elle se sent affreusement seule. C'est devant l'acte désespéré de la fillette qu'elle comprend enfin qu'elle n'aurait jamais dû faire preuve d'autant de lâcheté et qu'elle aurait dû la protéger coûte que coûte.

La petite aux longs cheveux de nacre est amenée en urgences dans une clinique céleste où les médecins la sauvent de justesse. Son oncle, sa tante, Robin et l'ange gardien Masha sont prévenus de la tentative de suicide de la fillette et viennent immédiatement à son chevet.  La maman leur confie ses doutes à propos de l'enfer que son ex-mari fait subir à l'enfant. Malheureusement il n'existe aucune preuves concrètes et seule la dénonciation de la fillette peut conduire son bourreau à une condamnation. A son réveil lorsque la petite voit sa mère, elle détourne le regard et pleure en silence. Ses pupilles de diamant ne mentent pas, elle ne comprend pas pourquoi sa mère l'a laissé aux mains de son père qu'elle savait agir comme un monstre. La jeune femme tente d'implorer son pardon en pleurant pour sa lâcheté face au monde silencieux de sa fille et son ex-mari mais la fillette ne semble plus l'entendre. Son cœur d'enfant l'aime toujours, lui pardonne même mais rien ne peut réparer le mal qui a été fait. Son corps et son âme ont été souillés par une double trahison, son père lui a menti et a abusé d'elle, sa mère s'en doutait mais n'a rien dit.

Sa souffrance ne lui permet pas de croire sa maman lorsque celle-ci prétend que si elle dénonce enfin son bourreau, il pourrait être condamné pour ses actes mais elle a besoin de son témoignage même silencieux. L'Ange Gardien Masha met le roi au courant de cette situation et ce dernier rend visite à l'enfant. Lui et sa marraine tentent de mettre  l'enfant en confiance mais il faudra encore plusieurs semaines pour que la fillette arrive à dénoncer les actes de son père à travers les dessins et la langue des signes.

Après des années d'horreur, son bourreau est enfin arrêté malgré ses protestations et clamant son innocence. Néanmoins l'examen médical pratiqué sur l'enfant prouve qu'il y a eu viol sur une très longue période et que l'ADN retrouvé est bien celui du suspect. Lors du procès, la communauté prend conscience que sa méchanceté et son mépris ont engendrés une horreur sans nom. Si au lieu de l'humilier et de l'insulter, ils avaient aidés la petite fille alors celle-ci aurait eu plus de confiance en elle, peut être serait-elle arrivée à reparler vocalement et l'inceste aurait pu être évité.

Les semaines passent encore dans cette clinique sinistre. Les médecins célestes ne sont guère optimistes au sujet de leur jeune patiente. Bien que se voulant discrètes, des infirmières ont remarquées que la petite s'est infligé de nouvelles blessures volontaires, les idées noires sont toujours ancrées en son esprit déchiré. Après les disputes de ses parents amenant à leur séparation, les actes ignobles de son père, la trahison de sa mère et ses nouvelles tentatives de suicide, les médecins se montrent plus que réservés quant aux chances de la fillette d'arriver à reparler un jour. Le mal psychologique est profond, le choc traumatique est puissant et ils estiment à moins de 5% la possibilité d'entendre un jour la voix de l'enfant aux cheveux de nacre. Comment pourrait-elle pu reparler normalement après avoir vécu de telles horreurs ? Quant aux examens médicaux portant sur la croissance de la fillette, ils ne sont pas plus rassurants. A à peine neuf ans humains, la petite atteint 1m28 mais ne pèse plus que vingt kilos, elle est très maigre alors que son cousin ne fait que deux centimètres de plus qu'elle pour un poids de 25 kilos. Les médecins se réservent sur leur diagnostic, ils savent que le déséquilibre de la croissance de leur patiente est dû aux horreurs qu'elle a vécue mais ils ignorent si l'équilibre pourrait revenir. Pire encore, témoins du lien fusionnel des deux cousins, ils craignent qu'inconsciemment Robin ne subisse les mêmes effets désastreux vu qu'il a suivi le mutisme de sa cousine des années auparavant.


Chapitre sept : Un rêve inaccessible

L'unique point encore quelque peu positif est que depuis ce jour funeste la mère et la fille arrivent à mieux communiquer auparavant mais peu importe les efforts d'amour maternel, la souffrance de l'enfant est palpable. Elle a été diagnostiquée atteinte de dépression et ses proches ont beau tout faire, aucun sourire ne revient naître sur les lèvres de la princesse de nacre. Auparavant son cousin et elle partageaient la même passion pour la danse mais tout a changé. Ne sachant plus parler, le duo a découvert que la danse était un autre moyen de communication et d'expression, faire bouger leurs corps d'enfant au rythme de la musique les libère pleinement. Néanmoins au vu de l'état psychologique de la petite fille, même sa passion ne lui suffit plus. L'amour de ses proches parvient tout juste à lui maintenir la tête hors de l'eau mais la pente est encore très glissante.

Pourtant elle et Robin caressent le même rêve depuis des années. Tous deux aimeraient participer à des comédies musicales,  ne plus être que des danseurs dissimulés parmi les autres, arriver à s'exprimer par le chant et le corps. Néanmoins ce rêve leur semble être au-delà du miracle vu leur profond mutisme et l'immense mal être de l'enfant aux yeux transparents  n'arrangent pas les choses. Ce secret reste enfermé au fin fond de leur cœur, ils ne peuvent le confier à personne.

En fait seule une personne est au courant mais eux-mêmes l'ignorent.  Depuis tout petit,  leurs doigts sont doués pour la peinture et le dessin. Après avoir découvert le nom de leur maladie psychologique,  ils ont travaillés avec acharnement pour développer le talent de leurs doigts et de leurs tracés pour pouvoir compenser leur monde silencieux et pouvoir bénéficier d'un talent artistique contre celui qu'ils ont perdus en cessant de parler. C'est en rangeant leur salle de classe privée que Masha a découvert une feuille de carton peinte. Elle représentait deux enfants identiques aux cousins en train d'évoluer sur une scène, le dessin était signé de leurs deux noms. Pour l'Ange Gardien il n'a fait aucun doute que ses filleuls n'ont fait que peindre leur désir le plus secret et qu'elle n'aurait jamais dû tomber sur ce dessin. Respectueuse de cela, elle ne leur a jamais fait part de sa découverte mais préfère les aider discrètement.

Leurs proches n'ont pas autant d'ambitions, tout ce dont ils rêvent c'est de pouvoir réentendre les voix oubliées des deux enfants et en attendant faire tout leur possible pour les aider à construire un avenir plus solide. Le rêve s'écroule lorsque les médecins font état d'une nouvelle tentative de suicide de la part de la fillette. Le mal psychologique la ronge de plus en plus, elle s'enferme dans un monde de désespoir et sans la présence de son cousin, nul doute qu'elle aurait déjà perdu la raison. L'enfant a encore toutes ses capacités intellectuelles et de logique mais sa dépression  lui procure des idées plus noires que jamais. En fait son cœur oscille, elle aimerait partir pour ne plus vivre dans un tel état de délabrement et de tristesse intense mais en même temps elle aime beaucoup trop Robin pour lui faire du mal et craint qu'il ne la suive si elle commet le passage à l'acte fatal. Une rencontre inattendue va pourtant bouleverser le cours entier de sa jeune existence.


Chapitre huit : Don du ciel contre don de l'Enfer

C'est un jour comme les autres au sein de la clinique, les infirmières et médecins s'affairent tandis que les malades se laissent soigner en espérant pouvoir sortir au plus vite. Vers l'heure du déjeuner alors que le soleil est déjà haut dans le ciel, des cris de terreur et des bruits de fuite se font entendre à l'extérieur.  Personne n'a le temps d'aller voir que déjà les portes automatiques s'ouvrent et une ombre s'avance, menaçante.
De longs cheveux noirs bleutés couverts de roses noires tombent avec grâce dans son dos couleur de pêche. Son visage aux traits et au teint parfaits mettent en valeur ses prunelles rouge clair et ses lèvres naturellement rosées que bien d'êtres rêvent d'embrasser. Une robe verte d'eau valorise sa poitrine très généreuse avant de s'arrêter sous ses cuisses révélant ainsi ses jambes fines et sans défauts. Sa taille de guêpe finit de compléter le tout sans oublier sa peau ne jouissant d'aucunes imperfections. La définition même de la beauté, la femme fatale à l'état pur. Sa perfection et sa beauté n'échappent à personne et sitôt est-elle rentrée qu'elle déclenche paradoxalement panique et chaos.

Nul dans les mondes magiques n'ignore que derrière cette extraordinaire beauté se cache un danger sans précédent, une puissance et une magie destructrices. Les malades et le personnel pris au piège tentent de s'échapper mais une formidable barrière de magie noire empêche toute sortie. Un sourire mauvais se dessine sur les lèvres parfaites de la jeune femme révélant des crocs étincelants faisant trembler de peur tous ceux présents avant qu'elle ne prenne la parole, sa voix à la fois douce et menaçante.

-Ma magie entoure ce bâtiment, personne ne peut en rentrer ou en sortir...Si quelqu'un d'entre vous tente quoi que ce soit, je le saurais immédiatement et les secondes lui seront comptées...

Les prisonniers involontaires de la plus belle des femmes à travers tous les mondes savent que ses menaces ne sont pas des mots en l'air, elles sont réelles. La beauté extraordinaire peut se le permettre, sa puissance destructrice et son talent au combat sont des faits connus de toutes les créatures magiques.  Même le roi posté à l'extérieur de la clinique le sait, s'il ose intervenir, la terrifiante magicienne noire en fera payer le prix sur des innocents. Il ignore ce qu'elle cherche exactement mais tous sont d'avis qu'il vaut mieux la laisser trouver ce qu'elle veut.

Chacun retient son souffle tandis que le son des légers talons de la sublime femme résonne sur le sol telle une sentence. Prostrés le long des murs des couloirs, malades et soignants sont blancs de terreur, priant d'être épargnés. La panique augmente de plus belle lorsque la beauté fatale attrape une infirmière par le col pour lui sourire méchamment, les crocs étincelants, faisant trembler la pauvrette de mille et une peurs.

-Tu vas m'accompagner à la chambre que je désire...et à la moindre incartade tu sais ce qui peut arriver à tes compatriotes et toi même...

Ne cessant pas un seul instant de trembler, la femme céleste hoche la tête, les yeux brouillés de larmes. Elle n'ignore pas que si elle ne satisfait pas la dangereuse créature celle ci n'hésitera pas à l'envoyer dans l'autre monde en compagnie de centaines d'innocents. Elle entend la voix doucereuse et menaçante lui indiquer ce qu'elle cherche. Blanche de peur, pleurant silencieusement, elle guide la jeune femme à la dizaine de roses noirs dans les cheveux. Celle ci prend ses précautions et bloque ceux qui oseraient l'attaquer par derrière en érigeant des murs de magie noire dans son dos même si cette prudence s'avère inutile, personne n'est assez fou pour oser la défier.

Une fois qu'elles sont entrées dans la pièce désirée, la puissante magicienne bloque la porte par de multiples sorts noirs avant d'endormir son otage grâce à sa magie. L'infirmière s'écroule à terre, inconsciente avant que la femme à la beauté extraordinaire ne pose ses yeux rouges clairs sur ce qui l’intéresse tout en étirant ses fines lèvres d'un sourire doucereux.

Face à elle, une petite fille aux longs cheveux couleur de nacre et aux yeux de diamant, des pupilles en miroir reflétant pourtant une profonde tristesse et lassitude.  Son petit corps maigre ne tremble pas mais elle penche légèrement sa tête sur le côté, signe de son incompréhension de se retrouver devant celle qui terrifie tout son royaume et plus encore. La sublime jeune femme s'adresse à elle dans une langue parfaitement compréhensibles pour elles deux.

-Tu peux t'exprimer sans crainte avec tes doigts...Je comprends le ska en langue des signes.

Un très bref éclat d'étonnement passe le temps d' une seconde dans les yeux transparents de la fillette. Personne à part ses proches, sa marraine Masha et le roi n'a daigné apprendre et comprendre la danse des doigts du duo muet. Et même si le ska est la langue permettant aux anges et aux démons de se comprendre, peu le maîtrisent parfaitement. Pour preuve de sa bonne foi, la magicienne noire vient de briser le sort de traduction permanente qui permet à la petite de se faire comprendre de manière automatique. La femme aux multiples roses noires prend de nouveau la parole.

-Tu as des chances de déjà le savoir mais autant se présenter dans les règles de l'art...Mon nom est Devisla, fille de Satan et reine des Enfers...puis je savoir ton nom ?

L'enfant hoche lentement la tête à l'annonce du titre de la visiteuse, l'air de signifier qu'elle le sait déjà. En effet personne du royaume n'ignore qui elle est. Le premier héritier du Diable lui même, la fille du Malin, la princesse à la beauté sans limites faisant tourner toutes les têtes tout en étant une combattante hors pair dans les arts martiaux et la magie démoniaque, la souveraine que tous les démons adulent, la reine du royaume des Enfers.

Timidement, les doigts tout de même tremblants, l'enfant trace une demande silencieuse dans l'atmosphère, ici retransmis à l'écrit et dans de mots très enfantins, la grammaire de  langue des signes n'étant pas aussi complète que le langage vocal.

-Moi Syria ou Sisi...Mazesté vient ici ? Sisi muette...

Péniblement la petite fille tente de demander en quoi son cas intéresse la reine infernale elle même. Un doucereux sourire où vient étinceler quelques crocs lui sert d'abord de réponse avant que la magnifique fille du Diable n'utilise des mots concrets.

-Que c'est triste...Une enfant abandonnée et méprisée de tous...une enfant murée dans le monde du silence que trop peu de gens respectent...seule et incomprise dans son malheur...une enfant à qui l'on a menti...Une petite fille qui aurait du être libre...et à la place a été enfermée dans une vie détruite...

Le cœur de la fillette semble bondir dans sa poitrine déjà bien ronde et formée. En quelques mots la fille du Malin a su résumer sa vie, l'enfant se doute bien l'espace d'une seconde que la sublime femme n'a fait que lire dans son esprit mais qu'importe elle a réussi à mettre des mots sur la souffrance de la petite princesse de nacre. Abandonnée par ses parents qui ont préférés continuer à se jeter des mots à la figure que de voir la douleur et le silence dans lequel elle est tombée. Méprisée pour son mutisme d'origine psychologique sans même que ses bourreaux ne cherchent à comprendre l'origine de sa souffrance. Jamais respectée par la communauté qui au contraire n'a fait qu'aggraver la situation en laissant les enfants frapper la fillette par pure jalousie sans que les parents trouvent de quoi à redire, trouvant même normal que la dénommée Syria mérite ce traitement histoire de lui remettre des idées dans la tête et qu'elle reparle enfin, aveuglés par la haine et l'envie sans même comprendre que leurs actions n'ont fait que rajouter du désespoir à l'enfant. Même si Robin, son cousin adoré, est atteint du même mal qu'elle, la petite fille se sent seule. Parce que lui a des parents aimant qui le défendent et le protègent quoi qu'il arrive alors qu'elle a eu un père menteur et incestueux avec une mère lâche et n'ayant jamais su lui exprimer son amour. Ces mêmes parents qui lui ont mentis, l'un en affirmant que ses actes étaient normaux et l'autre en sachant la vérité sans oser offrir à sa fille une porte de sortie. Syria est une petite fille qui aurait du être libre de vivre comme tous les autres enfants mais qui en a été privée, enfermée dans un monde qui lui a tout pris.

Sans compter que l'enfant du Diable a su mettre le doigt touchant de plein fouet le cœur de la princesse de nacre. Elle parle de liberté et si elle n'a jamais pu l'avouer à cause de la  peur que la reine des enfers inspire à son peuple et à bien d'autres, l'enfant aux yeux de diamant lui envie d'être une femme libre, parcourant le monde à sa guise, tellement belle que les hommes la respectent, l'admirent et la craignent à la fois. Une souveraine entièrement libre et indépendante qui jamais ne se laisse abuser par la gente masculine ou le mensonge. Une femme qui a su s'affranchir de ses devoirs de reine des Enfers et de sa vie dorée pour voyager, découvrir le monde et être autonome sur tous les points de son existence. Dotée d'un fort caractère la fille du Diable a toujours eu autour d'elle proches, serviteurs et conseillers pour l'aider dans ses fonctions royales puis un jour elle en a eu assez de cette vie et s'en est allée. Depuis des années elle est recherchée, parfois retrouvée par hasard mais jamais capturée.

-Ssss...Je connais ton rêve le plus profond petite Sisi...Toi et ton cousin ne rêvez vous pas de faire de la comédie musicale ? Danser, chanter et jouer la comédie sur scène, un beau rêve...

Une nouvelle fois, le cœur de l'enfant bat la chamade tandis que ses yeux de cristal semblent luire de légères larmes. La fille du Diable trouve les bons mots pour bouleverser la fillette et elle ne se moque pas de son rêve, contrairement à la communauté qui lui aurait sans doute ri au nez si elle avait osé en faire part. Une muette faible et dépressive être une artiste ? Improbable, voir impossible.  Pourtant l'enfant du Malin a raison, leur plus grand rêve est de faire partie des arts du spectacle et du cirque, ayant découvert ce dernier univers peu de temps avant la première tentative de suicide de l'enfant, mais ce souhait est également le plus inaccessible. Savoir parler est indispensable même pour le monde du cirque même si en général les artistes en représentation ne s'expriment pas. Néanmoins le jeune duo en est conscient, n'importe quel directeur de troupe qui se respecte refuserait des muets dans son show. Le seul domaine où ils ont leurs chances est celui de la danse mais les deux cousins rêvent de tellement plus, non pas dans le désir d'être célèbre, mais juste pour le plaisir de la scène et de pouvoir raconter une histoire au public, voir les yeux des gens briller d'émotions.

La reine des Enfers sent qu'elle a touché de plein fouet le cœur de la petite fille. Fragile et vulnérable, elle ne peux lui résister longtemps. Elle n'a plus qu'à lui porter le coup de grâce.

-Ssss...et si je te disais...que ce rêve est possible ? Si je te dis que toi et ton cousin pourrez reparler...

Cette fois elles n'y tiennent plus, les larmes coulent silencieusement sur les joues mates et maigres de la fillette aux cheveux de nacre. Des pleurs aussi purs que le diamant de ses yeux tombent tout doucement sur les draps.  La jeune Syria est terriblement vulnérable, la promesse d'un désir lui semblant pourtant inaccessible, même venant de la part d'une démone ennemie de son peuple, la touche au plus profond de son être. Une infime lueur d'espoir s'allume enfin au fin fond de son âme brisée.

La plus belle des femmes de tous les mondes se penche pour chuchoter quelques mots en ska à  l'oreille de l'enfant. L'espace d'une seconde, celle ci écarquille les yeux avant de pencher la tête sur le côté encore une fois, l'air de réfléchir même si son regard demeure toujours aussi triste et las. Au moment où la petite lève ses petits doigts afin de dessiner ses propos, la porte pourtant protégée de magie noire s'ouvre brutalement. Lorsque la nommée Devisla pose ses yeux clairs sur la silhouette pénétrant dans la chambre, elle ne peut réprimer un sourire moqueur, voir carnassier.

-Impressionnant...Je me doutais bien que mes sorts te seraient accessibles...Masha...

L'ange gardien marraine de la princesse de nacre et du petit garçon aux couleurs rose framboise vient de rentrer dans la pièce. Ses longs cheveux d'un blanc pur tombent avec grâce dans son dos tandis que ses yeux bleus océan brillent avec détermination. Ses formes bien proportionnées se voient légèrement à travers sa longue tunique blanche. Lorsqu'elle prend la parole, sa voix paraît comme mélodieuse malgré la tension de dégageant de la scène.

-Majesté...j'ignore ce que vous avez en tête mais Syria est ma filleule et je ne peux vous laisser lui faire du mal...

Un éclat de rire tonitruant lui répond et résonne dans la chambre tel un écho insupportable. Le regard rouge sang de teinte clair de la princesse des démons s'agrandit et une lueur de folie y éclate tandis qu'un sourire bardé de croc étincelants se peint sur le visage parfait de la reine infernale.

-Essaye Ange Gardien !

Dans la même seconde, les deux femmes bondissent l'une sur l'autre, chacune évitant habilement les coups de l'autre et se lançant des sortilèges. Néanmoins après quelques minutes il faut bien reconnaître que la marraine céleste est en difficultés face à la fille du Diable, experte en magie noire et dans le domaine des arts martiaux. Soudain, Masha se retrouve plaquée au sol, les bras maintenus fermement par son adversaire tandis que celle ci lui chuchote à l'oreille :

-Tu as perdu Masha...

Avec une magie et une rapidité extraordinaire, l'enfant du Malin envoie la femme céleste valser contre un des murs de la pièce. L'ange gardien ne s’assomme pas mais elle est épuisée.  Normalement même un tel choc n'aurait pas du lui faire autant mal mais elle soupçonne la sublime femme démoniaque d'avoir utilisé contre elle un sortilège d'affaiblissement. Lorsqu'elle tente de se relever, une force invisible la maintient au sol et la paralyse dans tous ses muscles. Impuissante, elle regarde l'héritière de Satan s'approcher de sa filleule et lui chuchoter quelques mots à l'oreille. Sous ses yeux horrifiés, l'enfant hoche lentement la tête. Nul ne sait ce que la démone a promis à la fillette pour arriver à la convaincre malgré sa loyauté envers sa marraine mais ce qu'elle a offrir fait miroiter un infirme lueur d'espoir dans les pupilles de diamants de la princesse de nacre et même Masha ne peut pas lutter contre cela.

Une larme coule sur sa joue tandis qu'un éclat de rire démoniaque résonne à travers tout le royaume et qu'une intense lumière éclate dans la chambre dans le bruit d'une déflagration. Lorsque le silence revient, les barrières de magie noires ont disparues comme par enchantement. Sans plus hésiter le roi céleste se précipite dans la chambre de l'enfant et lorsqu'il rentre, il trouve l'ange gardien Masha l'air triste et affligé, murmurant qu'elle n'a rien pu faire. La fillette est inanimée mais sur son cou, le souverain a tout juste le temps de voir le dessin d'une rose noire avant que celle ci ne disparaisse. Il comprend instantanément où a disparu la reine des Enfers. Ce tatouage est sa signature et prouve qu'elle a pris possession de l'âme de la princesse de nacre, pire encore elle indique que l’envoûtement est volontaire. La jeune Syria a sciemment laissé la plus belle des femmes entrer en elle, elle partage corps et âme délibérément.  Il ignore ce que la démone lui a promis mais si la fillette a accepté un tel marché, c'est que le gouffre de désespoir était encore loin d'être remonté et que pour elle, il y avait sans doute pas de meilleurs choix possible.


Chapitre neuf : Une âme abandonnée

A son réveil, la fillette ouvre ses yeux de diamant sur sa chambre de la clinique et découvre autour d'elle le visage grave du roi céleste et celui pareil de sa marraine l'ange gardien Masha même si les yeux de cette dernière laissent passer un infime éclat de tristesse lorsqu'elle pose son regard sur sa filleule.

-Tu sais ce qui t'attend, n'est ce pas Syria ?

La voix du souverain angélique tombe tel un couperet et doucement, les pupilles comme vides de vie, la petite fille hoche la tête. Elle est parfaitement consciente qu'elle a trahi son royaume en se soumettant de manière volontaire aux pouvoirs de la reine des Enfers mais personne ne sait pourquoi elle a accepté un tel marché, seul l'enfant le sait et elle ne paraît pas décidée à révéler la promesse d'infime espoir de la sublime démone.
Lentement, elle se lève de son lit pour préparer quelques menues affaires dans une valise . Elle y met des vêtements, ses livres favoris, des feuilles, des crayons et son matériel de peinture et des vivres. En sortant de la chambre, elle voit sa mère en pleurs et l'entend lui dire qu'elle lui enverra de quoi vivre régulièrement mais la petite l'écoute à peine, elle affronte son destin en silence. Les larmes coulent avec douceur sur ses joues.

Dehors la foule est amassée, les uns surpris et peinés d'un tel châtiment pour une enfant de son âge surtout avec son handicap, les autres estimant qu'elle le mérite au vu de sa trahison. Mais tous ont la crainte en commun, personne n'ignore que derrière les yeux de cristal se cachent désormais la plus dangereuse des démones.

Une ombre traverse le rassemblement en vitesse avant de se jeter dans les bras de la petite fille.  Ses pupilles de framboise laissent libre cours à tous les sanglots du monde tandis que son corps tremble de mille et un chagrins. Ses doigts dessinant discrètement une phrase, la fillette lui promet qu'ils se reverront. Les parents de Robin viennent les rejoindre et embrassent tendrement leur nièce. La maman de la princesse de nacre en fait de même mais plus longuement. Tous pleurent en silence devant ce destin de nouveau déchiré.

D'un pas lent et grave, le roi s'approche et tous s' inclinent devant lui à l'exception de la jeune Syria pour qui ce geste n'a plus aune signification désormais. Une fois proche d'elle, la sentence tombe dans un silence assourdissant.

-Pour avoir volontairement accepté la présence de la fille de Satan en ton âme...Je te condamne à la déchéance...Tu n'as plus d'ailes désormais...

Histoire de confirmer ses dires, le son d'un crépitement se fait entendre comme si les ailes de la petite fille venaient de brûler doucement. D'un claquement de doigt, le roi fait disparaître l'enfant du paysage céleste sous le hurlement désespéré de sa mère.
Un nouvel ange déchu vient d'arriver sur Terre, ne sachant pas prononcer un mot et désormais perdu dans un monde tout à fait inconnu. La seule manière de s'en sortir, c'est de laisser corps et âme à la reine des Enfers quitte à vivre dans le mensonge. L'enfant aux yeux de diamant ne reviendra que lorsque la démone sentira que le moment est venu de tenir sa promesse. En attendant elle prend  tout le contrôle et change même l'apparence de sa victime volontaire, lui donnant un semblant plus humain que son physique habituel, en colorant magiquement sa chevelure en un blond très doux et ses pupilles deviennent vertes émeraudes. Sa morphologie petite et mince reste à peu près la même, sa poitrine déjà développée bien ronde se moulant parfaitement dans sa petite robe à la teinte claire.

Un ange déchu, une existence manipulée dans un accord désespéré et las, la princesse de nacre pourra t-elle revenir un jour ?



Behind the screen

Pseudo : Sisi
Âge : Bientôt 22 ans T_T
Temps sur le forum : Mon travail scolaire me prend beaucoup de temps et de patience donc je ne promets pas des réponses aussi régulières qu'avant.
Niveau de Rp : Je ne sais pas si mon style d'écriture a changé, j'ai tendance à me laisser déborder par mon imagination mais pour pouvoir rp tout en étant étudiante, j'ai promis de faire des efforts quant à la longueur de mes réponses.
(c) Code by Lith


_________________

Merci pour les roses, Raphael, Arcaz, Lara, Shana, Angel, MayLyn, Yogi, April, Elena, Yogi, Akihito, Soudo, Zoldik, Shiruku, Rin et Alice ♥


Merci pour les baisers, Aurore, Sirë, Lara, Hanabusa, Maylyn, Elena, Tensa, Leona, Yogi, Akihito, Shiruku, Zoldik, Rin, Miyuki et Aoi ♥


Dernière édition par Syria le Sam 25 Mar - 15:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Messages : 15473
Points : 18944
Date d'inscription : 25/09/2009

Feuille de personnage
Pouvoir: Manipulation du sucre et autres vitamines. Communion totale avec la nature
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Syria
MessageSujet: Re: Larmes de diamant    Jeu 2 Jan - 14:58

[Dernier chapitre de l'Histoire, le fait de sauter des lignes m'empêchait de tout faire rentrer dans le message précédent]

Chapitre dix :  Le sang et les larmes


La vie sur Terre s’écoule lentement tandis que au royaume céleste le temps y est différent. Quand une année vient de se terminer chez les humains, le Paradis a pu vivre quelques décennies. Pourtant de jour en jour le petit garçon aux cheveux et aux yeux de framboise dépérit. Même si elle allait mal, sa cousine est tout pour lui et chaque jour ses parents craignent de le voir plonger dans la folie ou qu'il ne suive la fillette si on vient leur annoncer sa mort. L'ange Gardien Masha continue de s'occuper de lui mais sans la princesse de nacre rien n'est pareil. Le petit perd de l'entrain pour les activités scolaires et même pour la danse. Pour lui Syria est comme son âme sœur, son alter ego, son reflet dans le miroir. Le diamant et la rose, toujours ensemble et inséparables dans le monde angélique et aujourd'hui la rose se sent plus seule que jamais. Si sa cousine arrivait parfois à sourire, c'est uniquement grâce à lui. Ils se comprennent plus que tout, enfermés dans le même monde de silence et d'angoisse.

Et un soir, son existence bascule dans les ténèbres les plus profondes. Assis sur son lit, le jeune Robin peint sans grand enthousiasme, retenant à grandes peines ses larmes quand soudain des éclats de voix se font entendre depuis le rez de chaussée suivi de bruits sourds. Intrigué, l'enfant sort de sa chambre avant de s'arrêter net en haut de l'escalier. Son regard rosé tombe alors sur une scène d'horreur, juste devant la porte d'entrée le corps de son père baigne dans son sang. Un rire emplit d'une folie sans limites résonne dans l'habitation tandis qu'un bras armé d'un poignard martèle l'épouse de la victime. Sous ses yeux horrifiés, Robin assiste impuissant à l'assassinat de sa mère et ne peut que l'entendre hurler de terreur avant de d’être définitivement silencieuse. Il voudrait crier mais aucun son ne sort de sa bouche lorsqu'il reconnaît le coupable. Ses yeux bleus verts sont injectés de sang et de folie, ses cheveux bruns sont emmêlés mais il reconnaîtrait cette silhouette entre mille, son oncle, le père incestueux de Syria, celui qui lui a tant menti pour abuser d'elle. L'assassin regarde le cadavre de sa sœur sans s'émouvoir, une expression de haine sur le visage.

-Vous m'avez renié et tourné le dos lors du procès...vous en payez le prix...

Son regard fou tombe alors sur son neveu resté prostré en haut de l'escalier, le corps tremblant d'horreur. Un sourire carnassier se dessine sur son visage avant qu'il ne bondisse rapidement sur le petit garçon. En quelques secondes l'enfant est ramené en bas, les doigts de son oncle serrés autour de son petit cou d'enfant. L'air arrive de plus en plus péniblement à ses poumons, il suffoque presque en silence, son teint devient blême.

Et soudain il s'écroule dans un bruit sourd. Le monde tournant autour de lui, le garçonnet sent des bras le soulever et une voix lui chuchoter des mots qu'il entend à peine, encore dans le brouillard. Lorsque sa vue lui est de nouveau accessible, il voit le long corps du géniteur de sa cousine couvert d'un drap blanc. Devant son air profondément étonné, sa tête rousse penchée sur le côté, l'ange le portant lui annonce qu'ayant entendu un hurlement déchirant alors qu'il passait dans le coin, il s'est précipité. En voyant le cadavre devant la porte et une ombre en train de serrer le cou du petit, il n'a pas hésité une seconde et s'est précipité. Il a réussi à faire basculer l'assassin qui dans sa chute s'est brisé la nuque contre un meuble, le tuant sur le coup.

Les autorités célestes arrivent rapidement sur les lieux et lorsque le jeune Robin voit le corps de ses parents enveloppés dans des draps blancs, il sanglote en silence. S'il pouvait hurler, nul doute qu'il l'aurait fait. Sa souffrance est palpable, il comprend que désormais il est orphelin, séparé de tous. Il n'a plus ni ceux l'ayant élevé avec amour et protection ni sa cousine, son âme sœur.

Complètement déconnecté du monde réel, l'enfant n'a même pas conscience de ce qui lui arrive par la suite. Il paraît que son sauveur l'a remis entre les mains de Masha mais il ne se rend compte de rien. Le jour des funérailles il réagit à peine aux condoléances de ses compatriotes, tout le monde se prenant d'un seul coup d'affection et de pitié envers le petit orphelin alors que quelques temps auparavant ils le méprisaient encore et toujours pour son mutisme. Attristé par leur hypocrisie, le garçonnet ne prend même pas la peine de leur répondre en langues des signes ce que les gens prennent pour de la grande tristesse et non pas du dégoût envers leurs changements de comportement.

Le roi décide de confier le petit garçon aux bons soins de sa tante qui cherche en quelque sorte à se déculpabiliser de ce qu'elle a fait subir à sa fille. Elle tente d'égayer son neveu et de lui redonner un tant soi peu goût à son existence mais rien n'y fait. Le jeune Robin s'enfonce à son tour dans le gouffre de la dépression. Si encore sa cousine était là, il n'aurait pas autant sombré mais quand sa tutrice découvre son protégé inconscient et entouré de flacons de médicaments, elle doit se rendre à l'évidence, l'enfant est sujet à des tendances suicidaires et est plus que vulnérable.

Masha tente à son tour de s'occuper du garçonnet en compagnie de la maman de la princesse de nacre mais la tâche est vouée à l'échec. Aucun sourire ne se peint sur le visage au dessus duquel pousse des cheveux roux framboise. Bien qu'il tente de les dissimuler, les deux femmes ont bien remarquées les traces rougeâtres sur les bras du petit, marques d'une souffrance insupportable et le menant petit à petit à la folie.
En désespoir de cause et n'ayant plus le choix, sa tante doit tenir le roi au courant. Après mûres réflexions sur le cas de celui portant le nom du plus célèbre des archers humains, le souverain céleste décide de l'expédier sur Terre aux côtés de sa cousine. Même si celle ci est déchue, fragile et partageant son âme avec la reine des démones, elle est le seul espoir pour l'avenir de l'enfant. Avec quelques réticences le monarque angélique doit sceller un accord avec la sublime fille du Diable.

En secret et en compagnie de Masha il réussit à retrouver la trace de la fausse Syria, sous son apparence mensongère, et demande un entretien à la plus belles des femmes. Celle ci accepte tout en restant sous ses gardes. Elle écoute le maître des anges lui expliquer la situation désespérée du petit garçon et en quoi sa collaboration est désormais indispensable. Elle seule peut protéger les deux enfants et leur redonner tout ce qu'ils ont perdus. Nul ne sait quelles sont les paroles exactes échangées entre les trois protagonistes mais finalement un accord magique est signé. L'héritière de Satan s'engage à réaliser un but secret. En échange le roi promet une paix de minimum cinq siècles avec l'Enfer sauf si ce sont les êtres infernaux qui attaquent les premiers même si le roi céleste sait très bien que ce n'est jamais le cas, c'est son peuple qui souhaite éliminer les démons.

Une fois l'accord fait, le roi et Masha retournent à leur royaume mettre l'enfant et sa tante au courant. Si la jeune femme éclate en sanglots, le petit garçon n'a qu'un regard triste et las comme toute réponse. Il se résigne tout simplement. Il sait pertinemment que lui et Syria ne connaissent absolument rien à la vie humaine si ce n'est son histoire mais tout ce qui concerne le quotidien leur échappe totalement et comment deux petits muets ne communiquant que par langues des signes célestes et en ska peuvent-ils espérer se faire comprendre des terriens pour qui ces deux langages sont entièrement inconnus ?

Sa seule consolation est qu'au moins il sera plus proche de sa cousine, la reine démoniaque ayant en plus promis qu'ils pourraient se retrouver de temps en temps, de façon matérielle et réelle, mais seulement dans des endroits isolés où personne ne peut les voir. Il ignore quel est le but secret de la sublime femme mais totalement las il ne se pose même pas de question. Il lui manque l'envie de vivre concrètement.

Si l'un des deux réussit à sortir du gouffre de la dépression nul doute que l'autre va le suivre mais encore faut-il que ce qu'il semble être un extraordinaire miracle se réalise.

Qu'est qui peut changer leur destin à tout jamais ? Peut être ce portail s'ouvrant magiquement à l'approche de la plus belle des démones, cet étrange directeur à a redoutable puissance ? Les deux enfants sont désormais inscrits dans cette surprenante école et doivent tenter d'y vivre sous la surveillance de la sublime reine. La fille de Satan décide de se proposer au poste de Professeur de l'Histoire Humaine et Démoniaque, histoire de pouvoir s'occuper tout en gardant un œil sur les deux petits anges muets. Elle sait qu'ils ne connaissent rien à la vie sur Terre et qu'ils ont peur de tout à cause de leur passé mais son instinct lui dit que ce qu'elle cherche pourrait bien être ici...

Tell them I was happy
And my heart is broken
All my scars are open
Tell them what I hoped would be
Impossible, impossible
Impossible, impossible

_________________

Merci pour les roses, Raphael, Arcaz, Lara, Shana, Angel, MayLyn, Yogi, April, Elena, Yogi, Akihito, Soudo, Zoldik, Shiruku, Rin et Alice ♥


Merci pour les baisers, Aurore, Sirë, Lara, Hanabusa, Maylyn, Elena, Tensa, Leona, Yogi, Akihito, Shiruku, Zoldik, Rin, Miyuki et Aoi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
Masculin Messages : 531
Points : 65
Date d'inscription : 27/06/2009

Feuille de personnage
Pouvoir: Ban, Kick, What else?
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Ren
MessageSujet: Re: Larmes de diamant    Dim 5 Jan - 19:30

    Bien entendu tu es validée =) bon retour parmi nous petite Syria


Ren
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magicalacademy.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Larmes de diamant    

Revenir en haut Aller en bas
 

Larmes de diamant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]
» Le sang se lave avec des larmes et non avec du sang [PV]
» Le Voleur de Larmes
» Quand Coulent les Larmes du Rossignol [Rang C][Pv: Natsume Homura]
» Bien que le temps puisse sécher les larmes de mes yeux, le temps ne t'effacera pas de mon cœur || LIAM ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone Administrative :: Présentations :: Fiches Validées-