Partagez | 
 

 Yume, princesse des rêves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Yume, princesse des rêves   Lun 30 Déc - 21:54


Mouhitsu
Yume


Kasuga Tamaki & Hiiro no kakera.
Nom : Mouhitsu
Prénom : Yume
Âge : 14 ans
Sexe : Féminin
Orientation :
Race : Mi-humaine/Mi-fée (bien qu'elle ne le sache pas)
Groupe : Hybride
Alignement : Loyal bon
Pouvoir :  Don du marchand de sable. Je m'explique : Yume créé de la poussière bleuté qui endort quiconque la touche. Mais ce n'est pas tout, en effet, si Yume donne une forme particulière à sa poussière avant qu'elle ne la jette, la personne endormie rêvera de la forme dessiner. Cependant, donner une forme est très compliquer et Yume à besoin de se concentrer un bon moment avant d'y arriver. La durée du sommeil varie en fonction de la quantité de poussière reçue.
All you need from me

❝ PHYSIQUE ❞

Yume est une jeune fille venant à peine de souffler ses quatorze bougies. La première chose que l'on remarque chez elle est sans doute ses yeux couleur miel, remplit de douceur et de bienveillance. C'est une jeune fille aux lèvres légèrement charnues, souvent étirées en un sourire sincère. Yume n'a pas coupé ses cheveux depuis des années et cela se voit puisqu'ils lui arrivent désormais en dessous des fesses. Brune de naissance, ses cheveux ont tendance à viré couleur ambre lorsqu'elle se trouve au soleil. Très soyeux, la jeune fille adore passer ses mains dans les cheveux lorsqu'elle lit ou dessine en cours.

Ayant un teint pâle, il n'est pas rare que l'on pense que la jeune fille est malade. Sa mère comparait souvent sa peau avec un flocon de neige, blanc et pur. Yume a cependant eu des problèmes de peau, en effet, sa peau si pâle est donc fragile et il lui arrive parfois à faire des allergies lorsqu'elle se retrouve trop longtemps au soleil. Cela se présente sous forme d'eczéma.

La jeune fille n'est pas ce que l'on peut appeler une personne imposante, ce serait même l'inverse. Très fine et mesurant à peine 1m60, elle doit souvent regarder les autres de haut et il lui arrive souvent d'avoir un torticolis à la fin de la journée. En la regardant de près, on se doute que le sport n'est pas sa matière préférée, la jeune fille n'est absolument pas musclée et ne cherche pas à l'être. Fort heureusement la nature la dotée du don merveilleux de pouvoir manger autant qu'elle veut sans prendre un gramme (ou presque). On pourrait la penser fragile, mais il n'est pas rare de voir la jeune fille porter des manches courtes alors que la température est très fraîche.

Yume porte un médaillon en or en forme de coeur avec un saphir incrusté au centre, que sa mère lui a offert pour son onzième anniversaire. Si elle ouvre le médaillon, elle peut voir d'un côté une photo de sa mère et de l'autre côté, le portrait de son père. Elle joue souvent avec, surtout quand elle s'ennuie et parfois elle le fait même inconsciemment.

Que dire de son style vestimentaire... Yume aime porter des vêtements de couleur prune. Elle favorisera toujours les jupes ou les robes car elle ne se sent pas à l'aise dans un pantalon. Elle n'a jamais vraiment suivi la mode, trouvant qu'elle change trop souvent et s'habille selon ses envies. Elle ne met jamais rien de trop tape à l’œil et préfère la discrétion, rentrer dans le moule comme on dit.

Yume n'aime pas que l'on voit ses jambes, assez ironique vu qu'elle porte souvent des jupes, mais elle met toujours un collant opaque avec. Enfin, ce n'est pas vraiment ses jambes qu'elle n'aime pas, mais ses genoux. Pas de raison particulière, aucune cicatrice rien... M'enfin, chaque femme n'aime pas une partie de son corps sans raison, non ?

Vous ne verrez jamais la jeune fille avec des talons, sauf si elle a été torturée avant... Une fois... Une seule fois elle a tenté l'expérience et elle s'est foulée la cheville, cette expérience lui a donc apprit une chose : les talons très peu pour elle !Elle ne met qu'une sorte de chaussures : des converses. Il n'y a qu'avec ces chaussures qu'elle se sent à l'aise.


❝ MENTAL ❞

Douceur, ce mot résume ce qu'est Yume, mais je me doute que vous en voulez plus....

Première chose que l'on remarque chez la jeune fille est sans aucun doute son silence. Elle préfère en effet écouter les autres plutôt que de parler d'elle-même, elle est d'une patience extrême, avec elle, on peut parler des heures de ses problèmes personnels, jamais la jeune fille ne se plaindra ni ne demandera à l'autre de se taire. Elle sait ce que c'est d'avoir besoin d'une oreille attentive et d'une épaule sur laquelle pleurer, elle-même en a eu besoin au décès de sa mère.

Sa mère, Yume pense très souvent à cette dernière, elle ne pleur plus sa perte, mais se rappelle de tous ses moments de bonheur  passée avec elle. Ce bonheur, Yume souhaite le partager avec d'autre. Il ne sera donc pas étonnant qu'elle se montre maternelle envers les plus jeunes ou les plus fragiles. Elle trouve toujours un moyen d'apaiser les autres, souvent grâce à ses pâtisseries. Oui, Yume sait cuisiner, mais seulement des plats sucrés. Sa mère travaillant dans une pâtisserie, Yume était souvent derrière avec le pâtissier et apprenait tout ce que ce dernier voulait lui apprendre.

Yume passe beaucoup de temps à s'occuper des autres, peut-être trop, mais voir un visage réjoui l'aide à se sentir heureuse. N'étant qu'amour et pour en avoir reçu autant depuis sa naissance, il est normal qu'elle veuille en donner à son tour, non ?

Cette chaleur se dégageant d'elle, cette envie d'aider est une magnifique qualité, mais également  un très gros défaut, puisque pour Yume, il est difficile de croire que l'on peut être cruel si on ne vous veut pas de mal. Elle a donc tendance à se montrer très naïve et se fera facilement avoir. Mensonge, hypocrisie, manipulation, autant de chose que Yume ne saisi pas, même s'il lui est arrivée de mentir pour conserver son secret, et on pourrait en abuser qu'elle risque de ne même pas s'en apercevoir.

La jeune fille est une grande passionnée, dans tout ce qu'elle fait, elle s'implique toujours à fond. Sa plus grande passion est, comme pour sa mère, le dessin. Elle est d'ailleurs très douée, surtout pour dessiner des portraits, elle arrive toujours à déceler ce qui se dégage de cette personne au moment où elle le prend comme modèle. Assez ironique, elle devine qui est une personne par le dessin, mais ne sait pas déceler le mensonge quand on lui parle....

Assez studieuse, Yume est une jeune fille très sage, mais pas forcément très impliquée dans les cours. Elle a toujours eu la moyenne, mais n'a jamais été la meilleure, d'un côté, soit elle dort, soit elle dessine en cours, ce qui ne l'aide pas à assimiler les connaissances que les professeurs tentent de lui inculquer. Mais peut-être est-ce aussi la faute des professeurs qui n'ont jamais réussi à l'intéresser à leur matière.


My Life

Connaissez-vous cette légende sur le marchand de sable ? Pour la mère de Yume, Maï , cette légende n'en est pas une, mais bel et bien la réalité. Elle se souvenait encore de cette première rencontre avec cet homme qui changea sa vie. Elle rencontra pour la première fois cet être enchanteur lorsqu'elle avait 7 ans. Elle était venue en Allemagne passer  ses vacances chez sa grand-mère maternelle, cette dernière ne pouvait cependant pas s'occuper beaucoup de la jeune fille étant handicapée. Aussi, Maï passait beaucoup de temps dehors et malgré les interdictions de sa grand-mère, elle alla un jour se promener dans la forêt et ce qui devait arriver arriva, elle se perdit.

La nuit venait de tomber, Maï n'avait pas réussi à retrouver son chemin. Elle avait perdu espoir, elle avait faim et froid, mais surtout elle avait peur. C'est alors qu'il apparut, dans une lumière doré, puis un homme apparaître. Cet homme lui jeta quelque chose, de la poussière dorée ayant la forme d'un ourson et la petite fille s’endormit, rêvant de Tibbers, son ours en peluche. On la retrouva le lendemain matin, à la bordure de la forêt et quand on lui demanda comment elle était rentrée, elle expliqua ce qu'elle avait vu, mais personne ne la crut. Ils pensèrent qu'elle avait rêver du marchand de sable, un conte que lui racontait souvent sa grand-mère. Elle tenta de retrouver son sauveur, persuadée de ne pas avoir rêvé, mais malgré tous ses efforts, aucune trace de lui et la jeune fille fini par penser que, comme les adultes, elle avait rêvé.

Quinze années s'écoulèrent, Maï était désormais une très belle jeune femme pleine de vie. Elle étudiait le dessin à Tokyo, ses portraits les plus réussis et les plus nombreux étaient ceux d'un jeune homme, aux cheveux et aux yeux couleur or qui lui adressait un sourire bienveillant. Lorsqu'on lui demandait qui était son modèle, elle répondait qu'elle l'ignorait, elle rêvait souvent de cet homme mais n'arrivait pas à savoir où elle l'avait rencontré et dieu sait qu'elle avait cherché dans sa petite tête où elle aurait pu rencontré une personne aussi... Unique ? Mystérieux ? Elle eut beau chercher, elle ne trouva jamais de réponses et abandonna. Ce fut lui qui la retrouva...

Maï, malgré ses études, retourna en Allemagne l'année de ses 23 ans, sa grand-mère venait de décédé. Elle ne se souvenait plus de la dernière fois où elle était venue la voir, elle s'en voulait d'ailleurs, mais avec le temps qui passait, elle n'avait jamais trouvé l'occasion de retourner chez cette vieille femme aimante. Personne ne resta après l'enterrement, aussi Mei se senti bien seule dans cette vieille maison lui rappelant tant de bon souvenirs... Elle ne réussit pas à trouver le sommeil, ses pensées si nombreuses l'empêchèrent de dormir. Elle décida de profiter de la nuit éclairée par la pleine lune pour sortir s'aérer l'esprit. Elle aimait cet endroit, le calme et le charme de ce lieu avait le don de détendre la jeune femme. Elle s'aventura dans la forêt, ne sachant pas trop pourquoi car à cause des arbres, tout était noir et Maï ne voyait absolument rien. Aussi, ce ne fut pas surprenant, elle ne vit pas la pente devant elle et tomba avec la grâce d'un éléphant.

Retenant un juron, Maï tenta de se relever, mais elle poussa un cri quand elle voulu se mettre debout. Sa cheville lui faisait atrocement mal et elle ne savait pas où elle était. Quelle idée de se promener la nuit dans une forêt aussi ! Malgré la douleur, la jeune fille se releva et marcha doucement, s'aidant des arbres, dans la direction inverse de là où elle venait. Arrivée en haut de la pente, le vent la surprit et elle failli tomber de nouveau en arrière, mais quelque chose la retint. Ou plutôt quelqu'un...

-Toujours aussi imprudente... Cela faisait longtemps Maï.

Cette dernière regarda celui qui venait de la sauver et fut plus que surprise lorsqu'elle le reconnu, l'homme de ses rêves. Son visage passa du blanc ivoire à rouge cramoisi en deux secondes et elle ne réussi qu'à bredouiller un mot qui ressemblait de loin à merci. L'homme sourit, embrassa le front de la jeune fille et cette dernière s'endormit sur le champ. Lorsqu'elle se réveilla, elle était couchée dans le lit de sa grand-mère et sur le coup, pensa avoir rêver. Mais en voyant sa cheville bandée, elle sut que ce n'était pas le cas. Elle se leva tant bien que mal, voulant à tout prix le revoir, désormais elle se souvenait de lui, elle voulait tant savoir pourquoi elle rêvait sans cesse de lui. Elle n'eut pas le temps de se lever qu'il entra à nouveau dans la pièce. Maï l'observa silencieusement tandis qu'il s'approchait avec un plateau repas. Seize ans s'étaient écoulées s'étaient écoulées, mais il n'avait pas changé, pas prit une ride, rien du tout.

Ils passèrent le reste de la nuit à discuter, puis l'homme estima que Maï devait dormir et l'embrassa à nouveau sur le front. A son réveil, cette dernière fut soulagée de voir qu'il était toujours là, la lumière du jour accentuant sa beauté, Maï n'arrivait plus à le regarder dans les yeux sans rougir. Eh oui, à force de rêver de lui, Maï avait nourri de profonds sentiments à son égard, pour elle ce n'était qu'une rêve, une passade, mais non, il était bien réel et encore plus beau que sur ses peintures... Une semaine passa, Maï n'osait pas dire ce qu'elle ressentait car non seulement c'était trop irréel, mais en plus elle avait trop peur d'être rejetée. Ce fut donc lui qui lui avoua ses sentiments, la veille où elle devait rentrer au Japon.  

Maï s'apprêtait à lui dire adieu et l'enlaça une dernière fois, mais ce dernier refusa de la lâcher. Plongeant son regard dans le sien, il lui avoua n'avoir aimé qu'une personne dans toute sa vie et qu'elle était face à lui à cet instant. Puis, avant qu'elle n'eut le temps de dire quoique ce soit, il l'embrassa avec passion. Passion, amour, la nuit qu'elle passa avec lui lui apprit une chose, jamais elle n'aimerait une autre personne que lui. Mais au fond d'elle, elle sut que cette nuit, serait leur seule nuit, qu'il ne pouvait rester avec elle, car elle était humaine et lui non.

Avant qu'elle ne s'endorme, il lui dit une nouvelle fois qu'il l'aimait et qu'il n'aimerait qu'elle pour toujours. Puis, il disparu et Maï retourna au Japon, les derniers mots de son amant gravé dans son esprit. Elle tenta de reprendre une vie normale, mais ce fut sans cette découverte incroyable qui chamboula sa vie. Quelques semaines après son retour d'Allemagne, Maï découvrit qu'elle était enceinte. Ce fut un choc pour elle et une joie immense, l'enfant qu'elle portait était le fruit d'un amour profond et sincère, un amour impossible. Sa grossesse fut difficile, ses parents la mirent à la rue dès qu'ils apprirent la nouvelle et elle dû abandonner ses études. Mais l'amour qu'elle portait à l'enfant qui grandissait en elle, l'aidait à surmonter toutes ses épreuves. Alors qu'elle était enceinte de 6 mois, elle fit la connaissance d'une vieille dame, ressemblant légèrement à sa grand-mère, qui lui offrit un abri et un travail. La jeune femme devint donc vendeuse dans une pâtisserie. Bien que c'était dur, Maï était heureuse de donner un avenir à son enfant.

Après neuf mois de grossesse, Maï donna naissance à la jeune Yume. Elle lui donna ce nom en l'honneur de son père, mais aussi parce qu'elle était la réalisation d'un rêve.

En grandissant, Maï constata que sa fille était son portrait craché, c'était une jolie petite brune très curieuse et très sage. La seule chose qui changeait était son regard, ses yeux couleurs miel étaient les même que ceux de son père et au fond de la jeune femme, cela lui faisait mal de penser que ce dernier ne saurait jamais qu'il avait une fille. A l'âge de 10 ans, Yume découvrit qu'elle n'était pas comme les autres, qu'elle avait quelque chose en plus. Comme son père, Yume avait le pouvoir de créer de la poussière qui dès qu'il touchait une personne l'endormait. Au début, elle ne comprenait pas ce qu'il se passait, elle eut peur et ne voulait plus sortir. Ce fut sa mère qui l’encouragea et qui l'aida dans cette épreuve. Petit à petit, Yume découvrit d'autres facettes de son pouvoir, en effet, si elle créait une forme particulière à sa poussière, par exemple un lapin, alors la personne qui recevra la poudre rêvera de lapin. Mais arriver à donner une forme à sa poussière est très dur et elle n'y arrive pas toujours. Maï nota une différence avec son père, alors que la poussière de ce dernier était doré, celle de Yume variait entre bleu ciel et bleu nuit.  

Bien que la vie n'était pas facile tous les jours, Yume était la joie de vivre incarner. Toujours douce, elle s'occupait de sa mère dès qu'elle pouvait, mais cela ne suffit pas. En effet, Maï tomba gravement malade lorsque sa fille eut 12 ans. Les médecins n'arrivèrent pas à trouver quel mal rongeait la jeune femme, mais cette dernière savait. Il lui avait dit... La seule raison pour laquelle, il n'était pas resté avec elle, était que les sentiments trop forts que ressentent les humains pouvaient les tuer et l'amour est sans doute le sentiment le plus fort que l'on puisse ressentir. Il avait disparu, dans l'espoir qu'elle vive, mais c'était trop tard, elle l'aimait. Son amour pour lui et pour sa fille était trop fort, mêlée à la peur qu'il arrive quelque chose à Yume, Maï ne put le supporter et elle quitta ce monde une année plus tard.

Yume se retrouva alors seule, désemparée et en deuil. Sa famille ne voulant pas d'elle, elle fut placé en maison d'accueil. Cette dernière comprenait ce que ressentait la jeune fille et ne la pressèrent pas, surtout que malgré toute la peine que ressentait Yume, elle était une jeune fille très facile à vivre qui préparait tous les jours le petit déjeuner pour sa nouvelle famille. Elle se rappelait sans cesse de ce que sa mère lui disait, que chaque jour était un cadeau du ciel et qu'il fallait le vivre comme si c'était le dernier.

Mais depuis la mort de sa mère, malgré la gentillesse de sa famille d'accueil, Yume n'utilisait plus son pouvoir, de peur qu'on ne la prenne pour un monstre. Elle vécut pendant deux ans, elle avait reprit le goût à la vie et devint une lycéenne comme tant d'autres, aimée de tous car elle était d'une douceur et d'une gentillesse incroyable. Mais cachée ce qu'elle était la rendait triste, c'était comme se cacher soi-même et son don ne pouvait faire aucun mal, alors pourquoi le caché ? Un jour, alors qu'elle travaillait sur un problème de maths, elle eut la surprise de voir une lettre apparaître dans des flammes violettes. Elle était invitée à rejoindre une école située dans la ville de Nariyu, mais pas une école comme les autres, une école où elle n'aurait plus besoin de se cacher, où toutes personnes ayant des dons étaient acceptées et protégées. Après une longue discussion avec sa famille où elle dû leur mentir sur les raisons de son envie de rejoindre cette académie, elle réussit à les convaincre et partit la semaine d'après.

Arrivée devant les grilles de cette école gigantesque, Yume respira un bon coup. Qui sait, elle pourrait enfin découvrir qui elle était, enfin ce qu'elle était. Touchant le médaillon de sa mère, elle inspira un bon coup et pénétra dans l'enceinte de l'établissement.


Behind the screen

Pseudo : Neera
Âge : 22 °°
Temps sur le forum : Au moins une fois par jour
Niveau de Rp : Bon
(c) Code by Lith
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN
Masculin Messages : 537
Points : 65
Date d'inscription : 27/06/2009

Feuille de personnage
Pouvoir: Ban, Kick, What else?
Items:
Statut: Célibataire
avatar
Ren
MessageSujet: Re: Yume, princesse des rêves   Mar 31 Déc - 11:25

    Bienvenue à nouveau parmi nous ancienne membre =)

    Très jolie fiche, agréable à lire et ma foi complète ! Tu es validée et libre de rp o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magicalacademy.forumactif.com
 

Yume, princesse des rêves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yume No Pandora ~
» Yu-Yume... *se cache*
» Yume Namida - Underground - [Dollars]
» Yume Kucabara
» Prédéfini N°1 Sakuya Yume, une nouvelle vie, un changement.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical academy  :: Zone Administrative :: Présentations :: Fiches Validées-